formats

On vous le dit

Publié le 17/12/2016, par dans Non classé.

Bientôt des barges flottantes dans les barrages à Tipasa

L’idée de l’ex-ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, émise depuis quelques années à Damous, vient de se concrétiser en cette fin de 2016. En effet, les opérateurs algériens, Alieco, une filiale de l’ENCC, et l’ANBT, viennent de signer un contrat pour l’étude et la construction de barges flottantes. Dans le contexte particulier que vit notre pays, l’ANBT avait porté son choix sur Alieco, qui assure l’étude, la fabrication, le montage, l’expertise, la maintenance et le service après-vente pour ce matériel made in Algeria, incontournable pour les barrages. Cet équipement destiné au désenvasement des barrages sera donc construit en Algérie avec un taux d’intégration de 70%. Le coût d’une seule barge flottante équipée avoisine 1,3 milliard de dinars. La commodité pour les déplacements de cet engin d’un barrage à un autre est prise en charge. La dernière barge flottante, destinée au dragage des barrages, a été importée de Hollande en 2010. La drague importée aura coûté pas moins de 8 millions d’euros.

L’ANBT s’est engagée déjà pour l’achat de 3 barges flottantes avec l’ensemble de leurs équipements, afin de pouvoir lutter contre l’envasement des barrages. L’entreprise publique Cosider avait pris en charge les travaux de réalisation du barrage de Kef Eddir (Tipasa) après le départ du groupement d’entreprises italiennes Pizzaroti/Todini en 2011. Elle a achevé 10 barrages, tandis que 6 autres sont en cours de réalisation par cet opérateur. Selon un cadre de l’ANBT, le barrage de Kef Eddir, d’une capacité de 125 millions de mètres cubes, est un véritable joyau construit au sein d’un relief naturel magnifique. Le versant est très boisé. « Nous menons des opérations de déboisement dans les parties basses pour que les arbres ne soient pas noyés sous les eaux et ne pourrissent pas l’eau du barrage, bien que le traitement de l’eau se fasse en aval», nous déclare un haut cadre de l’ANBT. Les perspectives s’annoncent prometteuses pour Alieco, l’ANBT et Cosider.

L’hommage de Condor à la culture

Condor Electronics, fabricant algérien de produits électroniques, électroménagers et multimédias, a sponsorisé la deuxième édition du Grand Prix Assia Djebar du roman. C’est l’une des plus prestigieuses distinctions littéraires, dans la catégorie « roman» en Algérie, dans les deux langues nationales : arabe et tamazight, ainsi qu’en langue française. Condor Electronics se présente comme une marque citoyenne engagée et déterminée à faire de ses produits une référence sur les marchés locaux, mais aussi internationaux. Avec ce soutien, l’entreprise récompense l’écriture et rend hommage à la pluralité linguistique de l’Algérie, mais aussi à l’écrivaine et académicienne Assia Djebar, qui a donné ses lettres de noblesse à la littérature algérienne dans le monde entier.

Potentialités ou produits touristiques ?

Abdelouahab Nouri, ministre de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Artisanat, a insisté, jeudi à Annaba, sur la valorisation des potentialités du secteur touristique national en les transformant en produits répondant aux normes internationales et à la portée du touriste algérien. Il a présidé, à l’occasion de ce déplacement, une cérémonie de signature d’un accord de partenariat entre l’ONAT, l’établissement de gestion touristique, et les deux hôtels, Sabri et Orient, pour la promotion de services et produits touristiques. Dans ses différentes haltes, le ministre a insisté sur la formation du personnel de gestion des établissements hôteliers. Les observateurs de l’évolution du secteur touristique soulignent que même si les visites ministérielles ont leur importance, il faut plus d’actions et moins d’agitation, plus d’effets et moins d’annonces.

Reprise du téléphérique de Chréa

Une grande joie a accompagné, jeudi, la réouverture du téléphérique reliant la ville de Blida au Parc national de Chréa, sur une distance de 7,2 km, après un arrêt d’activité de plus de 3 années. Il est classé parmi les plus longs téléphériques au monde et premier à l’échelle africaine. Les citoyens étaient nombreux à exprimer ouvertement leur souhait de ne plus vivre des pannes similaires à l’avenir et que les travaux de maintenance soient permanents, afin d’éviter des pannes . Selon des étudiants, la télécabine leur évitera de prendre les transports pour rejoindre Chréa, une région où ils ont habitude de passer leur week-end pour pouvoir déstresser après une semaine de cours. Un contrôle régulier pour éviter de futures pannes. 18 experts internationaux ont assuré les travaux de maintenance nécessités au niveau des stations de ce téléphérique, en accordant une priorité à la sécurité des voyageurs. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé On vous le dit
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair