formats

Un jeune chômeur s’immole par le feu

Publié le 02/05/2016, par dans Non classé.

Hamza, un jeune chômeur d’une trentaine d’années, a tenté, hier, de mettre fin à ses jours en s’immolant par le feu à proximité du cabinet du wali de Constantine,
où une vingtaine de sans-emploi ont répondu à l’appel du Comité national de défense des droits des chômeurs (CNDDC) pour la tenue d’un sit-in à l’occasion de la Fête du travail. Le jeune homme a été secouru sur place avant d’être évacué en urgence par la Protection civile vers le CHU Ben Badis dans un état critique, selon le coordinateur de wilaya du CNDCC. Ce dernier nous a, par ailleurs, confié que le jeune chômeur en question, marié et père de deux enfants, s’est immolé pour avoir été empêché par la police de se rendre au cabinet du wali.

Précisons que le mouvement de protestation avait débuté vers 11h dans le calme ; rien ne présageait un tel acte de désespoir de la part d’un des manifestants, lesquels s’étaient cantonnés au début à proximité de la station terminus du tramway. Les protestataires avaient choisi, selon les organisateurs du CNDCC, ce lieu pour sa haute symbolique de par sa proximité du siège de la wilaya et de la prison Coudiat.

Les manifestants, qui arboraient des pancartes, scandaient des slogans, dont « Le travail est essentiel, la culture est secondaire», faisant référence probablement à la manifestation controversée « Constantine, capitale de la culture arabe 2015» ; « Le 1er mai n’est pas un jour de fête pour nous mais un jour de deuil» et aussi « Nous militerons jusqu’à l’obtention d’un emploi».
Une délégation de représentants des manifestants a été finalement reçue par un cadre de la wilaya, en début d’après-midi, suite au geste désespéré auquel a abouti cette action. Nourchene Djeghloud, 23 ans, licenciée en lettres anglaises, a assisté à cette rencontre rapide, meublée de promesses d’emploi « après inscription à l’ANEM», a répondu le représentant du wali.

A noter, aussi, l’interpellation par la police de quatre jeunes de la CNDCC de Constantine, alors qu’ils venaient de Hamma Bouziane pour prendre part au sit-in auquel avait appelé la veille le comité. Ils ont été relâchés après avoir été fichés. Lire la suite

formats

Panama papers : Le démenti de Rebrab…

Publié le 02/05/2016, par dans Non classé.

Dans un communiqué rendu public hier, le patron de Cevital, Issad Rebrab, « dément catégoriquement les allégations selon lesquelles il serait de près ou de loin impliqué dans le dossier Panama Papers, publiées samedi 30 avril, puis retirées dimanche 1er mai par le journal ennahar online». « Issad Rebrab, note le communiqué, se réserve le droit de saisir les autorités judiciaires compétentes pour toute mention de son nom dans le cadre de cette manipulation outrancière, accompagnée et basée sur de faux documents.» Lire la suite

formats

Oran : Sidi Saïd tire à boulets rouges sur la France et le Maroc

Publié le 02/05/2016, par dans Non classé.

Face à une assistance de 10 000 travailleurs affiliés à l’UGTA, rassemblés au port d’Oran pour célébrer les festivités liées au 1er Mai, Sidi Saïd,
secrétaire général de cette centrale syndicale, n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour critiquer les gouvernements français et marocains. Il faut noter que cette année, l’Algérie a décidé de lier la célébration du 1er Mai dans la wilaya de l’Ouest à une démonstration de solidarité avec le peuple sahraoui. De ce fait, étaient également présents au port d’Oran, comme invités de marque, le Premier ministre sahraoui, Abdelkader Taleb Omar, et le secrétaire général de l’Organisation de l’Unité syndicale africaine. Une salle de conférence, sise au port d’Oran, a été baptisée au nom de Mustapha Wouali, le premier Sahraoui mort sous le joug de l’armée coloniale marocaine. Trois ministres algériens, ceux des Affaires africaines, de la Solidarité nationale et des Transports, étaient aussi présents, hier à Oran, mais n’ont, à aucun moment, pris la parole. Plus surprenant, on comptait aussi sur la présence de Ali Haddad, « le patron des patrons algériens», qui a annoncé « n’avoir aucun souci avec l’UGTA, et que tout comme cette centrale syndicale, il cherchait le développement de l’Algérie». En somme, le blabla habituel. Ceci dit, là où ça s’est plus ou moins corsé, c’est lorsque Sidi Saïd a pris la parole. D’entrée de jeu, il avertit l’assistance : « Je suis un syndicaliste et je parle comme un syndicaliste.» Comprendre : « Le langage de la diplomatie, très peu pour moi.» Sans mâcher ses mots, il dira : « Ce que veut le peuple sahraoui est la chute de la colonisation marocaine des territoires occupés.

Le peuple sahraoui veut vivre en liberté et jouir de son indépendance. Barakat la colonisation du peuple sahraoui.» Et de lâcher : « Personne ne nous fait peur, ni les voisins directs ni les voisins lointains !» Puis, sans tambour ni trompette, le patron de l’UGTA se lancera dans des diatribes contre la France, toutefois sans la citer nommément. Faisant allusion aux derniers épisodes tragi-comiques des relations algéro-françaises, à la suite d’un tweet de Manuel Valls le montrant aux côtés d’un Bouteflika affaibli, Sidi Saïd lancera à la foule : « La dignité algérienne et les symboles algériens sont intouchables !» Puis, se lâchant pour de bon, il dira : « Ceux qui nous ont attaqué, qu’ils sachent que s’ils touchent à un cheveu du symbole algérien, qui est le président de la République, c’est comme s’ils touchaient à tous les Algériens. Et ceci, nous ne l’accepterons jamais !» Et d’ajouter : « Ceux qui essayent de s’attaquer à la dignité des Algériens, on leur dit : restez tranquille ! Nous n’avons peur de personne, et si on nous y pousse, et que la nécessité se fasse sentir, nous reprendrons les armes !» Parlant dans un arabe « approximatif», il dira, « aux mains étrangères» qui critiquent Bouteflika : « Bouh alikoum !» avant d’ajouter, « que nous importe votre visa !»
Lire la suite

formats

On vous le dit

Publié le 02/05/2016, par dans Non classé.

RAJ lance une web-radio

L’association Rassemblement actions jeunesse (RAJ) lancera, demain, une web-radio : Voix de jeunes. Coïncidant avec la célébration de la Journée internationale de la liberté de la presse, la cérémonie de lancement de cette radio dédiée aux jeunes aura lieu au siège du RAJ situé au 17, rue Larbi Ben M’hidi, 3e étage (Alger-Centre). Au programme : présentation de la radio du RAJ Voix de jeunes et conférence-débat intitulée : « La liberté de la presse en Algérie : réalité et défis». La conférence sera animée par Hacen Ouali (journaliste au quotidien El Watan), Karim Kebir (journaliste au quotidien Liberté et Hmida Layachi (journaliste écrivain).

Obama fait rire le tout-Washington une dernière fois

Le président Barack Obama a fait rire Washington une dernière fois, samedi soir, lors du traditionnel dîner de l’Association des correspondants de la Maison- Blanche (WHCA), laissant tomber le micro à la fin de sa performance avec ces mots : « Obama out» (Obama c’est fini). Lors de ce dîner de gala, rituel au cours duquel le Président, suivi par un comédien, doit faire rire des invités triés sur le volet, Barack Obama s’est livré à de l’autodérision, mais s’est également moqué des candidats (démocrates et républicains) à la Maison-Blanche et des journalistes. Sur un registre plus sérieux, il a rendu hommage à l’ancien correspondant à Téhéran du Washington Post, Jason Rezaian, libéré en janvier après avoir passé 18 mois en prison en Iran. Barack Obama a plaisanté au sujet de sa popularité en hausse, alors qu’il achève son mandat. « La dernière fois que je planais aussi haut, j’essayais de décider en quoi j’allais me spécialiser à l’université», a-t-il dit, dans une allusion au fait qu’il fumait de l’herbe lorsqu’il était étudiant. Obama a terminé en disant : « Obama out» (Obama c’est fini) et en laissant tomber le microphone, un geste des stars de la culture pop signifiant que la performance était tellement bonne qu’il n’y a plus rien à ajouter…

Indifférence face au phénomène du kidnapping de filles à Blida

Ces derniers mois, plusieurs tentatives d’enlèvement de jeunes filles ont été enregistrées dans la région de Blida. Des cas jamais élucidés mis à part la libération d’une fille à Chiffa, en février dernier. Samedi 30 avril, une adolescente de 14 ans a été enlevée en plein jour par un groupe de quatre hommes à bord d’une voiture au niveau des berges de l’oued Sidi Kebir. La fille a crié, s’est débattue, sans qu’aucun riverain ne réagisse. Elle a été libérée cinq kilomètres plus loin après des cris et des complaintes. Les parents de la fille ont été étonnés de constater qu’au niveau de la brigade Bou Arfa, connue par la population de Blida pour son inaction, on les dirige vers un commissariat en ville. Plus étonnant encore, un officier de police invite les parents à revenir 48 heures après pour déposer plainte ! Pendant ce temps, les ravisseurs auront eu toute la liberté de s’éloigner de la ville… Lire la suite

formats

Mobilisation pour empêcher la visite de la zaouïa de Cheurfa

Publié le 02/05/2016, par dans Non classé.

Les informations qui ont circulé sur la venue Chakib Khelil à Tizi Ouzou ont suscité moult réactions des habitants de la région.
D’ailleurs, des citoyens se sont mobilisés pour empêcher l’éventuelle visite de Khelil. Dans la commune d’Azazga, à la zaouïa Cheurfa N’Bahloul, à 40 kilometres à l’est de Tizi Ouzou, des villageois, d’anciens membres de Barakat et des délégués du mouvement citoyen des archs, entre autres, étaient, jeudi, sur place pour dissuader les membres de la zaouïa de recevoir l’ancien ministre de l’Energie. Selon un jeune du village, une délégation aurait été dépêchée, la veille, d’Alger, pour préparer la venue de Chakib Khelil à la zaouïa Sidi Bahloul.

« Notre population ne va pas accepter de voir ce ministre venir chez nous, surtout lorsqu’on sait que cet homme doit répondre devant la justice sur les scandales de corruption dans lesquels il est impliqué. Il n’est pas le bienvenu dans notre zaouïa. Nous allons fermer tous les accès au village si l’information de la venue de ce ministre se confirme», a-t-il clamé.

De son côté, un membre de la zaouïa Sidi Bahloul précise que Khelil n’est pas invité. « Chez nous, on ne mélange pas la religion et la politique pour donner l’occasion à cet ancien ministre de gagner la bénédiction des zaouïas qui disposent d’une assise importante dans la société. Avant de venir à Cheufa, cet homme doit passer d’abord par le tribunal car il a des affaires avec la justice», a-t-il ajouté, tout en soulignant que la « délégation» qui s’est déplacée à Cheurfa n’a rien avoir avec les préparatifs de la venue de Khelil.

Notons que des informations persistantes font également état de l’éventuelle visite de Khelil dans d’autres zaouïas de la wilaya, dont celle de Beni Kouffi, dans la daïra de Boghni, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Tizi Ouzou.

Le président de l ‘Association algérienne des zaouïas et la culture soufie, cheikh Noureddine Mechouet, nous a déclaré : « Il n’est pas question que Chakib Khelil vienne à Tizi Ouzou.» « La Kabylie est propre. Même s’il vient, personne ne pourra le recevoir», a-t-il ajouté, estimant que la tournée qu’entreprend l’ancien ministre de l’Energie à travers les zaouïas du pays relève d’un plan wahhabite pour toucher à la crédibilité de ces structures socioculturelles. Lire la suite

formats

Massif de Collo : Un terroriste abattu à Kerkera

Publié le 02/05/2016, par dans Non classé.

Un quatrième terroriste a été abattu, samedi, au lieudit Djnane El Hajem, dans les maquis denses de la région de Kerkera, dans le massif de Collo, à l’ouest de Skikda.
L’élimination de cet homme porte ainsi à quatre le nombre de terroristes éliminés en moins de 24 heures dans une impressionnante opération de ratissage que mènent les forces de l’ANP dans cette région.Selon des sources locales, les forces de sécurité auraient également capturé deux autres terroristes. D’autres sources laissent entendre qu’un groupe composé de quatre éléments, appartenant à la même seriat que les terroristes éliminés, serait encerclé.

Deux des trois terroristes abattus vendredi dernier ont déjà été identifiés. Il s’agit d’un certain B. A., 56 ans, un malfaiteur notoire originaire de Kerkera, et de L. Y., 48 ans, originaire de la wilaya de Annaba.
De vastes opérations de ratissage se poursuivent dans la région. Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair