formats

Participation de 15 pays à la 12e édition du FIBDA

Publié le 17/09/2019, par dans Non classé.
Participation de 15 pays à la 12e édition du FIBDA

ALGER- Les bédéistes de quinze pays prendront part à la 12e édition du Festival international de la bande dessinée d’Alger (Fibda), prévu du 1 au 5 octobre prochain, avec les Etats-Unis d’Amérique comme invité d’honneur, ont annoncé, mardi à Alger, les organisateurs.

L’édition 2019 de ce rendez-vous annuel dédié au 9e art sera marquée par diverses activités prévues à l’Esplanade Riadh El Feth à Alger, avec la participation de près de 50 bédéistes algériens et 42 étrangers.

En plus des Etats-Unis d’Amérique, invité d’honneur, qui seront représentés par 15 dessinateurs, cette édition verra la participation de la Belgique, de l’Espagne, de Cuba et pour la première fois de la Pologne.

Les amateurs de bande dessinée (BD) sont invités à découvrir les « Comics » américains et « les super héros Marvel ».

A cet effet, un concours du « meilleur projet » de BD sera organisé par le stand américain qui décernera le « prix d’excellence » au premier lauréat, outre un voyage, tous frais payés, pour participer au festival international de la bande dessinée -Comic-Con- à San Diego (USA), en juillet 2020.

Par ailleurs, la 12e édition du Fibda célébrera le 50e anniversaire de la BD « M’Quidech », le 70e anniversaire de la création de « SPIROU », périodique hebdomadaire de bande dessinée franco-belge et le 80e anniversaire de la création du super héros « Batman ».

Le programme de cette édition comprend également l’organisation d’expositions de BD et d’ateliers de formation et d’initiation au 9e art, en sus d’autres activités prévues au niveau des hôpitaux et des écoles au profit des enfants, sans oublier le traditionnel jeu de rôle autour du Manga « Cosplay« .

Créé en 2008, le Festival international de la bande dessinée d’Alger (Fibda), organisé par le ministère de la Culture, vise à promouvoir le 9e art en Algérie, selon les organisateurs.

Lire la suite

formats

Décès du réalisateur Moussa Haddad à l’âge de 81 ans  

Publié le 17/09/2019, par dans Non classé.
Décès du réalisateur Moussa Haddad à l'âge de 81 ans

ALGER- Le cinéaste algérien Moussa Haddad, réalisateur du célèbre film « Les vacances de l’inspecteur Tahar », est décédé mardi à Alger à l’âge de 81 ans, des suites d’une longue maladie, a-t-on appris auprès de ses proches.

Natif d’Alger en 1937, Moussa Haddad s’est fait connaître dans le cinéma en tant que cinéaste et assistant-réalisateur associé dans plusieurs œuvres notamment « La bataille d’Alger » de l’Italien Gilo Pontecorvo.

Lire la suite

formats

7è exposition internationale d’art contemporain d’Alger: une vingtaine d’artistes participent à la manifestation

Publié le 17/09/2019, par dans Non classé.

ALGER- Une vingtaine d’artistes algériens et étrangers exposent leurs nouvelles œuvres à la 7è exposition internationale d’art contemporain, Performance et Fashion design qui se tient depuis samedi dernier au Musée national public d’art moderne et contemporain d’Alger (MAMA).

Placée sous le thème « Al-Tiba9 » (Oxymore), cette exposition mettra en lumière près de 50 créations artistiques des artistes issus de l’Algérie, de l’Italie, de l’Espagne, de la Belgique, de la Russie, des Etats-Unis et d’autres, consistant en des œuvres composées, des vidéos, des sculptures, des photographies qui traduisent les différents courants artistiques et traitent de diverses thèmes philosophiques et de la vie quotidienne.

Outre l’exposition d’art contemporain, cette 7è édition sera marquée par l’ouverture, samedi prochain, au public, d’un stand dédié à la création de mode (Fashion Design).

Pour sa part, le commissaire de l’exposition, Mohamed Benhadj a indiqué que le thème de cette édition « Al-Tiba9 » (même thème des précédentes éditions) reflétait « la combinaison philosophique entre les contradictions qui se complémentent », en l’occurence « Homme et Femme », « Vie et Mort » et autres.

A rappeler que les quatre premières éditions de l’exposition internationale d’art contemporain avaient été organisées en Algérie, tandis que la cinquième et sixième s’étaient tenues à Barcelone (Espagne).

Ouverte le samedi 14 septembre, la 7è édition de cette exposition se poursuivra jusqu’au 07 octobre prochain.

Lire la suite

formats

Le comédien Youcef Meziani n’est plus

Publié le 15/09/2019, par dans Non classé.
Le comédien Youcef Meziani n'est plus

ALGER- Le comédien Youcef Meziani est décédé dimanche à Alger à l’âge de 87 ans des suites d’une maladie les derniers mois, a-t-on appris auprès de l’Association cinématographique « Lumière ».

Né en 1932 à la Casbah d’Alger, le défunt est connu pour ses apparitions remarquables dans plusieurs films et feuilletons ainsi que des pièces théâtrales.

Entre autres les oeuvres auxquelles il avait participé, figurent les films « l’Epopée du cheikh Bouamama (1985) » de feu Benamar Bakhti et « La Montagne de Baya » de feu Azeddine Meddour.

Il a également joué dans des feuilletons télévisés à l’instar de « El Bethra (la Graine) » du réalisateur Amar Tribeche et le film « El Hanine » (2011) de Yassine Bendjemline.

Très jeune, il avait rejoint, dans les années 1958-1959 la troupe « l’Etoile du matin » aux côtés de Krikeche et d’autres comédiens.

Après l’indépendance, il intègre le Conservatoire d’Alger où il avait été initié par des maîtres connus à l’art de la comédie.

Parallèlement à sa carrière d’artiste, le défunt était fonctionnaire au service des passeports à la wilaya d’Alger.

Le défunt Youcef Meziani a été inhumé ce dimanche au cimetière d’El Kettar (Alger).

Lire la suite

formats

Un festival pour la promotion des traditions méditerranéennes à partir du 16 septembre à Alger

Publié le 15/09/2019, par dans Non classé.
Un festival pour la promotion des traditions méditerranéennes à partir du 16 septembre à Alger

ALGER- Musique, danse et conférences sur le patrimoine et les traditions culturelles de la Méditerranée sont au programme de la première édition du Festival « Traditions et innovation des cultures méditerranéennes » qui s’ouvre lundi à Alger, ont annoncé ses promoteurs.

Organisé par l’Association algérienne de promotion de la musique et des arts graphiques de la scène (Acpmac) et « Oltre Art », association italienne pour la promotion et la création des évènements culturels, ce festival de trois jours se veut une « plateforme d’échanges » pour la diffusion des traditions culturelles des deux pays.

La cantatrice et soprane Giorgia Valbonesi, animera à l’Opéra d’Alger Boualem Bessaih un concert de chant andalous-lyrique avec la participation des élèves de l’Institut national supérieur de musique (Insm) aux côtés de choristes et chorégraphes de l’Académie Profil.

Des conférences sur l’histoire, le patrimoine et les cultures de la Méditerranée animées par des universitaires italiens, sont également au menu de cet évènement.

Béatrice Borghi et Rolando Dondarini, enseignants à l’université de Bologne et chercheurs en histoire, animeront une conférence sur les cultures méditerranéennes et les similitudes des traditions culinaires et artistiques notamment entre l’Algérie et l’Italie.

Prévu jusqu’au 19 septembre, le Festival culturel Traditions et innovation des cultures méditerranéennes est organisé avec le soutien du ministère de la Culture, l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc) et l’Institut culturel italien.

Il vise à « promouvoir les formes de citoyenneté active » à travers une compréhension du patrimoine et des traditions en partage entre les pays méditerranéens, selon ses organisateurs.

Lire la suite

formats

Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l’éducation

Publié le 15/09/2019, par dans Non classé.
Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation

AIN DEFLA- Artiste plasticien, artisan et enseignant formateur dans le domaine des jeux artistiques, des œuvres d’art et des outils éducatifs, Abdelkader Chaterbache de Aïn Defla s’emploie, depuis plus de 20 ans, à soutenir le secteur de l’Education, alimentant de ses produits crèches et écoles.

Influencé par son oncle qui réalisait des miniatures, ce natif de Tissemsilit âgé de 45 ans est le seul fabricant à l’échelle nationale du matériel Montessori, en référence à Maria Montessori, médecin et pédagogue italienne, mondialement connue pour la méthode pédagogique qui porte son nom (la pédagogie Montessori).

« Par les temps qui courent, les outils pédagogiques sont incontournables dans le processus éducatif. On y recourt dans les ateliers d’apprentissage par la pratique pour lesquels ont opté de nombreux pays à travers le monde, la Finlande en tête, a-t-il fait savoir.

Selon lui, l’introduction à grande échelle des outils pédagogiques permet de consolider le rôle du maître qui »doit aider et non juger », observant que le travail mental est la source de nourriture de l’esprit.

« Certains parents m’ont assuré qu’en sus des compétences et des réflexes acquis par leurs enfants, ces outils ont eu des incidences positifs sur le comportement de ces derniers, hyperactifs pour bon nombre d’entre eux, devenus plus calme, plus sociables et plus respectueux de leurs camarades », s’est-il réjoui.

Se référant à certains pédagogues, il a affirmé que le recours aux outils éducatifs est d’autant plus nécessaire que les solutions à certains troubles mentaux ne sont pas « nécessairement » médicales et chimiques, mais plutôt éducatives.


Lire aussi : Insertion scolaire des enfants autistes : un plan d’action national en préparation


Au four et au moulin au niveau de son atelier situé à la maison d’artisanat de Aïn Defla (il travaille 12 heures par jour), Abdelkader veille à la qualité des produits, prodiguant instructions et conseils au personnel (5 femmes) travaillant sous sa coupe.

Assis face à son micro, il s’affaire à achever une carte puzzle de toute l’Algérie permettant de connaître les régions du pays.

« Sans prétention aucune, nos produits concurrencent ceux en provenance de l’étranger et les professionnels de l’éducation ont mis en avant leurs spécificités », a-il- confié, soutenant que ces outils sont fabriqués selon les normes mondiales en vigueur (notamment celles ayant trait à la couleur et la matière avec laquelle ils sont construits).

En guise d’illustration des prix appliqués, il a précisé qu’une boite de lettres amovibles est cédée à 5 000 DA au moment où le triangle constructeur revient à 8 000 DA, signalant que les mêmes outils importés sont cédés respectivement à 7 000 et 12 000 DA.

Parallèlement à son travail, M.Chaterbache assure des sessions de formation dans nombre de régions du pays au profit de jeunes soucieux d’apprendre ce métier. Pas moins de 150 personnes ont, dans ce cadre, été formés en 2018 dont les niveaux varient de la terminale aux étudiants préparant un doctorat se rapportant à la psychologie de l’éducation.

Mais, en dépit de son inlassable activité et de son amour pour l’activité qu’il exerce, Abdelkader Chaterbache avoue avoir besoin d’un soutien « pressant » pour mener sa mission à la fois éducative et humanitaire.

« J’ai exposé ce projet à plusieurs responsables à divers niveau de l’administration mais malheureusement il n y a pas eu d’écho favorable de leur part », a-t-il regretté, estimant « paradoxal » qu’en ces temps de récession économique, rien n’est fait pour encourager la fabrication d’outils qui reviennent nettement moins cher que ceux importés.

Tout en rappelant que les économies de pays tels que l’Espagne ou l’Italie sont, en grande partie, basées sur l’activité des PME, il a estimé « inadmissible » le fait d’importer des outils tels les triangles de construction et les lettres amovibles susceptibles d’être fabriqués localement.

« Les locaux que j’occupe à la maison de l’artisanat sont loués avec mon propre argent, ils ne m’ont pas été offerts gracieusement », a-t-il tenu à faire savoir, qualifiant de « vaines » ses tentatives de bénéficier d’une aide de la part de l’antenne du Fonds de Soutien à l’Artisan de Aïn Defla.

« Maria Montessori ne cessait de répéter que toute aide inutile est une entrave au développement de l’enfant », a-t-il insisté, signalant que la particularité de la méthode de cette grande pédagogue consiste à permettre à l’enfant d’apprendre le respect, la tolérance et la dignité en les vivant au quotidien.

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair