formats

«On se marie en Algérie pour plusieurs raisons sauf pour soi-même»

Publié le 08/07/2017, par dans Non classé.

– Pourquoi se marie-t-on en Algérie ?

Si l’on se réfère à la définition la plus logique du mot mariage, on pourrait dire que le mariage est une structure faite pour assurer un terrain propice à la procréation. C’est cette structure qui diffère et peut être construite pour un intérêt financier, familial, social ou autre. Mais la beauté et tout le secret de la réussite ou pas de cette structure est l’attachement. Un élément-clé qui dépasse le seuil du simple amour mais qui malheureusement est difficilement trouvable dans notre société. La cause : l’Algérie est un pays particulier. Nous vivons dans une société tabouisée qui a souffert durant de longues périodes de différents maux.

Je citerai celui de la colonisation. Durant cette longue période, les Algériens vivaient le déni où ils étaient considérés plus proches des animaux que des êtres humains, encore moins des citoyens. Elle fut suivie par celle de la post-indépendance caractérisée par plusieurs mutations, mais aussi énormément d’interdits. Comme si ces deux épisodes dans la vie de la société algérienne ne suffisaient pas, la période du terrorisme est venue mettre le chaos pour finir aujourd’hui dans une totale anarchie.

Dans une société qui a vécu toutes ces épreuves, il est impossible qu’une fille ou un jeune homme se développent sainement. Sans exagération aucune, nous sommes face à une société de névropathes qui ne fait que transmettre la souffrance et la frustration de génération en génération. En réponse à la question initiale, on se marie en Algérie pour plusieurs raisons, sauf pour soi-même.

– Comment pouvez-vous expliquer le fait que la femme prenne le monopole de tout dès l’annonce d’un projet de mariage ?

La femme, qui dans un temps record a réussi à changer son statut dans la société, ne trouve toujours pas de moyen pour s’exprimer à son aise que dans ces fêtes pratiquement féminines.

Même si elle a évolué dans la société, qu’elle travaille et qu’elle s’impose plus ou moins dans sa sphère sociale, la femme subit à ce jourla pression de son entourage qui continue à la rabaisser malgré sa réussite au moment où il sacralise presque l’homme même dans sa médiocrité. Cette distorsion sociale fait que la femme ne rate aucune occasion pour s’affirmer et sortir de la peau de la soumise imposée par la société. Parmi ces occasion, le mariage où elle impose ses règles même sur les autres femmes.

Elles prennent les rênes de tous les préparatifs et osent faire taire toute personne qui s’interfère dans ce laps de liberté et de domination, même s’il s’agit des personnes directement intéressées par ce contrat de mariage, à savoir les futurs mariés. C’est également la raison qui fait que la mariée voit en ce contrat de mariage une porte de sortie de la soumission qu’elle subit et espère prendre les commandes de sa nouvelle vie.

– A quel degré les critères fixés par la société sont-ils solides pour faire d’un mariage une réussite ?

Je ne pourrais donner un degré bien précis étant donné qu’il faut de grandes enquêtes profondes de la société pour mieux comprendre et bien le déterminer. Toutefois, la chose qui est sûre, un mariage fait pour le plaisir des autres est une véritable catastrophe. Plusieurs cas que je traite en sont la preuve patente. Il n’y a pas d’autre base pour un mariage réussi que l’attachement. Sans cet élément, toutes les autres choses qui ont fait que ce contrat de mariage soit contracté, à savoir la beauté physique, l’argent ou la bénédiction de la famille vont devenir des facteurs d’explosion ou d’implosion de ce noyau.

L’échec, même s’il n’est pas prononcé par le divorce, sera au rendez-vous. Je tiens juste à préciser que la bénédiction de la famille est importante, mais elle ne doit en aucun cas être un élément-clé dans le choix de son partenaire pour une vie commune à laquelle la famille ne fera part que dans son aspect général.

Le quotidien d’un couple n’est centralisé qu’autour des deux époux qui devront être attachés l’un à l’autre non pas dans un principe dominant-dominée, mais plutôt dans la complémentarité, la tendresse et la compréhension pour pouvoir fonder un foyer propice à la procréation d’enfants dans milieu sain, et surtout faire face ensemble aux différents tourments de la vie. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «On se marie en Algérie pour plusieurs raisons sauf pour soi-même»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair