formats

On vous le dit

Publié le 31/12/2017, par dans Non classé.

Des communes seront alimentées en énergie solaire à Tiaret

« Douze des quarante-deux communes de la wilaya seront alimentées, pour les besoins de l’éclairage public, grâce à une alimentation en kits d’énergie solaire», a déclaré le chef de l’exécutif en marge de l’installation d’une assemblée locale. Abdeslam Bentouati a, dans la foulée, fait savoir qu' »une enveloppe initiale de 65 millions de dinars a été dégagée pour l’achat de ces équipements». Et d’ajouter : « Cela permettra à coup sûr de réduire la facture énergétique de certaines assemblées élues.»

A vrai dire, bon nombre d’APC traînent de lourdes ardoises vis-à-vis de Sonelgaz. Si l’Entreprise nationale s’est jusqu’ici retenue de couper l’énergie, c’est pour ne pas pénaliser les citoyens, trop souvent sur « ordre venant d’en haut». Cela intervient malheureusement alors que certaines exploitations agroalimentaires privées, pour lesquelles il a été dépensé des milliards, restent non branchées bien qu’un chapitre soit réservé à ce genre d’investissements lourds, par ailleurs générateurs de plus-values pour la collectivité.

Deux officines pharmaceutiques attaquées à Mellakou

Deux officines pharmaceutiques ont été attaquées avant-hier vers 16h dans les ruelles de la paisible commune de Mellakou (ex- Palat), 15 km à l’ouest de Tiaret par des inconnus. Si le premier pharmacien, dont l’employé s’en est sorti avec une blessure à l’arme blanche, a pu se défaire d’un jeune assaillant, le second a été renversé et soustrait de quatre millions de centimes et de quelques boîtes de psychotropes. Bien qu’alertés, les gendarmes n’ont pu mettre la main sur ces malfrats, alors que le forfait a été commis à quelques encablures des lieux visités. Cela intervient dans un contexte local marqué par une série d’arrestations, notamment au niveau du chef-lieu de wilaya, de jeunes dealers et de barons locaux liés à la commercialisation de drogue et de psychotropes.

La gestion de l’eau échappe à l’ADE dans 22 communes

L’Algérienne des eaux ne gère pas l’eau dans 22 des 42 communes de la wilaya. Cela est dû en partie à l’absence de remise à niveau des réseaux d’AEP pour certaines communes, alors que dans d’autres c’est carrément le populisme qui l’emporte. En témoigne ce propos du chef de l’exécutif local qui a rappelé tout dernièrement la déclaration d’un élu d’une commune qui disait : « Avec lui aucun citoyen ne paiera sa consommation d’eau .» Des propos d’élus aux relents populistes qui mettent l’ADE dans une inconfortable position bien que « son directeur évalue le nombre total d’abonnés dans ces 22 communes à presque 30% de la clientèle». Une entité publique qui cumule pour l’heure d’importantes « créances estimées à 140 milliards de centimes, dont 93% à l’endroit des ménages», ajoute le même responsable.

L’administration retarde la prise de service de l’exécutif communal de Chlef

Si le président de l’APC de Chlef a pris officiellement ses fonctions le 4 décembre, ses adjoints, choisis conformément à l’article 70 du code communal, attendent toujours l’approbation par l’administration locale de la délibération concernant cette désignation. Ledit article stipule clairement : « Le président de l’Assemblée populaire communale soumet la liste des élus qu’il aura choisis pour occuper les fonctions de vice-président (s) dans les quinze jours au plus tard suivant son installation pour approbation à la majorité absolue de l’Assemblée populaire communale, dans les limites fixées par l’article 69 ci-dessus.»

Selon les informations en notre possession, cette formalité a été accomplie dans les délais fixés et conformément aux dispositions réglementaires, et la délibération y afférente fut déposée au niveau de la daïra de Chlef le 20 décembre. Or, depuis cette date, on attend toujours l’approbation et le retour de la fameuse délibération par la tutelle, ce qui empêche le nouvel exécutif de l’APC du chef-lieu de wilaya de prendre officiellement ses fonctions. Pour l’heure, cette commune de plus de 300 000 habitants, à majorité RND, est dirigée par un seul élu,en l’occurrence le président de l’APC. Cette situation rappelle à bien des égards le retard qu’a connu l’élection du président de l’APW, également remportée par le parti d’Ahmed Ouyahia. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé On vous le dit
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair