formats

Bouchouareb à Louisa Hanoune : « allez voir ailleurs !»

Publié le 04/01/2016, par dans Non classé.

Le ministre de l’industrie et des mines, M.Abdesslam Bouchouareb, qui est depuis plusieurs mois dans le viseur de la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Mme Louisa Hanoune, prie cette dernière de le laisser travailler tranquillement.
Interrogé ce lundi sur sa réaction aux accusations récurrentes de Mme Louisa Hanoune notamment celle le citant comme responsable du mouvement de fronde qui serait en préparation au sein du parti, le ministre répond  » le ministre a tant de chose à faire que je n’ai pas le temps pour elle. Qu’elle aille voir ailleurs.

Et d’enchaîner plus loin  » « arrêtez de polluer les citoyens et le peuple algérien. On a d’autres problèmes, on a des problèmes sérieux. On a besoin de solutions sérieuses portées par des hommes sérieux.

Bouchouareb est formel. Il nie que la France bénéficie d’un quelconque traitement de faveurs par rapport autres partenaires d’ailleurs présents sur le marché national, précise le ministre. Il cite à titre d’exemple les partenaires allemand, émirati, quatari, turque, chinois..

 » Je défie quiconque qui m’accuse d’avoir associer la France dans une entreprise nationale depuis que je suis dans le secteur, dit il.

À ceux qui critiquent les dispositions contenues dans la loi de finances 2016 il dit :  » c’est un discours en total décalage par rapport à notre pays et ce que connaît le monde.

Et d’ajouter  » c’est une bataille plus politicienne qu’économique. Ils sont dans une méconnaissance totale et font de la manipulation. Lire la suite

formats

Licences d’importations : Bouchouareb sanctionne les concessionnaires réfractaires

Publié le 04/01/2016, par dans Non classé.

Les quotas d’importations accordés aux concessionnaires automobiles pour l’année 2016 seront connus au cours de cette semaine. Sauf que, le même traitement ne sera pas accordé à tous.
Le ministre de l’Industrie et des Mines, M.Bouchouareb compte bien punir les concessionnaires qui ne se conforment pas aux décisions supérieures. Lors d’une conférence de presse qu’il a animée, ce lundi, au forum du journal El Moudjahid, le ministre a expliqué que les concessionnaires qui ne se sont pas conformés au cahier des charges lors de sa mise en place et ceux qui déclarent leurs bilans fiscaux négatifs se verront appliquer des mesures spécifiques.

Le calcul des quotas se fera comme suit : la moyenne des deux dernières années (2014-2015) divisée par deux. Sera réservée une  » imposition pénalisante à ceux qui n’ont pas joué en jeu quand on a mis en place le cahier es charges », a précisé le ministre. Abdesselam Bouchouareb s’est félicité pour la baisse de la facture d’importation des véhicules en 2015. Une baisse estimée à 2,559 milliards de dollars en valeurs et 140 000 en unités par rapport à 2014.

En 2014, la facture des importations des véhicules s’était établie à 6,34 milliards de dollars avec 439.637 unités importées, rappelle-t-on. Ce qui signifie que la facture des importations des véhicules s’est établie à 3,781 milliards de dollars en 2015, soit une baisse de 40,3% par rapport à 2014, tandis que le nombre des véhicules importés a baissé de l’ordre de 32%.

Pour le ministre, ces résultats sont  » les premiers effets de la mise en œuvre du nouveau cahier des charges des concessionnaires ». Il précise dans le même registre que les négociations avec les constructeurs Peugeot, Fiat, Iveco et Hyundai camions pour la mise en place d’unités de production en Algérie connaissaient  » un bon état d’avancement ».

 » Nous sommes également en discussions avec un partenaire iranien, tandis que Nissan a exprimé son souhait de s’installer en Algérie », a-t-il réaffirmé. Concernant le constructeur allemand Volkswagen, M. Bouchouareb a souligné que  » tout porte à croire que cette marque a pris la décision d’ouvrir une usine de montage en Algérie après avoir hésité pendant une certaine période ».

Évaluation des entreprises privatisées

Alors que l’Algérie a permis l’ouverture, à la faveur de la LF 2016, le capital des entreprises publiques, le besoin de récupérer certaines entreprises privatisées dans le cadre de la loi 2001-04 se fait ressentir.

Le ministre a évoqué dans ce sens une opération en cours et qui vise à évaluer la situation des entreprises privatisées. Cette opération qui concerne, selon le ministre 50 entreprises, a pour finalité, de vérifier si les repreneurs avaient effectivement respecté leurs engagements.

Le ministre relève que 2 à 3 entreprises n’ont pas respecté leurs engagements mais refuse de donner plus de détails pour  » ne pas perturber le déroulement de l’opération », dit-il.

Et d’aviser  » si nous constatons que des entreprises n’ont pas respecté leurs engagements, nous n’hésiterons pas à reprendre les entreprises privatisées ».

Le ministre rappelle, à cette occasion, que la privatisation n’est pas un mal pour l’économie nationale puisqu’elle va permettre de relancer des entreprises menacées de fermeture. Lire la suite

formats

Licences d’importations : Bouchouareb sanctionne les concessionnaires réfractaires

Publié le 04/01/2016, par dans Non classé.

Les quotas d’importations accordés aux concessionnaires automobiles pour l’année 2016 seront connus au cours de cette semaine. Sauf que, le même traitement ne sera pas accordé à tous.
Le ministre de l’Industrie et des Mines, M.Bouchouareb compte bien punir les concessionnaires qui ne se conforment pas aux décisions supérieures. Lors d’une conférence de presse qu’il a animée, ce lundi, au forum du journal El Moudjahid, le ministre a expliqué que les concessionnaires qui ne se sont pas conformés au cahier des charges lors de sa mise en place et ceux qui déclarent leurs bilans fiscaux négatifs se verront appliquer des mesures spécifiques.

Le calcul des quotas se fera comme suit : la moyenne des deux dernières années (2014-2015) divisée par deux. Sera réservée une  » imposition pénalisante à ceux qui n’ont pas joué en jeu quand on a mis en place le cahier es charges », a précisé le ministre. Abdesselam Bouchouareb s’est félicité pour la baisse de la facture d’importation des véhicules en 2015. Une baisse estimée à 2,559 milliards de dollars en valeurs et 140 000 en unités par rapport à 2014.

En 2014, la facture des importations des véhicules s’était établie à 6,34 milliards de dollars avec 439.637 unités importées, rappelle-t-on. Ce qui signifie que la facture des importations des véhicules s’est établie à 3,781 milliards de dollars en 2015, soit une baisse de 40,3% par rapport à 2014, tandis que le nombre des véhicules importés a baissé de l’ordre de 32%.

Pour le ministre, ces résultats sont  » les premiers effets de la mise en œuvre du nouveau cahier des charges des concessionnaires ». Il précise dans le même registre que les négociations avec les constructeurs Peugeot, Fiat, Iveco et Hyundai camions pour la mise en place d’unités de production en Algérie connaissaient  » un bon état d’avancement ».

 » Nous sommes également en discussions avec un partenaire iranien, tandis que Nissan a exprimé son souhait de s’installer en Algérie », a-t-il réaffirmé. Concernant le constructeur allemand Volkswagen, M. Bouchouareb a souligné que  » tout porte à croire que cette marque a pris la décision d’ouvrir une usine de montage en Algérie après avoir hésité pendant une certaine période ».

Évaluation des entreprises privatisées

Alors que l’Algérie a permis l’ouverture, à la faveur de la LF 2016, le capital des entreprises publiques, le besoin de récupérer certaines entreprises privatisées dans le cadre de la loi 2001-04 se fait ressentir.

Le ministre a évoqué dans ce sens une opération en cours et qui vise à évaluer la situation des entreprises privatisées. Cette opération qui concerne, selon le ministre 50 entreprises, a pour finalité, de vérifier si les repreneurs avaient effectivement respecté leurs engagements.

Le ministre relève que 2 à 3 entreprises n’ont pas respecté leurs engagements mais refuse de donner plus de détails pour  » ne pas perturber le déroulement de l’opération », dit-il.

Et d’aviser  » si nous constatons que des entreprises n’ont pas respecté leurs engagements, nous n’hésiterons pas à reprendre les entreprises privatisées ».

Le ministre rappelle, à cette occasion, que la privatisation n’est pas un mal pour l’économie nationale puisqu’elle va permettre de relancer des entreprises menacées de fermeture. Lire la suite

formats

La justice s’acharne contre le militant Belkacem Khencha

Publié le 04/01/2016, par dans Non classé.

Le militant de la cause des chômeurs et l’actuel président de la Ligue algérienne pour la défense du droit au travail (LADDT), Belkacem Khencha, est à nouveau convoqué par la justice.
Accusé, cette fois-ci, d' »outrage au corps constitué», pour son témoignage tenu dans une interview accordée à El Watan Week-end du 11 septembre 2015 sur les conditions d’emprisonnement à Laghouat. Il devra comparaître, le 13 janvier prochain, devant le tribunal de la même wilaya pour répondre à cette accusation.

Joint par téléphone, Belkacem Khencha, avoue qu’il ignorait l’existence de cette énième poursuite qu’il qualifie d' »acharnement de la justice contre sa personne» et affirme n’avoir été informé que par le biais de ses sept anciens codétenus que la justice a convoqué pour témoigner contre lui dans ce procès où il est le principale accusé.

Pour rappel, dans son témoignage, Belkacem Khencha avait déclaré ceci, un mois après sa sortie de prison, en juillet dernier, où il a achevé sa peine de six mois pour avoir organisé un rassemblement de soutien en compagnie de ses sept camarades du même mouvement, devant le même tribunal, en solidarité avec un autre chômeur, Mohamed Reg, que lui encoure sa peine d’une année et demi : « Les gardiens s’en prenaient à ceux qui se bagarraient ou qui réclamaient l’amélioration de leurs conditions de détention. Ils tiennent le prisonnier, la tête suspendue, du bout des pieds par une ceinture. Au moment où les uns le coincent des épaules, les autres le frappent sur le plat des pieds pour ne laisser aucune trace. C’était leur façon de punir. J’ai eu des témoignages de gens qui se sont fait menotter pour se voir gifler par les gardiens à tour de rôle.»

Son avocat, Noureddine Ahmine, explique que l’accusation, elle-même, se contredit avec les textes de la loi : « Je ne comprend pas pourquoi on lui inflige une telle accusation alors que par définition, un corps constitué est soit l’armée, la police ou la gendarmerie, Khencha n’a aucunement parlé de ces trois corps !»
Lire la suite

formats

Ennahda s’apprête à porter plainte contre Sidi Saïd pour injure

Publié le 04/01/2016, par dans Non classé.

Le mouvement Ennahda se prépare à porter plainte contre le secrétaire général de l’UGTA qui a tenu des propos outrageants à l’encontre de ceux qui critiquent les choix du gouvernement. Vidéo.
 » Nous sommes en train de coordonner avec des députés de l’opposition pour porter plainte contre le SG de l’UGTA qui a insulté notre religion et nos mères », a indiqué Mohamed Hadibi, chargé de communication du parti Ennahda, dans une déclaration à Elwatan.com.  » Il s’agit dans cette démarche de porter plainte contre le pouvoir qui a ramené ces gens-là et qui les a encouragé à insulter l’opposition », a expliqué Hadibi. Il a ajouté que  » Amara Benyounes et Ali Haddad avaient aussi insulté les Algériens ».

Le 31 décembre dernier à Alger, Abdelamdjid Sidi Saïd a tenu des propos outrageants contre les syndicats autonomes qui ont critiqué le retour du crédit à la consommation.  » Certains, pour le plaisir de dire non, ils disent non, behar 3lihoum (que la mer les emporte)… », a déclaré le patron de la centrale syndicale avant d’insulter la religion des mères de ceux qui ont critiqué l’UGTA et le gouvernement au sujet des risques relatifs au crédit à la consommation.

L’article 298 bis du code pénal stipule que  » Toute injure commise envers une ou plusieurs personnes qui appartiennent à un groupe ethnique ou philosophique, ou à une religion déterminée est punie d’un emprisonnement de cinq (5) jours à six (6) mois et d’une amende de 5.000 DA à 50.000 DA ou de l’une de ces deux peines seulement ».
Lire la suite

formats

Préservation de la musique andalouse: une association algéroise montre la voie

Publié le 04/01/2016, par dans Non classé.
Préservation de la musique andalouse: une association algéroise montre la voie
ALGER- L’association « Anadil El Djazaïr » (Les Rossignols d’Alger), créée en janvier 1992 pour initier les jeunes à la musique andalouse algérienne « Sanâa », aura formé des centaines de mélomanes à la pratique de cet art ancestral, selon un état des lieux qu’elle a elle-même établi à l’approche de son quart de…

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair