formats

Premières journées cinématographiques à Khenchela : dix films historiques sur la révolution au programme

Publié le 12/02/2020, par dans Non classé.
Premières journées cinématographiques à Khenchela : dix films historiques sur la révolution au programme

KHENCHELA- Dix (10) films sur la Révolution de libération seront présentés à l’occasion des premières journées cinématographiques de Khenchela, prévues du 18 au 22 février courant, a-t-on appris mercredi auprès de la direction de la maison de la culture Ali Souaïhi, organisatrice de l’évènement.

La tenue de cette manifestation placée sous le slogan « la révolution libératrice dans les yeux du cinéma algérien » coïncidera avec les festivités commémoratives de la journée nationale du chahid et donnera lieu à la projection de films anciens et nouveaux dont « La bataille d’Alger », « L’opium et le bâton », « Patrouille vers l’Est », « Lambèse », « Le colonel Lotfi » et « Mustapha Benboulaïd », a indiqué le directeur de la maison de la culture, Noureddine Kouider.

Dans le cadre de la promotion de la culture de proximité, des films seront présentés au public de plusieurs communes de la wilaya avec la programmation de « Zabana » à Tamza le 19 février, « Le puits » à Kaïs le 20 février et « Un pont vers la vie » à Chechar le 21 février, a indiqué le même responsable.

Des conférences sur la production cinématographique nationale et des ateliers de formation portant sur la rédaction de scénarios, le tournage et l’art du comédien figurent au programme de ces journées organisées avec le concours du Centre national de la cinémathographie et de l’audiovisuel, a indiqué M. Kouider.

Le public aura l’occasion de rencontrer durant la manifestation des réalisateurs dont Ahmed Rachedi et des comédiens comme Ahmed Benaïssa, Chaouki Bouzid et Hassan Allaoua, a indiqué le directeur de la maison de la culture qui a assuré qu’un hommage sera rendu au cinéaste natif de Khenchela, Amor Hakkar pour sa contribution au cinéma algérien.

Lire la suite

formats

Semaine de la culture et de l’histoire: coup d’envoi de la 20e édition

Publié le 12/02/2020, par dans Non classé.
Semaine de la culture et de l'histoire: coup d'envoi de la 20e édition

ALGER- La 20e édition de la Semaine de la culture et de l’histoire a été lancée, mardi au Palais de la Culture Moufdi-Zakaria (Alger), une manifestation qui entre dans le cadre de la commémoration de la Journée nationale du Chahid,Organisée par l’Association Mechaâl Echahid sous le slogan « Fidélité de l’ANP aux martyrs de la Guerre de Libération Nationale », cette manifestation englobe plusieurs conférences et activités visant la transmission du message des Chouhada aux générations de l’indépendance et la préservation de la mémoire nationale.

A l’occasion, le Conseiller à la Présidence de la République, chargé de la société civile, Aissa Belakhdar a salué cette tradition perpétuée par l’Association Mechaâl Echahid, appelant à la consécration du message des Chouada auprès des générations montantes.

« La nouvelle Algérie, sous la conduite du Président Abdelmadjid Tebboune connait une révolution sereine, à commencer par la préparation d’amendement constitutionnel et l’ouverture sur les acteurs de la scène nationale, partis politiques et société civile », a t-il ajouté dans le même contexte.


Lire aussi: Le nom du penseur Malek Chebel sera donné au palais de la Culture de Skikda


Par ailleurs, l’enseignant universitaire Mohamed Lahcen Zeghidi a rappelé, dans une intervention, que le soutien populaire à l’Armée de Libération nationale (ALN) « ne date pas de 1954 (date du déclenchement de la Guerre de Libération Nationale), mais de l’époque où l’occupation française a foulé le sol de l’Algérie en 1830 », ajoutant que « la composante de l’ANP est faite des enfants du même peuple à tel point que la différence entre ses éléments et le reste du peuple ne réside que dans l’uniforme ».

Soulignant le lien « complémentaire et organique » entre le peuple et son Armée, il a rappelé que le peuple a été « un appui fort » à l’ALN dans toutes les batailles menées contre le colonisateur français, notamment à travers les manifestations et les grèves organisées à travers les différentes régions du pays ».

La Semaine de la culture et de l’histoire qui se poursuivra jusqu’au 20 de février courant, sera ponctuée par des récitals de poésie, des représentations de théâtre et de chants patriotiques, commémorant les hauts faits des artisans de la Révolution.

Lire la suite

formats

Festival du théâtre amazigh: « Yema n Dzaïr » remporte le prix du meilleur spectacle

Publié le 12/02/2020, par dans Non classé.
Festival du théâtre amazigh:

BATNA – La pièce « Yema n Dzaïr » (Ma mère l’Algérie) de l’association culturelle « Ithrène Takerdousset » de Bouira a remporté le prix du meilleur spectacle de la 11ème édition du Festival national culturel du théâtre amazigh, clôturé mardi soir au théâtre régional de Batna.

Ayant enchanté le public, cette pièce théâtrale relatant la triste histoire d’une mère qui consacre sa vie à son fils, happé par les affres de la criminalité une fois devenu grand avant de finir par se retrouver en prison, a été très applaudie par le public du Festival.

La cérémonie de remise des prix de ce Festival qui s’est ouvert le 3 février en cours, s’est déroulée dans une ambiance festive au milieu d’une présence singulière des familles.

Le prix du meilleur réalisateur a été décerné à Massinissa Hadbi pour sa pièce « Ettabek Essabaâ » (7ème étage) du théâtre régional de Tizi Ouzou et celui de la meilleure interprétation masculine est revenu à Malek Fellag qui a joué dans cette même pièce.

De son côté, Saddam Sahraoui a remporté le prix du meilleur texte pour sa pièce « Ithnain fi Ouahed » (Deux en un) de la coopérative culturelle « El Fadha El Azrek » de Batna tandis que Hamza Boukir a obtenu le prix de la meilleure scénographie pour sa pièce ‘‘Chafaoui » (souvenirs) de la coopérative Thagherma d’Akbou (Béjaïa), dont la comédienne Hassiba Aït Djebara a remporté au même titre que Soumia Bouneb le prix de la meilleure interprétation féminine pour les pièces respectives de ‘‘Chafaoui » et ‘‘Tinhinane » du théâtre régional d’Oum El Bouaghi.

Quant au prix de la meilleure musique, il a été décerné à Abdeladhim Khomri pour la pièce ‘‘Tinhinane » du théâtre d’Oum El Bouaghi, qui s’est également vu attribuer le prix de la seconde meilleure interprétation féminine à Zoulikha Talbi (Tinhinane) ex-aequo avec Nassira Benyoucef pour la pièce Yemane Dzaïr de Bouira.


Lire aussi:

BATNA – La pièce « Yema n Dzaïr » (Ma mère l’Algérie) de l’association culturelle « Ithrène Takerdousset » de Bouira a remporté le prix du meilleur spectacle de la 11ème édition du Festival national culturel du théâtre amazigh, clôturé mardi soir au théâtre régional de Batna.

Ayant enchanté le public, cette pièce théâtrale relatant la triste histoire d’une mère qui consacre sa vie à son fils, happé par les affres de la criminalité une fois devenu grand avant de finir par se retrouver en prison, a été très applaudie par le public du Festival.

La cérémonie de remise des prix de ce Festival qui s’est ouvert le 3 février en cours, s’est déroulée dans une ambiance festive au milieu d’une présence singulière des familles.

Le prix du meilleur réalisateur a été décerné à Massinissa Hadbi pour sa pièce « Ettabek Essabaâ » (7ème étage) du théâtre régional de Tizi Ouzou et celui de la meilleure interprétation masculine est revenu à Malek Fellag qui a joué dans cette même pièce.

De son côté, Saddam Sahraoui a remporté le prix du meilleur texte pour sa pièce « Ithnain fi Ouahed » (Deux en un) de la coopérative culturelle « El Fadha El Azrek » de Batna tandis que Hamza Boukir a obtenu le prix de la meilleure scénographie pour sa pièce ‘‘Chafaoui » (souvenirs) de la coopérative Thagherma d’Akbou (Béjaïa), dont la comédienne Hassiba Aït Djebara a remporté au même titre que Soumia Bouneb le prix de la meilleure interprétation féminine pour les pièces respectives de ‘‘Chafaoui » et ‘‘Tinhinane » du théâtre régional d’Oum El Bouaghi.

Quant au prix de la meilleure musique, il a été décerné à Abdeladhim Khomri pour la pièce ‘‘Tinhinane » du théâtre d’Oum El Bouaghi, qui s’est également vu attribuer le prix de la seconde meilleure interprétation féminine à Zoulikha Talbi (Tinhinane) ex-aequo avec Nassira Benyoucef pour la pièce Yemane Dzaïr de Bouira.


Lire aussi: Théâtre amazigh: appel à la formation des animateurs des coopératives et associations


Le comédien Salah Chiba de la coopérative « El Fadha El Azrek » de Batna a décroché, pour sa part, le prix de la seconde meilleure interprétation masculine alors que le prix du jury a été décerné à la troupe « Tala » des arts dramatiques de Tizi Ouzou pour la pièce « Nek nagh ntsat » (Elle ou moi).

Les recommandations du Festival ont mis l’accent, au terme des 9 jours de compétition artistique, sur la nécessaire formation des coopératives et des troupes participantes après le constat du niveau très disparate des troupes théâtrales concurrentes.

Le jury du festival a proposé de constituer un comité de sélection des spectacles participant et d’encourager les coproductions entre théâtres régionaux et compagnies culturelles.

Le commissaire du festival Salim Souhali a considéré que « cette manifestation demeurera une espace ouvert aux énergies théâtrales créatives afin de promouvoir le théâtre d’expression amazighe ».

Au total, 16 troupes de diverses localités du pays dont celles des théâtres régionaux de Béjaïa, Tizi Ouzou, Oum El Bouaghi et le TNA ont participé à ce Festival qui a connu notamment la tenue d’une conférence sur le théâtre en tant qu’espace de communication et de fraternité.

Lire la suite

formats

L’absence des salles de cinéma, principal obstacle à sa relance

Publié le 12/02/2020, par dans Non classé.
L'absence des salles de cinéma, principal obstacle à sa relance

ALGER – Producteurs, techniciens du cinéma et animateurs de ciné-clubs ont appelé, mardi à Alger, à récupérer les salles de cinéma, à mettre en place des réseaux de distribution de films et à créer des espaces de travail dédiés ciné-clubs en vue de relancer concrètement le cinéma en Algérie.

S’exprimant lors d’une rencontre sur le cinéma, organisée sur trois jours, par le ministère de la Culture et présidée par le secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie cinématographique Bachir Youcef Sehairi, des animateurs de ciné-clubs ont pointé l' »absence » de salles de cinéma et la vétusté du matériel de projection qui entravent, estiment-ils toute velléité de relance du secteur.

Les participants ont demandé de meilleures conditions de projection, la réouverture des salles inexploitées actives et la « revitalisation » des espaces existants. Ils préconisent également l’organisation d’ateliers de formation pour les cinéastes amateurs et appellent à « régler sans délais » le problème des visas d’exploitation des films algériens, une procédure qu’il juge « lourde » et restrictive pour la liberté de créer.

Dans une séance dédiée aux producteurs et distributeurs, les participants avaient évoqué la nécessité de récupérer les nombreuses « salles de cinéma gérées par les collectivités locales et celles détournées de leur vocation ». Ils souhaitent par ailleurs la mise en place de programme de distribution pour développer une industrie cinématographique « tournée vers la rentabilité ».

Bachir Youcef Sehairi avait indiqué que le secrétariat d’Etat œuvrait à « trouver des solutions au problème de récupération et d’exploitation des salles de projection ».

Des cinéastes ont également relevé les « procédures administratives et bureaucratiques lourdes » auxquelles obligatoires est astreinte la production cinématographique, citant en particulier les autorisations de tournage exigées aux réalisateurs.


Lire aussi: La distribution cinématographique, maillon faible de la production


Producteurs et associations activant dans le cinéma ont demandé de leur côté des mécanismes d’encouragement au court métrage et au film documentaire, ainsi que la multiplication des ateliers de formation et d’écriture cinématographiques en associant les professionnels algériens.

Les participants ont regretté l’absence de « grands noms du cinéma » algérien ainsi que l’absence d’une séance dédiée aux réalisateurs, acteurs et scénaristes.

Présente lors de la journée de lundi, la ministre de la Culture Malika Bendouda a réitéré la volonté politique exprimée au plus haut niveau de l’Etat pour développer le cinéma et qui s’est traduite la création du secrétariat d’Etat chargé de l’Industrie cinématographique, a-t-elle rappelé.

Son département-t-elle affirmé, accorde une « attention particulière à la formation ».

Aux côtés de la ministre de la Culture et du secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie cinématographique, des membres du gouvernement ont assisté à ses rencontres.

Lire la suite

formats

l’opération pour enfants « Un livre contre un spectacle » rééditée en mars à Alger

Publié le 11/02/2020, par dans Non classé.

ORAN- Une nouvelle édition de l’opération à destination des enfants « Un livre contre un ticket de spectacle » sera organisée en mars prochain à Alger par le Théâtre régional d’Oran « Abdelkader Alloula » (TRO), a annoncé mardi le directeur de cette structure culturelle.

« La réédition de cette initiative est prévue en mars prochain au Théâtre municipal d’Alger-centre qui accueillera, durant une semaine, plusieurs productions du TRO destinées aux enfants », a précisé à l’APS Mourad Senouci.

Il s’agit de la 3ème édition de cette action dont l’objectif est de « recueillir un maximum de livres pour enfants en perspective de la création d’une bibliothèque pour enfants au Centre hospitalo-universitaire Mustapha-Pacha d’Alger », a expliqué M. Senouci.

La première édition de cette opération avait permis, en 2018, la dotation de la bibliothèque de l’hôpital pédiatrique de « haï El-Menzah » (Canastel) à Oran d’un fonds riche de 3.000 ouvrages, a-t-il rappelé.

La deuxième édition, organisée en décembre dernier lors de la manifestation « Vacances au théâtre », a donné lieu à la collecte d’un millier de livres qui ont enrichi le fonds de deux bibliothèques communales situées à Gdyel et Hassi Mefsoukh, dans la wilaya d’Oran.

Plusieurs spectacles à succès, produits ou coproduits par le TRO, seront à l’affiche du Théâtre d’Alger-centre dans le cadre de la semaine oranaise.

Cet événement qui coïncidera avec la période des vacances scolaires du printemps, verra l’animation, à raison de deux séances quotidiennes, de « kittar Eddounia », « Sindbad », « Ennahla », « Pinnochio » et « Garagouz oua el-aroussette », a fait savoir le directeur du TRO.

Lire la suite

formats

Décès du poète du patrimoine populaire oranais Mekki Nouna

Publié le 11/02/2020, par dans Non classé.

ORAN – Le poète du patrimoine populaire oranais Mekki Nouna s’est éteint la nuit de lundi à mardi à l’âge de 88 ans suite à une longue maladie a-t-on appris mardi, du milieu artistique local.

Le défunt, célèbre sur la scène artistique et culturelle d’Oran, fut l’une des figures de proue en poésie du « Melhoune » et du folklore oranais. Il est décédé au CHU d’Oran où il était hospitalisé depuis quelques jours.

Le parcours artistique du poète populaire défunt fut très riche et plein de poésies inspirées du patrimoine oranais et sur les personnalités révolutionnaires et historiques de la ville ainsi sur le parcours du club MCO de part son attachement à ce club de football.

L’artiste a écrit de nombreux poèmes chantés par de célèbres artistes de la musique et la chanson oranaise comme Houari Benchenat, Mazouzi, et cheikh Fethi. La dépouille sera inhumée après la prière du Dohr au cimetière d’Ain El Beida.

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair