formats

On vous le dit

Publié le 30/06/2016, par dans Non classé.

Chlef : Oued Goussine récupère ses centres de vacances

La paisible localité côtière de Oued Goussine, située à mi-chemin entre Ténès et Beni Haoua,se prépare activement à accueillir les estivants dans de bonnes conditions. L’APC s’attelle,en effet, à renforcer les capacités d’hébergement et les structures d’accompagnement le long des belles plages de Boucheral et de Doumia. C’est ainsi qu’il a été décidé de récupérer les biens communaux (centres de vacances et points de libre-service) qui étaient à l’abandon ou faiblement exploités sans contrepartie financière pour la commune.

« Nous avons pu récupérer trois centres de vacances et une dizaine de buvettes que nous allons louer par adjudication. La procédure est en cours et nous espérons que cela aboutira avant les départs en vacances», a déclaré le nouveau maire, Benaïssa Zitoufi, qui a repris les commandes de l’APC depuis février dernier, suite au limogeage par la wilaya de son prédécesseur. Il faut savoir que ces structures sont situées dans la célèbre station balnéaire de Boucheral, qui est très fréquentée en été. L’autre site touristique de Doumia, à l’est du siège de la commune, n’est pas en reste, puisqu’il a fait l’objet d’une vaste opération de nettoyage des plages, en plus de la construction d’un poste de gendarmerie, annonce le P/APC. Et d’ajouter que la municipalité a fait un effort particulier pour approvisionner en eau potable les sites en question et la population locale, et ce, à partir des forages en exploitation à Boucheral. Il espère néanmoins que l’AEP sera renforcée à partir de la nouvelle station de dessalement monobloc de Beni Haoua mise en service récemment .

Les CET saturés à Blida

Même s’il programme régulièrement des sorties sur le terrain pour s’enquérir de l’état d’avancement de certains projets, Abdelkader Bouazgui, wali de Blida, semble oublier un secteur important, celui de l’environnement. Et pour cause, deux véritables catastrophes écologiques sont signalées au centre d’enfouissement technique de Soumaâ et de Mouzaïa. Les deux CET sont saturés et reçoivent des quantités d’ordures, parfois toxiques, au-dessus de leur capacité. Le problème d’éboulement au niveau de ces deux décharges et la pollution des terres agricoles environnantes à travers le lixiviat ne cessent d’inquiéter plus d’un. Dernièrement, des citoyens habitant non loin du CET de Mouzaïa sont sorties dans la rue pour dénoncer la pollution et les mauvaises odeurs qui se dégagent du centre en question. Le CET de Soumaâ pollue la nouvelle cité AADL de Bouinan. Une visite du wali sur place peut dévoiler beaucoup d’anomalies et de dépassements…

Quartier Ben Boulaïd à Blida sans eau

Depuis le début du mois de Ramadhan, les habitants du quartier Ben Boulaïd à Blida sont sans eau. Les citoyens souffrent durant la canicule, ils sont alimentés en eau trois heures par jour. Ils redoutent que l’indisponibilité de l’eau perdure encore. Le comble est que cette désolante situation se passe près du siège de la wilaya de Blida

Le message du Vatican à l’occasion du Ramadhan

Le président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, le cardinal Jean-Louis Tauran, a adressé un message aux musulmans à l’occasion du Ramadhan et de l’Aïd El Fitr, dans lequel il les appelle à « travailler» avec les chrétiens afin de « venir au secours des victimes des conflits et de la violence» et ceux qui « sont dans le besoin». « Quand nous regardons l’humanité d’aujourd’hui, nous éprouvons de la tristesse à cause des nombreuses victimes des conflits et de la violence. Nous pensons ici, en particulier, aux personnes âgées, aux enfants, aux femmes et spécialement à ceux qui sont en proie au trafic des êtres humains. Nous pensons aussi à tous ceux, nombreux, qu’affligent la pauvreté, la maladie, la dépendance, les catastrophes naturelles et le chômage», est-il écrit dans le message ayant pour thème « Chrétiens et musulmans: bénéficiaires et instruments de la miséricorde divine».

Le cardinal a estimé que « face à ces réalités, nous ne pouvons fermer les yeux ou détourner notre regard de ces souffrances», déclarant « vital que tous œuvrent ensemble pour venir au secours de ceux qui sont dans le besoin, indépendamment de leur appartenance ethnique ou religieuse». « Ainsi, nous obéissons à un commandement important dans nos religions respectives, nous manifestons de la sorte la miséricorde de Dieu et nous offrons, en tant qu’individus et en tant que communautés, un témoignage plus crédible de nos convictions», a-t-il poursuivi.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé On vous le dit
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair