formats

Où est passé le bulletin de santé de Bouteflika ?

Publié le 05/12/2015, par dans Non classé.

Pour une fois que la première institution du pays « communique» sur les déplacements médicaux du Président, on ne va pas s’en plaindre. Il est toutefois utile de souligner le caractère laconique et énigmatique dudit communiqué et de rétablir les mots dans leur sens, en disant que se suffire de l’annonce des déplacements et des visites de Bouteflika dans un hôpital français n’est que la moitié de l’information et ne répond aucunement à la question de savoir comment va le Président.
Qualifier dans le même communiqué la visite de Bouteflika chez ses médecins traitants de « privée» est une grave méprise et une atteinte au droit des citoyens à être informés sur l’état de santé du chef de l’Etat. Une manière bien gauche de légitimer la rétention de l’information. Celui qui s’est pourtant rendu à Grenoble n’est autre que le Président de l’Algérie et non un citoyen lambda, et c’est d’ailleurs au nom de la République algérienne qu’il effectue ses examens médicaux, sa visite ne relève donc pas du domaine privé, mais doit être publique.

De ce fait, les Algériens sont en droit de savoir comment va leur Président, même hospitalisé à l’étranger. Le communiqué de la présidence de la République n’apporte d’ailleurs pas plus d’éclairage sur ce que des médias français rapportent déjà à propos des « apparitions» des avions présidentiels algériens sur le sol français et les enregistrements d’admission du chef de l’Etat dans leurs hôpitaux. Se suffire à confirmer les informations de la presse sans apporter plus de détails sur l’évolution de la santé de Bouteflika n’est pas la meilleure manière de communiquer.
C’est en fait faire semblant de communiquer pour ne pas informer.

Depuis jeudi, Le Dauphiné Libéré, journal français, suivait l’hospitalisation du président algérien, annonçant que d’après des sources concordantes Bouteflika devait quitter la clinique d’Alembert de Grenoble hier soir ou ce matin. Tel est donc le niveau d’information dont disposent les Algériens. Agé de 78 ans, Abdelaziz Bouteflika a, pour rappel, été victime d’un accident vasculaire cérébral en 2013, affectant particulièrement sa mobilité et ses capacités d’élocution.

C’est à travers de très rares apparitions télévisées, à l’occasion de visites de chefs d’Etat ou de personnalités étrangères, que les Algériens essayent de deviner si le président de la République va mieux ou pas. 19 personnalités avaient adressé, le 1er novembre dernier, une lettre au chef de l’Etat pour qu’il les reçoive et qu’elles puissent vérifier s’il était au courant de la conduite des affaires du pays. Le Premier ministre avait répondu en affirmant que Bouteflika assumait pleinement sa fonction. Mais l’absence du Président et celle d’un bulletin actualisé et détaillé sur son état de santé laissent planer tous les doutes. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Où est passé le bulletin de santé de Bouteflika ?
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair