formats

On vous le dit

Publié le 21/02/2018, par dans Non classé.

Le groupe El Bahara débarque à Tizi Ouzou

Dans le cadre de la grande tournée artistique entamée par le groupe El Bahara, un gala aura lieu vendredi à 15h dans la grande salle de la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, a-t-on appris auprès de la cellule de communication de la wilaya. Cet événement culturel, initié sous le haut patronage du ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire et sous l’égide du wali de Tizi Ouzou, vise, selon les organisateurs, à « consolider l’identité et l’unité nationales, à chanter l’amour de l’Algérie, la tolérance et la fraternité entre les jeunes». ll se veut aussi « une campagne de sensibilisation pour dénoncer le phénomène de la violence en milieu scolaire et les stades, et pour condamner le fléau de la toxicomanie chez les jeunes», a-t-on indiqué.

Les chiens errants dictent leur « loi» à Illizi

Les éleveurs du chef-lieu de la wilaya d’Illizi ne savent plus à quelle porte frapper pour sauver leur cheptel, source de vie et de nourriture par excellence dans le milieu saharien. L’heure est à l’estimation des dégâts. L’irréparable s’est déjà produit, et pas moins de trente chèvres ont été tuées par des chiens errants, dans les différents périmètres agricoles de cette ville. Des images choquantes de ces attaques féroces ont fait le tour des réseaux sociaux et suscité une large dénonciation des habitants, tous unanimes à interpeller les autorités compétentes sur cette situation alarmante qui menace la santé publique et, surtout, afin d’éviter des attaques contre les humains. A l’évidence, une campagne d’abattage contre les animaux errants s’impose à travers tout le territoire de la wilaya, eu égard aux maladies que peuvent transmettre les chiens errants à l’homme, telles que la rage, la leishmaniose et bien d’autres aussi graves.

La dépouille d’une femme repêchée au large de Bouharoun

La dépouille d’une femme non identifiée a été repêchée, lundi soir, au large de Bouharoun, portant ainsi à deux le nombre de corps repêchés en quatre jours sur les côtes de Tipasa, a-t-on appris, hier, auprès des services de la Protection civile de la wilaya. Selon la même source, il s’agirait de la dépouille d’une jeune femme d’une trentaine d’années, repêchée dans un état de dégradation avancé par une équipe de gardes-côtes au large de Bouharoun, alors qu’elle effectuait une patrouille. La dépouille a été transportée à la morgue de l’hôpital de Koléa, où elle fera l’objet d’une autopsie pour déterminer les causes de la mort dans le cadre d’une enquête diligentée par les services de la Gendarmerie nationale, a-t-on, encore, signalé. A noter que l’équipe de plongée de la Protection civile avait procédé, jeudi dernier, au repêchage de la dépouille d’une personne, également, non identifiée au large de la ville de Messelmoune-Ouest.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé On vous le dit
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair