formats

On vous le dit

Publié le 14/03/2017, par dans Non classé.

L’APC d’Alger-Centre est toujours aussi bureaucratique

La ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, l’a affirmé : « Nous allons vers la réduction des contraintes administratives.» De fait, les démarches pour obtenir certains documents, tels le passeport et la carte nationale d’identité, ont été simplifiées, au grand soulagement du citoyen. Mais là nous ne parlons pas des citoyens de la commune d’Alger-Centre, qui, eux, continuent à manger leur pain noir dans ce domaine.

C’est ainsi que si vous veniez à renouveler votre passeport, on vous demandera de fournir une multitude de documents, parmi lesquels le fameux 12 S que vous aviez, pourtant, fourni au moment où vous aviez établi un tel document la première fois. Pire, si entre-temps vous avez apporté des modifications à votre nom par voie judiciaire et que l’APC en a pris compte pour les enregistrer, on vous demandera d’apporter les documents corrigés, mais aussi la décision de justice, pourtant remise à votre APC d’origine. Cela signifie que l’on cherche à vous compliquer la vie, au moment où le ministère de tutelle demande à ne pas trop embarrasser de paperasse la population.

37 migrants clandestins algériens arrêtés en Espagne

La garde civile espagnole a intercepté, samedi dernier, 37 migrants algériens, dont deux groupes de 5 et 12 personnes ont réussi à atteindre la terre ferme. Les deux autres groupes, composés de 9 et 12 clandestins algériens, ont été repérés lors de la traversée dans les eaux territoriales espagnoles.

Les 37 migrants ont embarqué, selon des sources sécuritaires, à partir des plages de l’Ouest et seront refoulés une fois les procédures administratives achevées. Avant-hier, les gendarmes d’Oran ont démantelé un réseau de 18 passeurs de harraga à Kristel. Des moteurs d’embarcations pneumatiques et des jerricans de carburant ont été récupérés à la suite de cette arrestation.

Le SOS d’une victime d’une erreur médicale

Opérée quatre fois au CHU Frantz Fanon de Blida pour relâchement pelvien et du sphincter anal, ainsi que d’un décalage de la vessie, ces interventions chirurgicales ont malheureusement compliqué davantage le cas de Fatima, 50 ans, divorcée et sans ressources. Lors de son premier et unique accouchement, il y a une vingtaine d’années, une sage-femme a eu recours au forceps sans avis médical, et c’est là qu’ont commencé ses ennuis de santé.

Elle souffre notamment d’une incontinence urinaire et d’une constipation chronique. Son cas social fragilise davantage sa santé. Ses mains sont déformées à cause d’une polyarthrite rhumatoïde aiguë et d’une arthrose, les os de son corps connaissent une baisse sensible de densité, ce qui peut lui causer des fractures à n’importe quel moment, elle souffre aussi d’une anémie inflammatoire, d’une inflammation du colon, d’un ulcère…

« Le fait de rester assise ou debout me donne des douleurs atroces, et cet handicap me prive de travailler et de vivre le plus normalement du monde», regrette-t-elle. Des médecins lui ont conseillé des hôpitaux étrangers pour espérer une amélioration de son cas. Pour l’aider, contactez-le : 0551 78 73 81.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé On vous le dit
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair