formats

Bouira : La police interdit au RCD d’afficher les appels à la marche du 20 avril

Publié le 19/04/2016, par dans Non classé.

Plusieurs militants du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), ayant pris part lundi soir, à une campagne d’affichage à Bouira, de l’appel lancé par leur parti à la marche populaire à l’occasion de la célébration du 20 avril ont été empêchés et d’une manière  » brutale par des policiers en civil et des éléments de la brigade de recherche et d’investigation (BRI).

 » Au début ce sont des policiers en civil qui nous ont intimidé et provoqué sur les raisons et le but de cette marche », a déclaré Kaci Bouguerra, coordinateur régional de la jeunesse libre du RCD en précisant au passage que deux militants ont été arrêtés puis relâchés par les services de police dans la commune de M’chedallah.  » La police nous ont confisqué et voler tout notre affichage » a conclut Kaci Bouguerra.

Le RCD avait, pour rappel, appelé  » la population à la vigilance pour éviter toute tentative de provocation lors des commémorations du 36e anniversaire du printemps berbère. »

Lire la suite

formats

Le ministère de la Culture « très attentif » aux opérations sur le site de Sidi El-Houari (responsable)

Publié le 19/04/2016, par dans Non classé.
Le ministère de la Culture
ALGER – Le ministère de la Culture a instruit ses représentants à Oran d’être « très attentifs » aux opérations et à la délivrance des autorisations avant d’entamer les travaux à l’intérieur du secteur sauvegardé du quartier historique de Sidi El-Houari, a indiqué lundi à Alger le directeur du patrimoine au ministère.…

Lire la suite

formats

Un délai supplémentaire accordé aux contractuels

Publié le 19/04/2016, par dans Non classé.

Un délai supplémentaire a été accordé aux contractuels pour effectuer leur inscription au concours de recrutement de plus de 28 000 enseignants.
Ils ont jusqu’à la fin de la journée d’aujourd’hui, à 23h59, pour effectuer leur inscription sur le site de l’Office national des examens et concours (Onec), sachant que le délai officiel a expiré le 14 avril. Les candidats disposent jusqu’au 30 avril pour déposer leur attestation de travail prouvant leur expérience professionnelle, a annoncé hier la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, en marge de la signature de quatre contrats de partenariat avec le ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication.

Mme Benghebrit estime que « la sagesse a prévalu» dans la gestion du dossier des contractuels qui est « très compliqué à résoudre». Elle rappelle toutes les mesures d’apaisement entreprises pour résoudre le dossier. Si le ministère de l’Education nationale a rejeté la revendication d’intégration directe des contractuels, plusieurs « avantages» leur ont été accordés, dont la valorisation de l’expérience professionnelle et la qualité des sujets de l’examen écrit qui porteront sur les méthodes d’enseignement et le contenu enseigné. Cela traduit, selon Mme Benghebrit, la volonté du ministère à prendre en considération les réclamations des contractuels. Selon la ministre, les convocations seront délivrées le 22 avril.

Les quatre contrats signés hier ont porté sur l’informatisation du système central du ministère à travers la numérisation des données liées aux résultats, aux effectifs, aux absences « pour une rationalisation de la gestion». Il s’agit également de la mise en place d’un système numérique des contenus pédagogiques destinés aux enseignants et aux élèves. Un contrat portant sur la création de trois bibliothèques numériques (francophone, arabophone et une troisième sur la production algérienne) a été également paraphé. Le quatrième contrat vise la mise en place d’une assise numérique pour la formation à distance.

Le ministère de la Poste et des TIC garantit une sécurisation de ces systèmes, financés par le même ministère, pour un montant de plus de 556 millions de dinars. L’occasion a permis également d’annoncer la réduction des tarifs d’abonnement à internet de 33 à 40% au profit de tous les travailleurs du secteur de l’éducation. Une réduction de 60% est également offerte à ces mêmes travailleurs pour l’achat des cartes d’accès aux bibliothèques numériques. Lire la suite

formats

Protection des consommateurs : Campagne de sensibilisation contre les intoxications estivales

Publié le 19/04/2016, par dans Non classé.

Une campagne de sensibilisation quant aux risques liés aux intoxications alimentaires sera lancée, au cours du mois de mai. Cette initiative a été annoncée à l’issue d’une rencontre qui a réuni le ministre du Commerce, Bakhti Belaib, et les représentants de 33 associations de protection des consommateurs, sur les quelque 49 que compte le pays.
« Cette campagne de sensibilisation se tiendra du 8 mai au 19 mai, et ce, à l’approche de l’été, synonyme de surconsommation, de risques sanitaires accrus pour les marchandises en raison de la chaleur, mais aussi de repas collectifs», explique Hacène Menouar, vice-président de la Fédération algérienne des consommateurs (FAC).

Et si la sensibilisation des citoyens et des commerçants demeure importante, les associations présentes ont aussi demandé une augmentation des contrôles, que ce soit dans les commerces mais aussi lors de l’organisation de fêtes et autres repas collectifs. D’ailleurs, les 5560 cas d’intoxication alimentaire enregistrés en 2015, qui ont induit 11 décès, ont provoqué 494 cas de toxi-infections alimentaires collectives, a précisé un cadre du ministère à l’APS. Par ailleurs, une autre campagne de sensibilisation sera lancée du 1er juin au 10 juillet, et concernera la lutte contre le gaspillage alimentaire et des ressources.

Lire la suite

formats

On vous le dit

Publié le 19/04/2016, par dans Non classé.

Aït Ahmed au fronton de la Maison de la culture de Khroub

La commune du Khroub vient de baptiser sa nouvelle maison de la culture du nom de Hocine Ait Ahmed. L’établissement, inauguré le 16 avril par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, est ainsi le premier dans la wilaya de Constantine à porter le nom de ce membre historique de la direction du FLN révolutionnaire. Une petite victoire contre les mentalités rigides qui conçoivent l’histoire de l’Algérie à travers les œillères du régionalisme.

Sid-Ahmed Ferroukhi s’offre un bain de foule dans un café maure à Aïn Dheb

Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche s’est offert, dimanche, un bain de foule en marge d’une pause-café au village de Aïn Dheb (ex-La Fontaine), au sud de Tiaret, à l’issue de sa rencontre nationale avec les éleveurs. Décontracté dans sa
djellaba, l’homme, qui se singularise par son look et sa bonhommie s’est défaussé du protocole et a pu passer de bons moments dans un espace public, de surcroît dans l’Algérie profonde. Un geste fortement apprécié par les autochtones.

Plus de 400 migrants périssent dans le naufrage de leur navire en Méditerranée

Plus de 400 migrants se sont noyés lundi en Méditerranée à la suite du naufrage de leur navire, alors qu’ils tentaient de rejoindre les côtes italiennes, ont rapporté des médias. La plupart des naufragés seraient des migrants en provenance de Somalie, d’Ethiopie et d’Erythrée, ont indiqué des sources concordantes, citées par les médias. Les embarcations surchargées auraient entamé leur traversée depuis l’Egypte en direction des côtes italiennes, a-t-on précisé. Plus tôt dans la journée, l’ONG SOS Méditerranée a annoncé la découverte d’au moins huit morts sur un canot à moitié dégonflé, dimanche, au large de la Libye, les survivants évoquant une vingtaine de disparus supplémentaires. Selon un bilan établi au 14 avril par le Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU, 24 443 migrants sont arrivés par mer en Italie depuis le début de l’année et plus de 350 sont morts ou ont disparu en mer. Parallèlement, 153 000 personnes sont arrivées en Grèce après une traversée qui a coûté la vie à au moins 375 d’entre elles, dont de nombreux enfants.

Le marché des produits contrefaits pèse près de 500 milliards de dollars

Les importations de produits contrefaits et piratés s’élèvent annuellement à près de 500 milliards de dollars, soit environ 2,5% des importations mondiales,a indiqué hier un rapport de l’OCDE et de l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle. « Les marques américaines, italiennes et françaises sont les plus touchées, et une grande partie des sommes provenant de ces ventes alimente le crime organisé», précise le rapport intitulé Trade in Counterfeit and Pirated Goods: Mapping the Economic Impact, notant aussi que les contrefaçons représentent jusqu’à 5% des biens importés par l’Union européenne.

Le document chiffre la valeur mondiale des importations de biens contrefaits en 2013 à 461 milliards dollars, soulignant que les importations totales au niveau mondial s’élèvent à 17 900 milliards de dollars. La plupart des importations de produits contrefaits « proviennent de pays à revenu intermédiaire ou de pays émergents, la Chine étant le premier producteur», relèvent les auteurs du rapport, qui ont analysé les données provenant de près d’un demi-million de saisies douanières réalisées dans le monde entre 2011 et 2013. Lire la suite

formats

Malaise au sommet de l’Etat

Publié le 19/04/2016, par dans Non classé.

La maladie du président Bouteflika revient au-devant de la scène. La diffusion d’une image et d’une vidéo le montrant diminué et très affaibli ont commencé à délier les langues.
Après plusieurs mois de vains efforts visant à nier l’impact de la maladie du chef de l’Etat sur la gestion des affaires du pays, les représentants et les soutiens du pouvoir passent aux aveux. Ils ont tout tenté : mise en scène, montages, mensonges… pour convaincre l’opinion que le président Bouteflika gouverne et que les séquelles de l’accident vasculaire cérébral (AVC) dont il a été victime en 2013 ne l’empêchent pas d’assumer ses missions constitutionnelles. Mais un tweet et une vidéo de quelques secondes les ont contraints à sortir de leur silence pour au final admettre publiquement une réalité communément constatée.
C’est que la santé du Président reste un sérieux problème national.

L’un après l’autre, les représentants du pouvoir, tout en recourant à une levée de boucliers contre le Premier ministre français, Manuel Valls, qui a démasqué leur jeu le 10 avril, glissent, entre quelques phrases, leurs confessions. Le premier à le faire est le chef du RND et directeur de cabinet de la présidence de la République, Ahmed Ouyahia. Saisissant l’opportunité des congrès régionaux de sa formation politique, le secrétaire général par intérim du RND commence par avouer que « le président Bouteflika ne jouit pas de toutes ses capacités physiques».

Avant de lancer sa diatribe contre Manuels Valls et d’inventer des « collaborateurs internes» qui auraient participé à « la campagne de dénigrement de l’institution présidentielle», Ahmed Ouyahia ne nie pas le contenu de la vidéo. Selon lui, « le Président est malade» et, peut-être, « ce jour-là (le 10 avril) il n’était pas dans son meilleur état». Lui emboîtant le pas, le secrétaire général du MPA, Amara Benyounès, confirme que l’impotence du chef de l’Etat est un problème. « La maladie du Président est un problème algéro-algérien.

Je reste profondément convaincu d’une chose : le président Bouteflika n’acceptera jamais d’être un problème pour l’Algérie», a-t-il déclaré dans une interview accordée hier au journal électronique toutsurl’algérie (TSA). Et d’ajouter : « Quand le peuple a réélu le président Bouteflika en 2014, il savait qu’il était malade. Et dans la maladie, il y a toujours des hauts et des bas.» L’auteur des phrases qui ont suscité le plus de moquerie sur le dossier médical du Président persiste à dire qu' »il est profondément convaincu que Bouteflika a l’ensemble de ses facultés mentales pour diriger ce pays».

Tout pour éviter l’application de « l’empêchement»

Avant Ahmed Ouyahia et Amara Benyounès, le chargé de communication du FLN, Hocine Kheldoune, avait aussi affirmé que « le dossier médical du Président ne regarde pas la presse française». Selon lui, « Bouteflika va bien». Malgré cette reconnaissance des faits, les responsables des partis proches du pouvoir rejettent tout débat national sur les questions de la succession et de l’application de l’article 102 (ex-article 88) de la Constitution relatif à l’état d’empêchement du chef de l’Etat.

« Celui qui veut prendre la présidence de la République doit attendre 2019 (fin du quatrième mandat du président Bouteflika, ndlr)», lancent-ils pour tenter d’empêcher le retour de la polémique sur la capacité de l’actuel locataire du palais d’El Mouradia à gouverner et à terminer son mandat. En vain.

En dépit des accusations de traîtrise et les dénigrements, des partis de l’opposition sont montés à plusieurs reprises au créneau pour dénoncer « ce régime qui continue à utiliser un Président impotent pour se maintenir». Des voix appellent même la famille du chef de l’Etat à intervenir pour mettre un terme « à cet abus». D’autres, en revanche, demandent à Abdelaziz Bouteflika, lui-même, « de partir avant qu’il ne soit dépassé par les événements». Les aveux de dirigeants politiques attestent ainsi d’un malaise au sommet de l’Etat sur une question qui, le moins qu’on puisse dire, a été un sujet tabou.

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair