formats

On vous le dit

Publié le 24/01/2018, par dans Non classé.

– On ne reçoit pas à l’hôpital Drid Hocine

Un psychiatre s’est présenté à notre rédaction pour dire toute sa colère contre le directeur général de l’hôpital Drid Hocine, à Alger. Ce médecin spécialiste, résidant à Sétif, s’est déplacé à trois reprises à l’hôpital pour rencontrer le directeur général, en vain. A chaque fois, la secrétaire lui répond que le DG est absent.

A la quatrième reprise, il reçoit la même réponse. Le médecin donne de la voix et s’insurge devant un tel mépris. Subitement, le DG sort de son bureau pour s’informer sur la nature du raffut, à la grande surprise du psychiatre. Ce dernier a été conforté dans son opinion sur le caractère bureaucratique de l’administration de l’hôpital Drid Hocine, qui va à contresens des directives récemment données par le ministre de la Santé concernant la réception et l’accueil des médecins spécialistes.

– Exposition-hommage à Azzedine Alaïa, couturier à la mode éternelle

Deux mois après le décès de Azzedine Alaïa, une exposition-hommage s’ouvre lundi dans sa galerie du Marais, à Paris, rassemblant une quarantaine de robes de haute couture, symboles de la cohérence du travail d’un créateur au-delà des modes. A cette adresse, où vivait et travaillait ce couturier atypique, disparu le 18 novembre à l’âge de 82 ans, 41 robes, telles des sculptures, sont disposées dans des cabines-écrins, qui forment un collier de perles vu de haut. « Azzedine était un vrai architecte de la couture.

C’est l’hommage le plus beau qu’on pouvait lui faire de montrer son travail tout de suite», a déclaré à l’AFP son amie, l’éditrice Carla Sozzani. Sous la verrière qui abritait les défilés de la maison, ces créations réalisées entre 1981 et 2017 sont exposées sans cartels explicatifs, pour renforcer le caractère intemporel du travail de Azzedine Alaïa.

« Entre les pièces de 1981, celles de 1995 ou de 2017, je défie quiconque de pouvoir trouver les dates», lance le commissaire de l’exposition, l’historien de la mode, Olivier Saillard, ancien directeur du palais Galliera, qui avait organisé une rétrospective Alaïa en 2013.

– Lancement d’un parc de loisirs mobile à Ouargla

Un parc de loisirs mobile a été lancé, hier, en direction des enfants et familles des régions enclavées de la wilaya de Ouargla, à l’initiative de la direction locale de la jeunesse et des sports (DJS). Initié en coordination avec l’Office des établissements de jeunes (ODEJ), ce parc mobile devra sillonner de nombreuses régions enclavées, dont celles de N’goussa, Sidi-Khouiled, Hassi-Benabdallah, Bour El-Haïcha et Afrane, a indiqué à l’APS le directeur de l’ODEJ, Youcef Djoudi.

L’initiative prévoit des jeux (toboggans, balançoires, etc.) des jeux ludiques, en plus d’expositions et de concours de dessins et culturels permettant l’épanouissement des enfants, ainsi que des espaces de détente pour familles, a expliqué Youcef Djoudi. Des représentations théâtrales et des spectacles de clowns seront organisés en marge de ce parc, en coordination avec le mouvement associatif, à travers les établissements de jeunes et au niveau des quartiers. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé On vous le dit
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair