formats

On vous le dit

Publié le 18/04/2016, par dans Non classé.

La BRI de Tizi Ouzou intervient contre « Tombouctou»

Dans le cadre de la lutte contre le commerce illicite de boissons alcoolisées et les lieux de débauche et de prostitution, les forces de police de la brigade de recherche et d’investigations (BRI) de la sûreté de wilaya de Tizi Ouzou ont effectué une opération dans la nuit du 11 au 12 avril, ciblant un local de vente illicite de boissons alcoolisées, servant également de lieu de débauche connu sous l’appellation « Tombouctou», sis à Mechtras, sur la RN30.

Lors de cette opération, il a été procédé à l’arrestation de 7 hommes, dont le tenancier des lieux, et 24 femmes, et à la saisie d’une quantité de près de 700 bouteilles d’alcool et d’une somme d’argent, produit de la vente, a indiqué la cellule de communication de la sûreté de wilaya dans un communiqué. Présentés au parquet de Draâ El Mizan le 13 avril pour vente illicite de boissons alcoolisées, création d’un lieu de débauche et prostitution et dégradation de biens de l’Etat, 4 hommes et 6 femmes ont été mis en détention préventive et les autres ont été cités à comparaître.

Tipasa s’écrit avec un S

Les panneaux de signalisation routière dans la wilaya de Tipasa sont différents. En effet, nous relevons que Tipasa s’écrit avec la lettre S et dans d’autres cas avec la lettre Z. Néanmoins, en arabe, Tipasa s’écrit avec la lettre Z. En se référant aux archives, nous relevons une précision de taille. Le 24 décembre 1921, le conseil municipal de cette commune côtière avait décidé, par une délibération, de l’écriture du nom de Tipasa. Cette délibération avait été approuvée par le décret n°55 du 22 août 1929, que l’orthographe du nom de cette localité qui suscite l’inspiration serait désormais Tipasa avec un S au lieu de Tipasa avec la lettre Z.

Forte baisse de la criminalité à Chlef

Le bilan de la gendarmerie de Chlef, pour le premier trimestre 2016, fait ressortir une forte baisse de la criminalité par rapport à la même période de 2015. Il n’y a eu, par exemple, que 29 affaires liées au crime organisé contre 38 durant l’exercice écoulé. Cela est le résultat notamment du déploiement continu des unités d’intervention en différents points de la wilaya, a indiqué le commandant du groupement territorial de la gendarmerie de wilaya, le lieutenant-colonel Kebaïli Mohamed-Réda, lors d’un point de presse qu’il a animé, hier, en présence du chef d’état-major et des officiers supérieurs de l’institution. Il a fait savoir que ses éléments sillonnent régulièrement les lieux considérés comme des zones de criminalité, notamment à Chlef, Oued Sly et Ténès. Une opération qui s’est soldée par l’arrestation de 216 personnes qui étaient recherchées par la justice pour divers crimes et délits. Il a, à ce propos, mis en relief le rôle de la cellule d’identification de la gendarmerie, qui travaille en étroite collaboration avec l’Institut national de criminalistique et de criminologie de Bouchaoui, à Alger. D’une manière générale, la tendance est à la baisse concernant le crime organisé, le crime ordinaire, l’immigration clandestine, les délits économiques et les accidents de la route.

Le Care se penche sur le « nuage informatique»

Le Cercle d’action et de réflexion autour de l’entreprise (CARE) organise aujourd’hui sa 6e matinale à l’hôtel Hilton (Alger) consacrée au « Cloud et systèmes de reprise d’activités après incident». Elle sera animée par Zine Seghier, fondateur et directeur général de www.issal.dz, premier ISP spécialisé dans les services Cloud dans la région du Maghreb. Si le monde professionnel est un peu en retard en la matière, l’utilisation du Cloud (nuage informatique) est naturelle dans nos vies privées à travers les réseaux sociaux, le streaming, le stockage de nos photos, nos emails, nos smartphones. Bref, toutes nos données y sont stockées. C’est notre méga mémoire ! L’économie du numérique est indissociable des données, de leur traitement, de leur stockage, de leur transport, de leur protection. Les entreprises doivent commencer à penser leur informatique dans une ère où le « tout-connecté» est simplement indispensable à leur survie. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé On vous le dit
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair