formats

Musique symphonique: la valse viennoise s’invite à Alger

Publié le 11/12/2017, par dans Non classé.

ALGER – L’Orchestre de l’Opéra d’Alger sous la direction du maestro Amine Kouider a animé dimanche à Alger un concert de musique symphonique dédié à la douceur de la valse viennoise et au génie créatif du grand compositeur autrichien Johann Strauss, devant un public relativement nombreux.

Accueilli à l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh, le spectacle, intitulé « Les valses de Vienne », a permis à l’assistance d’apprécier, 75 mn durant, les extraits d’une dizaine de pièces célèbres du grand compositeur Johann Strauss (1804- 1849), savamment choisies par Amine Kouider, qui, en sa qualité de directeur artistique de l’Orchestre symphonique, œuvre à la « promotion et à la vulgarisation » du répertoire de la musique classique universelle en Algérie.

Dans la grâce des cadences à trois temps, le public a pris part à un voyage onirique, subtilement conduit par le maestro et son orchestre d’une cinquantaine d’instrumentistes, qui ont d’abord accompagné Noureddine Saoudi, qui a « redoré son blason d’artiste singulier », dira de lui une spectatrice, le temps d’interpréter « Harramtou bik nouaâssi » et « Harq ed’dana mouhdjati », deux valses entrainantes du terroir andalou de la musique algérienne.

Avec une voix présente et étoffée, le ténor algérien, bien que servi par une distribution musicale « minimaliste », de l’avis d’un spectateur connaisseur, a brillamment réussi son tour de chant, avouant au public qu’il était monté sur scène pour « rappeler » la richesse de cette musique savante qui s’ouvre sur « l’harmonisation » et la « polyphonie », avant d’ajouter, avec émotion, que « la scène lui manquait ».

Les instrumentistes des différents pupitres ont rendu, dans la densité et la pureté de l’orchestration, les pièces, « Le beau Danube bleu », « Rêve de printemps », « La valse de l’empereur », « Les patineurs », « La chauve souris », « Le Baron tzigane », « Polka, pizzicato » (interprétation sans archet, en pinçant uniquement les cordes) et la majestueuse « Marche de Radetzky », à laquelle le public, sollicité par Amine Kouider, a pris part, dans la délectation, avec des claquements de mains cadencés.

L’assistance a apprécié le spectacle dans un silence religieux imposé par la solennité du moment, applaudissant longuement les musiciens, à l’issue de chaque pièce interprétée, qui ont livré une prestation de haute facture, dans des atmosphères relevées.

« C’est magnifique, grâce à Amine Kouider, les valses de Vienne se sont invitées chez nous ! », dira une spectatrice et d’ajouter, « Noureddine Saoudi devrait penser à nous enchanter dans un spectacle à lui, avec une orchestration polyphonique ! ».

Emanant de l’Orchestre symphonique national, créé en 1992 et lancé en 1997 sous la direction du regretté maestro Abdelwahab Salim (1931-1999), l’Orchestre de l’Opéra d’Alger œuvre entre autre, à la promotion de la musique symphonique en multipliant les tournées régionales et concerts éducatifs dédiés aux enfants.

Organisé par l’Opéra d’Alger, sous l’égide du ministère de la Culture, le concert de musique symphonique « Les valses de Vienne » est reconduit lundi au même endroit et aux mêmes horaires.

Lire la suite

formats

Festival national de théâtre amazigh : ouverture de la 9e édition à Batna

Publié le 11/12/2017, par dans Non classé.
Festival national de théâtre amazigh : ouverture de la 9e édition à Batna

BATNA – La 9ème édition du festival culturel national du théâtre amazigh s’est ouverte dimanche soir au théâtre régional de la ville de Batna en présence d’un public nombreux.

Les adeptes et professionnels du 4ème art ont été nombreux en dépit du froid piquant de cette journée à assister la cérémonie d’ouverture de cette édition qui se poursuivra jusqu’au 15 décembre sous le slogan « nous nous rencontrons pour que nous progressons ».

Dans son allocution d’ouverture, le commissaire du festival, Salim Souhali, a souligné que la présente édition en dépit de la réduction du nombre de journées du festival et du nombre des troupes participantes en raison de la réduction du budget de la manifestation, cette dernière demeure « une opportunité pour la créativité et le travail sérieux » au service de la promotion du mouvement théâtral en Algérie.

Cette édition est en soi « un challenge » qui traduit la détermination à assurer la pérennité du festival qui constitue un espace ouvert aux talents du théâtre d’expression amazighe, a notamment indiqué le commissaire du festival. Le jury du festival est composé d’artistes et professionnels de l’art et du théâtre, a ajouté M. Souhali en assurant que la majorité des pièces participantes sont de nouvelles productions.

Le public a suivi durant cette soirée d’ouverture un monodrame de la troupe Debza d’Alger intitulé « EL Methoum » (l’accusé) adapté d’une œuvre d’Abdellatif Bounab et réalisé par Merzoug Hamiane.

Déclinée sur fond d’un décor très sobre, l’œuvre tourne autour de la mésaventure d’une personne qui, après avoir évoqué le passé de ses aïeuls, se retrouve emprisonnée et accusée à tort d’un crime qu’elle n’a pas commis.

L’édition 2017 du festival national du théâtre amazigh met en lice 10 troupes dont celles des trois théâtres régionaux de Batna, Bejaia et Tizi ouzou.

La manifestation étalée sur 6 jours donnera lieu à une exposition de livres sur la langue tamazight et une journée d’étude sur la vie et l’œuvre de Chebah El Mekki (1894-1988), pionnier du théâtre algérien, et sur la forme de théâtre populaire Chaïb Achoura.

Lire la suite

formats

L’élection du président de l’APW de Djelfa tourne à la bagarre (vidéo)

Publié le 10/12/2017, par dans Non classé.

L’élection du président de l’assemblée populaire de Wilaya (APW) de Djelfa qui s’est déroulée aujourd’hui dimanche, a été marquée par de violents échanges entres certains nouveaux élus.
Des vidéos diffusées sur internet montrent des élus de l’APW se bousculaient et parfois échangeaient des coups.Un élu du RND a été violemment frappé, selon le site Akhbar Djelfa.

Deux candidats sont en lice pour le poste du P/APW. Il s’agit de Hakim Aslouni (TAJ) et Bensalem Touissat (FLN), ajoute la même source. Lire la suite

formats

Ghardaïa : marche de soutien au peuple palestinien

Publié le 10/12/2017, par dans Non classé.

Des centaines de lycéennes et de Lycéens, plus de trois mille (3000) selon des observateurs, se sont donnés le mot pour rejoindre ce dimanche matin l’esplanade du 1er Mai, débaptisée par les manifestants du vendredi en Place El Qods, où ils ont crié leur rejet de la décision prise par le président américain Donald Trump de reconnaitre El Qods comme capitale d’Israël et de transférera son ambassade de Tel-Aviv vers Jérusalem.
Déployant, tout en haut du monument symbolisant la porte d’entrée de la ville de Ghardaïa sur lequel ils étaient juchés en grand nombre, un grand et superbe drapeau de la Palestine , des lycéens et des collégiens de plusieurs établissements de la vallée du Mzab , notamment les cinq lycées (Sidi Abbaz, Karma Bouhafs, Med Lakhdar Fillali, Moufdi Zakaria et Imam Aflah Abdelwahab ) et le Technicum Hamoud Rmadane de la cité El Korti , ont répété à gorges déployées, pendant plus de deux heures, les slogans traditionnels en soutien au peuple Palestinien frère qui lutte pour sa liberté et l’émergence d’un état palestinien avec El Qods comme capitale .

 » Où sont les arabes, ceux qui ne savent que bombarder leurs propres frères ? Que font-ils pour le peuple Palestine et sa cause sacrée ? » S’indigne une lycéenne, un sac au dos sur l’épaule. Sa camarade ajoute :  » nous sommes jeunes mais nous comprenons et ressentons parfaitement les souffrances de ce peuple, spolié de sa terre et trahi par ses propres frères. Nos parents nous en parlent tant que nous connaissons parfaitement l’histoire de ce pays et ce peuple de martyrs. Marcher et crier notre solidarité avec eux est le moins que l’on puisse faire à notre âge. »

Un jeune qui écoutait est venu apporter son témoignage :  » dans ma famille, un de mes cousins a fait la guerre de 1973 et a traversé avec les forces algériennes le Canal de Suez. L’Algérie, hier comme aujourd’hui restera toujours aux côtés de ce peuple frère…»

Pendant ce temps, la masse juvénile continuait de crier des slogans anti américains et anti israéliens tels que « A bas l’Amérique, à bas Israël»,  » Palestine libre »  » El Qods, capitale éternelle de la Palestine »,  » Palestine, cœur du monde arabe » et le célèbre refrain, répété en chœur « Nous sacrifierons notre âme et notre sang pour toi, Al-Aqsa», ont été les principaux slogans répétés par les protestataires , avant de se séparer en ordre serré. Ils ont fait le chemin inverse et marché vers leurs lycées, situés aux quatre coins de la vallée, continuant à chanter dans une ambiance bonne enfant.

Il faut surtout souligner la fraternité des deux communautés qui ont chanté et marché ensemble dans une belle convivialité. El Qods a fédéré les Frères et Sœurs de la vallée du M’zab. Quelle belle leçon de fraternité et surtout de conscience citoyenne ! Lire la suite

formats

« Rou’ia » remporte le grand prix du Festival national universitaire du court-métrage

Publié le 10/12/2017, par dans Non classé.

BATNA- Le court métrage « Rou’ia » (vision), production de la direction des £uvres universitaires Biskra-Chetma, a remporté le grand prix du quatrième Festival national universitaire du court métrage dont la clôture a eu lieu samedi soir à la cité universitaire Frères Oudjara de Batna.

Véritable hymne à l’espoir, le film, signé Abdelhak Bouden, appelle à l’optimisme et à rester vaille que vaille positif face aux aléas de la vie.

Le prix de la meilleure réalisation et celui du meilleur scénario sont respectivement revenus aux films « Nodra » de l’université Batna 2 et « Jamal el Rouh » de la direction des oeuvres universitaires de Batna-Bouakal.

Le prix du public a, quant à lui, été décerné au film « Laghrib » de la direction des £uvres universitaires de Batna-centre.

Au total, 22 films, traitant des sujets sociaux et du quotidien de l’étudiant algérien, concouraient pour cette quatrième édition de festival national universitaire, organisée par la direction des oeuvres universitaires Batna- Bouakal.

Invité d’honneur du festival et directeur du centre culturel universitaire de Nabeul (Tunisie), Hadi Essenoussi a, au cours de la cérémonie de clôture, salué la qualité des oeuvres participantes, estimant que ce festival avait toutes les qualités requises pour devenir un rendez-vous culturel maghrébin.

De son côté, le président du jury Abdelkader Boudebza a tenu à souligner la beauté et la diversité des films proposés, affirmant que ces derniers laissaient entrevoir un avenir radieux pour le festival national universitaire du court-métrage.

Cette quatrième édition s’est démarquée de ses devancières par l’organisation d’ateliers d’écriture scénaristique, de réalisation d’image et de montage, encadrés par des spécialistes venus de Batna, de Mascara d’Alger et de Tiaret, en plus d’une exposition à l’initiative du centre national du cinéma et de l’audiovisuel (CNCA).

La cérémonie de clôture aura également permis d’honorer les acteurs du film « Human » réalisé par Issam Tachit de Batna.

Ce court métrage qui relate l’histoire d’un enfant trisomique qui rêve d’un monde meilleur a remporté récemment le premier prix des journées nationales du court-métrage de Bechar.

Il est à noter que pour la soirée d’ouverture, le centre national du cinéma et de l’audiovisuel (CNCA) avait présenté en avant-première le biopic sur Abdelhamid Benbadis, projection suivie d’un débat sur le parcours de ce réformiste et fondateur de l’Association des oulémas musulmans d’Algérie.

Lire la suite

formats

Un incendie ravage l’annexe de l’Ecole nationale d’administration

Publié le 10/12/2017, par dans Non classé.

Un incendie s’est déclaré dimanche vers 05h31 au niveau de l’annexe de l’Ecole nationale d’administration (ENA) à Hydra (hauteurs d’Alger) détruisant 12 chalets sans faire de victimes, a indiqué le lieutenant Khaled Benkhalfallah, chargé de l’information à la Direction de la Protection civile de la wilaya d’Alger.

Un incendie a détruit 12 chalets désaffectés au niveau de l’annexe de l’ENA située en face du siège de ladite école, à Hydra, a précisé le lieutenant Benkhalfallah dans une déclaration à l’APS.

Quelque 50 autres chalets et des habitations à proximité ont pu être épargnés grâce à l’intervention des éléments de la Protection civile qui ont mobilisé six (6) camions de pompiers et deux (2) ambulances, a fait savoir le responsable.

Les services de sécurité ont ouvert une enquête pour déterminer les causes du sinistre, a-t-il ajouté.
Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair