formats

Ouargla : Les chômeurs en colère

Publié le 20/11/2017, par dans Non classé.

Les chômeurs interpellés hier par la police, près du portail principal de la wilaya, en marge d’un sit-in pour dénoncer leur exclusion des dernières offres de recrutement dans le secteur pétrolier, ont finalement été libérés.
Ces interpellations ayant ciblé une dizaine de manifestants qui organisent des sit-in réguliers, dits des chômeurs diplômés, depuis cinq mois pour dénoncer leur exclusion du test de Mud Logging auprès de l’Entreprise nationale des services aux puits (ENSP) et dont El Watan a fait état depuis le mois d’août dernier, n’ont pas donné suite à des gardes à vue mais à de simples contrôles d’identité, selon la chargée de communication de la sûreté de la wilaya de Ouargla.

Alors que les forces de l’ordre se contentaient jusque-là d’encadrer de loin les manifestations de chômeurs, organisées ça et là à travers la ville, par les mécontents du système El Wassit, cette interpellation en a étonné plus d’un, vu que les policiers ont déplacé les concernés au commissariat central pour les confronter au fichier des personnes recherchées. Vérification de routine ? Durcissement du contrôle des personnes à la veille des élections locales ?

A leur sortie du commissariat, les jeunes ne se prenaient pas la tête avec cette interpellation policière. Abdelkrim Djezzar, leur porte-parole, relativise : « On nous a demandé de ne pas entraver la porte officielle, il est de notre droit de manifester et la police ne le conteste pas.» Les universitaires promettent de revenir aujourd’hui devant la wilaya.

Par contre aucun interlocuteur à l’ANEM, dont le nouveau directeur serait intervenu en fin de matinée pour contenir un mouvement de colère près de l’entreprise des travaux aux puits à Hassi Messaoud, où une trentaine de jeunes entendaient bloquer tout mouvement pour réclamer leur part dans les 72 offres d’embauche de manœuvres et d’ambulanciers, ainsi qu’une soixantaine d’autres postes au niveau de l’entreprise nationale de forage Enafor.

Aucun moyen de confirmer ces informations, mais les chômeurs eux soutiennent qu’un coup de fil de l’ANEM les a convaincus de se disperser dans l’après-midi suite à une médiation avec l’entreprise.

Les autres chômeurs, ceux diplômés de l’université de Ouargla, qui sont plusieurs fois montés au créneau pour exiger d’être recrutés au niveau de la Société de gestion du tramway de Ouargla, dont les postes très prisés seraient déjà dispatchés et attribués à des niveaux supérieurs, excluant même le personnel ayant exercé depuis le lancement du projet, à part quelques exceptions dues à des tractations, réclament également l’intervention du nouveau directeur de l’ANEM pour mettre fin « aux dépassements des entreprises».

Pour rappel, le PDG de l’Entp avait réfuté, en août dernier, dans les colonnes d’El Watan, toute irrégularité dans l’embauche des 40 Mud Loggers et promis l’organisation d’une nouvelle opération de recrutement selon le plan de charge de l’entreprise.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Ouargla : Les chômeurs en colère
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair