formats

On vous le dit

Publié le 06/10/2016, par dans Non classé.

– L’université Abou Bakr Belkaïd de Tlemcen dans le top 1000

Le campus Abou Bakr Belkaïd vient d’être classé 952e au niveau mondial. C’est la seule université du pays qui a l’honneur de figurer dans le top 1000 mondial, dépassant ainsi plusieurs universités européennes, arabes et maghrébines. C’est ce qu’a publié pour son classement 2016 le Centre des classements mondiaux des universités (Center for world university Rankings, CWUR) qui recense les 1000 meilleures universités du monde entier.

Les critères pris en compte pour ledit classement sont « les citations, publications, influence, impact et brevets déposés, l’enseignement, la recherche, la visibilité internationale ainsi que certains ratios, comme le nombre d’étudiants par enseignant, le ratio femme/homme, les étudiants étrangers, etc.,», selon le professeur Abderrezak Benhabib, directeur du laboratoire du management des entreprises et du capital social (MECAS) de l’université de Tlemcen.

Au niveau africain, Tlemcen est au 25e rang. L’université Abou Bakr Belkaïd compte 43 000 étudiants, dont plus de 500 de 18 nationalités étrangères, principalement des ressortissants africains. Les trois meilleures universités au niveau mondial sont américaines : U Oxford GB, California Ins-titute of Technology et Stanford U.

– Le responsable de la kasma des moudjahidine de Tiaret refoulé

Le secrétaire général de l’Organisation nationale des moudjahidine de Tiaret a été empêché de présenter ses condoléances à la famille de feu Hadj Ahmed Belkhodja décédé dimanche à l’âge de 85 ans. Les frères du défunt, chagrinés par l’indifférence affichée à l’endroit de leur frère jusqu’alors alité depuis longtemps, se sont énergiquement interposés pour barrer l’accès au domicile mortuaire à Chettah Djelloul. N’eut été l’interposition de certains sages, l’altercation allait prendre une mauvaise tournure.

Hadj Ouadhah de même que Amara Belkhodja disent être « outrés par le comportement scandaleux de la part de cette organisation qui n’existe que par la grâce d’authentiques moudjahidine», dont le défunt Hadj Ahmed, auteur de deux attentats durant la glorieuse Révolution de novembre 1954. « Pourquoi ignorer un malade, de surcroît un valeureux moudjahid et venir se lamenter le jour de sa mort», se sont demandés les Belkhodja.

– L’Inde place un pigeon présumé djihadiste en détention

Le volatile portait un message en ourdou proférant des menaces contre l’Inde. Venu du Pakistan, il est désormais sous les verrous. Jusqu’où ira le conflit indo-pakistanais, qui renaît à la suite d’une série d’incidents sur la LoC, la frontière qui sépare les deux puissances nucléaires et qui est l’une des plus militarisées au monde ?

La question est très sérieuse, mais la réponse pour l’heure semble l’œuvre des Marx Borthers. C’est en effet un pigeon qui a été placé en détention par les autorités indiennes. Le crime du volatile ? Il était porteur d’une lettre de menaces contre New Delhi. Le volatile, qui portait un message en ourdou accroché à la patte, a été découvert par la police des frontières dans la ville de Pathankot, au Pendjab indien. C’est à ce même endroit que l’attaque d’une base militaire indienne par des insurgés basés au Pakistan avait fait sept morts en janvier dernier.

– Antenne administrative cherche agents désespérément à Boufarik

L’antenne administrative « côté ouest» de la cité Jésuite, censée rapprocher le citoyen de son lieu de résidence à l’APC et qui permettra ainsi aux résidants de la cité d’avoir les documents administratifs nécessaires, sans se déplacer au siège de cette dernière, est malheureusement dépourvue d’agents administratifs pour subvenir aux besoins des citoyens de cette cité. Cette annexe connaît des perturbations depuis déjà des mois au niveau des prestations pour l’obtention d’un document, seule la déléguée communale s’y trouve chaque matin, confrontée aux multiples problèmes de ces derniers.

Rencontrée au milieu d’une foule, elle nous confie : « Je suis seule avec le gardien, je n’arrive pas à faire le travail seule, avant il y avait cinq préposés au guichet, deux sont partis en retraite, deux ont changé de service et pour le dernier, son contrat de préemploi a expiré, j’ai formulé plusieurs doléances auprès du premier responsable, mais elles sont restées sans suite.» Cette situation perdure et le citoyen souffre. A quand une résolution pour des milliers d’habitants pénalisés faute de recrutement ? Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé On vous le dit
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair