formats

Réouverture des établissements culturels : la décision relève du gouvernement

Publié le 15/06/2020, par dans Non classé.
Réouverture des établissements culturels : la décision relève du gouvernement

ALGER– La décision de réouverture des musées et établissements culturels « relève de la politique générale du gouvernement et des orientations du Comité scientifique de suivi de la pandémie du coronavirus », a indiqué lundi à Alger la ministre de la Culture Malika Bendouda.

S’exprimant en marge d’une visite au musée des Beaux-arts d’Alger, Malika Bendouda a expliqué que le ministère de la Culture ne pouvait « prendre seul la décision de rouvrir les établissements culturels », fermés depuis mars dernier dans le cadre des mesures préventives prises par l’Etat depuis l’apparition du coronavirus.

Faisant part d’un protocole sanitaire propre à chaque établissement, Mme.

Bendouda a souligné que la levée des restrictions sur les visites de musées et la réouverture des établissements culturels publics se fera manière « graduelle ».

Les directions des musées, théâtres et bibliothèques se doivent d’appliquer un protocole sanitaire dans le cadre du dispositif de reprise de leurs activités respectives.

A une question sur la reprise d’activités de certaines galeries d’art privées, incluses parmi d’autres activités commerciales dans le décret exécutif 20-145 du 7 juin dernier portant réaménagement du dispositif de prévention et de lutte contre la propagation du coronavirus, la ministre aprécisé qu’ « aucun établissement culturel sous tutelle du ministère de la Culture n’est autorisé pour le moment à reprendre ses activités ».

Interrogée sur la programmation des festivals, la ministre a indiqué que des « plans d’action » pour la reprise des activités culturelles ont été élaborés, notant que le souci de son département était de « sauver le maximum d’activités culturelles et permettre aux artistes de reprendre le travail ».

Evoquant les aides octroyées au profit des artistes affiliés à l’Onda (Office national des droits d’auteur et droits voisins) dont les activités sont suspendues en raison de la pandémie de coronavirus, la ministre a assuré que l’opération s’est déroulée dans la « transparence » en tenant compte de la situation « financière » des artistes et du fonds affecté à cet effet.

Lire la suite

formats

Décès du photographe Kays Djilali

Publié le 14/06/2020, par dans Non classé.
Décès du photographe Kays Djilali

ALGER- Le photographe et maquettiste Kays Djilali, qui a illustré avec ses remarquables photographies une dizaine d’ouvrages et livres d’art, est décédé dimanche en France à l’âge de 59 ans, a-t-on appris auprès de son éditeur.

Le photographe a exposé ses œuvres dans plusieurs galeries en Algérie et à l’étranger notamment au Maroc, en Chine et en Russie.

Il a fait découvrir la ville d’Alger autrement aux lecteurs des beaux-livres « 10 balades à Alger » (2007) de Karrine Thomas et Philomène Bon et de « Alger sous le ciel » de Nina Bouraoui et Malek Allaoua.

Il signe également l’ouvrage « Aurès vivre la terre chaouie » en 2011 dédiée à la beauté des paysages et à la richesse des Aurès et qui sera suivi par l’exposition « Aurès, patrimoine, mémoire et résistance » en 2016 à Alger.

Avec le photographe Yacine Ketfi, Kays Djilali avait contribué avec ses remarquables prises de vue à l’illustration de « Le patrimoine de l`eau en Algérie, mémoire et permanence » (2012), un beau-livre regroupant les travaux d’une dizaine d’auteurs sur la problématique de l’eau en environnement urbain, montagnard et saharien.

L’objecti de Kays Djilali a égalemnt sublimé la beauté de la ville des pnts suspendu avec des clichés publiés dans « Constantine: mémoire, patrimoine et passion » (2017) de Noureddine Nesrouche.

Dans le cinéma, Kays Djilali est coréalisateur avec Djamel Benramdane de « Le piège » (2006), un long métrage documentaire consacré au quotidien tourmenté des migrants subsahariens dans les pays du Maghreb, un sujet que le photographe avait également développé en beau-livre en 2008 intitulé « La nuit sur la figure », préfacé par le romancier Yasmina Khadra.

Lire la suite

formats

Constantine: décès du chanteur de Aissaoua Zine Eddine Bouabdallah

Publié le 14/06/2020, par dans Non classé.
Constantine: décès du chanteur de Aissaoua Zine Eddine Bouabdallah

CONSTANTINE- Le chanteur de Aissaoua, Zine Eddine Bouabdallah, est décédé, dimanche matin au centre hospitalo-universitaire, CHU-Dr Benbadis de Constantine (CHUC), à l’âge de 57 ans, a-t-on appris auprès de la direction locale de la culture.

Tout au long de sa carrière artistique, le défunt a veillé à perpétuer les mélodies et les rythmes de chaque chanson, et à transcrire la manière de les interpréter à l’intention des jeunes générations pour qu’elle soit adoptée dans le cadre de leur formation artistique et musicale.

Le défunt Zine Eddine Bouabdallah a également tenté l’expérience de l’écriture à travers un ouvrage intitulé « Les différentes noubas de la tarika aissaouia dans la ville de Constantine », dans lequel il a abordé le patrimoine du Soufisme dans l’ancienne Cirta.

Lire la suite

formats

Appel à participation aux 16e Rencontres du Maghreb des Films

Publié le 13/06/2020, par dans Non classé.

ALGER-Un appel à participation aux 16e Rencontres du Maghreb des Films, prévues en novembre 2020 en France, a été lancé à l’adresse des cinéastes des pays du Maghreb, annoncent les organisateurs sur leur site Internet.

Les dossiers de candidatures et le formulaire d’inscription doivent être envoyés à l’adresse, maghrebdesfilms@gmail.com, avant le 31 juillet 2020, informe l’association Le Maghreb des films, organisatrice de la manifestation.

Créé en 2009, l’association « Le Maghreb des Films », domiciliée en France, a déjà présenté près de 850 films, dans plus d’une centaine de lieux, à Paris et dans plusieurs autres villes françaises, ainsi qu’à l’étranger.

Les Rencontres du Maghreb des Films visent essentiellement, selon le site de l’association, à « promouvoir les cinématographies du Maghreb et leur diffusion auprès d’un large public » et faire connaître les cinéastes maghrébins.

Entre autres objectifs également visés par l’association, permettre des échanges entre cinéastes autour des questions d’histoire et de société qui traversent les populations des deux rives de la méditerranée.

De nombreux films algériens ont été projetés dans le cadre de cette manifestation dont « 10949 femmes » de Nassima Guessoum, « 1962, de l’Algérie française à l’Algérie algérienne » coréalisée par Marie Colonna et Malek Bensmaïl, « Bataille d’Alger, un film dans l’histoire » de Malek Bensmaïl, « Bouts de vie, bouts de rêve » de Hamid Benamra, « Combien tu m’aimes? » de Fatma Zohra Zamoum, « La nouba des femmes du mont Chenoua » de Assia Djebar, ou encore « L’Oranais » de Lies Salem.

Lire la suite

formats

Khenchela: des cadres de la direction de la culture se rendent au chevet du chanteur Abdelhamid Bouzaher

Publié le 12/06/2020, par dans Non classé.

KHENCHELA – Des cadres de la direction de la culture de Khenchela ont rendu visite au chanteur Abdelhamid Bouzaher, hospitalisé depuis mardi dernier à l’établissement public hospitalier, EHS-Ahmed Benbella, au chef lieu de wilaya, a-t-on appris vendredi auprès d’une source de cette direction.

« Des cadres de la direction de la culture se sont rendus jeudi au chevet de l’artiste Bouzaher pour s’enquérir de son état de santé et lui remonter le moral » a précisé la même source.

Selon Hassan, le fils l’artiste Abdelhamid Bouzaher, son père, surnommé « le doyen de la chanson aurésienne » souffrait depuis quelques jours et son état s’est dégradé mardi soir dernier et a nécessité son transfert à l’hôpital Ahmed Benbella, où il a été mis sous traitement.

M. Hassan Bouzaher a ajouté que son père, Abdelhamid, diabétique et hypertendu a souffert d’autres complications de santé qui l’ont contraint à rester chez lui.

Ténor de la chanson chaouie, Abdelhamid Bouzaher, 76 ans est un des artistes les plus célèbres de la ville de Khenchela et de la région des Aurés et a interprété des dizaines de chants chaoui et bédouins tout au long d’une carrière artistique de plus de 50 ans, entamée en 1971 avec « Hallit el Bab » et puis « Ya Galbi », « Louisa » et tant d’autres chansons dont les paroles sont chargées des valeurs de l’amour, de l’espoir et de l’unité.

En 1983, Bouzaher a été choisi pour camper le rôle d’Aissa Djermouni (1886-1946) dans le téléfilm consacré au grand maître de la chanson chaoui, réalisé par Abderrezak Hellal (1951-2014).

Lire la suite

formats

Culture: Bendouda préside la 2eme réunion de la commission chargée de l’établissement de la carte archéologique

Publié le 11/06/2020, par dans Non classé.

ALGER- La ministre de la Culture, Malika Bendouda, a présidé mercredi la deuxième réunion élargie de la commission chargée de l’établissement de la carte archéologique algérienne, indique un communiqué du ministère.

Lors de la réunion, Mme Bendouda a instruit les chercheurs, experts et acteurs du patrimoine culturel membres de la commission de finaliser cet important projet avant la fin de l’année, selon la même source qui précise que ce projet permettra de « recenser le patrimoine archéologique et les biens culturels immobiliers à travers l’ensemble du territoire national pour une meilleure prise en charge à l’avenir ».

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair