formats

L’association « Nedjma » des arts et des spectacles épate le public tlemcénien

Publié le 11/09/2018, par dans Non classé.

TLEMCEN – L’association « Nedjma » des arts et des spectacles, nouvellement créée à Tlemcen, a épaté le nombreux public présent, mardi dans la maison de la culture de Tlemcen, avec son spectacle très varié.

Cette jeune association, qui vient renforcer le paysage culturel et artistique local, a pu non seulement attirer un public nombreux avide d’animation culturelle mais elle a réussi également à présenter un cocktail d’arts de spectacles allant de la danse à la poésie en passant par le théâtre, le stand up et la chanson, d’un niveau appréciable

Son président, qui est également comédien en l’occurrence Oggad Mohamed, a indiqué que son association vise à former et à encadrer les jeunes talents à travers la wilaya de Tlemcen en leur offrant le cadre et la formation nécessaire pour pouvoir pratiquer et vivre leur passion.

Le spectacle présenté durant cet après midi, le premier de cette jeune association a reflété le niveau et les talents de chacun des artistes, qui ont pu séduire le public, à l’instar du poète Meftahi Mohamed le danseur Youcef Dragoune, les chanteurs cheb walid et cheb Aymen.

Le spectacle a donné lieu également à la présentation d’une pièce théâtrale intitulée « Dialogue avec la mort » traitant du phénomène de l’émigration clandestine (El harga).

L’association, dont le siège est au niveau de l’auberge de jeunes de Kebassa à Tlemcen, compte ouvrir, dans les prochains jours, selon son président, des ateliers de dessin, de théâtre, de danse et d’autres arts, afin de contribuer à la formation et à la relance de l’activité culturelle et artistique dans la wilaya.

L’association compte aussi préparer une pièce de théâtre sur la guerre de libération nationale, qui sera présentée le premier novembre prochain.

Lire la suite

formats

L’Unesco veut contribuer à la reconstruction de l’Irak et de la Syrie

Publié le 11/09/2018, par dans Non classé.
L'Unesco veut contribuer à la reconstruction de l'Irak et de la Syrie

PARIS – L’Unesco veut contribuer à la reconstruction de l’Irak en lançant une initiative touchant les volets de la culture, de l’éducation et de la paix, a affirmé mardi la Directrice générale de cette organisation onusienne, Audrey Azoulay.

« On veut contribuer à la reconstruction de l’Irak, en commençant par l’éducation et la culture, qui sont les conditions du rétablissement d’une paix durable et d’une réconciliation pouvant permettre le retour des réfugiés », a-t-elle indiqué dans une interview au journal Le Monde, précisant que l’initiative de l’Unesco vise la ville de Mossoul, délibérément détruite par l’organisation terroriste autoproclamée « Etat islamique » (Daech/EI).

« On a choisi Mossoul, qui est un symbole de l’Irak dans sa diversité culturelle, intellectuelle et universitaire, et qui a été délibérément détruite », a-t-elle ajouté, exprimant la volonté de son institution de « participer à la reconstruction humaine, là où l’Unesco a une valeur ajoutée – le patrimoine culturel, l’éducation et la prévention de l’extrémisme – et avec le multilatéralisme qui nous caractérise ».

La DG de l’Unesco a estimé le coût de cette initiative à environ 200 millions de dollars (170 millions d’euros), soulignant une approche « pragmatique », projet par projet, « avec des actions concentrées presque essentiellement sur la vieille ville de Mossoul ».

« J’aimerais que des projets voient le jour dans quatre à cinq ans, mais il faudra des dizaines d’années pour atteindre nos objectifs », a-t-elle dit, indiquant que plus de 100 millions de dollars de contributions ont été déjà annoncées, dont la moitié d’entre elles ont été signées. « Nous sommes dans une phase avancée de négociations avec l’Union européenne pour des projets de reconstruction du patrimoine public et privé à Mossoul et à Bassora », a-t-elle ajouté, précisant que les Pays-Bas vont contribuer pour un programme de prévention de l’extrémisme dans les classes.

« J’espère que nous allons prochainement pouvoir nous déployer dans d’autres villes d’Irak ou en Syrie, où les mêmes forts besoins s’expriment », a-t-elle dit, soulignant que pour la Syrie, l’Unesco est prête pour intervenir « massivement » à Palmyre, Alep et ailleurs.

« Dès que les conditions seront réunies autour d’un règlement politique permettant le plein retour du système des Nations unies dans lequel nous nous inscrivons, nous serons prêts à intervenir massivement à Palmyre, à Alep et ailleurs », a-t-elle expliqué souhaitant un règlement de la situation dans ce pays « le plus rapidement possible ».

Lire la suite

formats

L’artiste plasticien Hachemi Ameur expose en Espagne

Publié le 11/09/2018, par dans Non classé.
L'artiste plasticien Hachemi Ameur expose en Espagne

ORAN – L’artiste plasticien Hachemi Ameur exposera des tableaux d’art moderne sous le thème « Les noyés en Méditerranée », en Espagne lors de la période s’étalant du 14 septembre courant jusqu’à fin novembre prochain.

La première exposition se tiendra à Alicante du 14 au 30 septembre en cours et la deuxième à Ibiza du 6 au 30 octobre, alors que la troisième exposition est prévue en novembre prochain à Majorque, a indiqué Hachemi Ameur.

L’artiste exposera quelque 40 tableaux d’arts plastiques en acrylique réalisés dans les quatre dernières années, inspirés de sujets d’actualité. Son objectif est de faire connaître l’art plastique algérien dans le monde et de contribuer à introduire le projet du marché de l’art dans le secteur culturel, a-t-il souligné.

Le thème « Les noyés en Méditerranée » aborde des faits d’actualité dont font face différents continents dont l’exode et l’émigration clandestine, a expliqué Hachemi Ameur.

Les expositions seront accompagnées par un guide étoffé de textes en langues arabe, anglais, espagnol et français, élaborés sous l’égide de l’Office national des droits d’auteur et droits voisins (ONDA), a-t-on fait savoir.

Cet événement culturel est pris en charge par la compagnie espagnole de transport maritime des voyageurs « Baléares » assurant des dessertes entre les villes de Mostaganem (Algérie) et Valence (Espagne).

Lire la suite

formats

Le film « Les bienheureux » de Sofia Djama distribué en Tunisie

Publié le 10/09/2018, par dans Non classé.
Le film

ALGER – Le long métrage de fiction « Les bienheureux » de la réalisatrice algérienne Sofia Djama sera distribué dans les salles tunisiennes à partir du 19 septembre, a-t-on appris lundi auprès de l’équipe du film.

Le distributeur tunisien « Hakka Distribution » qui a acquis les droits de distribution pour la Tunisie prévoit une sortie en salle à partir du 19 septembre dans plusieurs villes tunisiennes, indique l’équipe du film.

Sorti en 2017, « Les bienheureux », premier long métrage de Sofia Djama, ouvre des débats ancrés à la fois dans la société algérienne et dans l’universalité, comme la jeunesse, les relations humaines, la perception de l’autre, la spiritualité, la vie de couple, ou encore les désillusions.

En août dernier « Les bienheureux » avait reçu le prix de la meilleure interprétation féminine attribué à l’actrice Lyna Khoudri au Festival international du film « East and West Classic-Avant Garde » qui s’était tenu dans la ville russe de Orenburg.

Cette jeune actrice qui a brillé pour la première fois sur grand écran sous la direction de Sofia Djama avait également reçu, en 2017, une des plus importantes distinctions internationales, le Lion d’Or de « la meilleure actrice » au 74e Festival international du film de Venise (Italie).

Avant sa distribution dans les salles françaises, « Les bienheureux » avait participé à des festivals comme le Festival du film franco-arabe de Noisy-Le-Sec, festival britannique « Mawaqif » ou encore le Festival international du film de Dubaï où il avait reçu le Prix de la meilleure mise en scène.

Lire la suite

formats

Six séances thématiques au menu du prochain colloque international sur Syphax

Publié le 10/09/2018, par dans Non classé.
Six séances thématiques au menu du prochain colloque international sur Syphax

ORAN – Les travaux du colloque international sur Syphax, prévu du 22 au 24 septembre à Aïn Témouchent, s’articuleront autour de six séances thématiques animées par des chercheurs nationaux et étrangers, a annoncé lundi à Oran le secrétaire général du Haut commissariat à l’amazighité (HCA), Si El-Hachemi Assad.

Au total, 28 communications réparties à travers six grandes séances thématiques seront données lors de ce colloque intitulé « Le Royaume des Massaessyles : Syphax et la rencontre de Siga 206 av. J.C. », a précisé M. Assad à l’occasion d’une nouvelle édition du Forum du quotidien « El-Djoumhouria ».

Ces séances, a-t-il expliqué, sont titrées « Introduction au royaume des Massaessyles », « La diplomatie et les alliances », « Autour de la conférence de Siga », « Sources matérielles et littéraires autour du royaume massaessyle », « Le patrimoine matériel et immatériel comme source de la connaissance de l’histoire », et « Approche archéologique ».


Lire aussi: Colloque sur Syphax : des acadaméciens algériens et étrangers attendus à Aïn Témouchent


Les 28 conférences programmées ont été sélectionnées par le comité scientifique de la rencontre parmi un total de 95 communications proposées, a fait savoir le SG du HCA.

M. Assad s’est également félicité de la prolongation de la durée du colloque d’une journée supplémentaire, donnant l’opportunité d’une plus large participation à la nouvelle génération de doctorants issus de différentes universités du pays.

Ainsi, 16 exposés seront proposés par les jeunes universitaires sous forme de tables-rondes, a-t-il indiqué, tout en signalant la participation d’un représentant de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

Le colloque sur Syphax mobilisera un panel d’historiens et d’archéologues nationaux et étrangers, à l’effet de confronter leurs travaux autour d’une période phare du royaume des Massaessyles et mettre en lumière le rôle joué par Syphax lors de « La rencontre de Siga » en l’an 206 av. J.C.

Ce vaste chantier scientifique vise également « la maîtrise de l’histoire culturelle, sociale et politique de la période Numide qui doit être considérée comme source d’inspiration et de fierté pour notre jeunesse », a souligné M. Assad.

Le SG du HCA a aussi annoncé qu’une grande exposition pédagogique sur les Numides et les Maures en Afrique centrale est mise à la disposition du grand public, et sillonnera durant le mois en cours des établissements scolaires et de formation professionnelle.


Lire aussi: Séminaire sur « Le royaume des Massaessyles, Syphax et le traité de Siga (202 a-JC) » en septembre


Les efforts de l’Etat pour la promotion de l’enseignement de tamazight ont été également mis en relief lors de cette nouvelle édition du Forum d’El-Djoumhouria.

La rencontre s’est tenue en présence du wali d’Oran, Mouloud Cherifi qui a remis, à cette occasion, un document officiel affectant un nouveau siège à l’association locale « Numidia » connue pour son investissement dans la valorisation de la richesse et de la diversité du patrimoine culturel algérien.

Une jeune élève, lauréate locale de la première édition du concours « Aqlam Biladi » (Plumes de mon pays), initié par le ministère de l’Education nationale, a été récompensée à cette occasion.

En outre, une minute de silence a été observée à la mémoire de Abdellah Hamane, moudjahid qualifié par M. Assad de « pilier de la littérature d’expression amazighe », décédé dimanche et inhumé lundi au cimetière d’Aïn El-Beida (Oran) en présence des autorités locales.

Le SG du HCA a été également convié au lancement du premier cours de tamazight dans une école primaire d’Aïn El-Turck avant de procéder à la distribution, dans une école pour non-voyants de cette même commune, de la première édition d’un guide en braille tamazight.

Lire la suite

formats

Oran: le moudjahid et homme de culture Abdellah Hemane n’est plus

Publié le 10/09/2018, par dans Non classé.
Oran: le moudjahid et homme de culture Abdellah Hemane n'est plus

ORAN- Le moudjahid et homme de culture Abdellah Hemane, est décédé, dimanche, à Oran, à l’âge de 82 ans, des suites d’une longue maladie, a-t-on appris de proches du défunt.

Feu Abdellah Hemane est connu pour être un des défenseurs de la culture amazighe et un de ses promoteurs dans la wilaya d’Oran depuis de longues années.

Arrêté en 1956 pour sa participation à une action fidaï à Sidi Bel-Abbès, il fut condamné à 10 années de prison et connaitra la torture ainsi que les affres et les conditions inhumaines d’incarcération dans plusieurs centres de détention de l’ouest du pays.

Après le recouvrement de l’indépendance, il s’adonnera au métier de couturier tout en se consacrant à la création culturelle en produisant des pièces de théâtre, des poèmes, des traductions d’oeuvres universelles en tamazight.

Parfait trilingue, feu Abdellah Hemane a également contribué à la création de l’association culturelle « Numidia », versée depuis des années dans la promotion et le développement de tamazight dans la wilaya d’Oran.

Le défunt sera inhumé, lundi, après la prière de Dohr, au cimetière d’Aîn Beïda d’Oran.

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair