formats

Salon de la photographie à Tébessa: forte affluence du public

Publié le 09/03/2020, par dans Non classé.
Salon de la photographie à Tébessa: forte affluence du public

TEBESSA – L’ouverture de la deuxième édition du Salon national de la photographie, dimanche, à Tébessa, a été marquée par une forte affluence du public.

Les visiteurs aux profils très variés ont semblé particulièrement apprécier les œuvres exposées traitant notamment de la nature, du patrimoine culturel algérien et des habits traditionnels distinguant chaque région du pays.

Selon le membre du jury de sélection des œuvres exposées, Faouzi Deman, sur les 160 photographies proposées, seulement une quarantaine ont été retenues pour participer à cette édition et conformément aux critères techniques convenus précédemment, basés essentiellement sur « la qualité de la photo et le sujet traité ».

Pour sa part, la photographe plasticienne Chahrezad Graya de la wilaya d’Oran qui participe pour la première fois à ce salon, s’est réjouie de cet événement qui va lui permettre, a-t-elle dit, de découvrir par elle-même, les nombreux sites archéologiques de la wilaya de Tébessa ayant inspiré nombre de ses collègues artistes.


Lire aussi: 2e édition du Salon national de la photographie dimanche à Tébessa


L’artiste Idir Bouaicha de Béjaia a déclaré que ce salon est une occasion pour lui de mettre en vedette la beauté de la Kabylie et notamment des régions de Bouira, Béjaia et Jijel.

Le photographe local, Khaled Guerfi a fait savoir que ce salon lui a permis de renouer avec sa passion, précisant qu’il compte bien revenir au devant de la scène en participant aux prochains événements similaires.

Ce salon de deux jours sera ponctué par des débats sur les avancées technologiques que connait l’art de la photographie en plus de sorties touristiques aux sites archéologiques tels que la porte de Caracalla et la basilique Sainte-Crispine, selon les organisateurs.

Lire la suite

formats

Inauguration de l’exposition « La femme dans la société touareg »

Publié le 08/03/2020, par dans Non classé.

ALGER- Une exposition de photographies dédiée à la femme targuie, son rôle sociale et sa place dans les fêtes populaires dans la région du Tassili N’Ajjer a été inaugurée dimanche à Alger par le photographe Sid Ahmed Menasria.

Organisée par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc) à la villa Dar Abdeltif, cette exposition d’une trentaine de clichés, intitulée « La femme dans la société touareg » est organisée à l’occasion de la Journée internationale des femmes.

L’objectif du photographe a saisi l’occasion de la fête de la Sbiba (classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco) pour capter la beauté des costumes traditionnels, des bijoux artisanaux et des tatouages au henné dont se parent les femmes pour célébrer cet évènement.

Sid Ahmed Menasria met en exergue, avec des portraits, les nombreuses musiciennes qui officient pendant cette fête ancestrale, organisée chaque année dans le lit de Oued Djanet, et continuent à initier les plus jeunes pour perpétuer cette tradition.

En plus des photos des doyennes des ksours de Djanet, l’artiste propose des portrait d’enfants de la région et des clichés immortalisant les majestueuses danses touareg ainsi que les différentes étapes de la Sbiba, une fête populaire annuelle parmi les plus importantes chez les Touareg.

Sid Ahmed Menasria expose également des clichés d’enfants pris dans les écoles traditionelles d’enseignement du Coran.

Une collection de photographies est aussi consacrée à l’architecture des ksours, des construction traditionnelles adaptées au climat de la région, intégrant des matériaux locaux et réutilisables qui en font un habitat écologique.

Né en 1966 à Alger, Sid Ahmed Menasria est un artisan céramiste qui s’est découvert une passion pour la photographie et le patrimoine culturel algérien.

Il a déjà participé à nombreux événements dédiés à la photographie à travers l’Algérie.

« La femme dans la société touareg » est visible jusqu’au 21 mars à la villa Dar Abdeltif.

Lire la suite

formats

Oran: ouverture de la première Fashion week

Publié le 08/03/2020, par dans Non classé.
Oran: ouverture de la première Fashion week

ORAN- La première manifestation « Fashion week » s’est ouverte dimanche à Oran avec la participation de 15 stylistes d’Algérie, de Tunisie, du Maroc, du Liban et des Etats-unis d’Amérique.

Cette manifestation, qui enregistre la présence des jeunes stylistes algériens, vise à diffuser la culture de la mode en Algérie pour développer les secteurs de l’habillement et de beauté qui occupent une place importante dans l’économie mondiale, a souligné l’organisateur, Toumiat Lakhdar Nasrallah lors d’une conférence de presse sur cet événement.

Ce rendez-vous, qui coïncide avec la célébration de la journée mondiale de la femme, constitue une occasion pour les concepteurs et créateurs de mode algériens de présenter leurs œuvres, d’échanger les expériences et de s’inspirer des créations de modélistes professionnels à travers des rencontres bilatérales a déclaré M. Toumiat, fondateur de « Fashion week » d’Oran.

Cet événement est considéré comme une occasion de présenter et d’introduire la mode traditionnelle et de contribuer à sa protection et à sa promotion pour devenir une marque mondiale, a-t-il ajouté.

Les organisateurs œuvreront durant la Fashion week d’Oran à mettre en valeur les capacités de la capitale de l’Ouest algérien dans l’art et la mode, surtout qu’Oran est un lieu propice pour développer le monde de la mode en Afrique du nord et constituer un trait d’union entre l’Afrique et le Moyen Orient dans ce domaine, a soutenu Toumiat Lakhdar Nasrallah.

Le programme « Fashion Week » d’Oran, qui se poursuit jusqu’au 13 mars, comporte plusieurs activités dont des défilés de mode et des ateliers de mannequins, une formation à l’art de la beauté et du maquillage et des conférences traitant des expériences de designers de renommée mondiale.

Cette manifestation de la « Fashion Week est supervisée par l’agence « Avatar » d’Alger avec la participation de plusieurs partenaires étrangers activant dans ce domaine.

Lire la suite

formats

Constantine: un documentaire sur l’histoire des chefs d’œuvre du malouf

Publié le 08/03/2020, par dans Non classé.

CONSTANTINE- Un film documentaire sur les grandes chansons, les plus mémorables de la musique malouf de Constantine est en cours de réalisation, a indiqué dimanche à l’APS, la réalisatrice de ce documentaire, Soraya Ammour.

« Le premier coup de manivelle de ce film documentaire a été lancé cette semaine et le travail mettra à contribution des artistes, des historiens, des intellectuels et autres mélomanes de Constantine et des wilayas limitrophes comme Annaba », a précisé Mme Ammour en marge de la production de son film documentaire sur les sœurs Fadila et Meriem Saâdane, « Belles et rebelles », à l’université des Frères Mentouri (Constantine1), dans le cadre des festivités de célébration de la Journée internationales de la femme.

« Ce patrimoine musical constitue un pan de l’histoire de Constantine et sa région, d’où l’idée d’investir ce domaine et d’aller à la découverte de ces chansons et quassida de cette musique savante et de rapporter des témoignages sur ce patrimoine, identité de Constantine », a détaillé la réalisatrice.

Mme Ammour a relevé que le documentaire sur la musique citadine de Constantine se penchera sur l’histoire des chefs d’œuvre tels que « Ya Dhalma », « Samra oua beida », « Galou Larab Galou » et « El Boughi », interprétés par les plus belles voix de la musique malouf relevant que le film documentaire partira également sur les traces des adeptes de ce genre musical dont la passion avait permis de transmettre et de préserver la beauté lyrique du malouf et la richesse de sa mélodie.

La célébration de la Journée mondiale de la Femme a été marquée à l’université Constantine1 par l’organisation d’une série d’activités culturelles et d’animation en présence d’ étudiantes.

Lire la suite

formats

Un documentaire sur l’histoire des chefs d’œuvre du malouf en cours préparation

Publié le 08/03/2020, par dans Non classé.
Un documentaire sur l'histoire des chefs d'œuvre du malouf en cours préparation

CONSTANTINE- Un film documentaire sur les grandes chansons, les plus mémorables de la musique malouf de Constantine est en cours de réalisation, a indiqué dimanche à l’APS, la réalisatrice de ce documentaire, Soraya Ammour.

« Le premier coup de manivelle de ce film documentaire a été lancé cette semaine et le travail mettra à contribution des artistes, des historiens, des intellectuels et autres mélomanes de Constantine et des wilayas limitrophes comme Annaba », a précisé Mme Ammour en marge de la production de son film documentaire sur les sœurs Fadila et Meriem Saâdane, « Belles et rebelles », à l’université des Frères Mentouri (Constantine1), dans le cadre des festivités de célébration de la Journée internationales de la femme.

« Ce patrimoine musical constitue un pan de l’histoire de Constantine et sa région, d’où l’idée d’investir ce domaine et d’aller à la découverte de ces chansons et quassida de cette musique savante et de rapporter des témoignages sur ce patrimoine, identité de Constantine », a détaillé la réalisatrice.

Mme Ammour a relevé que le documentaire sur la musique citadine de Constantine se penchera sur l’histoire des chefs d’œuvre tels que « Ya Dhalma », « Samra oua beida », « Galou Larab Galou » et « El Boughi », interprétés par les plus belles voix de la musique malouf relevant que le film documentaire partira également sur les traces des adeptes de ce genre musical dont la passion avait permis de transmettre et de préserver la beauté lyrique du malouf et la richesse de sa mélodie.

La célébration de la Journée mondiale de la Femme a été marquée à l’université Constantine1 par l’organisation d’une série d’activités culturelles et d’animation en présence d’ étudiantes.

Lire la suite

formats

Réhabilitation des balcons de Ghoufi : installation d’un comité de préparation du prochain colloque national

Publié le 08/03/2020, par dans Non classé.
Réhabilitation des balcons de Ghoufi : installation d'un comité de préparation du prochain colloque national

ALGER- Un comité scientifique et technique qui aura pour mission la préparation du colloque national sur la réhabilitation des balcons de Ghoufi et de l’hôtel adjacent dans la wilaya de Biskra, prévu le 18 avril, a été installé dimanche au siège du Haut commissariat à l’Amazighité (HCA).

S’exprimant lors de la cérémonie d’installation dudit comité composé d’experts et de techniciens spécialistes dans le patrimoine, le Secrétaire général (SG) du HCA, M. Si El Hachemi Assad a mis avant l’importance d' »organiser ce colloque dans la région de M’Chouneche située entre les wilayas de Biskra et Batna », en vue de réhabiliter les balcons de Ghoufi et de rénover l’hôtel adjacent, à l’abandon depuis 1990.

L’organisation de ce colloque s’inscrit, poursuit le SG du HCA, dans le cadre des  » rencontres qu’organise le Commissariat avec le ministère du tourisme et de l’artisanat depuis août 2017, lesquelles ont été couronnées d’un accord bilatéral prévoyant la promotion du patrimoine amazigh et son inclusion au titre de l’activité touristique et artisanale ».

Pour M. Assad, cette rencontre, qui verra également la participation des différents établissements et instances spécialisés dans le domaine du tourisme et du patrimoine traditionnel, de la société civile, ainsi que des autorités locales, est une opportunité pour chercher  » les mécanismes à même de promouvoir ces balcons archéologiques et historiques, à travers leur rénovation et leur réaménagement, outre la prise en charge, la réhabilitation et la modernisation de l’hôtel adjacent, tout en prenant compte de son cachet architectural authentique qui caractérise cette région ».

Cette rencontre devra, selon M. Assad, être couronnée de  » recommandations constructives et importantes qui devront donner une forte impulsion à l’action destinée à célébrer le patrimoine historique et culturel authentique et l’exploiter dans la consolidation du tourisme et la construction d’une destination touristique qui contribue au développement économique ».

De son côté, le Directeur général de l’Artisanat, Ben Ali Amcha a mis en exergue, dans son allocution, l’importance de « soutenir la coopération bilatérale entre le secteur du tourisme et le HCA, en vue de valoriser le patrimoine algérien authentique et l’exploiter dans la promotion de la destination touristique « Algérie », pour attirer les touristes et leur donner l’opportunité de connaitre le patrimoine national authentique et diversifié que recèle l’Algérie ».

Estimant que le HCA est une instance importante, au regard de l’intérêt qu’elle porte au patrimoine civilisationnel et culturel amazigh pour le faire renaître et l’enraciner dans la société, M. Amcha a mis en avant la contribution de son secteur, d’une manière continue, dans cette démarche en vue de donner une forte impulsion au tourisme et à l’artisanat ».

Intervenant lors de cette rencontre, des spécialistes et experts ont souligné l’importance de la prise en charge du patrimoine culturel et civilisationnel qui représente l’identité et l’histoire de l’Algérie, ce qui implique sa réhabilitation et son exploitation dans le domaine du tourisme, relevant à cet égard, l’importance de promouvoir les différents sites archéologiques de l’ensemble du territoire national.

La construction d’une destination touristique par excellence requiert l’amélioration des prestations dans les domaines du tourisme, le développement des structures d’accueil conformément aux standards internationaux et l’aménagement des différents sites archéologiques, historiques et culturels, ont estimé les intervenants.

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair