formats

Polémique de la semaine : Salim Allek les pieds dans la boue !

Publié le 01/07/2016, par dans Non classé.

Salim Medjahed, connu par Salim Alek, a, encore une fois, raté une occasion de se taire. Sur facebook, ce « comédien», connu par ses blagues racontées avec un fort accent tlemcenien, s’est curieusement réjoui de l’arrêt de l’émission « Ness Stah» que diffusait la chaîne privée KBC. « Urgent, je vous annonce l’arrestation des moutons de Jornane El Gosto par les gendarmes. Cela me rappelle la chanson Jadarmia mourak. Zaama, vous êtes des hommes.

Qu’est-ce qui vous a pris de parler des ministres et des présidents ? Un mouton restera toujours un mouton. Chah !» a-t-il dit dans une vidéo postée sur facebook. « Jornane El Gosto» était l’ancien titre de l’émission de l’équipe de Abdelkader Djeriou. Fortement critiqué sur les réseaux sociaux et par la presse, Salim Allek répond par une autre vidéo usant du même ton arrogant et hautain : « J’ai baissé mon niveau en parlant de Jornane El Gosto !» Il menace de déposer plainte contre Mohamed Khassani, l’un des comédiens de « Ness stah», qui l’aurait insulté par SMS.

Sur facebook, Salim Alek, qui présente « El Manchar», une émission de mauvaise qualité sur Echourouk TV, une pâle copie d' »El Fhama» que diffusait l’ENTV, a été traité de « chiat» (brosseur), de faux artiste, de « porteur d’eau», de jaloux… « Les comédiens de « Ness stah» sont courageux, osent dire des choses contrairement à toi», a écrit un internaute. « Je ne savais pas que ton niveau était aussi bas», a repris un autre.

Les facebookers ont été unanimes à relever que les artistes doivent être solidaires entre eux dans les moments pénibles et défendre les libertés dans toutes les circonstances. Salim Medjahed, qui ne sait toujours pas s’il est un comédien de colonies de vacances ou un animateur de fêtes foraines, peine à s’imposer sur la scène artistique malgré les plateaux de télé qui lui sont ouverts en permanence. Il tente de faire dans des sketches à deux sous pour rester en course.

Après l’arrêt de l’émission « El Fhama» de Badi Sahraoui, il a tenté de voler de ses propres ailes sans s’éloigner du sol. Dans l’affaire « Ness stah», il s’est mis les pieds dans la boue. Attaqué de toutes parts, il a annulé, mercredi soir, un spectacle à la maison de la culture de Bordj Bou Arréridj. Les artistes et le public, solidaires de l’équipe de « Ness stah», l’attendaient de pied ferme. Quand on sème le vent…

Lire la suite

formats

Les préinscriptions universitaires à partir du 19 juillet

Publié le 01/07/2016, par dans Non classé.

C’est du 19 au 21 juillet que les nouveaux bacheliers peuvent effectuer leurs préinscriptions, a informé, hier, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique dans un communiqué.
A partir du 22 juillet et pour une période de deux jours seulement, les nouveaux bacheliers pourront ensuite confirmer cette préinscription. Une étape qui sera suivie de la phase des affectations et des recours en ligne dont la date a été arrêtée par le ministère du dimanche 31 juillet au mardi 2 août 2016. La période de déroulement des concours, entretiens avec un jury pour les filières concernées est prévue également du 31 juillet au 2 août, suivie de la période des inscriptions définitives du jeudi 4 au mardi 9 août, a indiqué la même source. Lire la suite

formats

Le premier jour de l’Aïd devrait être célébré ce mercredi

Publié le 01/07/2016, par dans Non classé.

Le premier jour de l’Aïd devrait être célébré le mercredi 6 juillet, par conséquent, le peuple algérien est appelé à compléter le mois de Ramadhan, à savoir jeûner 30 jours, a estimé hier l’association Sirius d’astronomie dans un communiqué.
« Astronomiquement parlant, l’observation du croissant lunaire en Algérie le lundi 4 juin étant rigoureusement impossible, vu que la Lune se couchera ce jour-là avant le soleil, le mois de Ramadhan devrait compter 30 jours, et ce tant dans le cas d’une observation locale que généralisée au monde arabe, donc sur la base d’une observation visuelle (et même instrumentale) du croissant, l’Aïd devrait donc être célébré le mercredi 6 juillet», précise le communiqué. Sirius a expliqué que la lune « sera strictement invisible pour l’Algérie, le monde arabe et toutes les régions à l’ouest jusqu’en Amérique du Sud où le croissant sera marginalement visible au télescope dans une petite portion du continent».

« Si on exige la visibilité du croissant à l’œil nu, comme c’est la position officielle en Algérie, ou même au télescope comme dans les pays du Golfe et d’autres pays musulmans, le fait que le croissant ne sera pas visible ni à l’œil nu ni au télescope de tous les pays arabes, dont l’Algérie (il se couche 6mn avant le soleil à Alger et se trouvera alors à 1° en dessous de l’horizon), impliquera que nous devrons compléter le mois de Ramadhan à 30 jours et que l’Aïd serait célébré le mercredi 6 juillet», est-il ajouté. Sirius a souligné également que « seul le comité des croissants lunaires du ministère des Affaires religieuses est habilité à se prononcer sur la date effective de l’Aïd». Lire la suite

formats

Le MDS se prépare aux prochaines élections communales

Publié le 01/07/2016, par dans Non classé.

Le coordinateur national du MDS revient sur l’interdiction faite au parti de son congrès. Après deux mois d’attente, le parti a été destinataire, la semaine dernière, d’une réponse du ministère de l’Intérieur. Les choses sont toujours en suspens.
– Vous avez déclaré, dans un communiqué, que votre congrès, qui devait se tenir les 30 avril et 1er mai, a été interdit sur ordre du wali d’Alger. L’interdiction a été maintenue malgré la décision de la cour administrative. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette histoire ?

La wilaya nous avait refusé, pour la énième fois, la tenue de notre congrès dans un lieu public et nous avons dû porter le problème devant les tribunaux qui nous ont donné raison. A la wilaya, il n’y avait personne pour nous délivrer ladite autorisation administrative. Les gendarmes présents sur les lieux ont refusé l’exécution de la décision de justice.

Alors nous avons tenu notre congrès symboliquement dans la cour où nous avons adopté les résolutions et élu la direction. Nous avons transmis, par la suite, le dossier du congrès, par un huissier, au ministère de l’Intérieur. Et nous avons reçu, le 25 juin, un courrier du même ministère qui demandait un complément d’informations non contenues dans la loi. Donc, les choses ne sont pas encore réglées.

– Selon vous, quels sont les motifs de ces blocages ?

Le MDS est une force ancienne, ancrée dans la société. Après avoir tourné la page de la crise qui a suivi la disparition du défunt Hachemi Cherif, le MDS a retrouvé sa cohésion et une direction aguerrie aux luttes. Nous avons renouvelé notre ligne et élaboré des propositions conquérantes que nous mettons en pratique aux côtés des gardes communaux, des patriotes, des chômeurs et de nombreuses catégories de la société. Empêcher le MDS de mener ses activités dans la « légalité», comme l’a fait le président FLN de Staoueli, en nous refusant une salle pour animer une conférence, c’est contrarier l’organisation de ces forces et l’émergence d’une alternative.

– Que devient le MDS, héritier du PAGS, après le décès du défunt Hachemi Cherif en 2006 et la scission qui a suivi ?

Comme je viens de le dire, le MDS en est sorti plus fort. Aux côtés de nos activités inscrites dans notre programme national, nous avons lancé une initiative appelant à un procès international de l’islamisme terroriste. Nous venons de participer à une rencontre de la gauche arabe à Tunis et à la conférence pour la paix et le progrès organisée par le Parti communiste français (PCF) à Paris. Nous cherchons à construire une alternative qui prenne en charge les défis globaux et apporte des réponses à la crise du modèle néolibéral. Enfin, en septembre, nous serons présents à la fête du journal L’Humanité.

– Pour le procès dont vous parlez, vous faites certainement référence au « Nuremberg de l’islamisme» que vous avez lancé en mars dernier. Des détails ?

L’islamisme politique est la pire épreuve affrontée par notre jeune Etat. Aujourd’hui, tous les Etats de la sphère musulmane et arabe y font face et risquent l’éclatement. Cette idéologie totalitaire met en danger la paix dans le monde. Il faut une réponse planétaire pour libérer nos sociétés d’un lourd fardeau et les ancrer dans la modernité. Mais nous ne pouvons atteindre cet objectif sans une solution du problème palestinien et un véritable plan de reconstruction des pays détruits par cette idéologie. Nous avons donc entamé une campagne internationale en direction de l’opinion publique, des forces politiques et des institutions pour nous mobiliser autour d’un procès international de l’islamisme terroriste.

– Le MDS n’est aujourd’hui dans aucune alliance politique. Il ne fait pas partie de la CNTLD. Pourquoi ?

Le MDS a une riche culture d’Etat. Il ne croit pas aux alliances contre-nature. Ce qui est proposé par la CNTLD est pire que le mal qu’elle propose de guérir. Une alliance d’assassins des années 1990, de ceux qui ont tué les jeunes du Printemps noir (dont nous commémorons le 15e anniversaire de la marche du 14 juin 2001) et de ceux qui, juste hier, ne juraient que par le système en place.

– Peut-on voir un jour une alliance des démocrates ?

Le mot démocrate est aujourd’hui galvaudé. Le pouvoir, qui nous empêche de tenir notre congrès, emprisonne des chômeurs ou des journalistes, se dit aussi démocratique. Même les islamistes se définissent ainsi. Notre conception de la démocratie articule démocratie politique et sociale, nationale et internationale. Le MDS participera au rassemblement des citoyens, des patriotes et d’autres organisations qui donnent à la démocratie son sens universel, qui veulent se mettre au service de nos concitoyens et non se servir. Il y travaille patiemment, dans la discrétion et avec le sérieux exigé, loin des effets d’annonce.

– Après la chute du pétrole, le plan d’austérité décrété par l’Etat et les conflits au sommet : où se situe le MDS dans tout cela ? Et que propose-t-il pour sortir le pays de cette crise multidimensionnelle ?

La chute des prix du pétrole ne peut être ignorée et le MDS n’a cessé d’attirer l’attention sur la gestion catastrophique des deniers publics depuis que les cours ont commencé à remonter en 1999 et quand le mot d’ordre était « enrichissez-vous». L’Algérie a besoin d’un gouvernement du travail, fort, soutenu par la majorité de notre peuple pour aller chercher les biens détournés, les capitaux expatriés et reconstruire notre économie, notamment en reprenant sa souveraineté sur sa monnaie en la changeant et en taxant tous les fraudeurs à la hauteur exigée.

L’Algérie a les moyens de son développement et de quoi garantir une vie digne à chacun(e) pour peu qu’il y ait un gouvernement juste, qui fasse payer ceux qui le doivent et soutienne ceux qui en ont besoin. Un tel gouvernement ne peut être constitué sans le MDS, si ce n’est autour, car telle est notre ambition, et sans les nombreux patriotes authentiques que recèle notre pays. En attendant, nous continuerons à mobiliser la société pour peser dans ce sens.

– Après ce dernier remaniement, Abdelmalek Sellal est à son 6e gouvernement. Qu’en pensez-vous ?

Le maintien de M. Lire la suite

formats

KBC : Le rassemblement de soutien aujourd’hui

Publié le 01/07/2016, par dans Non classé.

Un appel a été lancé par les artistes pour un rassemblement de soutien à l’équipe de KBC pour exiger et demander la libération de Mehdi Benaïssa, Noura Nedjaï et Ryad Hartouf, sous mandat de dépôt depuis une semaine. Le rassemblement des artistes, des femmes et des hommes de culture, initialement prévu devant le Théâtre national Mahieddine Bachtarzi (TNA) d’Alger, mercredi passé, est reporté pour ce soir à 22 h. Lire la suite

formats

En bref…

Publié le 01/07/2016, par dans Non classé.

– L’ANP détruites par des détachements de l’ANP à Tizi Ouzou et Jijel

Vingt-deux casemates ont été détruites, mercredi, par des détachements de l’Armée nationale populaire (ANP) à Tizi Ouzou et Jijel, a indiqué hier un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). « Dans le cadre de la lutte antiterroriste, des détachements de l’Armée nationale populaire ont détruit, mercredi, 15 casemates et 20 charges explosives à Tizi Ouzou/1er RM, ainsi que 7 casemates à Jijel/5e RM, comprenant une importante quantité de couchages, de vêtements et de denrées alimentaires», a-t-on précisé de même source.

Par ailleurs et dans le cadre de la lutte contre la criminalité organisée, « des éléments de la Gendarmerie nationale ont arrêté à Oran/2e RM 2 narcotrafiquants et saisi 225 kilogrammes de kif traité et un véhicule utilitaire». A Bordj Badji Mokhtar/6e RM, « des éléments de la Gendarmerie nationale ont saisi 36,5 tonnes de denrées alimentaires».

– Présidence de la République : « La villa de Genève est un patrimoine de l’Etat»

Le quotidien El Watan a publié hier un article intitulé « La luxueuse villa de Bouteflika à Genève». Sous ce titre, l’auteur qui cite un quotidien étranger ajoute aussi que « cette demeure a souvent été utilisée par le président de la République pour ses vacances». La présidence de la République tient à préciser que « ladite villa est un patrimoine de l’Etat et, plus exactement, une résidence officielle de la Mission permanente de l’Algérie auprès des Nations unies à Genève. En outre, la présidence de la République ajoute que le président Abdelaziz Bouteflika n’a jamais utilisé cette résidence ni à titre officiel ni à titre privé».

– Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur de Somalie en Algérie

Le gouvernement algérien a donné son agrément à la nomination de Abdulwahab Moallim Mohamed Hadji Adem en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Somalie auprès de la République algérienne démocratique et populaire, a indiqué hier un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

– Conseil de la nation : Louh présente le projet de loi portant organisation de la profession de commissaire-priseur

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, a présenté un exposé sur le projet de loi portant organisation de la profession de commissaire-priseur devant la commission des affaires juridiques et administratives et des droits de l’homme du Conseil de la nation réunie hier, a indiqué un communiqué de l’institution parlementaire. Dans son exposé, M. Louh a évoqué « les différentes dispositions et la finalité du texte de loi», a ajouté la même source.

Présidée par Lamine Cheriet, président de la commission, la réunion a été marquée par « un débat exhaustif au cours duquel le représentant du gouvernement a répondu aux interrogations et observations des membres de la commission». La réunion entre dans le cadre de l’élaboration du rapport préliminaire de la commission sur le texte de loi qui sera soumis au débat lors d’une prochaine séance plénière.

– Présentation en juillet du nouveau projet de loi sur la santé

Le projet de loi sur la santé sera présenté en juillet devant les membres du Gouvernement, a annoncé hier à Alger le ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf.Le ministre qui recevait la présidente de la Commission régionale de certification de l’éradication de la poliomyélite en Afrique, Pr Leke Rose Gana Fomban, a indiqué que le nouveau projet de loi sur la santé sera soumis au Gouvernement en Juillet, avant sa présentation devant les deux chambres du Parlement.

Le projet de loi en question a été élaboré suite à une série d’assises régionales et nationale, organisées par le ministère de la santé avec la participation de tous les acteurs. Ce projet de loi devra remplacer l’actuelle loi qui remonte à 1985 et qui n’est plus adaptée aux mutations socio-économiques et culturelles de la société algérienne. Le projet de loi qui maintient la gratuité des soins renferme 475 articles touchant à plusieurs volets.

– Investissement : Bouchouareb présente son projet de loi

Le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb, a présenté, hier, le texte de loi sur la promotion de l’investissement devant la commission des affaires économiques et financières du Conseil de la nation, a indiqué un communiqué du Conseil de la nation. Lors d’une réunion présidée par Abdelkader Chenini, président de la commission, M. Bouchouareb a évoqué le contenu du cadre juridique régissant l’investissement en Algérie et les objectifs à atteindre qui visent, dans leur ensemble, la relance d’une nouvelle dynamique en matière d’attrait des investissements directs étrangers (IDE) et l’amélioration du climat des affaires au service du développement économique, précise la même source.

Au terme de son exposé, il a entendu les préoccupations des membres de la commission spécialisée concernant plusieurs aspects de la loi et a apporté les explications nécessaires. Par ailleurs, le rapport préliminaire sur le texte de loi est actuellement en cours d’élaboration par la commission des affaires économiques du Conseil de la nation, ajoute le communiqué. Lundi dernier, les membres de l’APN avaient adopté à la majorité le projet de loi relatif à la promotion de l’investissement.

– Naftal : Disponibilité des produits pétroliers durant l’Aïd El Fitr

La distribution des produits pétroliers sera assurée sur tout le territoire national durant la fête de l’Aïd El Fitr, a déclaré hier la Société nationale de commercialisation et de distribution de produits pétroliers (Naftal). « La Société nationale de commercialisation et de distribution de produits pétroliers informe son aimable clientèle que durant les fêtes de Aïd El Fitr El Moubarak, à l’instar des autres jours de l’année, la distribution des produits pétroliers sera assurée sur l’ensemble de son réseau stations-service et de ses points de vente 24h/24 à travers tout le territoire national», a assuré cette société dans un communiqué. Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair