formats

Un nouveau documentaire d’Abdelbaki Sellaï sur la Zaouïa Hamlaouia

Publié le 12/01/2016, par dans Non classé.
Un nouveau documentaire d'Abdelbaki Sellaï sur la Zaouïa Hamlaouia
MILA – Le réalisateur Abdelkader Sellaï vient de monter sontout nouveau documentaire consacré à la Zaouïa Hamlaouia dont la première projectionest annoncée début février à Mila, a indiqué mardi ce réalisateur. Intitulé ‘‘Zaouïa Hamlaouia Manbaâ safa Erouhi » (Zaouïa Hamlaouia,source de limpidité spirituelle), l’£uvre dont la conception a pris une année…

Lire la suite

formats

Polémique Nezzar-Aït Ahmed : l’enregistrement audio complet de l’entretien d’Ali Haroun

Publié le 12/01/2016, par dans Non classé.

Mise au point de notre correspondant en France à propos des récentes déclarations d’Ali Haroun.
Paris, le 12 janvier 2016

 » La violence trouve son seul refuge dans le mensonge, et le mensonge son seul soutien dans la violence. Tout homme qui a choisi la violence comme moyen doit inexorablement choisir le mensonge comme règle. » [Alexandre Soljenitsyne]

De retour à Paris, d’où j’étais absent depuis la fin d’année 2015 pour des raisons professionnelles, je découvre l’ampleur de la polémique autour de la proposition faite (ou non) à feu Aït Ahmed par l’armée –à sa tête Khaled Nezzar– pour être  » Président », après l’arrêt du processus électoral en 1992. Le Général Nezzar et Ali Haroun ont réfuté tous les deux, via presse interposée, la version de Da L’Hocine (évidement, il n’est plus là pour leur répondre lui-même).

En ce qui me concerne en tant que journaliste, Ali Haroun n’assume pas quelques-unes de ses déclarations tenues dans une interview qu’il m’avait accordée après l’accident vasculaire cérébral du défunt, survenu au début de l’année dernière. L’interview a été publiée dans El Watan du 28 décembre 2015 comme témoignage (sans aucune volonté de polémiquer) sur les positions politiques de Hocine Aït Ahmed depuis l’indépendance.

Voilà le fond d’un  » démenti » de M. Haroun, publié dans El Watan du 29 décembre 2015, en page 2 :  » Dans votre numéro de lundi 28 décembre 2015, vous publiez en page 2 mon entretien à Paris en janvier 2015 avec votre correspondant sous le titre : « Aït Ahmed a refusé d’être Président, car il pensait que l’arrêt du processus électoral était un coup d’Etat ». Le texte ajoute que « je l’aurais rencontré avec le général Khaled Nezzar pour lui proposer la présidence de la République après l’arrêt du processus électoral en décembre 1991». Je voudrais préciser : ■ que je n’ai jamais rencontré Aït Ahmed à cette époque ; (…) ».

Sans porter un jugement sur sa personne, je tiens à publier cette mise au point afin de mettre le concerné devant ses propres contradictions, tout en apportant un éclairage à l’opinion publique nationale sur ce sujet.
Je publie, ci-après, la version audio complète et brute de notre entretien (sans aucune retouche, et d’ailleurs je m’excuse pour la mauvaise qualité de l’enregistrement et les nombreuses interférences), réalisé dans le bus du Colonial-Tour, le 04 février 2015.

Lors de la transcription de cet échange de 27 minutes, j’ai respecté au maximum la fidélité des propos –certes parfois avec des reformulations de quelques questions, souvent exigées par le style journalistique et la mise en forme d’un entretien écrit. Or, la forme n’a jamais déformé les  » affirmations » de M. Haroun. Précisément (peut-être par esprit d’anticipation de ma part), je n’ai pas reformulé la fameuse question litigieuse.

Avant de vous laisser écouter pour que vous fassiez votre propre opinion, je rajoute une dernière chose : mon interviewé ne m’a jamais demandé la relecture de l’entretien avant sa publication (chose que j’accorde souvent à mes interviewés, particulièrement quand il s’agit de sujets sensibles). Il ne m’a pas, non plu, demandé de respecter un quelconque  » off ». C’est moi-même, comme vous allez certainement le découvrir, qui a écarté quelques déclarations de M. Haroun que j’ai considérées, en mon âme et conscience, contreproductives, parfois-même des raccourcis  » douteux », qui ne servaient pas le sujet de mon entretien ; je dirais même, pour éviter des polémiques inutiles, dans une période de deuil où le peuple algérien pleurait en communion son Héros national.
Lire la suite

formats

Allemagne : Merkel veut expulser des Algériens, Sellal prudent

Publié le 12/01/2016, par dans Non classé.

La chancelière Angela Merkel a plaidé mardi auprès de son homologue algérien pour que les ressortissants algériens déboutés du droit d’asile en Allemagne puissent être renvoyés plus rapidement qu’aujourd’hui dans leur pays. Un accord censé organiser leur retour en Algérie existe sur le papier depuis des années, « mais il faut faire en sorte qu’il fonctionne de manière appropriée », a déclaré Mme Merkel lors d’une conférence de presse aux côtés du Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal. Les autorités allemandes se plaignent de longue date du peu d’efficacité de l’accord et le sujet a pris encore plus d’acuité depuis que le nombre d’Algériens, mais aussi de Marocains arrivant en Allemagne avec les autres migrants pour y demander l’asile ou pour y séjourner de manière illégale, a fortement augmenté en fin d’année dernière.

Il est notable que des Algériens « sont venus illégalement en plus grand nombre en Allemagne » ces derniers temps, a souligné la chancelière allemande, ajoutant être convenue avec son homologue algérien d’une meilleure coopération sur le sujet entre les deux pays, notamment sur le plan policier.

M. Sellal est toutefois resté prudent, faisant valoir qu’avant tout renvoi en Algérie, « il faut naturellement s’assurer qu’il s’agit bien d’Algériens ». Il a aussi souligné que s’il se confirme que des Algériens ont participé aux violences du Nouvel An à Cologne, incluant notamment des violences en série contre les femmes, « alors je peux vous assurer en tant qu’Algérien que ce serait inacceptable ».

La police fédérale allemande a identifié 32 suspects, dont 9 Algériens. La police locale de Cologne, qui travaille au moins en partie sur des dossiers distincts, a parlé pour sa part de 19 suspects, dont 14 originaires du Maroc et de l’Algérie.

Fondamentalement, le gouvernement allemand envisage depuis déjà plusieurs mois de bloquer toute perspective d’asile en Allemagne pour les ressortissants d’Algérie et du Maroc, en classant ces deux pays comme « sûrs ». Mme Merkel avait indiqué vendredi qu’une décision sur le sujet n’avait pas encore été prise mais que les citoyens algériens et marocains en Allemagne avaient désormais nettement moins de perspective de voir leur demande d’asile validée que des Syriens ou des Irakiens
Lire la suite

formats

RCD : Nordine Ait Hamouda sanctionné

Publié le 12/01/2016, par dans Non classé.

Le RCD a sanctionné l’ancien député Nordine Ait Hamouda, suite à l’échec du parti dans les dernières élections sénatoriales.
La fédération de Tizi Ouzou a adressé une instruction aux différents bureaux de la wilaya, leur demandant de ne pas traiter avec Ait Hamouda qui aurait demandé à certains élus locaux RCD de voter pour le candidat du FFS, Hocine Haroune, lors du renouvellement partiel des membres du Conseil de la nation.

Une source proche de la formation politique de Mohcine Belabbès a expliqué que :  » le sénateur du FFS Hocine Haroune, un ancien cadre du RCD, est un ami proche de Ait Hamouda. Celui-ci a choisi l’amitié au détriment des intérêts du parti ». Noredine Ait Hamouda, ajoute-t-on, n’a pas renouvelé sa carte de militant depuis 2012.

 » La direction du parti prend acte des décisions prises au niveau de ses structures locales », a affirmé un responsable du RCD dans
une déclaration à Elwatan.com.

Lire la suite

formats

Clôture de la manifestation « Constantine, capitale 2015 de la culture arabe », inauguration de projets à l’occasion

Publié le 12/01/2016, par dans Non classé.
Clôture de la manifestation
CONSTANTINE- Une série de projets d’accompagnement dans divers secteurs, à travers l’ensemble des communes de la wilaya de Constantine, inscrits dans le cadre de la manifestation « Constantine, capitale 2015 de la culture arabe », « sera inaugurée la veille de la clôture du grand événement culturel », a annoncé mardi le secrétaire général…

Lire la suite

formats

«J’ai des dossiers l’impliquant dans des opérations mafieuses»

Publié le 12/01/2016, par dans Non classé.

La première dame du PT s’est abstenue de donner des détails sur ce dossier pour ne pas, dit-elle, influer sur le procès Sonatrach qui se déroule en ce moment.
Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs, ne lâche pas prise. Elle menace, cette fois-ci, de rendre publics, au moment opportun, des dossiers graves concernant l’ancien ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, qu’elle accuse de « haute trahison». « J’ai en ma possession des informations graves avec des preuves palpables concernant l’implication de Chakib Khelil dans des opérations mafieuses à l’international, en relation avec des services de renseignements.

C’est de la haute trahison», a martelé Mme Hanoune lors d’une conférence de presse animée au siège du parti. La première dame du PT s’est abstenue de donner des détails sur ce dossier pour ne pas, dit-elle, « influer» sur le procès Sonatrach qui se déroule en ce moment. La leader du PT affirme connaître parfaitement les lois de la République et de ce fait elle attendra le moment propice pour abattre ses cartes. « Il y a en ce moment un procès en cours et personne n’a le droit d’interférer. Je ne veux pas faire pression.

Mais sachez que je leur réserve bien des surprises. Khelil s’est comporté comme un ennemi du pays», déclare Mme Hanoune qui s’interroge, plus loin, s’ils vont ramener Chakib Khelil pour qu’il réponde de ses actes devant la justice. Lors de sa conférence, Mme Hanoune a longuement critiqué les articles contenus dans l’avant-projet de révision de la Constitution, elle estime que l’indépendance de la justice promise dans cette nouvelle loi est un slogan creux. « Ils disent que les juges ne doivent pas céder aux pressions. Mais que peuvent-ils lorsque c’est le ministre de la Justice qui les désigne, les promeut, leur demande des comptes ?

Comment ces juges-là peuvent-ils être indépendants ? C’est impossible ! Outre cela, dans cet avant-projet, il est aussi dit que le Conseil supérieur de la justice sera toujours présidé par le président de la République. Où est l’indépendance de la justice dans tout cela» s’est-elle interrogée. Mme Hanoune considère que ce projet soumis à examen comporte de petites avancées, mais fondamentalement, il ne propose pas de changements à la hauteur des aspirations des citoyens.

Il ne consacre pas la séparation des pouvoirs, la nature du régime n’a pas été clarifiée, il n’y a rien sur les violences faites aux femmes, ni sur la neutralité de l’armée, il n’y a même pas un début de démocratie effective… Mme Hanoune est convaincue qu’il n’y aura pas de changement de Constitution tant que le combat contre la « ‘‘mafieutisation » des institutions n’est pas pris en compte». Elle a estimé que la question liée à l’accès des binationaux vivant à l’étranger aux hautes responsabilités de l’Etat et aux fonctions politiques était très complexe. « Le Président avait posé le problème de certains ministres qui ont la double nationalité.

C’est un véritable problème, mais je ne jette pas l’opprobre sur les binationaux», note la conférencière. S’agissant de la reconduction de Bensalah à la tête du Sénat, Mme Hanoune est quelque part soulagée. « Nous ne sommes pas concernés par cette question, mais on ne pouvait pas l’ignorer. On avait peur qu’un mafieux soit à la tête du Conseil de la nation. Bensalah n’est pas un militant du parti mais c’est un homme d’Etat», tranche-t-elle. Par contre, la non-reconduction de Zohra Drif-Bitat ne l’a pas affectée, elle est même soulagée. Par ailleurs, s’agissant de la loi de finances 2016, Mme Hanoune demande au Président de rattraper le coup dans la loi de finances complémentaire.

Elle s’est réjouie de l’élan de solidarité suscité par les attaques qu’elle a subies de la part de Saadani, Bouchouareb et leurs pairs. Ces gens représentent, pour Mme Hanoune, le pouvoir parallèle. Elle regrette que ni le ministre de la Communication ni aucune autre partie n’ont remis à leur place ces individus. « Sellal ne s’est pas mêlé à cette cabale, cela nous réconforte, mais nous regrettons que le ministre de la Communication n’ait pas levé le petit doigt pour arrêter les dérives des prédateurs», conclut Mme Hanoune. Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair