formats

Le cinéma algérien à l’honneur samedi à la Cinémathèque de Tunis

Publié le 28/09/2018, par dans Non classé.
Le cinéma algérien à l'honneur samedi à la Cinémathèque de Tunis

ALGER – Le cinéma algérien sera à l’honneur samedi à la Cinémathèque tunisienne à l’initiative du Ciné-Club de Tunis, lit-on sur la page Facebook des organisateurs.

Le programme de la journée comprendra un hommage au cinéaste algérien Farouk Beloufa, décédé en avril 2018 à Paris, par une séance de projection-débat de son film « Nahla », réalisée en 1979.

Après la bataille de Kfar Chouba au Liban, en janvier 1975, Larbi Nasri, un jeune journaliste algérien, est pris dans le tourbillon des évènements qui précèdent la guerre civile. Lié à Maha, Hind, Raouf et Michel qui entourent Nahla, il assiste à la construction du mythe de Nahla, une chanteuse adulée par la population arabe. Un jour Nahla perd sa voix sur scène. L’atmosphère de crise qui règne autour d’elle, gagne comme une infection. Larbi, fasciné, perd pied et s’enlise, selon le synopsis du film.


Lire aussi: 11ème FIOFA: hommage à Farouk Beloufa et à l’actrice égyptienne Chadia


Après la projection, il sera procédé à un vernissage de clôture d’une exposition d’affiches du cinéma algérien, organisée par la Cinémathèque Tunisienne.

La journée se terminera par la projection suivie de débat de trois courts métrages algériens: « Les baies d’Alger » (Hassen Ferhani, 2006), « Les jours d’avant » (Karim Moussaoui, 2013) et « Babor Casanova » (Karim Sayad, 2015).

Lire la suite

formats

23e SILA: un millier d’éditeurs de 47 pays, la Chine invité d’honneur

Publié le 25/09/2018, par dans Non classé.
23e SILA: un millier d'éditeurs de 47 pays, la Chine invité d'honneur

ALGER – Prés d’un millier d’éditeurs algériens et étrangers de 47 pays prendront part au 23e Salon international du livre d’Alger (SILA), prévu 29 octobre au 10 novembre prochains aux Palais des expositions des Pins maritimes avec la Chine en invité d’honneur, a annoncé lundi le commissaire du salon.

Hamidou Messaoudi qui s’exprimait au forum du journal Echaâb, a indiqué que 970 maisons d’éditions dont 271 algériennes participeront à ce rendez-vous littéraire qui mettra à l’honneur la littérature de la Chine, présente avec 3.000 titres en Arabe et en Anglais.

L’invitation de la Chine, un pays qui avait soutenu le combat du peuple algérien pour l’indépendance, coïncide avec la célébration du 60e anniversaire des relations sino-algériennes.


Lire aussi: Mihoubi: le réalisateur du film Ben M’hidi a tenu compte de certaines réserves émises par la commission de visionnage


Avec 300.000 titres d’ouvrages dans divers domaines notamment la littérature, l’histoire et la science, le SILA accueillera par ailleurs 70 auteurs algériens, entre écrivains confirmés et jeunes auteurs, a ajouté le commissaire.

En plus des conférences et des tables rondes, le commissariat du SILA prévoit une série d’hommages à des figures de la culture algérienne à l’image de Abdellah Cheriet, Said Boutadjine, Abou Kassem Saad Allah ou encore l’écrivain et archiviste, Mourad Bourboune, scénariste du film sur Larbi Ben M’hidi, un long métrage en phase finale de réalisation.

Interrogé sur l’éventualité d’une « billetterie payante », le commissaire du Salon a assuré que l’accès au SILA « reste gratuit », soulignant que les recettes récoltées au titre du droit d’accès n’avaient « aucune valeur ajoutée » sur le salon.

Au sujet du budget alloué à l’édition 2018 du SILA, le commissaire a précisé que le montant était de 60 millions de DA, en baisse de 25% par rapport à l’édition précédente et de 50% par rapport au SILA 2015 qui avait bénéficié d’un budget de 120 millions de DA.


Lire aussi: Sila: le choix d’extraits littéraires « de qualité » dans le livre pour élèves


Malgré la baisse de son budget, le SILA continuera à exister grâce à la contribution de partenaires publics comme l’ONDA et l’ANEP, a-t-il rassuré.

A Propos des transferts d’argent au titre des ventes des maisons d’édition étrangères participant au SILA, Hamidou Messouadi, a indiqué relevé que les montants se situaient « entre 5 et 6 milliards de dollars », compte tenu, a-t-il dit, de la baisse de la valeur de la monnaie nationale.

Evoquant l’augmentation des tarifs de location des stands pour les exposants au salon, il a indiqué que cette hausse était dictait par des « circonstances difficiles », induites par la conjoncture économique que traverse l’Algérie.

« L’administration du SILA paye à la Safex (Société algérienne des foires et expositions) 3.000 DA le mètre carré nu (non aménagé) qui, après aménagement, est sous- loué à 5970.000 DA, électricité, gardiennage et publicité, compris », a expliqué le commissaire qui situe « la facture d’électricité, à elle seule, à 6 milliards DA », payable par l’administration du SILA, a-t-il tenu à préciser.

Il admet, toutefois, que « certains éditeurs qui aménagent leurs stands, paient le même prix que les autres bénéficiaires de stands aménagés ». Ceux-là, « une quinzaine », seront « remboursés », selon lui.

Le Syndicat national des éditeurs algériens (SNEL) contesté la décision du commissariat du SILA, qui a appliqué une majoration de prés de 1.000 DA sur la location des stands.

Dans un communiqué rendu public samedi, il qualifie cette augmentation du prix de location des stands de décision « injustifiée » et « unilatérale », prise sans la consultation des éditeurs ».


Lire aussi: 22e Sila: un premier projet algérien de numérisation de manuscrits


Le SNEL juge, par ailleurs, que cet acte est « contradictoire avec la politique du gouvernement d’encouragement à la lecture et de soutien à l’industrie du livre ».

Présent au point de presse, le président de la Commission de lecture a indiqué que 260.000 ouvrages ont été « validés depuis mai dernier » par cette instance rattachée au ministère de la Culture, estimant que le nombre des réserves émises dans le cadre du 23e SILA reste « insignifiant ».

Djamel FoughaliIl a saisi cette occasion pour rappeler l’article 8 de la loi de 2015 relative aux activités du marché du livre et qui , stipule que « tout ouvrage portant atteinte aux symboles de l`Etat et faisant l`apologie de la violence, du terrorisme et du racisme », sont interdits d’entrée, et mettre en garde les éditeurs étrangers qui ne respecteraient pas la loi ainsi que le règlement intérieur du SILA.

Ce dernier interdit, entre autres, la vente en gros de livres durant le salon.

Lire la suite

formats

Colloque international « Syphax » : plaidoyer pour la reprise du programme national de fouilles

Publié le 25/09/2018, par dans Non classé.
Colloque international

AIN TEMOUCHENT – Les participants au colloque international sur le royaume Massassyl, le roi Syphax et la rencontre de Siga 206 av JC, dont les travaux ont pris fin lundi soir à Ain Témouchent, ont plaidé pour la reprise du programme national de fouilles dans les grands sanctuaires numides et l’encouragement de la production artistique concernant les personnages de Massassyl en vue de valoriser leur image historique.

Le secrétaire général du Haut commissariat à l’amazighité (HCA), Si El Hachemi Assad a indiqué que ce colloque, organisé par son instance sous le haut patronage du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, s’est soldée par neuf principales recommandations s’articulant notamment sur la reprise du programme national de fouilles des équipes pluridisciplinaires et l’encouragement de la production artistique en général et cinématographique en particulier, surtout concernant les personnages de Massassyl en vue de valoriser leur image historique.

Il a ajouté, que les recommandations ont trait également à la prise d’initiatives en collaboration avec la wilaya et l’Office national de gestion et d’exploitation des biens culturels protégés pour préserver les sites archéologiques de la wilaya d’Ain Témouchent dont le site de Siga, la reprise de l’expérience initiée par l’APC d’Alger centre sous le patronage du HCA portant sur un concours de réalisation de la statue de Massinissa à Alger et la relance de cette expérience au chef-lieu de wilaya d’Ain Témouchent concernant l’effigie du roi Syphax.


Lire aussi :

AIN TEMOUCHENT – Les participants au colloque international sur le royaume Massassyl, le roi Syphax et la rencontre de Siga 206 av JC, dont les travaux ont pris fin lundi soir à Ain Témouchent, ont plaidé pour la reprise du programme national de fouilles dans les grands sanctuaires numides et l’encouragement de la production artistique concernant les personnages de Massassyl en vue de valoriser leur image historique.

Le secrétaire général du Haut commissariat à l’amazighité (HCA), Si El Hachemi Assad a indiqué que ce colloque, organisé par son instance sous le haut patronage du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, s’est soldée par neuf principales recommandations s’articulant notamment sur la reprise du programme national de fouilles des équipes pluridisciplinaires et l’encouragement de la production artistique en général et cinématographique en particulier, surtout concernant les personnages de Massassyl en vue de valoriser leur image historique.

Il a ajouté, que les recommandations ont trait également à la prise d’initiatives en collaboration avec la wilaya et l’Office national de gestion et d’exploitation des biens culturels protégés pour préserver les sites archéologiques de la wilaya d’Ain Témouchent dont le site de Siga, la reprise de l’expérience initiée par l’APC d’Alger centre sous le patronage du HCA portant sur un concours de réalisation de la statue de Massinissa à Alger et la relance de cette expérience au chef-lieu de wilaya d’Ain Témouchent concernant l’effigie du roi Syphax.


Lire aussi : La protection du patrimoine est la responsabilité de tous


Il a été aussi recommandé la collecte, la valorisation et la numérisation des recherches et de thèses débattus dans les universités algériennes et à l’étranger traitant du royaume de Massessyl et de son roi Syphax, en plus d’encourager les étudiants de master et de doctorat des départements d’histoire et d’archéologie à travailler sur ce thème, a ajouté M Assad.

Les participants à cette rencontre académique de trois jours ont exprimé leur souhait de créer un musée régional des monuments du royaume Massassyl au niveau d’une wilaya de l’Ouest algérien et d’entreprendre des initiatives auprès des musées à l’étranger conservant des collections d’arts plastiques et d’œuvres de sculpture mettant en exergue l’effigie de Syphax et la rencontre historique de Siga.

Les recommandations ont insisté aussi sur la poursuite des recherches et des découvertes dans le domaine de l’histoire des rois numides, de même que la programmation d’un de deux thèmes « royaume de Maurétanie » et « femmes amazighes » pour les rencontres du HCA de 2019.

Si El Hachemi Assad a signalé que ces recommandations émises par les participants interviennent dans le cadre des orientations de l’Etat et ouvrent le chemin pour la coordination des efforts pour la concrétisation des recommandations sur le terrain et la contribution efficacement à la préservation du patrimoine matériel et archéologique que recèle l’Algérie et qui constitue une partie de la mémoire et de l’identité nationales.

Lire la suite

formats

Grand Prix Assia Djebar du roman: le jury de la 4e édition installé

Publié le 24/09/2018, par dans Non classé.
Grand Prix Assia Djebar du roman: le jury de la 4e édition installé

ALGER – Le jury du Grand Prix Assia Djebar du roman, composé de sept membres, a été installé dimanche à Alger, indique un communiqué de l’Entreprise nationale de communication, d’édition et de publicité (ANEP) qui finance ce prix littéraire.

Les universitaires Aicha Kassoul (présidente) et Hamid Bouhbib, la plasticienne Karima Mendil, les journalistes Boukhalfa Amazit et Youssef Saiah, le romancier et journaliste Hamid Abdelkader ainsi que le poète Achour Fenni ont été installés au siège de l’ANEP.

Cofinancé par l’ANEP et l’Enag, le prix- du nom de l`écrivain, historienne et cinéaste algérienne disparue en 2015, récompense les meilleures œuvres littéraires en langue arabe, amazighe et française.

Les lauréats de cette distinction littéraire dotée d’une valeur d’un (1) million de dinars pour chacune des trois langues, seront connus « fin décembre », avait annoncé l’ANEP.

Décerné pour la première fois au 20e Salon international du livre d’Alger (Sila, 2015), le prix avait été remporté en 2017 par Merzak Bektache pour son roman en Arabe « La pluie écrit ses mémoires », Mustapha Zaarouri pour « Dwagi i d assirem-iw (C’est mon espoir, en Tamazight).

Le « Boulevard de l’Abime », paru en Français, a été décerné à titre posthume à Nourredine Saadi, disparu peu avant la remise du prix.

Lire la suite

formats

La protection du patrimoine est la responsabilité de tous

Publié le 24/09/2018, par dans Non classé.
La protection du patrimoine est la responsabilité de tous

AIN TEMOUCHENT – Le secrétaire général du Haut commissariat à l’amazighité (HCA) Si El Hachemi Assad a souligné, lundi à Ain Témouchent, que « la protection du patrimoine est la responsabilité de tous et non pas le monopole d’une instance ».

A l’APS en marge des travaux du colloque international sur le royaume de Massassyl et la rencontre de Siga 206 av JC, qui se poursuit à Ain Témouchent, M. Assad a déclaré « notre conviction dans la HCA est que la préservation du patrimoine est la responsabilité de tout un chacun et non pas d’une seule instance ».

« Le HCA adopte une stratégie visant à se rapprocher de plusieurs partenaires dont le Centre national d’archéologie et les instituts d’histoire du pays », a-t-il ajouté, citant à titre d’exemple la signature de conventions avec les universités d’El Oued et d’Annaba.

L’opération se poursuit dans le cadre la mobilisation pour servir le patrimoine matériel algérien, a-t-il affirmé.


Lire aussi: Colloque international « Syphax » : un événement inscrit dans le cadre d la réhabilitation de l’amazighité


Si El Hachemi Assad a expliqué que la valorisation du patrimoine exige sa protection suivant une stratégie et un plan précis partant de la restauration et la réservation un budget pour cela, qui relèvent de la compétence du ministère de la Culture.

Le secrétaire général du HCA a insisté, au passage, sur la nécessité de prendre des mesures pour protéger et relancer les sites archéologiques en attirant des délégations de touristes du pays et de l’étranger, ainsi que sur la prise de conscience du citoyen de l’importance de ces sites et la sensibilisation au niveau des écoles comme conditions pour valoriser le patrimoine matériel.

En outre, il a mis l’accent sur l’implication des associations versées dans la culture et le tourisme pour valoriser ce patrimoine et le promouvoir en réunissant les conditions pour attirer les visiteurs, en distribuant des dépliants, en diffusant des spots publicitaires et en confectionnant des affiches, soit la participation de tous.

Le colloque international sur le royaume de Massassyl et la rencontre de Siga 206 av JC se poursuit, à la troisième et dernière journée, avec des tables rondes auxquelles prennent part des étudiants de doctorat en histoire ancienne, encadrés par des universitaires, ainsi que la programmation d’une sortie au site du sanctuaire du roi Syphax.

Lire la suite

formats

Constantine: le trio MaVeNa offre un grand moment de musique classique

Publié le 24/09/2018, par dans Non classé.
Constantine: le trio MaVeNa offre un grand moment de musique classique

CONSTANTINE – Le trio MaVeNa a offert, un grand moment de musique classique au public venu en nombre au Théâtre régional de Constantine (TRC) Mohamed Tahar Fergani pour assister au concert intitulé  »De cordes et d’accords ».

Le trio MaVeNa composé de Massimiliano Sinceri, Vera Ait Tahar et Nazim Ali Yahia a magistralement interprété dimanche, de chefs-d’œuvre classiques, offrant une belle escapade musicale à travers les siècles en revisitant avec beaucoup de maîtrise plusieurs courants musicaux tels que le baroque le classique ou encore le postromantique.

Une heure durant le public s’est délecté de la douce harmonie créée par le piano cristallin de Sinceri et le violon diaphane de Vera Ait Tahar et de Nazim Ali Yahia, le tout dans une ambiance chaleureuse et intimiste.

Les trois virtuoses attaquent le spectacle avec un extrait des « quatre saisons », d’Antonio Vivaldi, faisant passer, d’entrée, toute l’émotion de ce qui est sans nul doute l’un des concertos pour violons les plus célèbres de l’histoire de la musique.

Le trio d’artistes impressionne par son étalage de superbes sonorités et enchaîne par l’exécution parfaite de deux concertos de Jean-Sébastien Bach et Wolfgang Amadeus Mozart, salués par des salves d’applaudissements à la fin de chaque partition.

Dans une complicité de tout instant, les musiciens reprendront par la suite des oeuvres relativement plus modernes signées Jerome Kern, Vicenzo Bellini et Igor frolov, étalant tout l’étendue de leurs talents et faisant montre d’une présence artistique hypnotique au grand bonheur du public du TRC.

Il est à noter que le concert De cordes et d’accords a été organisé par l’Institut culturel italien d’Alger en collaboration avec le ministère de la Culture et les théâtres régionaux de Constantine et d’Oran dans le cadre des rencontres musicales programmées pour le mois de septembre.

Le trio MaVeNa se produira le 25 septembre à 19H au théâtre régional d’Oran (TRO) puis deux jours plus tard à Alger à l’auditorium de la radio algérienne.

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair