formats

On vous le dit

Publié le 05/03/2016, par dans Non classé.

Perquisition de la police brésilienne chez l’ex-président Lulla

La police fédérale brésilienne a perquisitionné hier le domicile de l’ex-président Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010), à Sao Paulo, et l’a emmené pour l’interroger dans le cadre de l’enquête sur le scandale de corruption Petrobras, a indiqué le porte-parole de l’Institut Lula. « La police fédérale mène des fouilles et perquisitions chez lui, à l’Institut Lula et chez plusieurs de ses collaborateurs et membres de sa famille», a déclaré à l’AFP José Chrispiniano, attaché de presse de l’ancien président Lula et de la fondation qui porte son nom. Il a confirmé également que Lula faisait l’objet d’un mandat d’amener.

Décryptage d’iPhone : le FBI risque d’ouvrir la « boîte de Pandore»

Forcer Apple à se plier à une injonction judiciaire pour qu’il aide le FBI à accéder au contenu d’un iPhone risque d’ouvrir la « boîte de Pandore» aux conséquences négatives dans le monde entier, a estimé, hier, le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme. « Dans le but de régler un problème de sécurité relatif au chiffrement des données dans un cas bien précis, les autorités risquent d’ouvrir la boîte de Pandore, avec des implications qui pourraient être extrêmement dommageables pour les droits de l’homme de millions de personnes, y compris pour leur sécurité physique et financière», a déclaré Zeid Ra’ad Al Hussein, dans un communiqué.

USA : un étudiant égyptien va être expulsé pour avoir menacé de tuer Donald Trump

Un étudiant égyptien inscrit dans une école de pilotage en Californie est en passe d’être expulsé des Etats-Unis, après avoir posté un message sur internet, indiquant qu’il voulait tuer Donald Trump, selon des documents de justice et son avocat. Emadeldin Elsayed, âgé de 23 ans, a été arrêté le 12 février par des agents fédéraux dans une école de pilotage près de Los Angeles pour avoir, selon les autorités de la sécurité intérieure, menacé de mort M. Trump, candidat républicain à la présidence des Etats-Unis en tête des sondages.

« J’ai envie de tuer Donald Trump et d’être condamné à la prison à vie. Le monde entier me remercierait de l’avoir fait», a écrit le jeune homme sur sa page facebook, selon son avocat Hani Bushra. Les autorités ne l’ont pas inculpé, mais un juge de l’immigration a ordonné, en début de semaine, qu’il soit expulsé, car l’école de pilotage ayant annulé son inscription, son visa d’étudiant n’est plus valide.

Le juge, selon les documents obtenus par l’AFP, a également refusé de remettre le jeune en liberté sous caution, parce que le bureau du procureur a estimé qu’il y avait risque de fuite. Me Bushra a reconnu auprès de l’AFP que son client avait fait preuve de mauvais discernement en postant son message, mais qu’il n’avait nullement l’intention de porter atteinte à Donald Trump et qu’il regrettait son geste. « C’est juste un gamin qui a fait quelque chose de stupide», a-t-il affirmé. « C’était idiot étant donné le (contexte) dans le pays en ce moment.» Selon lui, une audience d’expulsion était prévue hier. Son client, a-t-il souligné, veut simplement avoir la possibilité de régler ses affaires avant de partir (récupérer ses biens et, peut-être, une partie des 41 000 dollars de frais de scolarité et vendre sa voiture). Il est arrivé aux Etats-Unis en septembre 2015, pour un an.

Formation anti-harcèlement sexuel pour les premiers chauffeurs Uber au Pakistan

Uber a formé ses chauffeurs au Pakistan pour qu’ils ne harcèlent pas sexuellement leurs passagères, a indiqué une porte-parole, hier, après le lancement de l’application de transport dans ce pays conservateur, où les femmes sont régulièrement importunées dans les transports collectifs. Depuis jeudi, les habitants de Lahore, grande ville de l’est du Pakistan, au trafic chaotique, peuvent contacter via Uber quelques centaines de chauffeurs accrédités. Or au Pakistan, « il y a un manque de connaissance sur le harcèlement sexuel», a expliqué à l’AFP Shaden Abdellatif, porte-parole pour le Moyen-Orient et l’Afrique de la société californienne de location de véhicules avec chauffeur. « Il semble que cela ne fasse pas partie des sujets abordés dans l’éducation de base», a-t-il ajouté, précisant que les chauffeurs de Lahore sont les seuls, avec ceux du Caire, à être soumis à cette séance de prévention du harcèlement sexuel. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé On vous le dit
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair