formats

Adoption de la loi électorale : L’opposition désarmée

Publié le 02/07/2016, par dans Non classé.

Nous assistons, depuis quelques mois, à une opération de façonnage d’un autoritarisme pur et dur.
Après s’être débarrassé d’une façade démocratique « encombrante», car exigeant bien des efforts d’équilibrisme, le pouvoir se construit un mur de glace, comme dans la saga Trône de fer, pour empêcher toute atteinte ou immixtion dans ce qu’il considère comme son bien personnel, la gestion du pays et de la succession.

Il pense s’assurer une stabilité en se barricadant et en empêchant toute voix critique d’émerger. Mais cette stabilité autoritaire s’érige au prix d’une désintégration sociale et c’est la porte de tous les dangers qui est ouverte. La forteresse autoritaire, et aussi hautes soient ses murailles, ne pourra résister à une explosion sociale, tant le pouvoir s’est employé, ces dernières années, à comprimer toutes les soupapes de résistance et casser tous les ressorts permettant aux Algériens d’espérer un changement.

La nouvelle Constitution, adoptée sans débat en début d’année, a fait ses premiers petits, adoptés aussi à la hussarde avant la fin du Ramadhan. Des lois organiques devant faire appliquer la loi fondamentale en signant l’ère de glaciation qui tranche fortement avec la bouillonnante agitation sociale. Si dans la loi de la physique, le choc est inévitable, en politique une situation de longue instabilité est à craindre. Après s’être longuement occupé à diaboliser la chose politique et empêcher les Algériens de s’organiser, le pouvoir s’attelle aujourd’hui à faire barrage à l’action politique elle-même.

En cinquante années d’existence, le système n’apprend pas de ses erreurs. Les lois organiques emballées comme neuves et porteuses d’ouverture ne sont que régression et autoritarisme, en somme un cadeau empoisonné pour la classe politique. Une classe politique minée déjà par de lourdes restrictions et oukases. La loi électorale qui vient d’être adoptée par les députés de l’allégeance montre à quel point l’œuvre destructrice du multipartisme est bien en marche. Le retour au parti unique se dessine et s’organise sous une fausse identité plurielle.

La souveraineté du peuple dans son droit de choisir ses représentants est purement et simplement piétinée par la nouvelle loi électorale qui décide d’un quota pour qu’un parti ait le droit de participer à une élection. Un comble dans un système où la fraude décide de tout. Si dans les précédents rendez-vous électoraux, la fraude se produisait pendant et après le vote, aujourd’hui, le pouvoir veut anticiper en choisissant lui-même les candidats à l’élection.

Dans un pays où les chances ne sont pas équitables pour tous, où l’allégeance aux maîtres du moment ouvre toutes les opportunités à certains partis, et où l’opposition est réduite au silence, les lois deviennent un bâton et un moyen supplémentaire de musellement et de restriction de la parole. La nature de la révision de la Constitution prend tout son sens dans cette batterie de lois adoptées, dont le seul mot d’ordre est de museler la parole libre et critique.

Après la gestion par l’émeute, aujourd’hui on passe à la gestion par la meute. L’allégeance au roi offre des places à l’Assemblée et ouvre des chaînes de télévision. « A l’heure où la meute des hommes d’argent encombre cette espèce de temple, chacun y fait assez de bruit pour que l’on n’entende personne», disait Georges Duhamel dans un de ses récits. L’autoritarisme en reconfiguration promet des jours plus sombres à l’exercice de la politique et à la liberté d’expression. Lire la suite

formats

Affaire Kbc : Des artistes algériens chantent « ya doula mani chiat »

Publié le 01/07/2016, par dans Non classé.

La place du théâtre national (TNA) à Alger a vibré, en cette soirée de vendredi, au rythme de  » ya doula mani chiat (Pouvoir, je ne suis pas un flagorneur … » chanté par des dizaines de personnes, dont de nombreux artistes, en signe de soutien aux trois prisonniers de l’affaire Kbc. Lire la suite

formats

Sahara occidental occupé: « 40 ans de résistance en construction » titre d’un nouveau livre publié en Espagne

Publié le 01/07/2016, par dans Non classé.
Sahara occidental occupé:
MADRID- « Le Sahara occidental: 40 ans de résistance en construction » est le titre d’un nouveau livre écrit par 14 experts espagnols dans le conflit du Sahara occidental dont principalement le secrétaire Général de l’association internationale des juristes pour le Sahara occidental, Felipe Briones. Cette nouvelle publication présentée jeudi au siège…

Lire la suite

formats

Principales dispositions du cahier des charges de l’audiovisuel

Publié le 01/07/2016, par dans Non classé.

Les dispositions du décret exécutif portant cahier des charges de l’audiovisuel s’appliquent à tous les services de diffusion audiovisuelle, diffusant par voie satellitaire, hertzienne, terrestre, par câble, en clair ou par un procédé de cryptage.
– Les médias audiovisuels veillent à proscrire toute offense, toute parole outrageante, injurieuse ou diffamatoire à l’encontre du président de la République ou de l’institution représentée par ce dernier.

– Veiller au respect des valeurs nationales et des symboles de l’Etat définis par la Constitution, des exigences de l’unité nationale, de la sécurité et de la défense nationale, de l’ordre républicain ainsi que des intérêts économiques et diplomatiques de la Nation.

– Veiller à ne pas faire l’apologie de la violence et ne pas inciter à la discrimination raciale, au terrorisme ou à la violence à l’égard de toute personne en raison de son origine, de son genre, de son appartenance à une ethnie, à une race, à une religion déterminée et de ne pas porter atteinte à l’intégrité morale d’une personne en vie ou décédée.

– Observer l’impartialité et l’objectivité et ne pas servir l’intérêt et la cause de groupes politiques, ethniques, économiques, financiers ou idéologiques et de ne pas instrumentaliser la religion à des fins partisanes et/ou contraire aux valeurs de tolérance.

– Répondre à toutes les sollicitations émanant de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) et lui fournir une exemplaire de la convention conclue avec l’organisme public chargé de la protection des droits d’auteur des droits voisins.

– Procéder au dépôt légal des produits audiovisuels auprès des organismes publics habilités à cet effet.

– Veiller à ne pas porter préjudice aux droits des enfants et adolescents

– Veiller à ne pas porter atteinte à la vie privée des personnalités publiques, à ne pas mettre en avant l’esprit d’exclusion et à ne pas encourager les propos diffamatoires ou injurieux à l’encontre des personnes.

– Assurer le respect des quotas des programmes fixés par la loi sur l’audiovisuel, à savoir 60% au moins des programmes diffusés pour les programmes nationaux produits en Algérie.

– Les messages publicitaires sont diffusés en langue arabe et/ou amazighe. Toutefois, lorsque l’usage sur le territoire national de marques comportant des termes et des mentions, qui dans une langue étrangère sont nécessaires, génériques ou descriptifs des produits ou services concernés, les messages publicitaires peuvent être diffusés dans une langue étrangère après autorisation de l’ARAV.

– Les messages destinés à la diffusion transnationale sont produits dans les langues appropriées.

– Le contenu des messages publicitaires diffusés doit être véridique, loyal et décent, respecter les valeurs nationales et ne pas porter atteinte au crédit de l’Etat.

– Le temps consacré à la diffusion des messages publicitaires ne peut être supérieur à 6 minutes par heure d’antenne en moyenne dans l’année et chaque séquence de messages publicitaires est limitée à une durée maximum de 3 minutes.

– S’interdire tout parrainage des programmes audiovisuels par un parti politique ou par un candidat à l’élection.

– Respecter les conditions fixées par l’ARAV relatives aux programmes pouvant comporter des produits ou des émissions de télé-achat. – Disposer d’une unité d’archivage électronique, la conservation des documents devant se faire dans un délai minimum de 3 mois.

– L’exercice du droit d’informer ne doit en aucun cas permettre la diffusion d’émissions, d’images, de débats, de propos ou de documents qui commentent des affaires portées devant les juridictions.

– Le droit d’informer doit s’exercer dans le respect de la présomption d’innocence, de la vie privée et du secret de l’instruction.

– Ne pas révéler des informations ou publier des documents, ou actes relatifs à une enquête judiciaire en cours.

– Veiller à ne pas porter préjudice aux droits des enfants et adolescents et ne pas diffuser les programmes susceptibles de nuire à l’épanouissement physique, mental ou moral des enfants et des adolescents et de montrer notamment dans les journaux télévisés les scènes de violence.

– Mettre à la disposition des téléspectateurs et auditeurs des coordonnées leur permettant de commenter et de faire des réclamations par rapport à des programmes.

– La priorité est accordée, lors des recrutements, au personnel algérien, lequel doit bénéficier de cycles de formation et de perfectionnement.

– Respecter les obligations vis-à-vis des organismes de sécurité sociale, notamment s’agissant de la déclaration de l’ensemble de leurs employés.

– Tout message publicitaire doit être nettement distinct de l’information. Lire la suite

formats

Merouane Guerouabi, un comédien autodidacte au potentiel avéré

Publié le 01/07/2016, par dans Non classé.
Merouane Guerouabi, un comédien autodidacte au potentiel avéré
ALGER- Depuis trois ans, il crève l’écran dans l’adaptation algérienne d’une shortcom à succès, mais aussi en tant qu’animateur à la radio ou sur les talk show. Cette nouvelle « gueule » de la télé, c’est Merouane Guerouabi, jeune acteur fou amoureux de la caméra, en passe de s’imposer dans le milieu…

Lire la suite

formats

Lutte antiterroriste : 2 femmes et 9 enfants se rendent à l’armée

Publié le 01/07/2016, par dans Non classé.

Les familles de deux terroristes se sont rendues, hier jeudi, à un détachement de l’armée dans la wilaya de Jijel, a annoncé le ministère de la Défense nationale (MDN).
 » Dans le cadre de la lutte antiterroriste, deux (02) familles de deux (02) terroristes, se sont rendues le 30 juin 2016 à 22:00 dans la localité de Djimar, près de la localité de Bouhalouane, Commune de Bordj T’har, wilaya de Jijel/5°RM, où un détachement de l’ANP a mené dans l’après-midi d’hier une opération de ratissage qui s’est soldée par l’accrochage avec le terroriste dénommé  » G.Mohamed Saïd » dit Saad, à l’issue duquel, sa femme et son bébé ont été touchées », lit-on dans un communiqué du MDN.

Les deux familles, composées de deux femmes et de neuf enfants (05 filles et 04 garçons)  » vivaient sous le joug des terroristes en tant qu’otages, et dans des conditions inhumaines », précise la même source. Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair