formats

La pièce « Le condamné » présentée en avant-première à Alger

Publié le 04/12/2015, par dans Non classé.
La pièce
ALGER-La pièce de théâtre « Le condamné », histoire d’un condamné à mort qui a fait parlé de lui au-delà des murs de la prison, a été présentée jeudi soir en avant-première à Alger. Produite par le Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi (TNA) et mise en scène par Yacine Zaidi,la pièce relate l’histoire…

Lire la suite

formats

Artisanat: examen samedi à Constantine des opportunités d’exportation vers les Etats Unis

Publié le 04/12/2015, par dans Non classé.
Artisanat: examen samedi à Constantine des opportunités d'exportation vers les Etats Unis
ALGER- Une société américaine, Coppersmith Inc, intéressée par la dinanderie algérienne, compte établir un partenariat commercial avec des dinandiers de la wilaya de Constantine, et exporter leurs produits vers le marché américain. Le responsable de cette société Ryan Grambart se rendra samedi prochain à Constantine pour rencontrer des entreprises activant…

Lire la suite

formats

Décès du comédien Mohand Ouidir Bouaraba dit « Da Belaïd »

Publié le 04/12/2015, par dans Non classé.
Décès du comédien Mohand Ouidir Bouaraba dit
ALGER- le comédien Mohand Ouidir Bouaraba, plus connu sous le nom de scène « Da Belaïd » est décédé dans la matinée de jeudi à Alger à l’âge de 68 ans des suites d’une longue maladie, a-t-on appris auprès de ses proches. Né le 22 janvier 1947 dans la localité Sidi Yahia…

Lire la suite

formats

il a dit

Publié le 04/12/2015, par dans Non classé.

Nous sommes un pays qui a vu tout d’un coup ses recettes baisser de 45%. Il faut maintenir la croissance avec le recouvrement d’impôt et c’est ce que nous allons faire. Les subventions, actuellement généralisées, nous les maintenons, mais il faut les cibler dans les années à venir. Nous avons 50% de la population qui veut vivre dans un pays dont l’économie est ouverte. Il ne faut pas retourner à des économies où il n’y a que le budget et le secteur public. Toutes nos entreprises publiques doivent élargir leurs capitaux et s’ouvrir. La participation au capital ne dépassera pas 34%.

Abderrahmane Benkhalfa. Ministre
des Finances Lire la suite

formats

Thon rouge : l’Algérie risque de se voir rafler une seconde fois son quota

Publié le 04/12/2015, par dans Non classé.

Du 10 au 17 novembre 2015 s’est tenue, à Malte, la 24e session ordinaire de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (ICCAT), et contrairement aux années 2012, 2013 et 2014, il n’y pas d’écho retentissant.
Selon nos sources, l’Algérie se serait fait prendre par la Turquie l’augmentation du quota qu’elle était en droit d’attendre de la Commission, conformément au compromis trouvé en 2012, suite au hold-up opéré en 2011 sur le quota historique algérien par 4 pays, dont la Turquie, la Libye, l’Egypte.

En 2010, si on s’en souvient, quelques mois après la découverte de trafics algéro-turcs de la pêche au thon et le scandale qui s’en est suivi, il n’y a pas eu, pour des raisons obscures, de représentants algériens à la réunion de l’ICCAT de cette année-là qui s’est tenue à Paris. Le ministère de la Pêche avait évoqué le refus des visas pour sa délégation, une déclaration démentie par l’ambassade de France. Des parties de l’ICCAT se sont accordées, sans la moindre réaction de la Commission, ce qui suppose beaucoup de bienveillance de sa part, les deux tiers, soit 450 tonnes, du quota algérien de l’époque qui se situait à 680 tonnes.

Lors de la session suivante, celle de 2011, la délégation algérienne, qui avait vigoureusement dénoncé ces pratiques « mafieuses», avait arraché un compromis, celui de se faire restituer progressivement, jusqu’en 2017, son quota historique qui correspond à 5% du Taux admissible de capture (TAC), qui est le plafond des captures en Méditerranée fixé annuellement sur les études de l’organisme scientifique de l’ICCAT, le SCRS. Le TAC de 2012 a été fixé à 13 400 tonnes pour toute la Méditerranée. A Malte, cette année la délégation algérienne s’attendait à une augmentation d’au moins 100 tonnes de son quota de 2014 évalué à 243 tonnes (1,073% du TAC).

Cela reste une bien faible dotation comparée à celle des années 1990 et 2000, où le quota national a frôlé les 2000 tonnes. Le TAC est tombé en effet de 32 000 à 12 500 tonnes face à la baisse drastique des populations de thon qui ont failli disparaître. Lire la suite

formats

Sonelgaz : Les syndicalistes craignent le recours du groupe aux libérations forcées

Publié le 04/12/2015, par dans Non classé.

La fédération nationale autonome des travailleurs de l’électricité et du gaz (Fnateg), affilié à la confédération générale autonome des travailleurs en Algérie (CGATA), tire la sonnette d’alarme sur les conséquences que peut engendrer la loi de finance 2016 sur l’avenir de l’ensemble des travailleurs du groupe. Selon son chargé de l’organique et des relations internationales, Raouf Mellal, « 7000 travailleurs peuvent être libérés après l’entrée en vigueur de ladite loi en janvier prochain».

« Ce qui a provoqué la situation déficitaire que vit le groupe est la gestion catastrophique du PDG, Noureddine Bouterfa, et non la situation économique du pays. Il a fallu mettre les bonnes personnes aux bonnes postes afin d’assurer la bonne gestion et rendre bénéficiaire l’entreprise, suggère-t-il. L’Etat, que je tiens pour responsable, ne nous a jamais tendu l’oreille.

Bouterfa, qui est éligible à la retraite, est malheureusement encore en poste.» Et d’ajouter : « En 2014, Sonelgaz avait libéré 800 agents de sécurité travaillant pour le compte de la société de prévention et d’action en sécurité (Spas), l’une des filiales du groupe. Selon nous informations, cette compagnie sera dissoute l’année prochaine.» Par rapport au recours de l’Etat à l’ouverture des capitaux des entreprises publiques tel qu’a été annoncé sur les ondes de la chaîne III, par Abderrahmane Benkhalfa, ministre des finances, Raouf Mellal réplique : « Cette disposition est regrettable. Le privé n’est jamais clément avec le travailleur. Nous savons que la libération ne sera pas brusque mais progressive afin d’éviter tout conflit. De plus, avec cette loi, le pouvoir d’achat des travailleurs sera affaibli. L’avenir est difficile.» Joint par téléphone, un cadre du groupe, qui a tenu à garder l’anonymat, déclare qu’il n’écarte pas la possibilité de libération de travailleurs mais elle sera, selon lui, la conséquence du nouveau plan de restructuration que prépare Sonelgaz afin de compenser son déficit.
Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair