formats

4G en Algérie : L’appel d’offres sera lancé le 7 janvier

Publié le 05/01/2016, par dans Non classé.

Imane-Houda Faraoun, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, a révélé hier, lors de son passage au forum de la Chaîne 1, que l’Autorité de la régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) annoncera officiellement, le 7 janvier, le lancement de l’appel d’offres pour la quatrième génération de téléphonie mobile (4G). Les résultats seront rendus publics à la mi-mai.
Les opérateurs qui décrocheront la licence auront un délai de 3 mois pour commercialiser leurs offres. Ce qui permettra aux citoyens d’utiliser cette technologie à partir du dernier trimestre de l’année en cours. Contrairement à la 3G, le cahier des charges n’a pas mis de conditions particulières concernant l’extension du réseau ; les opérateurs auront ainsi la liberté de choisir les wilayas à couvrir, mais doivent « garantir une couverture de 10% de chaque wilaya dans une première étape». Pourquoi lancer maintenant la 4G ? La ministre parle de « défi à relever en vue de remédier aux retards importants dans le domaine des technologies de l’information et de la communication».

C’est aussi « un choix stratégique», selon la vision du gouvernement. Le lancement tardif, après plusieurs hésitations et reports, de la 3G en Algérie a fait perdre du terrain à notre pays. Pourtant, cette technologie a été massivement adoptée, son lancement a été une réussite sur le plan du nombre. Ce qui dément les déclarations du ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication et de l’ARPT dont le président, Mohamed Toufik Bessaï, avait déclaré que l’Algérie atteindrait difficilement les 3 millions d’abonnés à la 3G en 5 ans ; or, notre pays a dépassé les 3 millions en une année !

Mercredi dernier, le Conseil des ministres avait autorisé le lancement de l’appel d’offres pour la 4G. « Le ou les opérateurs qui seront qualifié(s) à l’issue de l’examen des offres auront à déployer la 4G graduellement à travers le pays, à charge de couvrir l’ensemble du territoire dans un délai maximal de quatre années», avait précisé le communiqué du Conseil.

Cependant, les investissements vont être plus chers que ceux effectués pour la 3G. Ainsi, cette technologie sera pour une classe de clients à haute valeur. Mais il y aura certainement des opportunités au niveau des zones industrielles et résidentielles aussi. La 4G est perçue comme une couverture complémentaire qui va venir couvrir des besoins spécifiques. Les nouvelles licences 4G qui seront attribuées aux opérateurs ouvriront la porte à de nouveaux flux de recettes et leur permettront d’augmenter leurs chiffres d’affaires une fois les services lancés. Lire la suite

formats

Patrimoine: le ministre de la Culture veut une « sauvegarde optimale » des sites protégés

Publié le 05/01/2016, par dans Non classé.
Patrimoine: le ministre de la Culture veut une
ALGER- Le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi a plaidé lundi, dans un entretien à l’APS, pour une « sauvegarde optimale » des sites archéologiques protégés par une intensification des fouilles et des opérations d’archéologie préventive ainsi que par l’exploitation économique des biens patrimoniaux. Le ministre a insisté, pour ce faire, sur…

Lire la suite

formats

Elaboration en cours des textes d’application de la loi sur les activités et le marché du livre

Publié le 04/01/2016, par dans Non classé.
Elaboration en cours des textes d'application de la loi sur les activités et le marché du livre
ALGER- Le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi a déclaré que son département a entamé l’élaboration des textes d’application relatifs à la loi sur les activités et le marché du livre adoptée il y a près de deux ans. Les textes d’application seront soumis aux départements ministériels concernés pour avis…

Lire la suite

formats

Bouchouareb : « le poste de premier ministre ne m’intéresse pas »

Publié le 04/01/2016, par dans Non classé.

Abdesslam Bouchouareb pourrait bien être nommé premier ministre comme le laisse penser la rumeur de ces derniers jours. Sauf que lui n’est guère intéressé.
Une rumeur circule ces derniers jours sur les médias sur une éventuelle nomination de Bouchouareb à la tête du gouvernement en remplacement à Sellal. Sauf que Bouchouareb se dit trop attaché au secteur de l’industrie et des mines et pas intéressé par à le poste de premier ministre.

 » La passion que je vis est tellement importante est intense à mes yeux qu’aucune autre mission ne l’égale. Une mission aussi exaltante ne peut être substituée même si être premier ministre est aussi un honneur. Mais aujourd’hui ce n’est pas ça », a affirmé le ministre de l’Industrie, ce lundi lors d’une conférence au forum d’El Moudjahid. Lire la suite

formats

Bouchouareb à Louisa Hanoune : « allez voir ailleurs !»

Publié le 04/01/2016, par dans Non classé.

Le ministre de l’industrie et des mines, M.Abdesslam Bouchouareb, qui est depuis plusieurs mois dans le viseur de la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Mme Louisa Hanoune, prie cette dernière de le laisser travailler tranquillement.
Interrogé ce lundi sur sa réaction aux accusations récurrentes de Mme Louisa Hanoune notamment celle le citant comme responsable du mouvement de fronde qui serait en préparation au sein du parti, le ministre répond  » le ministre a tant de chose à faire que je n’ai pas le temps pour elle. Qu’elle aille voir ailleurs.

Et d’enchaîner plus loin  » « arrêtez de polluer les citoyens et le peuple algérien. On a d’autres problèmes, on a des problèmes sérieux. On a besoin de solutions sérieuses portées par des hommes sérieux.

Bouchouareb est formel. Il nie que la France bénéficie d’un quelconque traitement de faveurs par rapport autres partenaires d’ailleurs présents sur le marché national, précise le ministre. Il cite à titre d’exemple les partenaires allemand, émirati, quatari, turque, chinois..

 » Je défie quiconque qui m’accuse d’avoir associer la France dans une entreprise nationale depuis que je suis dans le secteur, dit il.

À ceux qui critiquent les dispositions contenues dans la loi de finances 2016 il dit :  » c’est un discours en total décalage par rapport à notre pays et ce que connaît le monde.

Et d’ajouter  » c’est une bataille plus politicienne qu’économique. Ils sont dans une méconnaissance totale et font de la manipulation. Lire la suite

formats

Licences d’importations : Bouchouareb sanctionne les concessionnaires réfractaires

Publié le 04/01/2016, par dans Non classé.

Les quotas d’importations accordés aux concessionnaires automobiles pour l’année 2016 seront connus au cours de cette semaine. Sauf que, le même traitement ne sera pas accordé à tous.
Le ministre de l’Industrie et des Mines, M.Bouchouareb compte bien punir les concessionnaires qui ne se conforment pas aux décisions supérieures. Lors d’une conférence de presse qu’il a animée, ce lundi, au forum du journal El Moudjahid, le ministre a expliqué que les concessionnaires qui ne se sont pas conformés au cahier des charges lors de sa mise en place et ceux qui déclarent leurs bilans fiscaux négatifs se verront appliquer des mesures spécifiques.

Le calcul des quotas se fera comme suit : la moyenne des deux dernières années (2014-2015) divisée par deux. Sera réservée une  » imposition pénalisante à ceux qui n’ont pas joué en jeu quand on a mis en place le cahier es charges », a précisé le ministre. Abdesselam Bouchouareb s’est félicité pour la baisse de la facture d’importation des véhicules en 2015. Une baisse estimée à 2,559 milliards de dollars en valeurs et 140 000 en unités par rapport à 2014.

En 2014, la facture des importations des véhicules s’était établie à 6,34 milliards de dollars avec 439.637 unités importées, rappelle-t-on. Ce qui signifie que la facture des importations des véhicules s’est établie à 3,781 milliards de dollars en 2015, soit une baisse de 40,3% par rapport à 2014, tandis que le nombre des véhicules importés a baissé de l’ordre de 32%.

Pour le ministre, ces résultats sont  » les premiers effets de la mise en œuvre du nouveau cahier des charges des concessionnaires ». Il précise dans le même registre que les négociations avec les constructeurs Peugeot, Fiat, Iveco et Hyundai camions pour la mise en place d’unités de production en Algérie connaissaient  » un bon état d’avancement ».

 » Nous sommes également en discussions avec un partenaire iranien, tandis que Nissan a exprimé son souhait de s’installer en Algérie », a-t-il réaffirmé. Concernant le constructeur allemand Volkswagen, M. Bouchouareb a souligné que  » tout porte à croire que cette marque a pris la décision d’ouvrir une usine de montage en Algérie après avoir hésité pendant une certaine période ».

Évaluation des entreprises privatisées

Alors que l’Algérie a permis l’ouverture, à la faveur de la LF 2016, le capital des entreprises publiques, le besoin de récupérer certaines entreprises privatisées dans le cadre de la loi 2001-04 se fait ressentir.

Le ministre a évoqué dans ce sens une opération en cours et qui vise à évaluer la situation des entreprises privatisées. Cette opération qui concerne, selon le ministre 50 entreprises, a pour finalité, de vérifier si les repreneurs avaient effectivement respecté leurs engagements.

Le ministre relève que 2 à 3 entreprises n’ont pas respecté leurs engagements mais refuse de donner plus de détails pour  » ne pas perturber le déroulement de l’opération », dit-il.

Et d’aviser  » si nous constatons que des entreprises n’ont pas respecté leurs engagements, nous n’hésiterons pas à reprendre les entreprises privatisées ».

Le ministre rappelle, à cette occasion, que la privatisation n’est pas un mal pour l’économie nationale puisqu’elle va permettre de relancer des entreprises menacées de fermeture. Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair