formats

Bagarre entre députés du PT au Parlement

Publié le 02/02/2016, par dans Non classé.

La crise qui secoue le Parti des travailleurs, depuis quelques semaines, est passée à un stade  » supérieur ». Echange de coups et d’insultes !
Aujourd’hui mardi, au siège de l’APN, les députés Ramdane Tazibt, un fidèle de Louisa Hanoune, et le dissident Salim Labatcha en sont arrivés aux mains. Les deux députés se sont accrochés à l’entrée de l’hémicycle, en marge de la cérémonie de clôture de la session d’automne.  » La justice vous attend.. », fulmine Taâzibt en assénant un coup de pied à son adversaire.  » Vous avez volé le parti, voyous », répond Salim Labatcha, avant que d’autres députés n’interviennent pour séparer les antagonistes.

Salim Labatcha est à la tête du mouvement de redressement menée contre la secrétaire général du parti, Louisa Hanoune.  » Ceux qui veulent casser le PT font pression sur nos députés. Ils leur ont dit que s’ils n’enlevaient pas leur secrétaire générale, elle sera tuée. Le député Salim Labatcha qui a été exclu du parti a osé dire que même Boudiaf ils l’ont tué !», a déclaré Louisa Hanoune, hier lundi.

Lire la suite

formats

Kamel Rezak Bara: « Une loi va établir la liste des fonctions interdites aux binationaux »

Publié le 02/02/2016, par dans Non classé.

Gouverneur de la Banque Centrale, DG de la Sûreté Nationale, président de la Cour Suprême, sont entre autres les fonctions auxquelles les binationaux ne pourront pas accéder en application de l’article 51 du projet de révision de la constitution.

Une loi va établir une liste exhaustive des fonctions qui seront interdites aux binationaux en application de cet article, à déclaré ce mardi M.KAmel Rezak Bara, conseiller à la présidence de la république sur les ondes de la radio chaine3.

L’article 51 qui a scucite depuis son annonce rejet et critiques de la part des binationaux et autres n’a pas pour intention d’exclure les binationaux, assuré M.Bara. Selon lui il y a une fausse interprétation qui est faite de cette article. L’article 51 stipule, pour rappel, que ne sont admissibles aux hautes fonctions de l’État que ceux ayant uniquement la nationalité algérienne.

Le conseiller à la présidence estime que, contrairement à tout ce qui a été dit jusqu’à maintenant, l’article 51 vient « consacrer le droit de l’Algérien à la binationalite ».

Les opposants font du » negativisme stérile » Passant en revues les avancées apportées par ce projet à l’instar de l’officialisation de tamazight et la consécration de la sûreté individuelle dans le cadre de la détention preventive, la limitation des mandats, M.Kamel Rezak KAra n’a pas manqué de tirer à boulet rouges sur les parties qui n’ont pas applaudi ce texte.

Selon lui, ceux qui estiment que ce projet n’a pas apporter un plus font preuve de « negativisme stérile ». Il s’agit, selon lui, d’organisations aux objectifs purement « politiciens ». Lire la suite

formats

Un terroriste éliminé à Bouira

Publié le 02/02/2016, par dans Non classé.

Un terroriste a été mis hors d’état de nuire hier en fin d’après midi par des éléments de l’armée nationale dans le maquis de Souk Lekhmis, à l’ouest de Bouira, a t on appris ce mardi de sources sécuritaire.

Les militaires ont récupéré à l’issue de cette opération une arme de guerre type kalachnikov et de munitions. Le terroriste a été abbatu au cours d’une opération de ratissage enclenché par les services de sécurité dans la région après qu’un mouvement terroriste à été signalé dans la région
Lire la suite

formats

Zohra Drif remplacée par Louisette Ighilahriz

Publié le 02/02/2016, par dans Non classé.

Le président Bouteflika a désigné huit nouveaux membres au titre du tiers présidentiel au Conseil de la nation. Les heureux élus — Leïla Brahimi, Mohamed Tayeb Hmarnia, Miloud Chorfi, Ahmed Ouraghi, Ahmed Bouziane, Rachid Boushaba, Mohamed El Ouad, Louisette Ighilahriz — ont été installés, hier, lors d’une séance plénière au Sénat.
Ils s’ajoutent aux 17 membres installés le 10 janvier et aux 48 élus le 29 décembre dernier. Si ces désignations ne devraient pas bouleverser le paysage politique national, encore moins influer sur la marche du Conseil de la nation, la Chambre haute du Parlement ressemble à s’y méprendre à un lieu de villégiature utilisé par le président de la République pour remercier, pour services rendus, ses plus fidèles serviteurs. Ainsi, les anciens ministres, Djamel Ould Abbès, Saïd Barkat, Boubekeur Benbouzid, Nouara Saâdia Djaâfer, Hachemi Djiar, El Hadi Khaldi et Amar Mekhloufi, coulent des jours heureux au Conseil de la nation, alors que leurs bilans à la tête de leurs ministères ont été catastrophiques. Cette belle brochette va être rejointe par Miloud Chorfi dont le passage éclair à la tête de l’ARAV, l’Autorité de régulation de l’audiovisuel, n’a pas laissé un souvenir impérissable.

Mais le fait marquant dans la nouvelle liste est la désignation de Louisette Ighilahriz, figure de la guerre de Libération nationale. Contactée par El Watan, Mme Ighilahriz a expliqué qu’elle avait accepté de figurer dans le tiers présidentiel, car elle est « un électron libre». La nomination de l’ennemie jurée de… Zohra Drif-Bitat et de Yacef Saâdi peut être perçue comme une nouvelle pique adressée à l’ancienne vice-présidente du Sénat, dont l’engagement avec le Groupe des 19 qui avait demandé à rencontrer le président de la République a provoqué le courroux dans cercle présidentiel.

Autre curiosité dans la liste rendue publique : Leïla Brahimi, native de Tlemcen, magistrate et épouse de l’avocat Miloud Brahimi. Dans le savant dosage qui accompagne la confection de la liste présidentielle, on retrouve le poète populaire Ahmed Bouziane, natif de Tiaret, qui avait ému le Président quand, en 2002, il avait déclamé sa poésie à la fin d’un déjeuner. Quatorze ans plus tard, le barde se voit récompensé par un siège au Sénat. Lire la suite

formats

Vers la prise en charge de cinq pathologies lourdes

Publié le 02/02/2016, par dans Non classé.

Existe-t-il des cancers qui touchent uniquement certains pays d’un continent ? Oui, le cancer du cavum affecte essentiellement les Turcs et les Maghrébins. Quelle est l’origine de ces tumeurs ?
Qu’est-ce qui caractérise les pays qui sont touchés par cette pathologie ? Des professeurs et des chercheurs algériens et turcs mènent actuellement des recherches approfondies pour découvrir l’origine de cette tumeur commune à leurs deux pays. Le cancer du cavum (rhino-pharynx), qui n’existe ni en Europe, ni en Russie, ni aux Etats-Unis, touche essentiellement les Maghrébins.

En France, 7% des personnes atteintes de cette maladie sont toutes originaires du Maghreb. Pour le professeur Enis Ozyar, chef du département radiation du groupe de soins Acibadem d’Istanbul, ce cancer atteint les personnes âgées de 10 à 20 ans puis fléchit entre 30 et 50 ans. Les facteurs causant cette maladie, selon une étude épidémiologique en cours, seraient le mariage consanguin ainsi que le régime alimentaire. « Nous travaillons en étroite collaboration avec des chercheurs et médecins algériens pour cerner l’origine de cette maladie. Pour l’heure, les études scientifiques montrent que les premières causes sont d’ordre génétique», explique ce spécialiste en radiothérapie.

D’après ce groupe de chercheurs, qui a alerté contre les mariages consanguins très répandus chez les musulmans — il se situe à hauteur de 34% —, il n’existe pas de statistiques officielles sur ce type de cancer, ce qui complique leur travail. Une étude est menée sur 70 cas d’enfants à travers le monde, dont des Maghrébins, et les résultats seront publiés cette année. « Plusieurs professeurs de différentes nationalités, dont des Algériens, des Turcs, des Français, travaillent sur cette pathologie.

Nous essayons de déterminer ce qui la provoque, d’essayer de trouver un remède et faire dans la prévention si réellement il s’agit d’un problème génétique», note le Pr Enis Ozyar. Au-delà de ce travail qui rapproche les médecins turcs de leurs collègues algériens, aujourd’hui, d’aucuns reconnaissent que la Turquie est internationalement reconnue comme une destination médicale. Des centaines d’Algériens s’y font soigner dans des cliniques privées, et ce, à titre privé dans ce pays qui s’est doté, en 2005, d’un Conseil de développement du tourisme de la santé.

Les algériens se soignent à titre privé

Le groupe Acibadem qui regroupe 17 complexes hospitaliers reçoit, chaque année, plus de 1500 Algériens qui viennent des quatre coins de l’Algérie pour se faire opérer, pour la plupart d’un cancer ou d’une greffe hépatique ou moelleuse. Sur place, des malades algériens témoignent : « Certains ont sollicité leurs proches et vendu tous leurs biens pour se faire opérer d’un cancer, étant donné que leur technique en matière de chimiothérapie est plus développée et demeure de courte durée, d’autres patients sont pris en charge par des associations de bienfaisance.» « J’ai vu plusieurs médecins et plusieurs spécialistes à Constantine, j’ai fait toutes les analyses nécessaires, mais aucun médecin n’était précis sur ma maladie. Alors, j’ai décidé d’aller voir ailleurs.

Au départ, je devais partir en France, mais les soins étaient excessivement chers ; alors, je me suis retourné vers la Turquie dont les tarifs proposés étaient plus ou moins acceptables», raconte Mohamed, originaire de Biskra. Mohamed s’est fait opérer d’une greffe de la moelle et subit régulièrement des contrôles. Même si la clinique lui propose des tarifs en se basant sur le pouvoir d’achat des Algériens, Mohamed estime que sans le remboursement par la Sécurité sociale, les Algériens se ruineraient pour se soigner en Turquie. A ce sujet, les responsables du groupe Acibadem viennent de signer un accord avec la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS). Une délégation de la CNAS a séjourné en Turquie et visité l’ensemble des services du groupe hospitalier d’Acibadem.

A l’issue de cette visite, des pourparlers ont été engagés et des conventions seront signées incessamment pour la prise en charge de cinq pathologies, notamment pour la radiothérapie, la cardiopathie pédiatrie, la greffe hépatique, la greffe de la moelle et les problèmes liés aux déformations dues au rachitisme. « Nous allons nous rendre prochainement en Algérie pour la finalisation de ces conventions qui sont en bonne voie. Nous avons également discuté d’un accord pour la prise en charge de la formation de médecins algériens», nous explique Mme Maria, chargée des relations internationales au sein de ce groupe.

Lire la suite

formats

On vous le dit

Publié le 02/02/2016, par dans Non classé.

Cérémonie d’adieu pour des fonctionnaires de l’APC de Chlef

Une cérémonie d’adieu a été organisée, avant-hier, par des élus et les travailleurs de l’APC de Chlef en l’honneur de leurs collègues admis à la retraite. Il s’agit du secrétaire général de la municipalité, Maâmar Kouadri-Samet, qui a passé 12 ans à la tête de l’administration de l’APC, ainsi que de sept fonctionnaires et agents de l’état civil, du service de l’urbanisme et de l’entreprise de nettoiement Tetach. Le rôle du secrétaire général sortant dans la modernisation de l’état civil et l’accompagnement de la nouvelle société de nettoiement a été particulièrement mis en relief à cette occasion. De même, les présents ont tenu à rendre un vibrant hommage aux nouveaux retraités pour leur carrière exemplaire dans leurs domaines respectifs.

Des établissements scolaires repoussants à Tiaret

En marge des assises sur le secteur de l’éducation tenues samedi à Tiaret, on aperçoit clairement à travers un documentaire présenté pour la circonstance le lamentable état de plusieurs établissements scolaires. Ces derniers sont pour certains squattés par des délinquants, alors que d’autres sont de réels dangers pour les élèves. Au niveau du lycée Commandant Zoubir, la cuisine est totalement désaffectée et la chambre froide ne fonctionne pas correctement. Le service dans ce lycée, pourtant situé à quelques pas de la direction de l’éducation, est assuré pour l’essentiel par des agents (hommes et femmes) émargeant aux dispositifs d’aide à l’emploi des jeunes. Pis encore, ce lycée a vu ses principaux cadres le déserter d’une manière énigmatique sans susciter, pour l’heure, des réactions.

Insultes à l’APW de Bouira

Les insultes entre des élus du FLN ont marqué les travaux d’élaboration du règlement intérieur et son adoption ainsi que l’installation des vice-présidents et du président de l’APW de Bouira. Farid Boukrif, élu FLN, rayé de l’agenda de la nouvelle APW, pour le poste de vice-président, s’est adressé violemment au nouveau P/APW, en lui déclarant devant les élus et du wali de Bouira : « Tu n’es pas un homme ! Tu ne tiens même pas tes engagements. Honte à toi.» Un autre élu du MPA de Amara Benyounes a fustigé le P/APW en l’accusant d’indu élu. La réaction regrettable de ces fauteurs de troubles à l’APW de Bouira donne d’eux une image négative, ils cherchent à tout prix à s’illustrer, en animant à chaque fois des scènes d’insultes à l’intérieur de l’assemblée.

Découverte macabre à Bouira
Le corps d’un homme a été retrouvé hier, carbonisé, non loin de la base de vie d’une entreprise chinoise, CCECC, à proximité du parc Dounia, du centre-ville de Bouira, apprend-on de sources policières. Cette découverte macabre a été faite, selon les mêmes sources, par des usagers. Alertée, la brigade mobile de la police judiciaire, accompagnée de la Protection civile, s’est rendue sur les lieux pour procéder au transfert de la dépouille à la morgue de l’hôpital Mohamed Boudiaf de Bouira. Selon les premières constatations faites par les services de sécurité, la piste criminelle demeure la plus plausible. Une enquête a été ouverte pour élucider les circonstances exactes de ce drame.

Les retraités des Douanes interpellent la CAAT

Des agents des Douanes mis à la retraite en décembre 2014 attendent vainement depuis 14 mois le versement de la prime de départ en retraite, de la part de la caisse d’assurance CAAT, conformément à la convention CAAT-Douanes. Malgré qu’elle continue à percevoir régulièrement les cotisations, la CAAT rechigne à verser la prime à ces retraités. Las d’attendre encore plus, ceux-ci sollicitent les responsables des deux institutions (CAAT-Douanes) pour « dépoussiérer» ce dossier et permettre un règlement définitif et diligent de cette situation qui n’a que trop duré. Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair