formats

Massa Bouchafa galvanise le public algérois

Publié le 13/01/2019, par dans Non classé.
Massa Bouchafa galvanise le public algérois

ALGER – La chanteuse algérienne d’expression kabyle Massa Bouchafa a galvanisé samedi soir à Alger, le nombreux public présent, à travers un répertoire de chansons aux cadences exaltantes, en célébration de « Yennayer 2069 ».

Le public de l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh, venus en tenues traditionnelles, célébrer « Yennayer 2069 », placé cette année sous le slogan de « racine, diversité et unité », a pu apprécier la grande chanteuse Massa Bouchafa, et s’est imprégné du patrimoine culturel, à travers des danses folkloriques de différentes régions d’Algérie.

Soutenue par le groupe « Tilanya »(mélodie libre), un orchestre de cinq musiciens, dirigés par Athmane Belaïd, la chanteuse kabyle, habillée, comme à chaque concert, d’une robe traditionnelle berbère, a dès son entrée, enflammé la salle, entonnant une douzaine de pièces, aux atmosphères festives, dédiées à l’identité amazighe, à l’Algérie, au vivre ensemble, à la joie et à l’amour.

Durant plus d’une heure de temps, Massa Bouchafa a entonné les pièces, « Ayuliw », « Inevgawen », « Tameghra », « Da’L’Mouloud », « Evrou nagh qim », « Anefrah », « Taqvaïlith », « Tighri », « Yedjayi », « Inès, inès », « Mathoufidh » et « Siwlass », que le public reprenait en cheours, dansant au devant de la scène et dans les allées réservées aux déplacements.

Les instrumentistes, Brahim Medjeber à la basse, Nadjim Souaïli à la batterie, Rafik Naoui à la percussion, Kamel Saaoui à la Guitare, ainsi que le maestro Athmane Belaïd aux claviers, ont brillé de maitrise et de technique, faisant montre de toute l’étendue de leurs talents respectifs dans des tours d’improvisation en solo.


Lire aussi: Tiaret : coup d’envoi de la semaine culturelle amazighe


Interagissant avec le public qui déhanchait, envoyant des salves de « youyous » répétées et battant la mesure avec les mains, la chanteuse de « El dzayer tamurt’thiw, Tamazigh’th tameslay’thiw avghou nagh qim » (l’Algérie est mon pays, le Tamazigh est ma langue, que tu le veuilles ou non), annoncait, avec une voix présente et étoffée, chacune de ses pièces avec un « achwiq » (introduction lente, chantée avec une voix nue).

Semant le bien etre et dessinant les sourires sur les visages depuis 1988, Massa Bouchafa, Zaïna Nait Chabane de son vrai nom, compte à son actif dix-sept albums dont, « Mou Khelkhal »(2014), « Yer arguaz » (2015), « Tamurt’thiw » (2016) et « Yedjayi » (2017), projetant de sortir « une compilation regroupant (ses) 30 ans de carrière ».

L’ancienne enseignante de physique au collège, a vu sa voie toute tracée grâce à son talent d’auteure-interprète et aux encouragements et conseils de son mari et manager M’Hend Bouchafa, qui écrit et compose ses textes, et avec qui elle partira plusieurs fois en tournée, à travers l’Algérie, mais aussi en France, en Europe, en Australie, aux Etats Unis d’Amérique et au Canada.

La deuxième partie a permis au public de prendre part à une randonnée onirique, dans les profondeurs des traditions ancestrales, à travers quatre danses, « Kabyle », « chaouie », « Touareg » et « R’Guibet » de la région de Tindouf, savamment interprétées dans la grâce du mouvement et la beauté du geste, par les huit ballerines et six danseurs du Ballet de l’Opéra d’Alger.


Lire aussi: Yennayer : grande affluence au spectacle « Aglid … les grands rois » à la Grande Poste d’Alger


Dans les différentes tenues conçues pour chaque tableau par la modéliste-couturière du ballet, Zoubida Setti, les danseurs se relayaient dans des danses en duo, ou d’ensemble traçant de belles symétries et esquissant des figures esthétiques, sous les regards bienveillants de leurs maitres-répétiteurs, Khadidja Chekrouni et Hamid Agabi.

Dans des chorégraphies réglées avec minutie, les danseurs ont rendu, la joie des kabyles lors de la cueillette des olives et dans les fêtes, l’immensité du désert qui inspire la sagesse, le sens de l’honneur et la bravoure des guerriers touaregs et le rôle de la femme dans l’apaisement des esprits et l’hospitalité et la bonté du peuple chaoui.

Le public, savourant dans la délectation, chaque moment de cette soirée intitulée par les organisateurs, « Yennayer à l’Opéra », a longtemps applaudi les artistes, regrettant, cependant, de ne pouvoir apprécier le groupe « Zingdah », déprogrammé après avoir décliné sa participation.

Auparavant, sur le fond d’un achwiq, rendu avec douceur par la flute de Mohamed Salhi, l’homme de lettre, poète et enseignant, Ahcène Merriche a déclamé à deux moments distincts de la soirée, deux poésies en Tamazigh, »Yennayer » de Islem Bessassi et « Ahesra a Zikenni » (nostalgie du passé)dont il est l’auteur.

La soirée « Yennayer à l’Opéra », célébrant le nouvel an amazigh, est organisé par l’Opéra d’Alger, sous l’égide du ministère de la Culture.

Lire la suite

formats

Tiaret : coup d’envoi de la semaine culturelle amazighe

Publié le 13/01/2019, par dans Non classé.
Tiaret : coup d'envoi de la semaine culturelle amazighe

TIARET – Le coup d’envoi de la semaine culturelle amazighe a été donné, samedi, à la maison de la culture « Ali Maachi » de Tiaret, à l’occasion de la célébration du nouvel an amazigh.

Le wali Abdessalem Bentouati a souligné, à cette occasion, que l’officialisation de Yennayer comme fete nationale, décidée l’année dernière par le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika démontre les efforts consentis par l’Etat algérien depuis 1996 à la promotion de Tamazight, en l’introduisant dans le système éducatif , en créant des instances chargées de sa promotion comme langue et constante de l’identité nationale.

« L’institution de Yennayer comme fete nationale par le Président Bouteflika est un grand pas vers la consolidation de l’identité nationale », a souligné le wali.

Dans une communication sur « l’histoire du patrimoine culturel amazigh », l’historien et universitaire Lakhdar Hadj Arab Ali a indiqué que « les amazighs ont contribué dans l’édification des grandes civilisations le long des rives de la méditerranée ».


Lire aussi: Aissa salue la parution du premier livre d’exégèse du Saint Coran en Tamazight


Le lancement de cette semaine culturelle amazighe a été marqué par des activités culturelles et artistiques liées au legs culturel amazigh, avec l’implication du secteur de la jeunesse et des sports et des associations locales. Des expositions d’artisanat, des exhibitions de cavalerie, des spectacles de folklore, la projection d’un film documentaire, des tours de chants animés par la chorale de l’école « Youcef Kouadria » de Tiaret, des défilés de mode et danse kabyles ont figuré au programme de cette journée.

La cérémonie a permis aussi d’honorer les lauréats des concours, organisés par différents secteurs à l’occasion de ces festivités. Le programme de cette semaine amazighe se poursuivra jusqu’à mardi prochain.

Par ailleurs, le wali de Tiaret a inspecté plusieurs structures relevant des secteurs de la santé, de l’habitat, de l’énergie, de l’éducation nationale et des travaux
publics à Tiaret, Sougueur et Tousnina.

Il a posé la première pierre de réalisation de 900 logements AADL, d’un nouveau siège de l’APC de Sougueur et a donné lancé un projet de renforcement d’alimentation en gaz naturel, un projet de dotation de l’hopital Youcef Damerdji,
du chef-lieu de wilaya, en équipements de radiologie IRM ainsi qu’un projet de groupe scolaire à Tousnina.

Lire la suite

formats

Aissa salue la parution du premier livre d’exégèse du Saint Coran en Tamazight

Publié le 13/01/2019, par dans Non classé.
Aissa salue la parution du premier livre d'exégèse du Saint Coran en Tamazight

ALGER – Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aissa a salué, samedi à Alger, la première parution du livre d’exégèse du Saint Coran en Tamazight de son auteur Cheikh Si Hadj Mohand Tayeb et ce à l’occasion de la célébration du Nouvel an Amazigh « Yennayer ».

Intervenant lors d’une conférence scientifique organisée par l’Association nationale du développement local et durable -Namaa-, le ministre a précisé que cette exégèse en Tamazight écrite en caractère arabe constituait « la première du genre en Algérie et au Maghreb ».

Cette parution reflète la profonde compréhension du Saint Coran et de l’Islam et jette les bases d’un travail et d’une méthodologie en langue amazighe et ouvre les portes pour la recherche et l’enrichissement à l’avenir, a-t-il dit.

Et d’ajouter, grâce à la décision historique du président Abdelaziz Bouteflika, de consacrer Yennayer fête nationale et officielle et la constitutionnalisation de Tamazight comme langue nationale, l’Algérie s’est réconciliée avec elle-même et avec son histoire à travers cette diversité amazighe, islamique et arabe.

S’exprimant à cette occasion, M. Si Hadj Mohand Mohand Tayeb a fait savoir que le Coran était difficile à traduire dans d’autres langues au vu de sa qualité hautement distincte et que son travail se limitait à l’exégèse du Coran.


Lire aussi: 2.000 postes pour couvrir le déficit dans les mosquées et les écoles coraniques


Le représentant de l’association nationale a révélé, dans ce sens, qu’il sera procédé, dans les prochains mois, à l’organisation d’un congrès maghrébin en vue d’enrichir cette parution, ajoutant qu’il s’attèlait à l’impression de 100.000 exemplaires et à leur transfert en forme d’application gratuite sur internet conformément à la demande formulée par l’auteur.

A cette occasion, une distinction symbolique a été décernée au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, en guise de reconnaissance des efforts louables consentis pour l’instauration de la paix et de la réconciliation et l’unité nationale ainsi que pour le développement de l’Algérie.

Une distinction a été remise également à l’auteur de l’exégèse du Coran et à d’autres personnalités.

Cette manifestation s’est déroulée en présence de parlementaires, de représentants des ambassades du Maroc et d’Arabie Saoudite à Alger, de quelques institutions officielles, de personnalités, d’ulémas et d’imams.

Lire la suite

formats

Yennayer : grande affluence au spectacle « Aglid … les grands rois » à Alger

Publié le 13/01/2019, par dans Non classé.
Yennayer : grande affluence au spectacle

ALGER – Le spectacle « Aglid … les grands rois », produit par la commune d’Alger centre dans le cadre des célébrations officielles du nouvel an amazigh « Yennayer », a subjugué, samedi, le public de la capitale qui a pu apprécier les superbes tableaux chorégraphiques qui ont reflété les batailles menées par les rois amazighs pour défendre le pays et les valeurs de la liberté et de la dignité.

ALGER – Le spectacle « Aglid … les grands rois », produit par la commune d’Alger centre dans le cadre des célébrations officielles du nouvel an amazigh « Yennayer », a subjugué, samedi, le public de la capitale qui a pu apprécier les superbes tableaux chorégraphiques qui ont reflété les batailles menées par les rois amazighs pour défendre le pays et les valeurs de la liberté et de la dignité.

Présenté en présence du wali d’Alger Abdelkader Zoukh et d’autres cadres, le spectacle a été marqué par une grande affluence de familles algériennes et d’étrangers qui se sont réjouis du niveau de ce spectacle notamment le navire de guerre qui a été conçu conformément au modèle Numide pour concrétiser les exploits de la flotte maritime durant les guerres.

Le président de la commune d’Alger Centre, Abdelhakim Bettache a indiqué, dans ce sillage, à l’APS que cette initiative présentait des tableaux artistiques rassemblant la chorégraphie, le chant et la musique pour raconter les plus grandes batailles menées par les rois amazighs à travers toutes les époques de l’histoire.


Lire aussi: Yennayer à Djelfa: le patrimoine culturel de Khenchela et Boumerdès s’invitent chez les Ouled Nail


« L’objectif de célébrer le nouvel an amazigh est de mettre en avant le patrimoine culturel et historique à travers les différents rituels de célébration du yennayer ou la diversité culturelle des différentes régions du pays a été prise en considération », a-t-il affirmé.

l’inauguration de la statue du roi amazigh « Massinissa », qui a été programmée pour aujourd’hui, sera reportée pour une date ultérieure, a révélé M. Bettache, ajoutant que cette statue sera posée au niveau de la commune de Bab Ezzouar étant l’entrée principale de la capitale.

Lire la suite

formats

Yennayer : grande affluence au spectacle « Aglid … les grands rois » à la Grande Poste d’Alger

Publié le 13/01/2019, par dans Non classé.
Yennayer : grande affluence au spectacle

ALGER – Le spectacle « Aglid … les grands rois », produit par la commune d’Alger centre dans le cadre des célébrations officielles du nouvel an amazigh « Yennayer », a subjugué, samedi, le public de la capitale qui a pu apprécier les superbes tableaux chorégraphiques qui ont reflété les batailles menées par les rois amazighs pour défendre le pays et les valeurs de la liberté et de la dignité.

ALGER – Le spectacle « Aglid … les grands rois », produit par la commune d’Alger centre dans le cadre des célébrations officielles du nouvel an amazigh « Yennayer », a subjugué, samedi, le public de la capitale qui a pu apprécier les superbes tableaux chorégraphiques qui ont reflété les batailles menées par les rois amazighs pour défendre le pays et les valeurs de la liberté et de la dignité.

Présenté en présence du wali d’Alger Abdelkader Zoukh et d’autres cadres, le spectacle a été marqué par une grande affluence de familles algériennes et d’étrangers qui se sont réjouis du niveau de ce spectacle notamment le navire de guerre qui a été conçu conformément au modèle Numide pour concrétiser les exploits de la flotte maritime durant les guerres.

Le président de la commune d’Alger Centre, Abdelhakim Bettache a indiqué, dans ce sillage, à l’APS que cette initiative présentait des tableaux artistiques rassemblant la chorégraphie, le chant et la musique pour raconter les plus grandes batailles menées par les rois amazighs à travers toutes les époques de l’histoire.


Lire aussi: Yennayer à Djelfa: le patrimoine culturel de Khenchela et Boumerdès s’invitent chez les Ouled Nail


« L’objectif de célébrer le nouvel an amazigh est de mettre en avant le patrimoine culturel et historique à travers les différents rituels de célébration du yennayer ou la diversité culturelle des différentes régions du pays a été prise en considération », a-t-il affirmé.

l’inauguration de la statue du roi amazigh « Massinissa », qui a été programmée pour aujourd’hui, sera reportée pour une date ultérieure, a révélé M. Bettache, ajoutant que cette statue sera posée au niveau de la commune de Bab Ezzouar étant l’entrée principale de la capitale.

Lire la suite

formats

Yennayer à Djelfa: le patrimoine culturel de Khenchela et Boumerdès s’invitent chez les Ouled Nail

Publié le 12/01/2019, par dans Non classé.

DJLEFA – Des associations des wilayas de Khenchela et de Boumerdès ont effectué samedi une halte culturelle à Djelfa pour faire montre de leur patrimoine ancestral dans le cadre des festivités du nouvel an amazigh 2969.

Le patrimoine amazigh de ces deux wilayas s’est en effet invité chez les Ouled Nail, précisément au théâtre régional « Ahmed Ben Bouzid », où des expositions mettant en exergue les us et traditions de ces deux régions, concernant leur art culinaire, leurs habits traditionnels, leurs bijoux et leur folklore, ont été organisées au plus grand plaisir du public de la ville de Djelfa.

Les autorités locales ont, à cette occasion, procédé au lancement officiel des festivités de Yennayer à Djelfa qui se poursuivront une semaine durant, avec la participation de nombreuses wilayas, dont Bejaia, Tizi-Ouzou, Souk Ahras et Ghardaïa, appelées, chacune à sa façon, à faire la promotion de son patrimoine ancestral respectif.

Un public des grands jours était présent à cette exposition qui reflète l’attachement des enfants de ce pays à leurs racines et à leur identité plusieurs fois séculaire.

La semaine du patrimoine amazigh offre au public djelfaoui des galas artistiques, des déclamations poétiques et des exhibitions folkloriques portés au programme de la manifestation, qui prévoit également élargir ces activités à de nombreuses communes afin de faire profiter le plus grand nombre possible d’habitants de la région à la fête de Yennayer, consacré par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, fête nationale officielle chômée et payée, depuis 2018.

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair