formats

On vous le dit

Publié le 08/04/2017, par dans Non classé.

La problématique des 154 logements promotionnels à Meurad

Les propriétaires des 154 logements promotionnels à Meurad, localité qui relève de la daïra de Hadjout, viennent enfin de réagir, après des années d’hibernation. Il s’agit de la BDL (Banque de développement local) et de la BEA (Banque extérieure d’Algérie). Selon des sources sûres, la wilaya de Tipasa a reçu, de la part des responsables du secteur de l’habitat, une réponse à ses interrogations. Le programme des magnifiques logements individuels de type R+1 avait été inscrit en… 1994. En raison de sa complexité, tous les ministres de l’Habitat qui se sont succédé depuis l’achèvement des travaux jusqu’à ce jour, y compris les walis de Tipasa, ne sont pas arrivés à trouver une solution idoine pour affecter ces 154 logements promotionnels à Meurad.

A présent, le dossier est géré par un liquidateur. Depuis sa désignation à la tête de la wilaya de Tipasa, le chef de l’éxecutif réunit tous ses directeurs impliqués directement dans l’ensemble des programmes de logements tous les lundis, un secteur à la traîne depuis des années, de surcroît en retrait par rapport aux autres wilayas du pays, pour diverses raisons. La prise en main sérieuse du dossier de l’habitat dans la wilaya, allant jusqu’aux petits détails, aura permis de débusquer les entraves, afin de permettre au secteur du logement de la wilaya de se mettre à niveau, mais surtout faciliter aux citoyens lambda d’acquérir un logement. La BDL et la BEA, propriétaires de ces 154 logements promotionnels de type R+1, sont condamnées à désigner un maître d’ouvrage et un bureau d’études en mesure de réaliser des travaux de confortement et de réhabilitation de ces logements érigés à proximité de la sûreté urbaine de Meurad, à quelques encablures de Hadjout. La possibilité de densifier le site sur lequel sont construits ces logements est possible. L’état actuel du site des 154 logements promotionnels, abandonnés depuis des décennies, suscite des commentaires. Mais qui vendra ces logements ?

Colloque sur les cratères et les météorites à l’université Houari Boumediène d’Alger

L’Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène d’Alger (USTHB) abritera, à partir de demain et jusqu’au 12 avril, le 4e Colloque sur les cratères et l’astrogéologie. Organisée par la faculté des sciences de la terre de l’USTHB, en partenariat avec la direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique, avec la collaboration de l’Union arabe des géosciences et de l’Union arabe d’astronomie et des sciences de l’espace, ainsi que de la Société géophysique, la rencontre revêt une grande importance, surtout qu’elle réunit un panel d’éminents spécialistes dans ce domaine. Selon les organisateurs, la rencontre, qui sera marquée par des interventions de haut niveau, est une occasion pour développer les échanges de connaissances et d’expériences et établir une coopération entre chercheurs et spécialistes du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Ceci n’est pas étrange, surtout que ces régions sont classées parmi les plus riches en cratères et en collections de météorites. Le colloque vise essentiellement à établir à l’intention des chercheurs et des spécialistes une documentation riche, bien référencée et surtout fiable, dans le but principal de susciter un véritable intérêt pour les cratères et les météorites dans les universités et les institutions scientifiques dans le monde arabe. Pour rappel, une excursion sera organisée le 10 avril au profit des participants au colloque sur le cratère de Maâdna, situé dans la commune de Hassi Delaâ, au sud de Laghouat.

La CIA savait depuis l’été que les Russes aidaient Trump

La CIA savait que la Russie interférait dans l’élection américaine pour aider à l’élection de Donald Trump plus tôt qu’on ne le pensait jusqu’à présent et en avait informé des élus dès l’été 2016, affirmait jeudi le New York Times. L’ingérence de la Russie n’a été rendue publique qu’après l’élection de M. Trump, le 8 novembre, quand le renseignement américain a dénoncé publiquement la main de Moscou dans les conclusions d’une enquête diligentée par Barack Obama. Selon le New York Times, qui cite d’anciens responsables gouvernementaux, les briefings classés secrets de ces élus ont aussi révélé la divergence d’analyses entre la CIA et le FBI, chargé du contre-espionnage. Pour des hauts responsables de la police fédérale, les piratages informatiques auxquels se sont livrés les services russes dans le Parti démocrate n’avaient d’autre but que de perturber l’élection, et pas de faire élire le milliardaire. Le FBI est venu plus tard à la même conclusion que la CIA.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé On vous le dit
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair