formats

La succession comme enjeu

Publié le 16/12/2015, par dans Non classé.

Recomposition violente dans le sérail, paralysie de l’institution présidentielle, crise économique et sociale endémique. C’est dans ce climat d’état d’urgence nationale générale que le chef de l’Etat s’apprête à réviser la Loi fondamentale du pays.
Cinq ans après en avoir pris l’engagement, Bouteflika se résout à libérer la mouture finale de la « nouvelle Constitution» après avoir fait le ménage dans la « maison» sur fond de conflit au sein de l’armée dans son versant « sécurité et renseignement». Lancé sous la poussée des insurrections qui ont balayé des régimes autoritaires dans la région, le projet de révision de la Constitution a fait l’objet de plusieurs « consultations» devant servir de caution politique. Mais elle a fait aussi et surtout l’objet de désaccords profonds au sein même du pouvoir, ce qui a contraint à de nombreux ajournements. Des dispositions introduites n’auraient pas obtenu une adhésion de toutes les parties. Il s’agit notamment des questions de la vice-Présidence et de la limitation d’âge pour briguer la magistrature suprême.

Ces deux questions renvoient manifestement à la problématique de la succession que devra finalement prendre en charge la nouvelle Constitution. Si le discours officiel en vogue tend à faire croire que la révision de la Constitution serait « la grande réalisation politique du chef de l’Etat visant à garantir les libertés et instaurer une démocratie plus apaisée dans tous les domaines» et permettrait à Bouteflika de sortir par la grande porte, nombreux sont les acteurs politiques et sociaux à douter de la finalité d’une telle démarche.

D’aucuns jugent que le réaménagement de l’architecture institutionnelle du pays serait l’ultime acte de Abdelaziz Bouteflika pour « verrouiller le jeu politique en vue d’une succession contrôlée». L’absence d’un successeur naturel, le choc des ambitions et la méfiance régnant au sein des différents groupes influents rendent laborieuse l’obtention d’un consensus. L’élimination de l’ancien patron du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), le général Toufik, n’aurait finalement résolu qu’une partie du conflit dans « la maison du pouvoir».

Une lutte acharnée est livrée entre les partisans de Bouteflika eux-mêmes. « La réunion d’avant-hier a pour but d’essayer de s’entendre avec l’armée et d’aboutir à un consensus politique sur les principales dispositions à modifier», estime la constitutionnaliste Fatiha Benabbou. D’évidence, la préoccupation centrale de l’équipe dirigeante est comment garder le pouvoir sous de nouvelles formes et des habillages institutionnels nouveaux. L’épineuse problématique de la capacité de l’actuel locataire d’El Mouradia à assumer et à assurer ses fonctions de chef de l’Etat demeure. Objectivement, de l’avis même des « amis» du Président, le pays ne peut plus supporter une telle situation qui handicape fortement le fonctionnement normal des institutions.

Nouvel habillage pour un même pouvoir

A l’international, la place de l’Algérie est souvent reléguée au second plan ; les efforts du ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, ne peuvent combler les carences créées par un Président absent. Au plan interne, les voix dénonçant la montée en puissance des pouvoirs informels se multiplient.

Elles se recrutent y compris dans le cercle bouteflikien, comme le confirme la lettre du Groupe des 19.
Une fois la nouvelle Constitution entérinée, Abdelaziz Bouteflika se résoudra-t-il à « quitter la scène» et convoquer une présidentielle anticipée, comme certaines voix autorisées veulent le faire croire ? Un scénario peu plausible tant que le successeur naturel fait défaut. Mais surtout que Bouteflika, malgré son état de santé, « n’est pas homme à quitter le pouvoir vivant», assure un cacique du régime qui a longtemps côtoyé le chef de l’Etat.

Quel est le plan en cours d’élaboration dans les salons feutrés du régime ? Mystère. Pas tant que cela, en fait. Le rappel des troupes et la campagne soigneusement orchestrée et menée tambour battant contre les adversaires « internes» et les opposants externes laissent présager des réaménagements devant aider la transmission du pouvoir sous l’œil regardant de Bouteflika. L’on commence déjà à susurrer l’introduction d’une disposition « créant le poste de vice-Président dont la mission est de représenter le chef de l’Etat et le retour du poste du chef du gouvernement issu de la majorité parlementaire». L’objectif est de se donner le temps nécessaire pour mieux « réussir» la succession.

Au final, la révision de la Constitution répond-elle à des impératifs de pouvoir et de son maintien ? Elle ne va pas chambouler les équilibres du pouvoir. Elle va introduire des dispositions qui, la plupart du temps, ne seront pas effectives. Parce qu’en l’absence d’un gardien vigilant de la Constitution — car le Conseil constitutionnel n’en est pas un du fait que ses compétences sont « attribuées» — et « tant que le pouvoir politique se renforce de plus en plus, comme actuellement, la dynamique d’institutionnalisation ne s’enclenche pas. La redistribution des pouvoirs est le degré zéro de l’Etat», explique encore Mme Benabbou.

Pour battre en brèche le discours qui tend à faire croire à une démocratisation de la vie politique, la constitutionnaliste estime que « ce sont les mécanismes politiques qui règlent les crises politiques et non pas les textes. La démocratisation doit s’appuyer sur des institutions, en d’autres termes, tant qu’elle repose sur la volonté des hommes, elle reste soumise aux aléas de cette volonté capricieuse. Donc seul un gouvernement des lois et non un gouvernement des hommes est en mesure de démocratiser la vie politique en offrant un cadre juridique stable grâce au principe de sécurité juridique». En somme, l’objectif de la nouvelle Constitution cache mal le vrai jeu et l’enjeu du pouvoir. Lire la suite

formats

La lutte contre le terrorisme au menu

Publié le 16/12/2015, par dans Non classé.

Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Nouredine Bedoui, a réitéré, hier à Paris, l’appel de l’Algérie à la communauté internationale à se solidariser pour éradiquer le terrorisme.
« C’est une occasion pour réaffirmer la nécessité de lutter contre ce fléau, devenu international, en traversant maintenant toutes les frontières, et la communauté internationale doit se solidariser pour arriver à l’éradiquer», a déclaré le ministre à la presse juste après avoir déposé une gerbe de fleurs à la place de la République à Paris, en hommage aux victimes des attentats terroristes du 13 novembre dernier à Paris qui ont fait 130 morts.

« A travers cet hommage, nous exprimons notre solidarité avec toutes les familles des victimes du terrorisme, parmi elles il y a des Algériens. Je me recueille, en mon nom et au nom des Algériens, à la mémoire de toutes les victimes de ces attentats», a-t-il ajouté. Pour sa part, le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a indiqué que cet hommage est « très révélateur de ce que sont nos relations». « Ce sont des relations d’amitié, de confiance qui nous conduisent à être très près les uns des autres dans la lutte antiterroriste», a-t-il souligné. Lire la suite

formats

D’importantes quantités d’explosifs récupérées par l’ANP

Publié le 16/12/2015, par dans Non classé.

Les éléments des forces de sécurité poursuivent leur opération de ratissage enclenchée depuis plus de deux semaines, à l’est de la wilaya de Tizi Ouzou.
Hier, les troupes de l’armée ont détruit neuf casemates aménagées dans la forêt chevauchant les communes d’Aghribs, Iflissen et celle d’Azeffoun, à une soixantaine de kilomètres du chef-lieu de wilaya.

Les militaires ont également récupéré d’importantes quantités d’explosifs à l’intérieur de ces caches, selon un communiqué du ministère de la Défense nationale. Il est utile de noter qu’une trentaine de casemates ont été détruites par les forces de sécurité depuis le début de l’opération en question.

Cette offensive militaire dans les maquis de l’ex-GSPC a permis aussi la mise hors d’état de nuire de sept islamistes armés et la récupération de six pistolets mitrailleurs, d’un fusil à pompe et d’une quantité de munitions.

Des outils de détonation, des denrées alimentaires, des médicaments, des téléphones portables et d’autres objets ont également été saisis par les éléments de l’ANP toujours en action et sur les traces des assaillants qui se seraient retranchés au cœur de la forêt. Rappelons que parmi les terroristes abattus dans cette opération figure l’émir Nabil Bejaouia, alias Abou Dher, âgé de 34 ans et originaire de Dellys, dans la wilaya de Boumerdès, qui est monté au maquis en 2005.

Ainsi, l’étau se resserre sur les terroristes de l’ex-GSPC en activité dans la région. Les éléments des forces de sécurité ont utilisé l’artillerie lourde et passé au peigne fin les endroits susceptibles de servir de lieux de repli et de transit aux criminels. Selon des sources locales concordantes, les troupes de l’ANP ont lancé cette opération suite à des renseignements faisant état de mouvements terroristes dans la région.

Une autre source précise qu’il s’agit de la préparation d’une rencontre de l’ex-GSPC en présence de chefs terroristes, dont l’émir Abdelmalek Droukdel, alias Abou Mosaâb Abdel Woudoud. Dès lors, les troupes de l’armée du secteur opérationnel de Tizi Ouzou ont enclenché une opération d’envergure pour traquer les terroristes. Lire la suite

formats

6e FICA: « Fi rassi rond-point » de Hassen Ferhani plébiscité par le public

Publié le 16/12/2015, par dans Non classé.
6e FICA:
ALGER- Le film documentaire « Fi rassi rond-point » (Dans ma tête un rond-point) du réalisateur Hassen Ferhani, une immersion dans l’univers décalé des abattoirs d’Alger si méconnu des algérois, projeté mardi soir, a été ovationné par les cinéphiles d’Alger très nombreux à cette première projection. D’une durée de 100 mn, ce…

Lire la suite

formats

6e FICA: le documentaire « Ady gasy » donne un aperçu sur le mode de vie des Malgaches

Publié le 16/12/2015, par dans Non classé.
6e FICA: le documentaire
ALGER- Le film documentaire « Ady gasy » du réalisateur malgache Lova Nantenaina, projeté mardi soir dans le cadre du 6e Festival international du cinéma d’Alger (FICA) dédié au film engagé, illustre le vécu d’une grande partie des Malgaches qui ont opté pour la débrouillardise comme mode de vie. Sorti en 2014,…

Lire la suite

formats

6e FICA: le documentaire « Howard Zinn, une histoire populaire américaine » projeté à Alger

Publié le 16/12/2015, par dans Non classé.
6e FICA: le documentaire
ALGER- Le documentaire « Howard Zinn, une histoire populaire américaine » qui porte un regard rétrospectif sur les conditions de travail des migrants ainsi que les luttes ouvrières du 20e siècle, a été projeté mardi à Alger en compétition au 6e Festival international du cinéma d’Alger (FICA). Coréalisé par Olivier Azam et…

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair