formats

Ouargla dotée d’une cartographie de la criminalité urbaine

Publié le 19/08/2017, par dans Non classé.

Le chef du service de la police judiciaire de la wilaya de Ouargla, Walid Fouathi, estime que la « géolocalisation du crime a donné un nouveau souffle au dispositif sécuritaire déployé notamment durant le Ramadhan, la période des fêtes nationales et religieuses et estivale».
Marquant avec plus de précision les quartiers et les zones où l’incidence de la criminalité et la typologie du crime ont un impact direct sur le citoyen, les sept arrondissements de police urbaine que compte la wilaya et même le personnel administratif ont été associés à une vaste campagne de sécurisation des espaces publics en premier lieu.

C’est ainsi que 21 véhicules ont été mobilisés par les patrouilles diurnes et nocturnes ayant permis de soumettre 1397 personnes à des contrôles d’identité et l’identification de plusieurs individus impliqués dans différents crimes. Il y a lieu de souligner enfin que les différents numéros verts de la police ont enregistré 287 appels qui ont donné lieu à des interventions directes durant le seul mois du Ramadhan.
M. Fouathi relève qu’un dispositif particulier a ciblé l’avenue principale de la ville, à savoir Che Guevara — tristement connue pour la prolifération du commerce et de la consommation de drogue et autres stupéfiants —, qui a permis d’arrêter une dizaine de personnes dans neuf affaires différentes ainsi que la saisie de 1569 g de kif traité, dont un kilo à la gare routière de la ville.

Cartographier également les formes de violence — principalement dans les quartiers où il ne fait pas bon s’attarder et où le citoyen ressent parfois un sentiment de non-droit vu la recrudescence du nombre de vols et d’agressions — a mis a nu la faiblesse de la couverture sécuritaire et l’efficacité des opérations coup de poing organisées inopinément. Cela confirme l’idée répandue chez les Ouarglis de l’existence de quartiers où il ne fait pas bon circuler la nuit, tels que Sokra et Ziaina, mais aussi l’axe 324-460 Logements, Mekhadma et Sidi Amrane.

A Ouargla, les vols à l’arraché à bord de motocyclettes sont en augmentation dans quasiment tous les quartiers et surtout aux abords des marchés et rues commerçantes.

Sokra, le quartier champignon dont l’urbanisation sauvage a donné lieu à une ville de plus de 44 000 habitants greffée entre les communes de Ouargla et de Rouissat, est encore une fois pointée du doigt et dûment désignée par les experts judiciaires avec une prolifération des foyers de délinquance et le constitution d’une véritable zone de repli des criminels débarqués des 48 wilayas du pays et agissant au centre-ville notamment. Ce quartier territorialement dépendant des services de la Gendarmerie nationale enregistre le plus grand taux d’habitat précaire et différents fléaux sociaux et sanitaires, notamment le paludisme et le choléra, durant ces dix dernières années.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Ouargla dotée d’une cartographie de la criminalité urbaine
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair