formats

«Plus d’un million de voitures en début de semaine…»

Publié le 21/11/2016, par dans Non classé.

L’affaissement brutal survenu sur l’autoroute menant de Zéralda à Dar El Beïda a coûté aux automobilistes et usagers de la route des heures interminables de stress et de retard en raison des embouteillages.
C’est dans des situations pareilles, à savoir l’affaissement brutal survenu sur l’autoroute menant de Zéralda à Dar El Beïda, que les capacités de gestion des catastrophes sont mises à nu. Il faut le dire, ce dernier incident a coûté aux automobilistes et usagers de la route des heures interminables de stress et de retard, coincés dans les embouteillages.

D’après les chiffres avancés par la Gendarmerie nationale, quelque 3007 appels ont été reçus au numéro vert 1055. Le motif de la plupart de ces appels est la demande d’informations sur la situation de la route. « Il faut savoir que la Gendarmerie nationale a toujours des plans d’urgence préventifs qui entrent en exécution sans tarder en cas de besoin. Dès qu’un incident survient, nous déployons aussitôt tous nos moyens sur le terrain. Nous tablons, à chaque fois, sur deux axes.

Le premier est l’information : nous tenons à informer les usagers de la route en temps réel des incidents qui peuvent entraver le trafic routier. Lors de ce dernier incident, nous avons tenu à être proches des automobilistes afin de les informer et surtout les orienter. Dans ce sens, nous avons reçu, durant 48 heures (du 18 au 20 novembre), 3007 appels sur le numéro vert 1055. Ceci, sans compter le site d’information sur le trafic routier Tariki qui a été mis à jour immédiatement après l’incident», explique Bendali Braham Rachid, commandant de l’escadron territorial de la sécurité routière de Zéralda.

Sur le plan organisationnel, il a tenu à rassurer sur la parfaite faisabilité du plan Orsec dans la capitale, vu que tous les acteurs concernés par la catastrophe ou l’incident travaillent en synergie. « Lors de ce dernier incident, nous avons, en plus des renforts fournis par les unités du groupement de Gendarmerie nationale de la capitale, orienté à travers nos multiples points de contrôle les automobilistes et dévié la circulation vers les axes routiers secondaires. Ce plan d’urgence a concerné tout le territoire de la capitale afin d’amoindrir les bouchons.

Ceci sans compter l’escadrille d’hélicoptères du groupement de Blida qui nous permet d’avoir des informations concrètes sur la situation de la route afin de mieux gérer le trafic. L’impact du recours à la couverture aérienne du trafic routier a été constaté sur le terrain hier, où nous avons réussi à maîtriser la situation, alléger la pression du trafic routier et l’orienter afin d’éviter de grosses pertes de temps aux usagers de la route.

Il faut savoir que la capitale connaît un afflux important de véhicules, notamment en début de semaine, qui dépasse le million de voitures, tous types confondus», ajoute notre interlocuteur. Cependant, il s’abstient de parler des capacités de la capitale en matière d’infrastructures routières, mais justifie les bouchons interminables, même hors incidents, par le parc automobile qui connaît un boom chaque année. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «Plus d’un million de voitures en début de semaine…»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair