formats

Aïn Defla : début à El Amra des journées nationales du « one men show »

Publié le 21/07/2019, par dans Non classé.
Aïn Defla : début à El Amra des journées nationales du

AIN DEFLA- Les journées nationales du « one men show ont débuté samedi en soirée à El Amra (Aïn Defla) en présence de grands noms du théâtre et de la télévision.

Organisée par la direction de la Culture de Aïn Defla en coordination avec l’association locale El Wafa versée dans les activités culturelles, cette manifestation qui s’étalera jusqu’au 20 août prochain, a drainé un grand public venu apprécier les facettes du monologue.

L’objectif de ces journées nationales consiste notamment à « dynamiser l’acte culturel à travers la wilaya et à permettre au public de voir de plus près des artistes qu’il ne voyait jusque-là qu’à la télévision », a précisé le directeur de la Culture de Aïn Defla, Mahmoud Hasnaoui, signalant que cette manifestation touchera les 36 communes de la wilaya.

La première journée de cette manifestation a été marquée par les monologues présentés par les artistes Hakim Dekkar (khabat akraâou) et Djahid Mohamed (al hakam) suivis attentivement par le public en dépit de la chaleur caniculaire qui régnait à l’intérieur de la salle des fêtes d’El Amra ayant abrité l’évènement.

A la fin de cette première journée, un hommage a été rendu par le wali de Aïn Defla, Azziz Benyoucef, à nombre d’artistes dont notamment Ahmed Kadri (Krikèche), Brahi Rezzoug, Madani Naâmoune, Nadia Talbi, Mustapha Ayad, Djamel Bounab, Nardjes et Sid Ali Bensalem dans une ambiance empreinte de joie et de convivialité.

Se félicitant des bonnes conditions de déroulement de ces journées, Brahim Rezzoug a, à l’occasion, mis en exergue le rôle dévolu à l’artiste au sein de la société, rappelant à ce dernier « la nécessité de s’y mêler en vue d’en connaître les attentes et les aspirations ».

Hakim Dekkar, l’acteur principal du feuilleton télévisée à grand succès, « Jouha » a, de son côté, mis l’accent sur la formation qui demeure, selon lui, la « pièce maîtresse » de tout théâtre réussi.

Et, évènement sportif oblige, la victoire historique de la sélection algérienne de football ayant remporté haut la main le trophée le plus prestigieux à l’échelle continentale, n’est pas restée en marge de cette manifestation culturelle. Au rythme de « one, thoo, three, viva l’Algérie », des jeunes ont tenu à rendre hommage à l’exploit réalisés par les hommes du coach Djamel Belmadi.

Lire la suite

formats

Un concert en hommage à Mâallem Benaïssa Bahaz à Alger 

Publié le 21/07/2019, par dans Non classé.

ALGER- Un concert de musique diwan et de musique sahélienne a été animé samedi soir à Alger par des musiciens algériens et sénégalais en hommage au maître de la musique diwan, Mâallem Benaïssa Bahaz, en commémoration de la dixième année de sa disparition.

Organisé par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc), ce concert, tenu à la villa Dar Abdeltif, a réuni le groupe Ifrikya Spirit, les mâallem Fayçal et Aissa Soudani ainsi que le chanteur reggae Sadek Bouzinou du groupe « Democratoz » en résidence de création avec les musiciens sénégalais Dia Youssou et Abdoulaye Anne.

Reprenant les bradj les plus connus du diwan, Fayçal et Aissa Soudani ont assuré la partie la plus traditionnel de ce concert avec la puissance de chant connu du groupe Wled Haoussa.

Seul élève du mâallem Benaïssa Bahaz, Chakib Bouzidi a également rendu hommage à son mentor avec une partie du répertoire de sa formation « Ifrikya Spirit ». Connu pour sa recherche et son brassage musicale, le groupe a préféré proposer une formation purement traditionnelle avec des instruments comme la kora et le goumbri.

Dans un registre sahélien fusion reggae, le chanteur et musicien Sadek Bouzinou a lui aussi participé à cet hommage avec les musiciens sénégalais Dia Youssou aux percussions et Abdoulaye Anne à la kora en plus de Chakib Bouzidi au balafon.

Ces musiciens sont actuellement en résidence de création à la villa Abdeltif à Alger, à la faveur de la première édition de la rencontre d’arts et nouvelles technologies « Maaen ».

Né en 1965 à Alger, Benaïssa Bahaz était connu pour être un grand maître du diwan et un musicien accompli, il a brillé par sa maîtrise et sa recherche de nouvelles sonorités au goumbri. Il a fondé le groupe « Diwan Dzair » et signé son seul album « Daoui » en 2007.

En plus d’avoir initié un grand nombre de jeunes musiciens au diwan et aidé à l’émergence d’une multitude de groupes, il a également été luthier, fabriquant essentiellement des goumbri.

Il avait également prit part au documentaire « Tagnawitude » de Rahma Benhamou El Madani dont il a signé la bande originale en plus d’avoir participé à plusieurs projets musicaux en Algérie comme à l’étranger.

Mâallem Benaïssa est décédé le 7 novembre 2008 et un hommage lui avait été rendu en décembre dernier à l’initiative d’un groupe de musiciens.

Lire la suite

formats

Les danses traditionnelles à l’honneur à l’Opéra d’Alger

Publié le 21/07/2019, par dans Non classé.
Les danses traditionnelles à l'honneur à l'Opéra d'Alger

ALGER – « Rythmes et couleurs », un spectacle chorégraphique alliant plusieurs danses et chants folkloriques d’Algérie, a été présenté samedi soir à l’Opéra d’Alger « Boualem-Bessaïh ».

Produit par le Ballet de l’opéra d’Alger (anciennement appelé Ballet national), le spectacle d’une durée de 75 mn, a permis au public- peu nombreux- de (re) découvrir la richesse de la culture populaire algérienne, mise en valeur à travers sa variété chorégraphique et musicale ainsi que ses costumes traditionnels.

Composé de plusieurs tableaux chorégraphiques, « Rythmes et couleurs » met en valeur les danses les plus populaires en Algérie, exécutées sur des musiques entrainantes qui se distinguent les unes de autres par les instruments utilisés dans chaque région, davantage distinguée par ses traditions vestimentaires.

Accompagnés de musiciens qui ont joué sur des instruments traditionnels comme le bendir et ghaita (flûte traditionnelle), les chorégraphes du Ballet de l’opéra d’Alger ont offert au public une palette de danses aux sonorités variées.

Féminines ou masculines, des danses allaouie, zorna, algéroise, kabyle, chaouie , naïlie ou targuie, ont été rythmées de chants folkloriques marquant généralement des circonstances spéciales notamment les fêtes de mariage.

Encadrés par les chorégraphes Hamid Aggabi et Chakrouni Khadija, les membres du ballet, au nombre de 30, ont été applaudi par un public chaleureux et réactif qui a salué les performances des danseurs pour la plupart confirmés.

Lire la suite

formats

Ouverture mercredi prochain de la manifestation « Jijel accueille l’Algérie »

Publié le 20/07/2019, par dans Non classé.

JIJEL- Un total de 12 wilayas du pays vont participer à la manifestation culturelle « Jijel accueille l’Algérie » qui sera ouverte mercredi prochain a indiqué samedi à Jijel le directeur général de l’association instigatrice de l’événement, « Djawharet El Sahel » (la perle du Sahel).

Selon Hacene Boutaleb, le but de cette manifestation qui se tiendra à la plage Koutama et devra se poursuivre jusqu’au 8 août prochain est de mettre en avant le legs culturel et les traditions de mariage de plusieurs régions du pays.

Organisée en coordination avec les offices locaux du tourisme et des établissements de jeunes ainsi que la direction de la jeunesse et des sports, cette manifestation est organisée à l’endroit des estivants qui pourront déguster des plats traditionnels et profiter des spectacles présentés à cette occasion.

Mettant en avant toute l’histoire de l’antique Cirta, le spectacle « l’épopée de Constantine » de l’association « les ponts de Constantine » ouvrira les festivités ce mercredi et sera suivi par d’autres représentations d’associations venues des wilayas d’El Bayadh, Saida, Mila , Alger et autre Ain Defla a conclu la même source.

Lire la suite

formats

Le mouvement théâtral dans les Ziban a accompagné toutes les causes sociales 

Publié le 20/07/2019, par dans Non classé.
Le mouvement théâtral dans les Ziban a accompagné toutes les causes sociales

BISKRA – Le mouvement théâtral dans les Ziban a accompagné depuis près d’un siècle de toutes les causes sociales nationales et locales, a considéré samedi à Biksra, le chercheur et journaliste, Faouzi Mesmoudi.

Dans une communication intitulée « théâtre à Biskra, voyage dans la mémoire » donnée à la maison de la culture Ahmed Rédha Houhou, le conférencier a considéré que le théâtre apparu dans les Ziban

officiellement en 1926 a été un affluent du mouvement nationaliste qui a porté la cause nationale à l’instar des troupes « Djamaïyat El Moustakbal El-fani », « Djamaïyat El-Kawakab Ettamthili » et « les troupes de l’union théâtral » dont les spectacles mettaient à nu la politique coloniale haineuse et favorisaient la prise de conscience face aux abus du colonialisme français.

Ces troupes faisaient de la résistance par l’art et leur action a permis l’émergence d’éminents dramaturges à l’instar de Mekki Chebah, Saâd-Eddine Khemar, Mohamed El-Hadi Senoussi et Larbi Ben M’Hidi, a estimé l’intervenant soulignant que ce dernier s’est particulièrement distingué dans la pièce « Fi Sabi Ettaj » en 1944.

Après l’indépendance, le mouvement théâtral porté par plusieurs troupes dont « Adhawa », « Masrah El Jawal » et « Masrah El-Madina » a accompagné la marche de construction engagée dans le pays et a lutté contre les fléaux sociaux hérités de 132 années d’occupation française qui avaient plongé la société dans l’ignorance et l’illettrisme, a estimé Mesmoudi qui est également directeur des moudjahidine dans la wilaya de Tébessa.

Le mouvement théâtral dans la région a connu des phases de faiblesse sans disparaitre totalement et a besoin actuellement de renouveau, a considéré le conférencier dont la communication s’inscrit dans le cadre d’une journée d’information sur le théâtre local conjointement organisée par la maison de la culture, la section locale de l’Union nationale des écrivains algériens .

Lire la suite

formats

FNTA Mostaganem: quelque 440 jeunes formés dans les arts dramatiques

Publié le 19/07/2019, par dans Non classé.
FNTA Mostaganem: quelque 440 jeunes formés dans les arts dramatiques

MOSTAGANEM – Quelque 400 jeunes ont été formés depuis le début de l’année en cours dans les différents domaines des arts dramatiques, a-t-on appris vendredi du commissaire du Festival national du théâtre amateur de Mostaganem (FNTA), Mohamed Nouari.

Dans une déclaration à l’APS, en marge des phases de sélection régionale des troupes devant participer au prochain festival de Mostaganem, Mohamed Nouari a indiqué que depuis le début de l’année 2019, quinze sessions de formation ont été organisées au profit de 400 jeunes et artistes amateurs dans les différents métiers du 4ème art dont la scénographie, la mise en scène, l’éclairage et autres spécialités.

Quatre séminaires ont été organisés durant la même période au niveau de la bibliothèque de lecture publique « Moulay Belhamissi », du chef-lieu de wilaya et de nombreuses conventions de partenariat ont été signées avec plusieurs théâtres régionaux, maisons de la culture et troupes théâtrales et autres organismes comme l’AARC et l’instance arabe du théâtre.


Lire aussi: Théâtre: productions diversifiées et priorité au texte algérien


Concernant la convention avec l’AARC, Mohamed Nouari a indiqué que cet organisme prendra en charge une tournée nationale à la troupe lauréate du grand prix de la prochaine édition du Festival, organisera un colloque national à Alger sur le thème de « l’évolution du mouvement théâtral en Algérie » et assurera l’édition de quatre ouvrages.

Avec l’Instance arabe du théâtre, il est prévu la numérisation de la 52ème édition du FNTA et l’organisation de sessions de formation dans les métiers du théâtre et encadrées par des formateurs et experts arabes.

Enfin pour ce qui est de l’édition, le même responsable a indiqué que le commissariat du festival publiera quatre ouvrages, une biographie de Si Djilali Ben Abdelhalim, élaborée par Bouhouraoua Madani, deux ouvrages sur « le théâtre et l’enfant » et « le théâtre et la femme » de Zeggaï Djamila et le dernier consacré à « l’évolution du mouvement théâtral » de Salim Skander.

La 52ème édition du FNTA de Mostaganem (1967-2019) se déroulera du 27 août au 1er septembre prochains avec la participation de 20 troupes théâtrales programmées dans la compétition officielle ou hors concours.

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair