formats

Lutte contre le terrorisme : 109 terroristes éliminés et 36 autres arrêtés en 2015

Publié le 28/12/2015, par dans Non classé.

L’Armée nationale populaire (ANP) a réussi durant l’année 2015, à éliminer 109 terroristes et 36 autres arrêtés indique dimanche un bilan du ministère de la Défense nationale (MDN).

L’Armée nationale populaire (ANP) a réussi durant l’année 2015, à éliminer 109 terroristes et 36 autres arrêtés indique dimanche un bilan du ministère de la Défense nationale (MDN).

L’Armée nationale populaire (ANP) a réussi durant l’année 2015, à éliminer 109 terroristes et 36 autres arrêtés indique dimanche un bilan du ministère de la Défense nationale (MDN).
Selon ce bilan de la lutte contre le terrorisme de l’année 2015, 109 terroristes ont été éliminés et 36 autres ont été arrêtés, outre la saisie d’importantes quantités d’armes et de munitions notamment 18 quintaux d’explosifs, souligne la même source.

Dans ce cadre, il est précisé que parmi les armes saisies figurent 105 unités de type Kalachnikov, 21 pistolets automatiques, 237 fusils, 8 lance-roquettes, 5 lance-roquettes de fabrication traditionnelle ainsi qu’une quantité considérable de toutes sortes de munitions dont 182 bombes artisanales, 132 mines et cinq roquettes.

D’autre part, dans le cadre de la lutte contre le trafic de drogue, les unités de l’ANP ont saisi durant la même période, 57.168,2 kilogrammes de kif, précise la même source.

Par ailleurs, 977 appareils détecteurs de métaux, 1.321,7 grammes d’or et 1.079.787 litre de carburant ont été également saisis, dans le cadre de la lutte contre la contrebande. Lire la suite

formats

Le président Bouteflika réaffirme l’engagement de l’Etat à soutenir l’agriculture

Publié le 28/12/2015, par dans Non classé.

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika a réaffirmé, dimanche, l’engagement de l’Etat à poursuivre son soutien à l’Agriculture, rassurant que la conjoncture financière difficile que connait l’Algérie « n’entamera en rien la détermination de l’Etat à promouvoir ce secteur ».

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika a réaffirmé, dimanche, l’engagement de l’Etat à poursuivre son soutien à l’Agriculture, rassurant que la conjoncture financière difficile que connait l’Algérie « n’entamera en rien la détermination de l’Etat à promouvoir ce secteur ».

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika a réaffirmé, dimanche, l’engagement de l’Etat à poursuivre son soutien à l’Agriculture, rassurant que la conjoncture financière difficile que connait l’Algérie « n’entamera en rien la détermination de l’Etat à promouvoir ce secteur ».
Dans un message adressé au Secrétaire général de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA), le président Bouteflika qui a été destinataire d’une motion de l’UNPA à l’occasion du 41ème anniversaire de sa création, a souligné que cette motion « traduit l’engagement des agriculteurs algériens à contribuer au processus d’édification de l’Algérie et de préservation de ses richesses ».

Le président de la République a tenu à exprimer aux agriculteurs sa « haute considération pour leur dévouement et leur attachement aux nobles principes unificateurs ainsi qu’aux valeurs authentiques de notre peuple, mus par une forte volonté de promouvoir ce secteur vital pour permettre à notre pays de surmonter les épreuves, tout en préservant sa stabilité et la cohésion du front interne à l’ombre des crises économiques et soubresauts politiques qui secouent le monde ».

« Nous n’avons eu de cesse, depuis des années, de mettre en garde contre les soubresauts qui secouent d’autres secteurs exposés, de par leur vulnérabilité et pour de multiples raisons, aux bouleversements et aux fluctuations, particulièrement le marché des hydrocarbures sur lequel repose grandement l’économie nationale », a écrit le président Bouteflika.

« L’Algérie a pu se prémunir contre les répercussions de la chute des cours du pétrole grâce à une politique judicieuse et par un paiement anticipé de la dette en sus de la réalisation de projets stratégiques -infrastructures de base en tête- et la préservation des réserves nationales, autant de mesures qui ont mis l’Algérie à l’abri d’une récession dévastatrice », a poursuivi le chef de l’Etat.

« Il est plus judicieux aujourd’hui de s’orienter vers d’autres secteurs générateurs de richesses et d’emplois pour nos jeunes. L’Agriculture qui permet d’atteindre l’autosuffisance, voire d’aller vers l’exportation permettra à notre pays de compter avec les recettes nationales, diversifier ses sources d’investissement et de préserver le pouvoir d’achat des citoyens », a-t-il affirmé.

Le président Bouteflika a, dans ce contexte, vanté les mérites de la nation qui vit de ses propres ressources, tel que recommandé par le Prophète Mohammad (QSSSL).

« Nous n’avons d’autre alternative, si nous voulons trouver un substitut économique à l’énergie tarissable, que de réhabiliter et restructurer ce secteur à travers une vision stratégique moderne qui repose sur la science et les technologies, la revalorisation des expériences, la mécanisation et une bonne gestion du processus de production, de distribution, de stockage et de commercialisation », poursuit le président de la République.

 » Il est important de mettre un terme à la dépendance à la production étrangère soumise aux règles d’un marché instable. C’est pourquoi nous nous devons de développer notre économie et de renforcer notre indépendance et notre souveraineté en matière de prise de décision politique », a indiqué le Président Bouteflika ajoutant qu' »outre le secteur de l’agriculture, la terre recèle des énergies renouvelables susceptibles de couvrir nos besoins croissants en hydrocarbures », a encore écrit le Chef de l’Etat.

Le président de la République a ainsi appelé l’UNPA à l’occasion du 41ème anniversaire de sa création célébré il y a quelques jours, « à tirer les enseignements des défis et enjeux que connaît le monde économique aujourd’hui afin d’y faire face avec plus de connaissances, de travail et de mobilisation de toutes les bonnes volontés du pays. Ceci permettra de se prémunir de tout ce qui pourrait constituer une menace à notre stabilité et union et un obstacle à nos projets de développement déjà réalisés ou en voie de réalisation ».

Rappelant que le secteur de l’agriculture avait « occupé une importante place dans le programme de développement à travers le soutien au secteur, une distribution équitable des terres, l’effacement de la dette des agriculteurs et l’injection de plus de 800 milliards DA pour le soutien à l’activité agricole, le président de la République a affirmé que l' »Etat demeure fidèle à son engagement dans l’accompagnement de nos agriculteurs en faveur de la cristallisation du projet de développement national global ».

Il a, dans ce cadre, réaffirmé l’engagement de l’Etat à continuer à soutenir l’Agriculture en application des mesures qu’il a annoncées personnellement en février 2009 à Biskra.

« Il est vrai que l’Algérie connait une situation financière difficile mais sachez que cette conjoncture n’entamera en rien notre détermination, ni notre effort y compris financier, à promouvoir l’agriculture et son apport à l’indépendance économique nationale », a poursuivi le président de la République à l’adresse des agriculteurs. Lire la suite

formats

Oran : Un rassemblement populaire en hommage à Hocine Aït Ahmed

Publié le 28/12/2015, par dans Non classé.

Le mercredi prochain, aux alentours de 16h30, des citoyens oranais issus de la société civile se rassembleront à la place du 1er Novembre pour rendre un hommage posthume à feu Aït Ahmed, qui nous a quittés la semaine dernière.

Le mercredi prochain, aux alentours de 16h30, des citoyens oranais issus de la société civile se rassembleront à la place du 1er Novembre pour rendre un hommage posthume à feu Aït Ahmed, qui nous a quittés la semaine dernière.

Le mercredi prochain, aux alentours de 16h30, des citoyens oranais issus de la société civile se rassembleront à la place du 1er Novembre pour rendre un hommage posthume à feu Aït Ahmed, qui nous a quittés la semaine dernière.
Cet hommage se voulant populaire est non pas de l’initiative du bureau régional du FFS à Oran, mais est de la volonté de la société civile, nous explique Chafaa Aguenihanai, le coordinateur du FFS de la wilaya d’Oran.

Il faut dire que depuis jeudi dernier, le bureau d’Oran de ce parti, sis dans le quartier historique de Sidi El Houari, connait une affluence extraordinaire de citoyens oranais, venus présenter leurs condoléances. Les représentants locaux des partis politiques, notamment le FLN, le RND et le MDS se sont également déplacés sur place pour signer le registre des condoléances.

Au niveau des autorités locales, le P/APW a appelé le coordinateur d’Oran du FFS pour faire part de ses condoléances au nom de la wilaya d’Oran. « Hocine Aït Ahmed appartient à tous les algériens, nous dit encore Chafaa Aguenihanai.

Tous les algériens le pleurent. Je suis ému par les marques de sympathie à son égard au niveau de la wilaya d’Oran. Notez que beaucoup d’Oranais s’organisent pour aller, jusqu’à Aïn Hammam à Tizi Ouzou pour assister à ses funérailles vendredi prochain. Lire la suite

formats

2015, l’année des jeunes cinéastes indépendants

Publié le 28/12/2015, par dans Non classé.
2015, l'année des jeunes cinéastes indépendants
ALGER- L’année 2015 aura connu un foisonnement de festivals, de rencontres et autres caravanes dédiés tous au cinéma national, qui aura brillé à l’étranger grâce au talent de jeunes cinéastes dont le travail a été récompensé dans plus d’une manifestation internationale. Une production cinématographique relativement faible n’a pas empêché l’organisation,…

Lire la suite

formats

Ouverture de la 1ère édition du festival national amateur des marionnettes d’AinTemouchent

Publié le 28/12/2015, par dans Non classé.
Ouverture de la 1ère édition du festival national amateur des marionnettes d'AinTemouchent
AIN TEMOUCHENT – Le coup d’envoi de la première édition du festival national amateur des marionnettes d’Ain Temouchent a été donné, lundi, par le wali, en présence des autorités locales et des représentants des 15 wilayas participantes. Le responsable de l’exécutif, Hamou Ahmed Touhami, s’est félicité de ce nouvel acquis…

Lire la suite

formats

Arezki Basta : « Ait-Ahmed est un militant intellectuel qui n’a pas été compris »

Publié le 28/12/2015, par dans Non classé.

Arezki Basta, 85 ans, l’enfant d’Azzefoun, est l’ancien chef des groupes armés de la Casbah d’Alger Centre jusqu’à la veille du déclenchement de la lutte armée , aux côtés de Krim Belkacem, Amar Ouamrane et Hanafi Fernane, avant de s’exiler clandestinement vers l’Europe et rejoindre par la suite l’Egypte, et regagner le pays, pour continuer à militer, en dépit de son emprisonnement en Tunisie.
« Le défunt moudjahed Hocine Ait-Ahmed était un intellectuel qui avaient ses qualités et ses petits défauts comme tout être humain nous dit-il, c’était un fervent défenseur de son pays, l’Algérie, et de l’unité de son peuple ajoute-t-il, pour moi, Ait-Ahmed est une grande personne de notoriété mondiale qui plaçait l’intérêt de l’Algérie au-dessus de toutes les autres considérations, c’est un patriote exemplaire, mais ce que je trouve regrettable, toujours selon mon opinion personnelle, le frère Hocine Ait-Ahmed restera un infatigable combattant très doué et intelligent, qui n’a jamais été compris par les tous les responsables algériens qui se sont succédés à la tête de notre pays depuis 1962, dit-il.

Arezki Basta avait eu l’occasion de croiser le révolutionnaire Ait-Ahmed. Prié de nous citer quelques anecdotes, notre interlocuteur, auteur du livre intitulé,  » les tragiques vérités qui n’ont pas été dites sur la Révolution algérienne, après un court moment de silence enchaine,  » je me souviens de la date du 17 décembre 1954, je me suis rendu au siège du Comité de libération de l’Afrique du Nord au Caire, il y avait des marocains, des tunisiens et quelques compatriotes. Ce fût ma 1ère rencontre avec Hocine Ait-Ahmed, un rendez-vous avec le responsable algérien explique-t-il, il connaissait mon frère Ali Basta qui était étudiant en médecine à Paris.

Mon contact avec lui était facile dès les 1ères minutes. Pour détendre l’ambiance, Ait-Ahmed me dira que mon visage est une marque déposée, m’expliquant qu’il avait rendez-vous à 16h00 avec l’Ambassadeur de l’Arabie Saoudite. Il m’invite alors à l’accompagner. Dans le véhicule pendant le trajet, alors que la guerre venait de commencer en Algérie, il n’a pas cessé de me poser des questions pour s’informer sur la situation au bled. Arrivés à l’Ambassade de l’Arabie Saoudite, Hocine Ait-Ahmed m’informe qu’il tient à ce que je sois à côté de lui chez l’Ambassadeur.

Il est allé s’assurer du soutien de l’Arabie Saoudite dans le combat contre le colonialisme français. J’ai trouvé Hocine Ait-Ahmed talentueux et très cultivé durant toute la durée de l’entretien avec le diplomate saoudien. La mission de Ait-Ahmed à l’Ambassade fût un succès.

Il a réussi à représenter dignement notre pays et convaincre son interlocuteur sur la justesse de la Révolution algérienne. Nous nous sommes quittés ensuite après cette rencontre avec l’Ambassadeur. Chacun de nous avait sa mission à accomplir pour le pays. J’ai revu Ait-Ahmed juste après l’Indépendance à Alger vers la fin de 1962 et ensuite en 1990 lors de son retour au pays, nous avons discuté quelques minutes, indique Arezki Basta.

 » Après toutes ces péripéties et les sacrifices consentis par les authentiques militants algériens, qui avaient abouti à la libération de notre pays nous précise Arezki Basta, je relève avec une grande tristesse que l’idéologie du 1er Novembre 1954 a été totalement déviée de sa trajectoire depuis 1962 à nos jours, conclut Arezki Basta. Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair