formats

Les Journées du film européen jusqu’au 4 juin en version virtuelle

Publié le 10/05/2020, par dans Non classé.

ALGER – Les cinéphiles algériens ont rendez-vous avec une sélection de films de différents pays proposés à l’occasion des Journées du film européen qui se tiennent cette année en version numérique jusqu’au 4 juin prochain, indique la délégation de l’Union européenne en Algérie sur sa page Facebook.

Les internautes pourront ainsi visionner depuis leurs lieux de confinement des œuvres comme, « Olmo » de l’Italien Silvio Soldini, « Open door » de l’Albanais Florenc Papas, « Le Havre » du Finlandais Aki Kaurismaki ou encore « A Sunny day » du Marocain Faouzi Bensaïdi.

Une dizaine de films au total sont proposés gratuitement aux amateurs du septième art sur la plateforme de streaming festivalscope.com sur laquelle chacune des oeuvres programmées est accessible pendant une semaine.

Les Journées du film européen en Algérie ont été relancées en 2019 après cinq ans d’absence et quelques édition irrégulières auparavant.

Habituellement la délégation de l’Union européenne en Algérie organise en cette période le festival culturel européen qui a été annulé pour cause de lutte contre la propagation du coronavirus, les Journées du film européen en Algérie remplacent, pour cette année, cet événement attendu du public.

Lire la suite

formats

L’écrivain algérien Youcef Baâloudj lauréat du Bouclier d’argent de la créativité en Irak

Publié le 10/05/2020, par dans Non classé.
L'écrivain algérien Youcef Baâloudj lauréat du Bouclier d'argent de la créativité en Irak

ALGER- L’écrivain algérien Youcef Baâloudj a remporté le prix de « Kounbor pour la littérature d’enfance » dans la catégorie de la Nouvelle, un concours organisé par le Centre Al-Mohcine de la culture pour enfant en Irak, où ont été proclamés les noms des lauréats en direct sur la télévision à cause de l’annulation de la cérémonie de remise des prix en raison du confinement, a indiqué le lauréat, samedi, à l’APS.

Sur plus de 500 participants dans les catégories poème, nouvelle et bande dessinée, M. Baâloudj a remporté le bouclier d’argent dans la catégorie Nouvelle, parmi un groupe de lauréats d’origine d’Irak, de Syrie et d’Egypte.

Les travaux seront publiés chez les éditions El-Ataba El-Alaouia, avant de les distribuer à une grande échelle dans le cadre d’un projet pour encourager la lecture chez les enfants.

Se disant joyeux de recevoir un tel prix d’un pays de Lettres, le lauréat algérien a déclaré « autant je suis content d’être distingué, autant je suis mécontent en apprenant l’annulation de la cérémonie de remise des prix en raison du confinement ». Les organisateurs ont dû, donc, « se contenter d’expédier le bouclier par voie postale », a-t-il protesté.

Honoré maintes fois en Algérie et à l’étranger dans diverses catégories, Youcef Baâloudj a reçu entre autres le Prix Sharjah de la créativité arabe en 2012, le Prix du président de la République en 2014 et Prix de l’Instance arabe du théâtre 2018.

A noter que l’auteur compte à son actif plusieurs publications, à l’instar du texte théâtral « El midhala », paru en Egypte en 2017, le recueil de poèmes intitulé « Dynamite. Lettres d’après la tempête » ou encore « Je volerai un de ces jours », parus en Algérie respectivement en 2013 et 2016.

Lire la suite

formats

Le film « Abou Leila » de Amine Sidi Boumediene primé en Espagne

Publié le 10/05/2020, par dans Non classé.
Le film

ALGER- Le long métrage de fiction algérien « Abou Leila » du réalisateur Amine Sidi Boumediene a reçu vendredi le Prix de la critique de l’édition 2020 du Festival du film de Barcelone « D’A » qui prends fin dimanche, annonce les organisateurs sur le site Internet de l’événement.

Ce festival s’est déroulé du 30 avril au 10 mai en version complétement numérique en adéquation avec les mesures préventives de lutte contre le coronavirus en vigueur en Espagne.

Coproduction, algéro-franco-qatarie de 140 mn, « Abou Leïla » revient sur les évènements tragiques des années 1990, à travers l’histoire des jeunes Samir joué par Slimane Benouari et Lotfi campé par Lyes Salem qui traquent dans le désert algérien, Abou Leïla, un dangereux terroriste.

« Abou Leila » explore l’important impact sur la société de la violence et des traumatismes qui y sont liés.

Programmé 72e Festival de Cannes, en mai 2019, dans la section « Semaine de la critique », « Abou Leïla » est le premier long métrage de Amine Sidi Boumediene, après ses deux courts métrages, « Demain Alger? » et « El Djazira ».

Ce film avait également été projeté dans des festivals en Bosnie Herzégovine, en Tunisie, en Belgique, en Italien ou encore en Egypte.

L’acteur et réalisateur algérien Lyes Salem avait décroché le Prix du meilleur acteur pour son rôle dans ce film lors des 30e Journées cinématographiques de Carthage en Tunisie en 2019.

Lire la suite

formats

Tissemsilt : concours à distance du meilleur film documentaire sur les massacres du 8 mai 1945

Publié le 09/05/2020, par dans Non classé.
Tissemsilt : concours à distance du meilleur film documentaire sur les massacres du 8 mai 1945

TISSEMSILT- Le musée du Moudjahid de la wilaya de Tissemsilt a lancé samedi un concours à distance sur Internet du meilleur film documentaire sur les massacres du 8 mai 1945, a-t-on appris du directeur de cet établissement.

Organisé dans le cadre de la commémoration du 75e anniversaire des massacres du 8 mai 1945, le concours s’adresse aux jeunes adhérents des clubs de recherche historique, dont des élèves du secondaire et des étudiants du centre universitaire de Tissemsilt, a-t-on indiqué.

Les participants au concours doivent réaliser des documentaires d’une durée maximale de 16 minutes qui abordent les crimes barbares commis par le colonialisme français contre les Algériens le 8 mai 1945, selon le même responsable.

Les œuvres participantes devront parvenir à l’e-mail du musée et seront évaluées par un jury de spécialistes. L’annonce des trois premiers lauréats du concours aura lieu le 22 mai en cours, selon la même source.

Le concours s’insère dans le cadre de l’espace virtuel de la mémoire lancé par le musée la mi-avril sur sa page officielle sur les réseaux sociaux et ce, selon les mesures prises de prévention contre le coronavirus.

Lire la suite

formats

Décès du comédien Abdelhamid Habbati

Publié le 06/05/2020, par dans Non classé.

ALGER- Le comédien et metteur en scène Abdelhamid Habbati est décédé mercredi à Constantine à l’âge de 75 ans, des suites d’une longue maladie, annonce le Théâtre régional de Constantine sur sa page Facebook.

Né en 1945 à Constantine, Abdelhamid Habbati avait fait ses premiers pas sur les planches au sein de l’association El Hillel Ettemtili. Au lendemain du recouvrement de l’indépendance il crée la troupe « El Bahalil » avec des comédiens comme Bachir Benmohamed et Rachid Zeghimi avant de poursuivre sa formation à l’institut des arts dramatiques.

Abdelhamid Habbati a également suivi des formations à l’étranger avant de rejoindre le Théâtre national algérien en tant que comédien professionnel en 1965. Mustapha Kateb, alors directeur du TNA décide de le nommer à la tête de la formation et de l’animation au niveau du théâtre régional de Constantine.

Il a mis en scène et interprété des rôles dans une vingtaine de pièces de théâtre dont « El qanoun Oua Ennas » (1978), « Nass El Houma » (1980), « La Hal Ydoum » (1983), « Diwan Lâadjeb » (1996), ou encore « El boughi » (2003).

En plus de son activité au théâtre et dans l’animation culturelle de sa ville natale, Abdelhamid Habbati a également fait de nombreuses apparitions au cinéma et à la télévision notamment dans les films « Patrouille vers l’Est » (1971) de Ammar Laskri, « Le moulin de monsieur Fabre » (1986) de Ahmed Rachedi et plusieurs travaux pour le petit écran.

Lire la suite

formats

Décès du photographe français Marc Garanger à 85 ans

Publié le 06/05/2020, par dans Non classé.
Décès du photographe français Marc Garanger à 85 ans

ALGER – Le célèbre photographe français Marc Garanger, connu pour ses photographies représentant des femmes algériennes en 1960 sous le régime colonial, est décédé mercredi dernier à l’âge de 85 ans, selon un article paru dans le quotidien El-Watan.

Né à Lyon en 1935, Marc Garanger était passionné par la photographie dans les années 1950. Il a rejoint l`armée française pour accomplir son service militaire et fut chargé de photographier près de 2000 femmes algériennes en majorité rurales dans la wilaya de Bouira (Ain Terzine et El Mardoud notamment) dont les populations avaient été transférées dans les camps de concentration.

L`administration coloniale, se proposait de recenser les populations des villages dans le but de mieux les maîtriser et de resserrer l`étau autour des éléments de l`Armée de libération nationale (ALN).

Les photographies avaient été publiées pour la première fois dans une revue suisse et avaient été considérées comme un témoignage de la barbarie coloniale française avec son corollaire le racisme. Elles ont été ensuite exposées dans plusieurs villes françaises, en Grèce et en Finlande.

Marc Garanger a reçu plusieurs distinctions internationales dont le prix français Niepce de photographie (1966), le prix du New York photo festival (2010) pour ses photographies sur des peuples et communautés dans différentes parties du monde.

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair