formats

Oran: le chaâbi est « une musique nationale »

Publié le 14/01/2016, par dans Non classé.
Oran: le chaâbi est
ORAN- Le chaâbi est « une musique nationale », a soutenu l’interprète de ce genre musical et membre du projet « Patrimoine, pratiques culturelles et artistiques en mouvement » du Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC). Animant, jeudi à Oran, une conférence sur « Les traces du chaâbi en Algérie », Réda Doumaz…

Lire la suite

formats

Des hommes de lettres et écrivains algériens participent au « Maghreb des livres » à Paris

Publié le 14/01/2016, par dans Non classé.
ALGER- La 22e édition du « Maghreb des livres » se tiendra les 13 et 14 février 2016 à Paris avec la participation de 120 auteurs et artistes du Maghreb arabe, d’Europe et du Canada. Plus d’une dizaine d’écrivains et hommes de lettres algériens dont les romanciers Maissa Bey, Anouar Benmalek et…

Lire la suite

formats

«Sans notre résistance, il n’y aurait pas de réconciliation»

Publié le 14/01/2016, par dans Non classé.

« L’avant-projet de Constitution vient de consacrer la réconciliation nationale, mais ne dit pas mot sur notre résistance face aux hordes terroristes. Sans notre résistance, jamais l’ANP et les autres services de sécurité n’auraient pu gagner cette guerre engagée contre la République et les institutions n’auraient pas été préservées», clame l’Alliance des GLD et Patriotes.
Les gardes communaux, les Patriotes et des victimes de terrorisme dénoncent le contenu du projet de révision constitutionnelle. Ils déplorent notamment le fait d’ignorer leur résistance contre le terrorisme dans le préambule de ce texte qui a institutionnalisé la réconciliation nationale.
Regroupés au sein d’une nouvelle organisation baptisée « Alliance nationale patriotique», les représentants de ces milliers de bénévoles pour la sauvegarde de la République se disent « déçus» par le contenu de la mouture finale du projet de révision de la Constitution, adopté lundi soir par le Conseil des ministres.

« Sans la résistance, il n’y aurait pas eu la réconciliation nationale», lance le porte-parole de cette Alliance, Lahlou Aliouat, lors d’une conférence de presse animée hier au siège du MDS, à Alger. « L’avant-projet de Constitution vient de consacrer la réconciliation nationale, mais ne dit pas un mot sur notre résistance à tous face aux hordes terroristes. Sans notre résistance, jamais l’ANP et les autres services de sécurité n’auraient pu gagner cette guerre engagée contre la République. Sans notre résistance, jamais les institutions n’auraient été préservées», clame également cette Alliance dans un communiqué-appel au peuple algérien, rendu public à l’occasion.

Visiblement très attristée par cet « oubli», l’Alliance nationale patriotique rappelle encore les sacrifices des gardes communaux, des GLD, des Patriotes et du peuple algériens qui se sont dressés comme un seul homme contre le projet terroriste. « Nous avons bravé les terroristes qui se drapaient de l’islam et qui nous promettaient le cercueil si nous allions aux urnes ou si nous envoyions nos enfants à l’école (…). Sans notre résistance, jamais nous n’aurions pu entonner l’hymne national ni parler du 1er Novembre et de ses martyrs. Sans les 200 000 martyrs, dont Boudiaf, Alloula, Yefsah, Chergou, Benhamouda, Hasni, Matoub… jamais Bouteflika ne serait devenu Président pour faire sa réconciliation», lit-on dans le même communiqué.

Les membres de cette Alliance affirment que leur résistance est « un précieux legs pour les générations futures. C’est cette résistance que nous voulons laisser en héritage à nos enfants. Sans quoi, nous considérerons cette Constitution comme étrangère à notre combat, une trahison de nos martyrs, des sacrifices et défis ayant permis de sauvegarder la République». Les membres de cette Alliance dénoncent aussi le traitement de faveur dont ont bénéficié les terroristes d’hier et leurs chefs, hissés au rang de « personnalités nationales». « En parallèle, les Patriotes vivent dans des conditions précaires.

Il y a même un Patriote ayant perdu une jambe qui perçoit seulement 4000 DA/mois. Les Patriotes sont traités comme des mendiants, tandis que les terroristes sont choyés et protégés», dénonce Lahlou Aliouat. Selon lui, l’Alliance ne va pas se taire face à cette exclusion : « Nous allons organiser des actions pacifiques pour dénoncer le contenu de ce projet. Nous allons à la rencontre des citoyens pour faire entendre notre voix.» Pour lui, l’Alliance est « un espace pour s’exprimer sur des questions politiques». Lire la suite

formats

«Le trafic de drogue connaîtra une flambée en 2016»

Publié le 14/01/2016, par dans Non classé.

Dans un rapport critique, la Fédération nationale pour la lutte contre la drogue et la toxicomanie (FNLDT) vient de dresser un état des lieux alarmant suite à la hausse des prix engendrée par les nouvelles mesures de la loi de finances 2016, ayant touché les carburants et l’énergie dans une première étape, et dont les conséquences seront fâcheuses pour le pouvoir d’achat des Algériens.
« La baisse du pouvoir d’achat, conséquence de la hausse des prix de façon générale, va aussi se répercuter d’une façon indirecte sur notre voisin marocain», note le rapport de la FNLDT. Cette dernière, présidée par le docteur Abdallah Benarab, explique que « la facture des matières premières et des hydrocarbures, que ce pays recevait via les réseaux de contrebande, va aussi augmenter».

Cette situation aura également des effets sur les populations marocaines des régions frontalières, dont les activités et les ressources dépendent essentiellement du trafic à grande échelle du carburant. Malgré les sérieux coups de boutoir portés à ces réseaux par les contrôles rigoureux des brigades des Douanes, mais aussi le véritable « état de siège» imposé par l’armée à travers les patrouilles des garde-frontières, les producteurs de cannabis de la région du Rif marocain vont redoubler leurs activités « en augmentant leurs exportations de kif vers l’Algérie». La FNLDT prédit que « des tonnes de kif seront acheminées vers notre pays».

Comme un malheur ne vient jamais seul, « le trafic de cannabis connaîtra une embellie en Algérie, il viendra compenser le manque à gagner, des dealers et des barons, secondaire à l’inflation qu’ils vont subir à partir de 2016», souligne la FNLDT. L’analyse de la situation financière qui va toucher les couches les plus défavorisées de la société, par suite de ces hausses des prix, a poussé la FNLDT à tirer la sonnette d’alarme. « La pauvreté va prospérer et ceci ne sera pas sans conséquences sur l’affaiblissement du tissu social et l’apparition de nouveaux délinquants, qui viendront tirer profit du trafic juteux des substances illicites, indispensables aux nombreux toxicomanes avérés ou occasionnels, prêts à débourser des sommes importantes pour satisfaire leur état de manque», conclut le rapport de la FNLDT. Lire la suite

formats

Une approbation sous réserve

Publié le 14/01/2016, par dans Non classé.

Depuis le début de l’année en cours, des facilitations fiscales sont accordées aux fabricants de médicaments. Dans un arrêté, le directeur général des Douanes algériennes, Kaddour Bentahar, en application de l’arrêté n°15-214 du 17 août 2015 portant les modalités d’exonération des droits et taxes des produits chimiques et organiques destinés à la fabrication de médicaments, a instruit ses différents sous-directeurs sur le territoire national d’alléger la procédure administrative pour ces producteurs.
Parmi ces nouvelles dispositions, la non-exigence de l’attestation de franchise de la TVA ainsi que la suppression de liste restreinte des produits exonérés de cette taxe à condition de présenter un programme des importations prévisionnelles annuelles ou d’un avenant au dit programme visé par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.

Bien qu’ils aient salué cette initiative, plusieurs producteurs de médicaments estiment cet arrêté encore insuffisant. « Il faut savoir qu’antérieurement à ces nouvelles dispositions, les importations d’intrants de l’industrie pharmaceutique (principes actifs, excipients) étaient soumises à une procédure chronophage de délivrance de franchise de TVA de la part des services fiscaux en vue de leur exonération de cette taxe. Ceci contrairement aux produits finis importés qui étaient directement exonérés de TVA sans aucune formalité bureaucratique», déclare Nabil Mellah, ex-président de l’Union nationale des opérateurs pharmaceutiques (UNOP) et directeur général des laboratoires pharmaceutiques Merinal.

Ce texte est en fait une réponse positive de l’Etat qui a repris textuellement la proposition de l’UNOP. Même si c’est une bonne chose, nous ne pouvons nous abstenir d’émettre quelques réserves notamment en ce qui concerne la notion de non-exonération de TVA des médicaments de confort. En sachant que cette notion de « médicament de confort» n’existe dans aucune loi et qu’elle n’a même pas été abordée dans le projet de loi sanitaire. De plus, cette introduction de TVA sur les médicaments ne pouvait être mise en place sans l’aval de l’APN qui l’a, par ailleurs, apparemment rejetée, étant donné que la loi de finances 2016 ne l’introduit pas.

Pour M. Mellah, si ce texte facilite effectivement les formalités administratives de dédouanement des industriels, en revanche il ne prend pas en considération les achats locaux de ces industriels. « La question qui se pose aujourd’hui, à partir du moment où le ministère des Finances souhaite mettre un terme à la délivrance de franchises de TVA, est : comment feront les industriels pour être exonérés de TVA pour leurs achats d’intrants chez des fournisseurs locaux ?

Ce texte doit impérativement être modifié en vue de la suppression de cette notion de médicaments de confort et la prise en charge de la problématique des achats locaux par le ministère des Finances, afin de permettre aux industriels de se consacrer à leurs efforts d’investissement, plutôt qu’à la gestion de problématiques bureaucratiques», ajoute-t-il avant de souhaiter qu’à l’avenir, la mise en place des propositions de l’UNOP se fasse dans un cadre plus concerté afin d’éviter des cafouillages chronophages et être dans une approche anticipative plutôt que corrective. Lire la suite

formats

Sept morts et un blessé suite à une bagarre

Publié le 14/01/2016, par dans Non classé.

Toute la région de Staouéli et Zéralda est sous le choc. Le sont, encore plus, les résidants du complexe touristique Azur Plage, qui ont passé hier la nuit la plus mouvementée et la plus effroyable qu’ils n’ont, peut-être, jamais vécue.
Sept personnes ont perdu la vie et une autre a été atteinte de graves brûlures : tel est le bilan de l’incendie qui a ravagé la khaïma érigée au cœur du complexe. Un incendie provoqué et prémédité par des personnes étrangères suite à un malentendu avec le videur. Les faits remontent, selon les témoignages des résidants du complexe, à hier en début de soirée lorsque cinq individus se sont accrochés avec le videur de la khaïma. « Armés, ils l’auraient blessé avec une arme blanche au visage.

Ne pouvant leur faire face, il s’est réfugié à la khaïma et s’y est enfermé laissant derrière lui ses ravisseurs fous de colère. Ces derniers seraient sortis du complexe, auraient appelé deux de leurs amis en renfort et sont revenus pour le deuxième round de la bagarre», raconte un des témoins résidant au complexe. Selon notre interlocuteur, toujours sous le choc, ces délinquants, qui n’ont pas pu accéder à la khaïma, ont carrément décidé d’y mettre le feu après avoir briser les vitres et immoler leur adversaire qu’il croyait à l’intérieur. « Ils ne savait pas que durant leur absence, il avait pris la fuite, de même que les quelques clients qui étaient venus y passer la soirée et qu’il n’y avait que les employés. Ils ont saccagé des véhicules avant de prendre la fuite.

Les prisonniers des flammes, dont deux femmes, n’ont trouvé de moyen pour se protéger que la salle d’eau où ils s’y sont enfermés avant de crier à travers les petites vitres à l’aide. Nous avons tout fait pour leur venir en aide, mais nous n’avons pas pu les sauver. Le temps que les secours et les gendarmes arrivent, ils étaient déjà morts», confie un autre résidant qui déclare qu’il s’attendait, ainsi que tous les résidants du complexe, à une pareille scène de violence. « Qu’attendez-vous d’un pareil endroit qui n’est autre qu’une boîte de nuit où tous types de délinquance sont permis, à commencer par les boissons alcoolisées jusqu’à la consommation de drogue.

Nous avons saisi à plusieurs reprises le directeur du complexe concernant la sécurité des lieux, notamment avec l’ouverture de cette khaïma, il y a de cela deux ans. Les quelques agents de sécurité sont incapables d’assurer à eux seuls la sécurité d’un aussi grand complexe sans caméra de surveillance. Malheureusement, rien n’a été fait.» Notre discussion avec les témoins est interrompue par les cris de la maman d’une des victimes. Complètement effondrée, elle est venue pour avoir des nouvelles de son fils.

Les gendarmes et les éléments de la police scientifique l’ont envoyée à l’hôpital de Zéralda où se trouvent les corps des défunts, tous âgés entre 25 et 32 ans. A sa sortie, un gendarme accompagnait le gérant de cette boîte de nuit pour les besoins de l’enquête, qui a été ouverte immédiatement après les faits. Les résidants n’ont pas manqué de pointer du doigt les responsables du complexe qui ont autorisé l’ouverture d’un telle structure dans un endroit familial. Selon leurs dires, cet endroit est, d’après le cahier des charges, censé être une crèche pour les enfants des résidants, mais il a été détourné de sa vocation par des décisions dont ils doutent de leur validité juridique.

Toutes ces considérations et déclarations des témoins ainsi que les doigts pointés vers les responsables du complexe n’apaiseront pas la douleur des familles des victimes qui se sont rassemblées à l’hôpital pour récupérer les dépouilles des défunts. D’après les gendarmes, trois des présumés auteurs de ce crime seraient déjà identifiés. Cependant, ils demeurent toujours recherchés. Signalons que le feu a ravagé toutes les structures et nécessité une grande équipe dépêchée par la Protection civile avec 7 engins anti-incendie, qui a mis deux heures pour l’éteindre, et 10 ambulances. Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair