formats

On vous le dit

Publié le 24/01/2017, par dans Non classé.

– Un boulanger et son fils meurent par asphyxie à Chabet El Ameur (Boumerdès)

Un père de famille et son fils âgé de 17 ans ont été retrouvés morts, hier à l’aube, dans leur boulangerie au village Matoussa, dans la commune de Chabet El Ameur, à 40 km à l’est de Boumerdès. Selon une source locale, les victimes seraient décédées suite à l’inhalation de monoxyde de carbone. « Elles ont laissé un fourneau allumé pour se réchauffer puis ont plongé dans un sommeil profond et inhalé ce gaz incolore et inodore», précise un habitant de la région. Selon lui, une autre personne, membre de la même famille, a été sauvée in-extremis par les éléments de la Protection civile.

Ce drame, qui a suscité émoi et consternation parmi la population locale, est le premier du genre dans toute la wilaya depuis le début de l’hiver. Il est à rappeler que pas moins d’une cinquantaine de cas de décès par asphyxie ont été enregistrés à travers le pays durant ces deux derniers mois. Que faire pour éviter ce genre de drame à l’avenir ? Certains citoyens préconisent la multiplication des campagnes de sensibilisation sur les dangers du gaz, d’autres plaident pour le renforcement des mesures de contrôle des équipements de chauffage importés.

– Les techniques d’habillage cache-misère, c’est révolu à Tiaret !

Présentées durant les années fastes comme recours ultimes aux malfaçons, « les techniques d’embellissement des équipements publics, notamment l’habillage à l’allucobande c’est fini ! » C’est ce qu’a déclaré le chef de l’exécutif local de Tiaret, Abdeslam Bentouati, en marge du dernier conseil de wilaya consacré à l’état d’avancement de deux importants projets ferroviaires. Austérité oblige, « ces cache-misère, c’est révolu», a-t-il asséné. Présentant un caractère avenant grâce à l’emploi de matériaux spéciaux, notamment l’aluminium, les aspects hideux étaient carrément cachés, mais les opérations étaient tout aussi coûteuses…

– Les numéros verts de la police de plus en plus sollicités

Dans le cadre de l’exploitation des numéros verts 15/48 et 17 Police secours, les services de la sûreté de wilaya de Tizi Ouzou ont enregistré au titre de l’année 2016, 3350 appels au 15/48, et 2547 au 17 police secours. C’est ce qu’a indiqué, hier, la cellule de communication de la sûreté de wilaya dans un communiqué de presse.

Ces appels ont trait à des demandes d’intervention, de signalisation d’accidents de la route, à des rixes sur la voie publique, ainsi qu’à des demandes de renseignements ou d’orientation, a-t-on précisé. Cette contribution citoyenne a permis de traiter plusieurs affaires, a ajouté la même source.

– Les conducteurs de bus responsables de 3% des accidents de la route

Le chargé des activités au Centre national de la prévention et de la sécurité routière, Ahmed Naït Hocine, a annoncé, hier à Alger, que les conducteurs de bus de transport de voyageurs étaient responsables de 3% des accidents de la circulation survenus en 2016, qui ont provoqué le décès de 3992 personnes.

Les statistiques réalisées par les services de la Gendarmerie nationale et de la Protection civile sur le type de véhicules impliqués dans les accidents de la circulation révèlent que les conducteurs de bus de transport de voyageurs en sont les auteurs avec un taux de 3%, a déclaré Naït Hocine à la presse à l’occasion du lancement de la campagne nationale de sensibilisation en direction des conducteurs concernés. Il a précisé, à ce propos, que « même si le taux reste faible, les conséquences sont, elles, désastreuses au regard du nombre de décès, notamment à bord des bus faisant de longs trajets», estimant nécessaire de « rappeler la responsabilité qui leur incombe».

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé On vous le dit
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair