formats

Contribution : Histoire de Libre Algérie en exil

Publié le 31/12/2015, par dans Non classé.

Le 19 décembre 1985 est signé à Londres l’accord entre Aït Ahmed et Ben Bella pour la démocratie en Algérie. Se posait tout de suite à nous la question de comment donner un retentissement à cette plateforme par un média. Ben Bella avait El Badil, mensuel organique du MDA. Il fallait donc créer un porte-voix consacré aux engagements politiques et philosophiques de cet appel.
Ainsi est né au dernier trimestre de l’année 1986 le mensuel Libre Algérie. Pourquoi ce nom ? Tout simplement parce que nous rêvions d’un pays, le nôtre, libre, consacrant institutionnellement les droits et libertés, et ce, après l’accession à la souveraineté internationale. Du reste, ce titre faisait écho à L’Algérie Libre, organe du MTLD qui militait pour l’indépendance du pays. En jouant sur l’inversion des mots, le message en filigrane est : après l’indépendance, la liberté.

Ce support était porté par une association au sigle non moins symbolique : Association pour la promotion des idéaux démocratiques par l’information (Apidi), présidée par Adolphe Simon, dit Jacques, membre du Parti communiste international (trotskyste de tendance lambertiste). Simon nous a été présenté par Mouhoub Naït Maouche, vétéran du militantisme FFS et exilé de longue date. De fait, Simon était directeur de la publication. Ali Mécili assurait la coordination, tandis que moi-même et Ramdane Sadi complétaient l’équipe rédactionnelle. Je me retrouvais avec ce dernier une nouvelle fois engagé dans une entreprise journalistique. En 1984, grâce aux deniers que débrouillait péniblement Abdelhafid Yaha, dit Si El Hafid, nous avons animé Tighri (l’Appel).

A Libre Algérie, en plus d’écrire, je faisais le suivi technique entre l’impression et la diffusion dans certains kiosques à fort potentiel de vente (Saint-Michel, Barbès, place Clichy). Le journal était tiré à 5000 exemplaires et le plus gros était diffusé par les Nouvelles messageries de la presse parisienne (NMPP). L’absence d’informations et l’improvisation du début ne nous ont pas permis de faire paraître plus de deux numéros lorsque survint le tragique assassinat de Ali Mécili, le 7 avril 1987. Très pris par son cabinet d’avocat et le suivi politique du contrat de Londres, Ali s’occupait surtout de l’éditorial. Il a également, au premier numéro, établi une radioscopie du fonctionnement du système.

D’aucuns diront par la suite que c’était la goutte qui a fait déborder le vase du côté d’Alger. A la mort de Mécili, il y a eu un différend sur le contenu du journal entre le FFS et le MDA. C’était l’été 1987. Alors que j’étais venu en Algérie, le double numéro de juillet et d’août a changé brutalement d’orientation. La une était barrée par un titre : « Non à l’infitah». Un parallèle était dressé entre les régimes algérien et égyptien sur le plan économique. Rien sur les droits et libertés par lesquels nous voulions éveiller les consciences pour le combat en faveur de la démocratie. Durant cette période, le journal s’était renforcé de deux nouveaux éléments : feu M’hamed Rechidi et Mahieddine Ouferhat.

Ce dernier joua, en cet instant décisif, un rôle important pour que le journal ne nous échappe pas. A partir de cet incident, on peut dire que l’accord de Londres était mort-né malgré les efforts sincères et répétés de Mohamed Benlhadj, homme d’ouverture d’esprit.
Au mois de septembre 1987, j’ai eu une discussion franche avec Aït Ahmed qui me questionna si je pouvais assurer la parution du journal. J’ai répondu par l’affirmative en lui demandant en retour d’engager des pigistes et une secrétaire de rédaction. Ainsi nous ont rejoints Bouaziz Ouali et Anne Dissez*.

Cette dernière était une militante d’extrême-gauche de la Ligue communiste révolutionnaire (trotskyste de tendance pabliste, autrefois proche du FLN de la résistance). C’est d’ailleurs dans l’imprimerie de ce parti, sise à Montreuil, que nous tirions notre journal. Quant au premier, issu de l’association Thilleli tout comme d’ailleurs Mahieddine Ouferhat, il n’avait pas d’antécédent partisan.

A partir de cet instant, l’équipe s’est stabilisée avec Jacques Simon (directeur de la publication) spécialisé dans les rubriques histoire et société ; moi-même, coordinateur des rubriques politique et histoire ; Anne Dissez, secrétaire de rédaction ; Bouaziz Ouali, rubriques internationale et politique ; Mahieddine Ouferhat, pages culturelle et politique. Il y avait également Tchibinda, un Congolais engagé politiquement dans l’extrême-gauche qui était responsable de la rubrique immigration. Il avait été recruté par Simon.

Hocine Aït Ahmed se chargeait de l’éditorial. Au début, il me dictait son édito par téléphone. Cela prenait du temps. Mais la flamme militante surmontait aisément cet obstacle. Puis vint un miracle, à savoir le début timide de la télécopie. Il m’envoyait alors en poste restante à Montreuil son fax que j’allais chercher et le donnais à Anne. Ensuite, c’est elle-même qui s’occupait de cette tâche. Il arriva à Aït Ahmed, en deux occasions, d’assister à la réunion de rédaction.

Tout se déroulait dans une ambiance amicale et harmonieuse. L’équipe rédactionnelle travaillait sans anicroche, car l’esprit militant transcendait les nuances, voire les divergences, qui affleuraient sur certains sujets. Anne et moi étionsles deux seuls permanents. Les autres membres de la rédaction étaient pigistes, tandis que Simon participait bénévolement à cette aventure politique et intellectuelle.

Grâce à Simon, nous nous sommes débrouillés un appartement en haut de la rue de Belleville. Enfin, nous pouvions tenir nos réunions rédactionnelles décemment. Cet appartement servit à d’autres besoins. Il fut par deux fois le lieu d’hébergement de Hachemi Naït Djoudi et de Mohamed Hamrouni qui venaient d’Alger pour coordonner les actions du parti entre l’intérieur et l’extérieur. Ils dormaient de façon spartiate, sans matelas. Même avec la location de ce local et l’existence d’un secrétariat, nous étions toujours pressés. On peut résumer cette ambiance d’exaltation par « pas de tension mais de la pression». Anne veillait au grain pour ne pas être débordée par le temps. Elle appréciait particulièrement le style d’écriture de Bouaziz Ouali.

Tant bien que mal, le journal a maintenu la ligne, paru sans interruption et à l’heure, jusqu’au 19e numéro daté du mois de septembre 1988. Nous avions participé activement à la campagne pour la libération des détenus politiques en Algérie, notamment les fondateurs Lire la suite

formats

Atteintes multiples aux droits et aux libertés

Publié le 31/12/2015, par dans Non classé.

Sale temps pour les libertés en Algérie. Cette année, les autorités n’ont pas hésité à utiliser le bâton pour restreindre les libertés individuelles, en ayant recours aux dispositions du code pénal pour limiter toute liberté d’expression.
Pour cela, l’Etat s’est appuyé sur l’arsenal juridique en vigueur qui lui permet sous couvert d’accusations pour « outrage» ou « diffamation» visant des représentants de l’Etat ou des institutions, de prononcer des condamnations à des peines de prison. Ainsi, les tribunaux ont prononcé des condamnations à des peines de prison contre un dessinateur à El Meghaïer, dans la wilaya d’El Oued, et lancé une action contre un militant pour une publication sur facebook.

En outre, douze manifestants pacifiques d’El Oued et de Tamanrasset ont été condamnés à des peines de prison et un militant des droits de l’homme encourt la peine de mort. Face à la gravité de la situation, Amnesty International Algérie a tiré la sonnette d’alarme. A l’occasion de la célébration mondiale de la Journée des droits de l’homme, l’ONG a demandé que « cesse de prendre pour cible ceux qui critiquent le gouvernement» et aux législateurs algériens de « modifier les lois érigeant en infraction l’exercice des libertés civiles et prévoyant des peines de prison contre des manifestants non violents».

Des reproches que partage l’ONG américaine de défense des libertés dans le monde Freedom House. Dans son classement annuel paru en 2015, l’organisation tire un bilan négatif sur l’état des libertés dans le pays depuis la levée de l’état d’urgence, car les lois en vigueur « ont échoué à protéger les libertés individuelles des Algériens».

Même constat de la part du président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH), Noureddine Benissad qui avait déploré la régression que connaît le pays dans le domaine des libertés collectives, notamment celles de s’associer, de manifester, de se rassembler, de se réunir et de s’exprimer, alors que l’Algérie a ratifié plusieurs conventions internationales relatives à ces droits.

« Après l’abrogation de l’état d’urgence en février 2011 et l’annonce de réformes politiques par le président Bouteflika suite à des mouvements sociaux, la nature du pouvoir a fini par annihiler tout espoir de changement, puisque sur le terrain, il y a eu une régression concernant les libertés collectives, notamment celles de s’associer, de manifester, de se rassembler, de se réunir et de s’exprimer», avait rappelé Noureddine Benissad, avant de conclure que, pour lui, il existe bel et bien « des prisonniers d’opinion dans l’Algérie de 2015» ! Lire la suite

formats

2015: les festivals et salons culturels entre reports et chevauchements

Publié le 30/12/2015, par dans Non classé.
2015: les festivals et salons culturels entre reports et chevauchements
ALGER- Avec un programme initial de quelque 200 festivals culturels locaux, nationaux ou internationaux, l’année 2015 aura pourtant pâti du report ou du chevauchement de plusieurs manifestations de ce genre, ce qui a accéléré l’élaboration d’un projet de révision de l’organisation et du financement des festivals institutionnalisés. Nouvellement aux commandes…

Lire la suite

formats

« Sarhou » de Mouloud Fertouni : une douce pérégrination dans l’univers targui

Publié le 30/12/2015, par dans Non classé.
BATNA – L’écrivain-poète Mouloud Fertouni, de Tamanrasset, a convié, à Batna, les amoureux des belles lettres à une douce pérégrination dans l’univers targui à travers la lecture d’extraits de son roman « Sarhou ». « Dans l’univers des hommes bleus, la femme, toujours omniprésente, au contraire de l’homme souvent en déplacement, conserve à…

Lire la suite

formats

Renouvellement partiel du Conseil de la nation: le FLN arrive en tête, suivi du RND

Publié le 30/12/2015, par dans Non classé.

Le parti du Front de libération nationale (FLN) est arrivé en tête aux élections pour le renouvellement de la moitié des membres élus du Conseil de la nation, qui se sont déroulées mardi à travers les 48 wilayas du pays, avec 23 sièges, suivi du Rassemblement national démocratique (RND) avec 18 sièges.
Selon les résultats préliminaires rendus publics mercredi par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, les Indépendants arrivent en troisième position avec quatre (4) sièges, suivi du Front des forces socialistes (FFS), avec deux (2) sièges et d’El-Fadjr El-Djadid avec un (1) siège.

Le nombre d’élus des Assemblées populaires communales et de wilayas constituant le collège électoral, a été de 26.892 membres, alors que le nombre de votants a été 25.641, soit un taux de participation de 95,35%.

En outre, 258 candidats ont postulé pour les 48 sièges objet de renouvellement, issus de 30 partis politiques et 12 indépendants.

Ces résultats ont été communiqués en attendant la proclamation officielle et définitive des résultats de l’élection par le Conseil constitutionnel, conformément aux dispositions de l’article 125 de la loi organique 12-01 du 12 janvier 2012 relative au régime électoral. Le collège électoral a voté, mardi, au niveau de l’ensemble des wilayas du pays, pour élire, à travers un scrutin indirect, 48 membres du Conseil de la nation dont le mandat de six ans arrive à expiration.

Composé des élus locaux dans les APC (1.541) et les APW (48), le collège électoral a procédé à l’élection des nouveaux membres de la chambre haute du Parlement au niveau de chaque wilaya sous la supervision d’une commission en charge du processus.

A la veille de ce scrutin, le ministère de la Justice avait publié un arrêté portant la désignation des magistrats présidents et membres des commissions électorales de wilaya. Chaque commission de wilaya est composée d’un président, de deux membres et de deux suppléants. Il est à rappeler, que le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, avait convoqué le collège électoral pour le mardi 29 décembre 2015 en vue de l’élection pour le renouvellement de la moitié des membres élus du Conseil de la nation.

Le collège électoral est composé de l’ensemble des membres de l’Assemblée populaire de wilaya et des membres des Assemblées populaires communales de la wilaya. Le Conseil de la nation, la chambre haute du Parlement algérien, a été créé lors de la révision de la Constitution en 1996. Il est composé de 144 membres, dont 96 élus au scrutin indirect et secret (2 tiers) et 48 désignés par le président de la République dans le cadre du tiers présidentiel.

Pour être éligible, il faut être membre de l’Assemblée populaire communale (APC) ou de l’Assemblée populaire de wilaya (APW) et avoir l’âge d’au moins 35 ans. La durée du mandat est de six ans, et la chambre est renouvelable pour la moitié tous les trois ans. Lire la suite

formats

«Détends-toi, ce n’est pas l’histoire que tu as devant toi…»

Publié le 30/12/2015, par dans Non classé.

Le militant de la démocratie Djamel Zenati, qui a bien connu Hocine Aït Ahmed et a même été son directeur de campagne lors de la présidentielle de 1999, a accepté d’évoquer pour les lecteurs d’El Watan ses souvenirs de l’homme que fut ce leader politique et révolutionnaire hors normes.
Ma première rencontre avec Si L’Hocine date de 1990. Un jour, mon ami Matoub Lounès me fait part de son vœu de rencontrer Hocine Aït Ahmed qui était rentré d’un très long exil, presque une année auparavant. A l’époque, le FFS était dirigé par Hachemi Naït Djoudi qui était un ami. Je le contacte et celui-ci nous prend rendez-vous avec Si L’Hocine.

Le 30 mai 1990, la veille de la marche du MCB, nous le rencontrons au siège du FFS qui était situé boulevard Bougara», se rappelle Djamel Zenati. Evidemment, Hocine Aït Ahmed connaissait bien Matoub, mais Djamel Zenati, animateur du MCB, que de réputation. Lorsque les deux hommes rentrent dans le bureau du leader révolutionnaire et après les salutations d’usage, Si L’Hocine s’adresse à Matoub, en désignant le jeune homme à l’allure très juvénile qui l’accompagne : « C’est ton fils ?»

« Non Si L’Hocine, répond Matoub avec le sourire, c’est Djamel Zenati.» Aujourd’hui encore, le souvenir de cette anecdote fait sourire ce dernier. « Nous avons longuement discuté et pris quelques photos ensemble à la fin de l’entrevue. Toutes d’ailleurs étaient ratées et une seule a pu être développée. Matoub était visiblement très content.» A la sortie des deux amis, impressionnés par la stature politique et la taille de Si L’Hocine, Matoub Lounès lâchera cette boutade : « Aït Ahmed est un grand homme grand !»

Matoub : « Aït Ahmed est un grand homme grand !»

La rencontre entre le vieux leader du FFS et Djamel Zenati, animateur très en vue du MCB dans les années 1990, est l’histoire d’une convergence d’idées et de principes. « Je n’ai jamais été un militant encarté. Entre le FFS et moi, c’est l’histoire d’une rencontre. Moi, je venais de l’extrême-gauche marxiste-léniniste et je me retrouvais dans les positions d’Aït Ahmed sur la Constituante, la souveraineté populaire et la séparation du politique et du religieux, trois grands principes auxquels j’adhérais sans réserve. L’autre passerelle entre nous était la question berbère», explique Djamel Zenati. Sachant que beaucoup d’animateurs du MCB étaient également des cadres du FFS, les trajectoires de deux hommes ne pouvaient fatalement que se croiser un jour ou l’autre.

« Quand on le rencontre pour la première fois, on est forcément intimidé et un peu tendu face à ce monument vivant. J’ai même vu des gens trembler, avoir le trac devant lui. Mais Si L’Hocine vous mettait tout de suite à l’aise», confie encore Djamel Zenati. Le vieux leader observe quelques règles de bienséance toutes simples. « Je préfère qu’on se tutoie. C’est déjà plus facile sur le plan grammatical», dit-il au jeune militant. Ensuite, Si L’Hocine n’entame jamais une discussion par la politique.

Il commence par demander des nouvelles de la santé de son interlocuteur, il parle de la pluie, du beau temps, de « thamourth», de la vie quotidienne avant d’aborder la chose politique. C’est sa manière à lui de briser la glace. « Notre seconde rencontre a lieu au premier congrès du FFS en 1991. Je suis invité en tant qu’animateur du MCB et je fais une intervention», se remémore Djamel Zenati. Après l’assassinat de Mohamed Boudiaf et le climat d’insurrection qui s’installe, Hocine Aït Ahmed quitte le pays et les deux hommes n’auront plus que des contacts téléphoniques sporadiques.

« J’ai vu des gens trembler devant lui…»

En novembre 1995, Djamel Zenati fait une campagne active pour le boycott des élections présidentielles. Les gendarmes le convoquent à la brigade d’Akbou et l’interrogent longuement. Assez longtemps pour permettre à une équipe du DRS d’arriver et de le cueillir à sa sortie de la brigade. Il sera séquestré pendant 48 heures et ne pourra donner aucune nouvelle à ses proches. Cela se passe quelques jours seulement après l’assassinat du militant du FFS Mbarek Mahiou et son neveu.

Le climat politique est très anxiogène. « Si L’Hocine s’est mobilisé à fond pour ma libération», se rappelle Djamel Zenati. Il alerte l’opinion publique internationale en faisant un tapage politico-médiatique et saisit par écrit le président Liamine Zeroual. « Après ma libération, Si L’Hocine m’appelle pour me demander d’arrêter de faire campagne. ‘‘C’est trop dangereux », me dit-il. ‘‘Ces gens-là sont capables de tout. » Evidemment, je passe outre ses instructions», révèle Djamel. « Notre premier tête-à-tête a lieu en décembre 1995 à Paris.

Détends-toi, ce n’est pas l’histoire que tu as en face de toi», me dit-il d’emblée. Djamel lui demande s’il n’y voyait pas d’inconvénients à ce qu’il prenne des notes. Il était enchanté : « Rarement des cadres politiques m’ont sollicité dans ce sens.» Les deux hommes passent une semaine ensemble. Le vieux briscard a apparemment décidé de prendre sous son aile le jeune et fougueux militant et entreprend de lui présenter un maximum de personnalités politiques de premier plan. « Un vrai travail initiatique», s’enthousiasme Djamel Zenati.

Da L’Hocine, le vieux zaïm, est également très attentif et attentionné avec ses amis et hôtes sur lesquels il veille avec affection. « Je suis parti en France avec une jaquette légère et comme il faisait froid à Paris, Si L’Hocine m’avait acheté quelques vêtements», se rappelle Djamel. « Je suis parti un peu plus tard chez lui à Lausanne, à plusieurs reprises. Je me rappelle qu’il est venu en personne me chercher à l’aéroport avec son Audi. Il m’a présenté à sa famille, à ses amis, à son entourage. C’est quelqu’un de profondément affectueux et de très respectueux. Il a constamment le souci pour le côté humain. Nos relations et nos contacts sont alors devenus réguliers», se souvient-il encore.

Un travail initiatique

« En 1997, Si L’Hocine me demande d’être tête de liste du FFS aux élections législatives. Je ne pouvais pas lui dire non.» Djamel Zenati n’étant pas un militant encarté du parti, cette initiative a fait grincer des dents au sein des cadres du FFS. Elu député avec un score confortable, l’animateur du MCB s’implique Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair