formats

Secousses au sein des partis de la CLTD

Publié le 15/01/2016, par dans Non classé.

Trois partis membres de la Coordination pour les libertés et la transition démocratique CLTD traversent des zones de turbulences. Les dirigeants de Jil Djadid, RCD et MSP semblent confrontés à des résistances internes.
Jil Djadid vient d’annoncer que son ex-porte parole, Sofiane Sakhri, a été condamné par le tribunal de Cheraga à payer un 1 dinars symbolique au président du parti, Sofiane Djilali. Celui-ci avait porté plainte pour diffamation contre trois responsables de son parti, dont Sakhri, en les accusant d’avoir  » spolié » la page Facebook de Jil Jadid pour annoncer  » la démission de plusieurs cadres ». L’affaire remonte à octobre dernier.

Le RCD n’a pas chapé aux troubles internes. Le parti a, tout récemment, exclu l’un de ses fondateurs, Nordine Ait Hamouda qui aurait fait campagne contre le candidat de son parti, lors des dernières sénatoriales. Le RCD vit ces jours-ci au rythme des accusations échangées entre Ait Hamouda et les responsables du bureau de Tizi Ouzou.

Le MSP de Abderrazak Makri donne l’impression de mieux gérer ses tensions internes. El Hachemi Djaaboub, ex-ministre, a annoncé sa démission du Conseil consultatif, sans toutefois dévoiler en public les raisons de sa décision. La démission, d’après des proches du parti, survient suite à un  » désaccord » au sujet des positions du mouvement. Bouguerra Soltani, l’ancien président du MSP, avait affiché ouvertement son désaccord avec Makri qui a placé le Mouvement dans le camp de l’opposition.

Les dissidences et les mouvements de redressements sont une pratique assez courante au sein des formations politiques en Algérie. Les raisons ont souvent un rapport avec une guerre de leadership et le partage des dividendes liées aux postes.

Le rapprochement initié par les membres de la CLTD, autour de la transition politique, est cause de frustrations pour un nombre de cadres partisans, qui aspirent à décrocher des places dans les institutions de l’Etat.

Jil Djadid vient d’annoncer que son ex-porte parole, Sofiane Sakhri, a été condamné par le tribunal de Cheraga à payer un 1 dinarsymbolique au président du parti, Sofiane Djilali. Celui-ci avait porté plainte pour diffamation contre trois responsables de son parti, dont Sakhri, en les accusant d’avoir  » spolié » la page Facebook de Jil Jadid pour annoncer  » la démission de plusieurs cadres ». L’affaire remonte à octobre dernier.

Le RCD n’a pas chapé aux troubles internes. Le parti a, tout récemment, exclu l’un de ses fondateurs, Nordine Ait Hamouda, qui aurait fait campagne contre le candidat de son parti, lors des dernières sénatoriales. Le RCD vit ces jours-ci au rythme des accusations échangées entre Ait Hamouda et les responsables du bureau de Tizi Ouzou.

Le MSP de Abderrazak Makri donne l’impression de mieux gérer ses tensions internes. El Hachemi Djaaboub, ex-ministre, a annoncé sa démission du Conseil consultatif, sans toutefois dévoiler en public les raisons de sa décision. La démission, d’après des proches du parti, survient suite à un  » désaccord » au sujet des positions du mouvement. Bouguerra Soltani, l’ancien président du MSP, avait affiché ouvertement son désaccord avec Makri qui a placé le Mouvement dans le camp de l’opposition.

Les dissidences et les mouvements de redressements sont une pratique assez courante au sein des formations politiques en Algérie. Les raisons ont souvent un rapport avec une guerre de leadership et le partage des dividendes liées aux postes. Le rapprochement initié par les membres de la CLTD, autour de la transition politique, est cause de frustrations pour un nombre de cadres partisans, qui aspirent à décrocher des places dans les institutions de l’Etat.

Lire la suite

formats

Une soirée musicale en hommage au maitre de la chanson oranaise, Blaoui Houari

Publié le 15/01/2016, par dans Non classé.
Une soirée musicale en hommage au maitre de la chanson oranaise, Blaoui Houari
ORAN- Un vibrant hommage a été rendu au maitre de la chanson oranaise, Blaoui El Houari, lors d’une soirée musicale animée jeudi au théâtre régional « Abdelkader Alloula » d’Oran, par son élève Baroudi Benkhada. Cette initiative du groupe de presse « Ouest Tribune » en partenariat avec la station régionale de l’ENTV et…

Lire la suite

formats

Une loi sur l’enfance en juillet

Publié le 15/01/2016, par dans Non classé.

La loi sur l’enfance paraîtra « au mois de juillet prochain», a affirmé, hier à M’sila, la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mounia Meslem.
Cette loi protègera l’enfance contre toutes les formes d’exploitation au sein de la famille ou dans la société, a souligné la ministre dans un point de presse qu’elle a animé en marge de sa visite de travail à M’sila, ajoutant que l’objectif est de mettre en place un arsenal juridique qui garantira la répression de toutes les infractions susceptibles d’être commises contre les enfants. « L’enfance a besoin de ces lois qui permettent aussi la prise en charge effective des enfants handicapés, dont 4000 attendent toujours d’être pris en charge», a indiqué Mme Meslem. Lire la suite

formats

Tamanrasset : Les voleurs d’Echoumoua de séviront plus

Publié le 15/01/2016, par dans Non classé.

Deux individus inculpés pour vol à main armée et violation de domicile ont été arrêtés, avant-hier, par les éléments de la 2e sûreté urbaine de la daïra de Tamanrasset.
Un communiqué de la sûreté de wilaya précise que les deux prévenus, âgés de 19 et 28 ans, ont été appréhendés en flagrant délit de vol d’une maison à la cité Echoumoua, non loin du centre-ville. Selon la même source, les deux malfaiteurs seraient impliqués dans plusieurs affaires similaires signalées auprès des services de police par les victimes de ce quartier infesté par la délinquance.

Les formalités de l’enquête achevées, les accusés ont été présentés devant le procureur de la République près le tribunal de Tamanrasset qui les a placés sous mandat de dépôt en attendant leur comparution devant le juge. A signaler que dans le cadre de son programme de communication et de sensibilisation contre le crime organisé et les fléaux sociaux en milieu scolaire, la sûreté de wilaya a mené, durant l’année écoulée, 79 campagnes de sensibilisation au profit de 1878 élèves des trois paliers de l’enseignement. Lire la suite

formats

Sour El Ghozlane : Hausse du prix du ciment après la fermeture de la cimenterie

Publié le 15/01/2016, par dans Non classé.

Le prix du ciment connaît depuis une quinzaine de jours une flambée dans la wilaya de Bouira. Désormais, le sac de ciment est vendu à 600 DA, alors qu’il est cédé par l’usine à 300 DA.
Outre l’envolée des prix, ce produit se fait de plus en plus rare sur les marchés réglementés et chez les vendeurs de matériaux de construction, a-t-on constaté. La rareté du ciment s’est répercutée négativement sur l’avancement des chantiers du secteur du l’habitat, ainsi que d’autres projets structurants qui sont quasiment à l’arrêt.

L’unique usine de production de ciment située dans la commune de Sour El Ghozlane, dont la production a ralenti ces dernières années, est fermée depuis une quinzaine de jours pour travaux de maintenance et installations de nouveaux équipements. La production durera jusqu’à la fin du mois de février, a précisé un responsable de la direction du commerce de la wilaya.

Les travaux de maintenance risquent de s’étaler sur trois mois, vu que la structure en question enregistre des dégradations. La décision de fermer la cimenterie de Sour El Ghozlane a suscité les questionnements chez les entreprises détentrices de projets dans la wilaya. Lire la suite

formats

Question de la semaine : Comment finir les programmes des classes d’examen avant le Ramadhan ?

Publié le 15/01/2016, par dans Non classé.

Tous les examens nationaux se dérouleront avant le Ramadhan. La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, vient de céder à une des revendications des syndicats et de l’association des parents d’élèves.
Mais concrètement, cette nouvelle décision est-elle applicable ? Comment peut-on organiser les trois examens : 5e, BEM et bac, avant le 1er juin, soit le premier jour du Ramadhan ? « Le déroulement des examens cette année avant le début du Ramadhan est plus que possible comparativement aux années précédentes car il suffit de les avancer d’une semaine», affirme Bachir Hakem, enseignant et membre du CLA.

Cependant, il s’interroge : « Si cette année, on a pu y échapper, que fera-t-on lorsque le Ramadhan sera en mai ?» Ahmed Khaled, président de l’Association des parents d’élèves, est enchanté par cette nouvelle : « Le changement du calendrier des examens de fin d’année, surtout le BEM et du bac, faisait partie de nos revendications. On peut éventuellement réduire la durée des vacances de printemps de deux à une semaine pour les élèves ayant un examen afin que les programmes soient achevés correctement».

Alors que la ministre refuse l’idée du « seuil», tout le monde n’est pas de cet avis. « Quelle que soit l’année, même sans Ramadhan, aucun programme scientifique correctement élaboré comme le stipule la réforme – et avec le niveau actuel – ne peut être achevé avant le 15 mai, date de la fin des programmes. Nous avons maintes fois déclaré que le programme proposé est trop chargé et que même sans perturbation, sans aucune absence des enseignants et en appliquant la réforme actuelle, seuls 75% des programmes peuvent être terminés avant le 15 mai. Ce taux peut être atteint dans des conditions normales», explique Bachir Hakem. Pour Ahmed Khaled, « les programmes sont tracés afin d’être achevés à la mi-avril. Donc, l’enseignant devrait avoir le temps de les terminer pour que l’élève n’ait pas de surprise lors des épreuves».

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair