formats

9e Fica: le documentaire « Enrico Matteï et la révolution algérienne » projeté à Alger 

Publié le 06/12/2018, par dans Non classé.
9e Fica: le documentaire

ALGER, 5 déc 2018 (APS)- Le long métrage documentaire « Enrico Matteï et la révolution algérienne », dédié au parcours du militant anti colonialiste et industriel italien et à son apport en tant que cadre dans l’industrie pétrolière à la révolution algérienne, du réalisateur Ali Fateh Ayadi a été projeté mercredi à Alger.

D’une durée de 53 mn, ce documentaire a été présenté en compétition de sa catégorie dans le cadre du 9e Festival international du cinéma d’Alger (Fica), ouvert samedi à la salle Ibn Zaydoun de l’Office Ryadh El Feth.

Ce documentaire de télévision retrace le parcours d’Enrico Matteï, fondateur de l’industrie pétrolière italienne, qui avait initié, à la tête de l’entreprise d’exploitation italienne, des contrats pétroliers plus avantageux pour les pays producteurs et qui avait refusé à la fin des années 1950 de négocier avec la France coloniale des projets d’extraction en Algérie.

Une partie du documentaire, faite de témoignages juxtaposés, est consacrée à l’activisme d’Enrico Matteï qui avait rencontré des responsables du Gouvernement Provisoire de la République Algérienne en plus d’avoir fédéré l’opinion publique italienne autour de la cause de l’indépendance algérienne.

Les témoignages d’anciens membres du Ministère de l’armement et de la liaison générale (MALG) dont Mohamed Khelladi, Brahim Bendriss et Ali Cherif Deroua attestent qu’Enrico Matteï avait également mobilisé la classe politique italienne pour l’indépendance de l’Algérie et aidé à introduire plusieurs représentants du MALG et du GPRA auprès de politiciens et de médias italiens.


Lire aussi:

ALGER, 5 déc 2018 (APS)- Le long métrage documentaire « Enrico Matteï et la révolution algérienne », dédié au parcours du militant anti colonialiste et industriel italien et à son apport en tant que cadre dans l’industrie pétrolière à la révolution algérienne, du réalisateur Ali Fateh Ayadi a été projeté mercredi à Alger.

D’une durée de 53 mn, ce documentaire a été présenté en compétition de sa catégorie dans le cadre du 9e Festival international du cinéma d’Alger (Fica), ouvert samedi à la salle Ibn Zaydoun de l’Office Ryadh El Feth.

Ce documentaire de télévision retrace le parcours d’Enrico Matteï, fondateur de l’industrie pétrolière italienne, qui avait initié, à la tête de l’entreprise d’exploitation italienne, des contrats pétroliers plus avantageux pour les pays producteurs et qui avait refusé à la fin des années 1950 de négocier avec la France coloniale des projets d’extraction en Algérie.

Une partie du documentaire, faite de témoignages juxtaposés, est consacrée à l’activisme d’Enrico Matteï qui avait rencontré des responsables du Gouvernement Provisoire de la République Algérienne en plus d’avoir fédéré l’opinion publique italienne autour de la cause de l’indépendance algérienne.

Les témoignages d’anciens membres du Ministère de l’armement et de la liaison générale (MALG) dont Mohamed Khelladi, Brahim Bendriss et Ali Cherif Deroua attestent qu’Enrico Matteï avait également mobilisé la classe politique italienne pour l’indépendance de l’Algérie et aidé à introduire plusieurs représentants du MALG et du GPRA auprès de politiciens et de médias italiens.


Lire aussi: 9e Fica : « I’am not your negro » de Raoul Peck projeté à Alger


Avec le témoignage de l’universitaire italienne Burna Bagnato le documentaire révèle comment Enrico Matteï avait participé à bouleverser la mainmise des compagnies pétrolière majeures et apporté un développement notable en Italie.

Le film évoque également la « mort suspecte » de Enrico Matteï suite à un crash d’avion en octobre 1962.

Sorti en 2018, ce film a été produit par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc), le Centre national du cinéma et de l’audiovisuel (Cnca) et celui du développement du cinéma (Cadc).

Le 9e Fica se poursuit jusqu’au 9 décembre avec au programme un dernier documentaire en compétition, « Central Airport THF » du réalisateur Karim Aïnouz qui sera projeté jeudi.

Lire la suite

formats

« Free Men »: un documentaire sur la résilience projeté en compétition du 9e Fica

Publié le 06/12/2018, par dans Non classé.

ALGER – Le documentaire « Free Men », histoire atypique d’un détenu américain racontée par la journaliste d’investigation suisse, Anne-Frédérique Widmann, a été projeté mercredi en compétition du 9e Festival international du cinéma d’Alger (Fica), dédié au film engagé.

Au cinquième jour du festival qui met en lice neuf documentaires, Free Men enquête sur l’histoire peu commune d’un jeune détenu, Kenneth Reams, condamné à tort pour un crime.

A 18 ans, Kenneth emprisonné injustement dans la prison d’Arkansas aux Etats-Unis, n’a pas perdu espoir de s’extraire un jour de cet enclos infernal qu’il décrit comme un zoo.

En une heure et demie, Anne-Frédérique, relate en détail les faits de cette histoire poignante qui a défrayé la chronique judiciaire américaine à travers les témoignages de son avocat et codétenues, sortis de prison.


Lire aussi: Le film « Rusty Boys » séduit le public du Fica


Appuyé également de témoignages recueillis auprès de sa famille dont sa mère, la réalisatrice a mis en avant la résilience de ce détenu artiste qui a réussi à surmonter les murs de l’Arkansas, en créant une réalité autre que celle imposée par l’isolement et la solitude.

Présenté en compétition au 16e Festival international du film sur les droits humains (Genève, 2018), Free Men a rencontré un succès international.

Le 9e Fica se poursuit jusqu’au 9 décembre à la Salle Ibn Zeydoun avec la projection en compétition de 17 longs métrages documentaires et fictions à raison de trois séances par jour.

Lire la suite

formats

Décès du comédien Ahmed Hamdane

Publié le 06/12/2018, par dans Non classé.

ALGER – Le comédien, humoriste et compositeur Ahmed Hamdane, célèbre pour la caméra cachée « Taxi El Majnoun », est décédé mercredi soir à Alger à l’âge de 61 ans, des suites d’une longue maladie, a-t-on appris auprès de ses proches.

Né en mars 1957, Ahmed Hamdane, Ahmed Guebouba de son vrai nom, avait participé à plusieurs œuvres au théâtre et au cinéma depuis la fin des années 1970. Il a campé plusieurs rôle au cinéma dans des œuvres comme « Les concierges » au côté de Rouiched, « Serkadji » ou encore « La grande tentative » avec le regretté Azzedine Medjoubi.

Il connaîtra un grand succès en 2001 avec la caméra cachée « Taxi El Majnoun » réalisée par Belkacem Hadjadj et dont il avait composé et interprété le générique qui avait marqué les téléspectateurs. Ahmed Hamdane avait également composé plusieurs musiques de séries télévisées comiques en plus d’avoir conçu et animé plusieurs spectacles pour enfants.

Lire la suite

formats

9e Fica : « Bidun hawiya », ou les Sahraouis sans nationalité, présenté à  Alger

Publié le 06/12/2018, par dans Non classé.

ALGER – Le cout métrage Bidun hawiya de Nayat Ahmed-Abdeslam, un reportage documentaire sur le calvaire des ressortissants sahraouis en Espagne pour jouir d’une nationalité, a été présenté mercredi à Alger dans le cadre du 9e Festival international du cinéma d’Alger (Fica).

La projection s’est déroulée en présence de la réalisatrice Coproduction Sahara Occidental-Espagne, « Bidun hawiya » pose dans 20 minutes le problème de la perte d’identité du peuple de l’ancienne colonie de l’Espagne et actuellement occupée par le Maroc, éprouvant toutes les difficultés à jouir d’une nationalité.

Ces Sahraouis, anciens citoyens de la colonie espagnole, n’ont le choix que de prétendre à un statut d’apatride (personne dépourvue de nationalité légale) ou une nationalité espagnole.

La réalisatrice, sahraouie de nationalité espagnole, fait parler des ressortissants sahraouis, établis en Espagne en tant que apatrides, statut qui ne leur garantit pas leurs droits civiques dans ce pays et, d’autre part, l’accès au référendum sur l’autodétermination toujours attendu.

Virulente envers le gouvernement espagnol qui ne reconnait ni le Sahara Occidental, province espagnole entre 1958 et 1976, ni son peuple, Nayat recueille les témoignages de réfugiés et d’enfants établis dans différentes régions d’Espagne.

Usant de métaphores, la réalisatrice a symbolisé la perte d’identité par des papiers jetés dans l’eau ou encore ce drapeau espagnol déchiré pour suggérer l’attachement des Sahraouis à leur pays et identité.


Lire aussi: Culture: le budget fonctionnement du secteur s’est élevé à 16 milliards DA en 2016


Lors des débats à l’issue de la projection, Nayat Abdeslam a défendu son choix de se focaliser sur les apatrides d’Espagne comme ancien colonisateur, et non pas la France ou la Belgique, ou se trouvent également des ressortissants sahraouis sans nationalité, selon un spectateur qui l’a interrogée sur ce sujet.

Pour sa part, l’ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique (Rasd) en Algérie, Abdelkader Taleb Aomar, a affirmé que le statut d’apatride était un « moyen provisoire » pour surmonter la circonstance et défendre l’identité sahraouie.

Il rappelle, à juste titre, que la projection de « Bidun hawiya » coïncide avec la tenue à Genève les 5 et 6 décembre, d’une « table ronde initiale » pour tenter de relancer les négociations sur le Sahara Occidental.

Cinq courts métrages sont programmés dans la catégorie « Fenêtre sur courts », catégorie non compétitive dédiée aux courts métrages.

Le 9e Fica se poursuit jusqu’au 9 décembre à la Salle Ibn Zeydoun avec la projection en compétition de 17 longs métrages documentaires et fictions à raison de trois projections par jour.

Lire la suite

formats

Culture: le budget fonctionnement du secteur s’est élevé à 16 milliards DA en 2016

Publié le 05/12/2018, par dans Non classé.
Culture: le budget fonctionnement du secteur s'est élevé à 16 milliards DA en 2016

ALGER – Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi a indiqué ,mercredi à Alger, que le budget fonctionnement de son secteur s’était élevé, pour l’exercice 2016, à près de 16 milliards DA.

L’exercice 2016 a été marquée par la décision du gouvernement portant plafonnement des dépenses du budget du secteur défini par la loi de finances à plus de 19 milliards DA », ce qui a engendré « une forte baisse » estimée à « plus de 2,650 Milliards DA » pour s’établir à concurrence de « 16 milliards DA », a précisé le ministre lors d’une réunion avec la Commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN) consacrée à l’examen du projet de loi de règlement budgétaire de 2016.

Le budget alloué au secteur en 2015 s’élevait à 25 milliards DA, a rappelé le ministre, notant, à cet égard, un recul de près de 9 milliards DA.

Le ministre a indiqué que l’année 2016 avait connu « des difficultés financières » dues principalement à l’entrée en vigueur de la décision du gouvernement relatif au « gel d’une partie importante des opérations enregistrées dans la nomenclature d’équipement du secteur (…) ainsi qu’à la réduction du budget de fonctionnement ».


Lire aussi: 9e Fica: le film palestinien « Wadjib » projeté en ouverture


Rappelant que son secteur avait £uvré à limiter les retombées de cette situation financière à travers nombre de mesures visant à « réduire les dépenses », M. Mihoubi a cité le regroupement de certaines institutions culturelles publiques, le gel du recrutement dans les institutions du secteur et la réduction du nombre des festivals et autres manifestations.

Le ministre de la culture, rappelle-t-on, avait déclaré que le nombre des festivals organisés en 2016 a baissé de 176 à 83 seulement.

Par ailleurs, le ministre avait rappelé que son secteur a réceptionné durant la même année 11 structures à l’image de l’Opéra d’Alger « Boualem Bessaih », deux théâtres régionaux à Mostaganem et à Djelfa, un complexe culturel à Adrar et deux salles de cinéma à Bouira et à Mascara.

Lire la suite

formats

Coup d’envoi de la 6e édition des journées cinématographiques de Tlemcen

Publié le 05/12/2018, par dans Non classé.

TLEMCEN – Le coup d’envoi de la sixième édition des journées cinématographiques de Tlemcen a été donné mercredi au palais de la culture « Abdelkrim Dali » de la ville de Tlemcen, en présence de nombreux étudiants, universitaires, réalisateurs et hommes de culture.

Cette nouvelle édition enregistre, selon le président du club de cinéma du palais de la culture, Djebbour Abdelmajid, un « nombre record » de participants (plus de 23) venus de différentes régions du pays.

Cette rencontre cinématographique consacrée aux courts métrages vise à créer un espace d’échange entre les jeunes réalisateurs intéressés par cette activité artistique d’une part et encourager, d’autre part, les jeunes de participer à la relance du 7e art national, a souligné le même responsable.

Ces journées devraient permettre aussi aux jeunes de Tlemcen de se rapprocher de cet art et à faire revivre la culture du cinéma à travers la wilaya, qui dispose actuellement d’une seule salle de cinéma rénovée lors de la manifestation « Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011 ».

Cette manifestation culturelle verra la projection de plus de 23 courts métrages qui se disputeront les trois premières places, a-t-on fait savoir de même source.

Les films qui sont proposés au public s’articulent autour de thèmes liés à l’histoire de la révolution algérienne, à la société et d’autres à caractère humoristique en plus de thèmes ayant trait à la jeunesse.

Le jury, qui évaluera les prestations, est composé d’un professeur universitaire spécialisée dans le cinéma, en l’occurrence Henni Karima du département des arts de l’université de Tlemcen, du réalisateur de théâtre et artiste, Ali Abdoune et du cinéaste Djebbour Abdelmajid.

La journée d’ouverture a été rehaussée par la présence de nombreux hommes et femmes du milieu culturel tlemcenien, à l’instar du poète Mebkhouti oureddine et la poétesse Sekkal Zineb, professeur de langue, qui a mis en exergue l’importance de telles journées qui peuvent servir à découvrir de jeunes et nouveaux talents dans le domaine du cinéma d’une part et permettent aussi aux jeunes participants d’avoir une critique et une évaluation objective sur leurs travaux, d’autre part.

Des ateliers de formation sur les techniques de montage de découpage ainsi que des conférences sur le cinéma sont prévues durant ces journées qui enregistrent une forte présence des étudiants du département des arts de l’université de Tlemcen.

La séance d’ouverture a été marquée par la projection d’un docu-fiction sur la vie et le parcours de Saint Augustin, réalisé par l’égyptien Chawki El Majiri à l’occasion de la manifestation « Constantine, capitale de la culture arabe 2011 ».

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair