formats

On vous le dit

Publié le 12/11/2016, par dans Non classé.

Des promotions et un hommage aux retraités des Douanes de Chlef

Dans le sillage des festivités du 62e anniversaire du déclenchement de la guerre de Libération nationale, la direction régionale des Douanes de Chlef a organisé, mercredi dernier au centre culturel islamique de Chlef, une journée commémorative en collaboration avec la direction des moudjahidine. Y ont pris part, outre le directeur régional et des cadres de cette institution, un représentant de la direction des moudjahidine, ainsi que les responsables et fonctionnaires des inspections divisionnaires des Douanes de Chlef, Mostaganem et Tiaret. A ce titre, l’assistance a suivi avec intérêt une conférence sur la Révolution algérienne, animée par le professeur à l’université Hassiba Ben Bouali de Chlef, Dr Belazouz Larbi. Derrière lui, était accroché au mur le portrait de l’héroïne chahida Hassiba Ben Bouali, native de Chlef. L’orateur est revenu notamment sur les massacres et exactions commis par l’armée coloniale à travers le pays et dans la région du Cheliff. Il a cité, à ce propos, les enfumades de populations civiles du Dahra, de Guerboussa et de Sobha, tout en mettant en relief les lourds sacrifices consentis par le peuple algérien pour le recouvrement de son indépendance. Ensuite, et en exécution du plan stratégique des Douanes algériennes 2016-2019 , il a été procédé à la promotion sur titre d’une trentaine d’agents des Douanes au grade d’inspecteur principal. Ceux-ci exercent à la direction régionale de Chlef et dans les trois inspections divisionnaires de Mostaganem, Tiaret et Chlef. Les responsables de la direction régionale des Douanes se sont rendus, dans l’après-midi, au domicile du moudjahid et retraité des Douanes, Bouras Mohamed, afin de l’honorer pour services rendus. Un geste qui a été vivement apprécié par l’intéressé et sa famille.

La rougeole tue encore des centaines de personnes chaque jour

Malgré une diminution de 79% de la mortalité rougeoleuse entre 2000 et 2015, près de 400 enfants meurent chaque jour de la maladie, note un rapport publié jeudi par des agences onusiennes. Selon le rapport publié par le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Alliance pour les vaccins GAVI et les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), les campagnes de vaccination massives contre la rougeole et une augmentation globale de la couverture vaccinale contre la rougeole ont permis d’épargner quelque 20,3 millions de jeunes vies entre 2000 et 2015. Mais les progrès ont été inégaux. En 2015, environ 20 millions de nourrissons ont manqué leur vaccin contre la rougeole et environ 134 000 enfants sont morts de la maladie. La République démocratique du Congo, l’Ethiopie, l’Inde, l’Indonésie, le Nigeria et le Pakistan représentent la moitié des enfants non vaccinés et 75% des décès dus à la rougeole. « Il n’est pas acceptable que des millions d’enfants manquent leur vaccin chaque année. Nous avons un vaccin sûr et très efficace pour arrêter la propagation de la rougeole et sauver des vies», a déclaré le directeur du Département de l’immunisation, des vaccins et des produits biologiques de l’OMS, le Dr Jean-Marie Okwo-Bele, cité par un communiqué conjoint.

100 fontaines embellissent la capitale

Une centaine de fontaines embellissent les communes de la capitale. Nouvelles ou anciennes, ces œuvres esthétiques fonctionnent en circuit fermé faisant circuler l’eau en continu en vue d’éviter le gaspillage de cette matière vitale, a indiqué un responsable à la wilaya d’Alger. Plusieurs communes ont bénéficié de projets de construction de fontaines en vue d’embellir les grands axes de la capitale, a précisé le conseiller du wali d’Alger chargé de l’urbanisme et des espaces verts, Mohamed Maâchouk, ajoutant que ces projets s’inscrivent dans le cadre de l’embellissement des villes et des programmes stratégiques de la wilaya d’Alger 2012-2035. Erigées au niveau des accès de la capitale et de ses plus grandes communes, comme Kouba, Sidi M’hamed, Hussein Dey, Bab El Oued, Alger-Centre et El Mohammadia, ces fontaines, de formes différentes, comportent un ou plusieurs bassins et des jets d’eau, à l’instar de celle en forme de bateau au niveau de l’autoroute reliant l’est d’Alger au centre de la capitale. Ces bassins sont gérés par l’atelier de gestion urbaine de la wilaya d’Alger qui en assure l’entretien, a précisé le même responsable, expliquant que l’eau utilisée dans les fontaines n’est pas potable mais destinée à l’irrigation. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé On vous le dit
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair