formats

Sellal évoque des «lendemains incertains»

Publié le 06/06/2016, par dans Non classé.

Dans son discours prononcé à l’ouverture des travaux de la tripartite, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a eu du mal à cacher son inquiétude par rapport à la situation économique que vit le pays.
« On doit bouger maintenant et ensemble pour poursuivre la mue de notre économie vers la création de richesses et d’emplois», a-t-il soutenu. Mais il admet que « le temps est compté». Il affirme que même si « l’Algérie résiste bien, les lendemains sont incertains». « Il nous faut (…) aller chercher la croissance ailleurs, c’est-à-dire dans la sphère économique réelle, là où l’entreprise, publique ou privée, est la clé de voûte», a indiqué le Premier ministre qui a tenté d’expliquer ainsi le « nouveau modèle économique» dont parle le gouvernement depuis plusieurs mois.

« Tous nos efforts et nos capacités sont orientés vers la réunion des conditions d’émergence d’une base productive et industrielle nationale moderne et compétitive, à travers l’amélioration de l’environnement de l’entreprise et la promotion de la production nationale, en luttant ensemble contre ce qui bloque son épanouissement et en écartant les bureaucrates et les véreux», a insisté le Premier ministre qui s’est exprimé devant les partenaires sociaux et les walis de la République, invités pour la première fois à assister à cette rencontre.

« C’est la première fois que nous invitons les walis à la tripartite. Nous les avons chargés de résoudre le gros problème du foncier industriel en collaboration avec les ministères de l’Industrie et de l’Intérieur», a-t-il indiqué. « Réglez-nous le problème du foncier. Vous avez toutes les prérogatives pour le faire. Il faut juste préserver les terrains à vocation agricole et libérer le reste», s’est-il adressé aux walis.
Malgré la crise, note Abdelmalek Sellal, l’Algérie est « parmi les rares producteurs de pétrole qui continuent de faire de la croissance et de créer des activités et de l’emploi», indiquant, dans ce sillage, que le nombre des investissements déclarés sur les trois dernières années représentait 70% des créations d’activités depuis 2002 (24 386 projets lancés entre 2013 et 2016).

La crise n’empêche pas le gouvernement de poursuivre sa politique sociale, ajoutera le Premier ministre. M. Sellal a précisé, à ce propos, que le pays est « souverain et maître de la décision politique et économique. Il traverse des difficultés économiques, mais ne reniera jamais ses engagements envers ceux d’entre vous qui entament leur vie active, ceux qui sont aujourd’hui au travail, ou ceux qui sont en repos mérité après de longues années de labeur».

« Il s’agit de garantir à tous les travailleurs les mêmes droits sociaux sans privilèges indus ni exceptions dérogatoires afin d’assurer la pérennité du système national de retraite basé, faut-il le rappeler, essentiellement sur la solidarité intergénérationnelle, ce qui nous commande de mettre en œuvre des réformes justes», indique le Premier ministre qui fait allusion au système national de retraite. Lire la suite

formats

On vous le dit

Publié le 06/06/2016, par dans Non classé.

Plusieurs APC visées par des enquêtes à Chlef

Plusieurs APC ont fait l’objet d’une enquête menée par les services de sécurité pour passation de marchés publics contraires à la réglementation en vigueur. Certains maires ont déjà été entendus par les juges des juridictions compétentes, d’autres le seront incessamment, a-t-on appris de sources dignes de foi. Ainsi, près d’une cinquantaine d’élus de la commune de Oued Sly (du mandant actuel comme du précédent) seront, dit-on, auditionnés, sous peu, par le magistrat pour les mêmes motifs, et ce, après la clôture de l’enquête de police judiciaire. La gestion de la passation des marchés publics de fournitures aurait été épluchée par les enquêteurs. Les investigations ont également touché la commune du chef-lieu de wilaya, où il y a eu une condamnation et des poursuites contre certains élus dans une affaire similaire.

Le chauffeur d’un camion tué par un train à Relizane

Un chauffeur de camion a trouvé la mort, samedi matin vers 9h, dans un accident ferroviaire, a-t-on appris de sources concordantes. Le drame s’est produit au passage à niveau non gardé sis au douar Hemaïdia, dans la commune de Sidi Saâda, une circonscription administrative relevant de la daïra de Yellel à l’ouest du chef-lieu de wilaya. Alertés, les éléments de la Protection civile ont évacué le corps sans vie sur l’EPSP de Yellel. Une enquête a été ouverte par les instances habilitées pour déterminer les responsabilités dans cet accident.

3 morts et 12 blessés dans 8 accidents de la circulation à Relizane

Trois personnes sont mortes et 12 autres grièvement blessées dans 8 accidents de la circulation, survenus le week-end dernier, sur les routes de la wilaya de Relizane, a-t-on appris, hier, des services de la Protection civile. Ces accidents sont survenus sur l’autoroute Est-Ouest, sur les RN90, 23 et 4 ainsi que sur le chemin de wilaya n°13, a-t-on précisé de même source. Les agents de la Protection civile ont évacué les blessés et les corps des victimes vers les structures sanitaires de la wilaya. Une des victimes a succombé à ses blessures lors de son transfert vers l’établissement public hospitalier Mohammed Boudiaf de Relizane, précise-t-on. Les services de la sûreté ont ouvert des enquêtes pour déterminer les causes de ces accidents.

Un Airbus coulé en mer pour encourager la plongée sous-marine en Turquie

Les autorités turques ont fait couler un Airbus A300 au large de Kusadasi, un complexe touristique très populaire de la mer Egée, pour y encourager le tourisme lié à la plongée sous-marine, selon des médias locaux. L’avion gros porteur, d’une envergure de 44 m et d’un longueur de 54 m, a été déposé au fond de la mer, samedi après-midi, au large du site populaire de Kusadasi, dans la province d’Aydin, ont rapporté hier les agences de presse Dogan et Cihan.

Cette action spectaculaire vise à créer un récif artificiel dont sont friands les plongeurs chevronnés. L’appareil de 36 ans d’âge a été acheté par la ville d’Aydin à une compagnie privée d’aviation pour 270 000 lires turques (93 000 dollars). La Turquie recherche de nouveaux moyens pour promouvoir le tourisme, une industrie essentielle, menacée cette année par la dégradation de la situation sécuritaire après une série d’attaques meurtrières. Les images filmées à l’occasion montrent des centaines de personnes présentes sur les bateaux avoisinants pour assister à l’opération d’immersion qui a duré deux heures et demie. On les a vu applaudir ou souffler dans des cornes de brume quand le nez de l’avion a piqué vers le fond. « Notre but est de faire de Kusadasi un centre touristique consacré à la plongée», a déclaré le maire d’Aydin, Ozlem Cercioglu. Lire la suite

formats

Moins de dépenses, retour à l’endettement

Publié le 06/06/2016, par dans Non classé.

La 19e réunion tripartite, qui s’est tenue hier à Alger, n’a finalement rien dévoilé de bien notable sur le nouveau modèle de croissance économique, vanté pourtant depuis plusieurs mois par le gouvernement.
Un modèle désormais entériné par l’UGTA et le patronat à l’issue de la réunion d’hier, mais dont le contenu précis reste encore flou, si ce n’est quelques lignes directrices invoquant notamment une politique de diversification économique et de rationalisation graduelle de la dépense publique. Une cure de rigueur budgétaire et d’austérité en somme, que le gouvernement veut administrer à petites doses en commençant par l’abrogation du dispositif de départ à la retraite sans condition d’âge. Sinon, comme s’en est si bien félicité hier le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, le nouveau modèle de croissance économique est désormais approuvé par l’ensemble des partenaires ayant pris part aux travaux de la tripartite et sera donc soumis prochainement au gouvernement.

Sans donner davantage de détails, le chef de l’Exécutif s’est contenté d’avancer un objectif de 9% de recettes d’exportation à atteindre en hors hydrocarbures, tout en assurant que ce nouveau cap découle d’une vision pragmatique sans aucune idéologie. Les transferts sociaux, a-t-il cependant laissé entendre, iront désormais à ceux qui en ont besoin.

Au demeurant, le communiqué final qui a sanctionné les travaux de la tripartite souligne clairement que le nouveau modèle de croissance que le gouvernement compte mettre en place vise une transition économique graduelle où la forte dépendance aux hydrocarbures et à la dépense publique sera réduite. Pour faire face au choc pétrolier, c’est-à-dire au tarissement de la rente des hydrocarbures, le nouveau modèle de croissance, précise encore le même communiqué, « intègre un cadrage budgétaire sur le court et moyen termes, réaménagé en fonction des éléments factuels de conjoncture…».

L’objectif, est-il indiqué, « étant d’aboutir en bout de cycle à des niveaux soutenables en matière d’équilibre du Trésor et des finances publiques». En définitive, la tripartite valide ainsi un nouveau cap de rigueur budgétaire rendu incontournable par la crise, tout en confortant les choix du gouvernement de s’orienter vers « un nouveau mode de financement de l’économie, conférant une place importante aux ressources du marché, aux épargnes disponibles et aux financements extérieurs préférentiels». Lire la suite

formats

La Cncppdh appelle à des mesures concrètes, applicables «dans l’immédiat»

Publié le 06/06/2016, par dans Non classé.

La Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’homme (Cncppdh) a appelé, dimanche, à une réunion d’urgence pour décider de mesures concrètes, applicables « dans l’immédiat», afin de juguler les accidents récurrents de la circulation.
« La commission appelle à une réunion d’urgence de tous les intervenants dans le domaine pour décider de mesures concrètes, pratiques et applicables dans l’immédiat, en attendant le projet d’amendement de certaines dispositions de la loi relative à la circulation routière dans l’objectif de juguler les accidents de la route», a indiqué la Cncppdh dans un communiqué rendu public au lendemain du tragique accident survenu à Aflou (Laghouat) et ayant fait 32 morts et 22 blessés. Pour la commission, cette situation « ne doit plus perdurer», estimant qu’il était temps pour les pouvoirs publics de déclarer « l’état d’exception» par « une mobilisation extrême et une présence effective et dissuasive de tous les instants». « De tels accidents tragiques et effroyables deviennent récurrents et la route devient une rencontre obligée avec la mort à cause du facteur humain dans la majorité des cas, ce qui n’exclut en rien l’état des infrastructures routières», relève la même source. Lire la suite

formats

Des responsables de l’ONEC sur la sellette

Publié le 06/06/2016, par dans Non classé.

L’enquête dont est chargée la gendarmerie nationale quant au scandale de fuite des sujets du bac ne cesse de démasquer des présumés auteurs.
D’après une source proche de l’enquête, de hauts responsables de l’Office national des examens et concours (ONEC) seraient mis en cause. En plus des simples cadres de cette institution, le directeur de l’ONEC serait aussi au cœur des soupçons. Les enquêteurs motivent ces soupçons par les adresses IP des ordinateurs utilisés, parmi lesquelles figure celle du directeur. Sur la sellette, les responsables de l’ONEC ne sont pas seuls. Des responsables à l’Imprimerie nationale y sont également. Des adresses IP d’ordinateurs établis à l’étranger seraient aussi identifiées. Une chose est sûre, l’enquête et l’expertise du matériel informatique utilisé dans ce scandale de l’année promettent encore plus de surprises.

Signalons que toute l’organisation de la prochaine session partielle du bac, décidée par la ministre de l’Education, Nouria Benghebrit, et approuvée par le Premier ministre Abdelmalek Sellal, sera entièrement confiée à la gendarmerie nationale.
Lire la suite

formats

Ahmed Ouyahia accuse les islamo-conservateurs

Publié le 06/06/2016, par dans Non classé.

A l’opposé des autres partis au pouvoir, Ahmed Ouyahia ne s’est pas fait prier pour apporter un soutien appuyé à la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, qui se trouve au cœur de la tempête de la fraude aux épreuves du baccalauréat.
Intervenant au cours d’une conférence de presse, hier à Alger à l’issue de la session du conseil national de son parti, le secrétaire général du RND a défendu une ministre « qui s’applique avec beaucoup de bonne volonté à mettre en œuvre un programme de réforme qui date des années 2000 et qui, dès le début, était contesté par les conservateurs». Après ce soutien appuyé s’ensuit une série d’accusations qu’il lance à l’adresse des milieux islamo-conservateurs.

En rendant hommage à une ministre de l’Education nationale « rigoureuse», Ahmed Ouyahia rappelle comment Nouria Benghebrit a fait l’objet d’attaques systématiques depuis sa nomination. « La fraude partielle enregistrée participe d’un complot. La ministre fait l’objet d’attaques, ils ont joué sur la fibre de ses origines, ensuite ils l’ont accusée d’avoir projeté de supprimer l’épreuve de l’éducation islamique», déplore-t-il.

« On veut lui faire payer une facture sur le dos de 800 000 candidats. Elle est ciblée par ce qu’elle s’applique à réformer l’éducation», ajoute-t-il avant d’interpeller les députés qui réclament la démission de la ministre. « Ils auraient pu débattre du comment revoir la législation pour introduire de nouvelles dispositions de lois coercitives et imposer des mesures très sévères contre les fraudeurs et pour éviter la fraude. Mais pas pour des caprices idéologiques», enfonce-t-il encore avant de mettre en garde contre « les tentatives de la politisation de la religion».

« On ne s’amuse pas à jouer avec nos enfants», prévient-il non sans regret. Le conférencier a dénoncé ce qu’il appelle « la banalisation du crime et de la fraude qui sont devenus un sport national». Il regrette que « les téléphones portables servent au bavardage et à frauder». Le chef du RND, qui cumule aussi le poste de directeur de cabinet à la présidence de la République s’est élevé aussi contre « une politisation à l’excès du système national de la formation depuis longtemps et cela va de mal en pis».

Ahmed Ouyahia s’est dit étonné également du climat dans lequel se prépare l’épreuve du bac. « Je trouve excessif qu’à chaque fois qu’on organise un examen, on donne l’impression que le pays se prépare à livrer une guerre avec des milliers de policiers et d’encadreurs mobilisés, alors que c’est un exercice classique», tance-t-il. Commentant la décision du gouvernement de refaire certaines épreuves du baccalauréat, M. Ouyahia a estimé qu’il « faut gérer les conséquences de cette fraude sur la préparation de la prochaine rentrée universitaire», et d’enchaîner : « voilà ce que nous coûtent quelques caprices idéologiques.»

Au chapitre économique, Ahmed Ouyahia a fait écho à la réunion de la tripartie qui se tenait au même moment. Il s’est dit favorable au relèvement de l’âge de la retraite. Son argument : « Si on relevait l’âge du départ à la retraite, cela ne serait une atteinte pour personne, nous ne sommes pas malheureux de continuer à travailler après 60 an», soutient-il. C’est l’une des manières de « préserver la sécurité financière de la Caisse nationale des retraite», selon lui.

Ce n’est pas l’avis de nombreux experts en la matière. La CNR, qui connaît un déficit structurel, a été instruite par le ministère du Travail de proposer un projet de réforme dans lequel il est prévu le relèvement graduel de l’âge du départ à la retraite à 65 ans et l’abrogation ou l’amendement du dispositif 97-13 relatif à la pré-retraite. Une proposition à propos de laquelle les partenaires sociaux ont des avis divergents. S’agissant de la crise économique, Ahmed Ouyahia estime qu’elle « constitue aussi une bénédiction et une opportunité à capitaliser pour sortir de la dépendance énergétique».

« Les cours du pétrole ne reviendront jamais à leur niveau antérieur élevé que certaines circonstances avaient favorisé, d’où la nécessité de réhabiliter le travail pour construire une économie hors hydrocarbures forte et diversifiée en encourageant l’investissement national pour réduire les importations», soutient-il.
Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair