formats

«Pour rester concurrentiels, l’innovation est le pivot de notre politique»

Publié le 12/11/2017, par dans Non classé.

Novasup est un groupe de communication algérien, fondé par Ryad Oussedik, dans l’optique de proposer au marché local des offres innovantes dans le secteur publicitaire. Le groupe s’évertue depuis à mettre en place des stratégies pertinentes et pérennes et conçoit des messages publicitaires idoines, s’adaptant aux aspirations de ses différents annonceurs…
Comment s’organise le travail au sein de votre entreprise ?

Il est bien connu que l’agencement de certains paramètres est indispensable pour veiller au bon fonctionnement et à l’exploitation optimale de son entreprise. Nous avons choisi de structurer Novasup en plusieurs unités fonctionnelles, ou « business units», qui possèdent leur propres coûts et dégagent leur propre chiffre d’affaires, pour rationaliser leur productivité et permettre une augmentation de leur taux de profitabilité. Cette organisation donne une meilleure visibilité sur les performances et correspond mieux aux activités transversales de l’entreprise.

L’ascension de Novasup est regardée d’un œil suspicieux par certains et est encensée par d’autres. Comment réagissez-vous à cela ?

Il n’y a pas lieu de s’intéresser à nous, mais à notre activité. Quant aux ouï-dire, je pense qu’ils ne méritent pas notre attention. On voit bien que ces stratagèmes de diffamation consistent à quitter l’objet réel de la concurrence pour passer aux attaques sur la personne. En tant que groupe, nous nous concentrons principalement sur nos résultats, surtout en cette période de récession économique qui impacte fortement les revenus publicitaires. Loin des considérations tendancieuses et alarmistes, nous continuons de penser que les réactions face à la crise permettent de différencier les suiveurs d’aujourd’hui des leaders de demain.

Pour rester concurrentiels dans ce climat, l’innovation reste le pivot de notre politique. Cela s’est vérifié avec MetropoleHD, le pôle digital de Novasup qui pilote un réseau d’écrans haute définition, notamment dans le cadre du contrat d’affichage à l’aéroport international d’Alger, décroché par Innomedia, une régie d’affichage avec qui nous évoluons et pilotons notre stratégie opérationnelle. Ensemble, on a pu s’affranchir des supports classiques pour proposer un réseau de supports digitaux intuitifs, constitué d’écrans suspendus faisant plus de deux mètres carrés. Ce réseau représente pour nous un indicateur de performance.

Au niveau de l’aéroport international d’Alger, comment une entreprise locale arrive à rivaliser avec une multinationale ?

Nous sommes très heureux de nous retrouver aux côtés de JCDecaux, le n°01 mondial dans la communication extérieure. Si des concurrents ont exprimé leur mécontentement par rapport au monopole présumé de cet acteur, Novasup et Innomedia sont, quant à eux, dans une tout autre démarche. Nous sommes fiers que de jeunes entreprises locales, issues du dispositif Ansej, puissent arracher des parts de marché à un géant mondial de cet acabit. La présence d’acteurs étrangers symbolise une énergie positive qui nous permet de faire mieux.

Aujourd’hui les entreprises nationales, à l’image de la nôtre, peuvent et doivent rivaliser avec les multinationales. La compétitivité des grands conglomérats dans un marché local peut sembler alarmante pour un propriétaire de PME. Cela dit, cette condition nous pousse à lutter en permanence pour garder nos parts de marché ou en gagner de nouvelles.

Ce faisant, je pense qu’il faut sortir de la dichotomie réductrice qui oppose les acteurs locaux d’un côté et les acteurs étrangers de l’autre. Nous pouvons clairement tirer profit de cette hétérogénéité. Leur seule présence nous permet de changer les normes des affaires et nous force à nous mettre à niveau pour améliorer la qualité de nos prestations. Avec la libération des échanges, les entreprises domestiques doivent être suffisamment productives pour prendre en charge les coûts qu’exige l’accès aux marchés internationaux.

Quel est votre positionnement actuel ? Peut-on connaître l’historique de la création de l’entreprise Novasup ?

Nous faisons partie de cette vague d’entrepreneurs qui ont préféré participer au développement du pays en investissant et en exploitant ses forces vives. Novasup et Innomedia ont entamé leur partenariat professionnel avec pour ambition de cliver avec les archaïsmes patents qui gangrènent le secteur de la publicité. Nous avons entamé cette aventure en espérant incarner un renouveau dans le monde de la communication. Ce secteur étant à un stade d’évolution embryonnaire dans notre pays.

Dès l’abord, NovaSup cherchait, à travers des réseaux de communication intelligents, à imposer la publicité comme une culture et un outil de divertissement à part entière. Nous avons su exploiter les possibilités de participation offertes par le gouvernement, notamment grâce au dispositif d’aide aux jeunes investisseurs.

Par ailleurs, il faut se distancer des spéculations et nous estimer à notre taille réelle. Aujourd’hui, nous sommes les plus petits des plus grands. Nous affichons une bonne santé financière en dépit d’une conjoncture économique défavorable. Nous avons le potentiel de nous allier à des géants technologiques ou à des leaders africains dans le secteur agroalimentaire. D’ailleurs, nous avons participé au projet

« CousCous C’est Nous !» pour la marque Safina, une web-série au casting exceptionnel, réunissant les comédiens Nawell Madani, Artus et Booder, la chanteuse Zaho et le footballeur international Hatem Ben Arfa.

A travers une idée originale, nous voulions nous adresser à la communauté maghrébine établie en France. Nous avons pu proposer un programme qui intègre toutes les diversités et qui exhorte à dépasser les entraves socioculturelles à travers un message fédérateur. En somme, nous voulions marquer la volonté de Safina de parrainer des projets ambitieux, voués à enrichir le panorama culturel local.

Parlez-nous un peu de vos ambitions, de vos projets et de votre message aux jeunes investisseurs.

Notre groupe publicitaire mise sur la qualité de ses prestations et leur ponctualité pour rester concurrentiel. Nous comptons continuer à investir dans la R&D pour proposer des approches, des produits et des procédés innovants. Nous cherchons constamment à superviser des études, à concevoir des solutions avant-gardistes, à coordonner techniquement le développement de nouveaux supports. Notre ambition étant d’augmenter la proximité entre la recherche et le marketing.

Naturellement, nous n’en sommes qu’à nos débuts, notre objectif à long terme est clair : nous voulons incarner un agent de changement à l’échelle nationale. Quant aux jeunes investisseurs, je leur adresse le message suivant : « Faites de la nuisance déloyale de vos concurrents une hormone de croissance psychologique.» Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «Pour rester concurrentiels, l’innovation est le pivot de notre politique»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair