formats

On vous le dit

Publié le 23/04/2016, par dans Non classé.

Changement ou juste des têtes qui tombent ?

Azouaou Mehmel, PDG d’Algérie Télécom, a été limogé. Depuis sa nomination en tant que ministre de la Poste et des TIC, Houda-Imane Faraoun a « mis fin aux fonctions», pour reprendre la terminologie du ministère, de plusieurs dirigeants du secteur public. Cela a commencé par l’Agence nationale des parcs technologiques (ANPT), Algérie Poste, puis Algérie Télécom Satellite (ATS), Mobilis et Algérie Télécom, où Azouaou Mehmel était en poste depuis 2012. Curieusement et à chaque fois on ne précise jamais la cause de ces changements. Il a été remplacé par Mohamed Sbaâ, qui est responsable des transmissions au sein d’Algérie Télécom à titre d’intérimaire, bien sûr. Houda-Imane Faraoun est-elle venue pour opérer de substantiels changements ou pour faire tomber des têtes ? L’identité du successeur confirmé nous donnera une indication.

Les petites foulées d’Iris

Placée sous le haut patronage du ministère de la Jeunesse et des Sports, la société Iris organise, pour la première fois, une course de 10 km sous le nom d' »Iris Run Sétif». Cet événement aura lieu le 14 mai sur les principaux boulevards de la ville. Le départ et l’arrivée se feront devant le siège de la wilaya. Les inscriptions se feront en ligne et les participants pourront enregistrer leur nom via le site web de l’agence Pro Organisation (www.prorganisation.com) mais aussi via la page Facebook de la marque www.facebook.com/irisAlgerie. Pour cette épreuve de masse, cinq catégories d’âge seront concernées, à savoir les 18 – 30 ans, les 31 – 40 ans, les 41 – 50 ans, les 51 – 60 ans, mais aussi les 61 ans et plus. L’Iris Run Sétif ne concernera pas uniquement les coureurs natifs de Sétif, mais est ouvert aux coureurs des différentes wilayas. A cet effet, La direction de la jeunesse et des sports de Sétif assurera l’hébergement des participants résidant hors de Sétif.

Campagnes de sensibilisation à la veille de l’été

Consciente de l’apport des actions à entreprendre en amont, notamment sur le plan préventif et les résultats obtenus à travers l’organisation des campagnes de sensibilisation et d’information de proximité ayant touché les wilayas côtières et d’autres de l’intérieur durant les années précédentes, une campagne de sensibilisation nationale sera lancée par la Protection civile. Elle aura lieu au cours du mois de mai à travers l’ensemble du territoire national et concernera les dangers de la mer, la prévention des feux de forêt et de récoltes, ainsi que les risques liés à l’envenimation scorpionique et les accidents de la circulation qui connaissent, par ailleurs, des pics en période estivale. S’étalant sur une vingtaine de jours, les citoyens en général, et les enfants en particulier, bénéficieront de toutes les informations nécessaires quant à la réduction des risques.

171 pays réunis pour signer l’accord sur le climat

Au moins 171 pays se sont réunis vendredi à New York pour signer un accord international destiné à ralentir le réchauffement de la planète, avec l’espoir de maintenir l’élan donné par la Conférence de Paris en décembre. « C’est un moment d’histoire», a déclaré à l’ouverture de la séance de signature le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. « Jamais auparavant un aussi grand nombre de pays n’avait signé un accord international en une seule journée», a-t-il ajouté. Le président français François Hollande a appelé le monde à traduire l’accord en « actes», et souhaité que l’Union européenne « donne l’exemple» en ratifiant l’accord de Paris « d’ici la fin de l’année». Une soixantaine de chefs d’Etat et de gouvernement étaient présents au siège de l’ONU pour cette signature. Mais les dirigeants de pays grands pollueurs, le président américain Barack Obama, son homologue russe Vladimir Poutine, ou encore le Premier ministre indien Narendra Modi n’étaient pas là.

La présidente du Brésil Dilma Rousseff, menacée de destitution, a fait le voyage. Elle devrait en profiter pour dénoncer devant ses pairs le « coup d’Etat» dont elle s’estime victime de la part du Parlement brésilien. A proximité du siège de l’ONU, quelques dizaines de personnes ont manifesté bruyamment vendredi matin en sa faveur, réclamant d' »arrêter le coup». « Nous demandons la démocratie», « Dilma est ma présidente», scandaient-ils. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé On vous le dit
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair