formats

On accuse trop le Ramadhan

Publié le 18/05/2018, par dans Non classé.

– Comme chaque année, changement des horaires de travail par la Fonction publique : on travaillera 7 heures, mais officiellement…

L’une des plus anciennes préoccupations en matière de législation du travail a été la réglementation de la durée du travail. La toute première convention de l’OIT, qui remonte à 1919, limitait la durée du travail et prévoyait des périodes de repos appropriées pour les travailleurs. La durée légale de travail est une règle d’ordre public qui porte essentiellement sur la fixation du volume horaire maximal de la journée de travail, de la semaine de travail, de l’année de travail ainsi que des dérogations à ces plafonds.

La durée légale du travail est une durée de référence et constitue un seuil juridique qui concerne tout aussi bien les organismes employeurs du secteur économique que les institutions et administrations publiques. Sa fixation par les pouvoirs publics vise un double objectif. Le premier renvoie à la santé physique et morale des travailleurs.

En effet, il a été démontré que le risque d’accident du travail est important là où la durée du travail est longue. Le second concerne l’économie du pays dans la mesure où la modulation du volume horaire de travail constitue un des moyens de lutte contre le chômage. La semaine de 40 heures doit être répartie sur au moins cinq jours ouvrables.

C’est ainsi qu’on peut avoir les combinaisons suivantes : une semaine de cinq jours ouvrables, soit 5 joursx8 heures ; Une semaine de cinq jours ouvrables avec 4 joursx9 heures plus un jour de 4 heures ; une semaine de six jours ouvrables avec 5 joursx7 heures + un jour de 5 heures.

On ne peut en aucun cas répartir la durée hebdomadaire sur sept jours car le travailleur a droit au moins à un jour de repos complet durant la semaine. Il est fait obligation à l’organisme employeur, dans le cas où les horaires sont effectués de façon continue, d’aménager un temps de pause dont la durée ne doit pas dépasser une heure. Dans ce cas, une période d’une demi-heure est comptabilisée comme durée effective de travail.

La durée légale du travail peut être réduite ou augmentée. Elle peut être augmentée pour certains postes comportant des périodes d’inactivité. Elle peut être réduite pour les personnes occupées à des travaux pénibles et dangereux ou impliquant des contraintes sur le plan physique ou nerveux comme elle peut être réduite carrément par l’organisme employeur, à sa convenance, la loi ne parle que de plafonds en matière de durée légale du travail.

– Une mesure qui ne concerne pas forcements le secteur public et quelques autres secteurs…

Le secteur économique public ou privé est régi par des procédures différentes. Dans ce secteur, les employeurs doivent respecter les dispositions légales de la durée du travail, de repos et des congés des salariés. Un accord collectif d’entreprise ou d’établissement ou, à défaut, une convention ou un accord de branche peut définir les modalités d’aménagement du temps de travail et organiser la répartition de la durée du travail.

L’absence d’accord collectif applicable à l’entreprise ne prive pas l’employeur de la possibilité de mettre en place un aménagement du temps de travail par décision.

L’employeur doit informer et consulter le comité de participation (s’il existe) ou à défaut les délégués du personnel de sa volonté de mettre en œuvre un aménagement du temps de travail dans le cadre précité. En ce qui concerne le Ramadhan proprement dit, il n’y a aucune obligation de l’employeur envers l’employé.

– Dans d’autres pays musulmans comme le Maroc, la Tunisie et l’Egypte, les employés travaillent 5 heures uniquement. Selon vous pourquoi l’Algérie est le seul pays musulman où on travaille avec cet horaire ?

La question ne se situe pas dans la comparaison entre tel et tel pays. Chacun peut choisir la formule qui lui semble bonne. Ils peuvent même aller au-delà en octroyant tout le mois sacré sous forme de congé supplémentaire.

Cependant, en Algérie ou dans ces pays cités, ne sommes-nous pas à longueur d’année enclins à encourager l’inactivité ? Ne sommes-nous pas assez oisifs au travail toute l’année ? Il me semble qu’il est temps de redonner au travail sa valeur et de promouvoir l’activité.

– Quels sont les effets sur la psychologie et le moral du travailleur ?

En matière de durée légale du travail, le législateur ne fait pas de distinction entre la situation des travailleurs. Les mêmes règles et la même organisation s’appliquent à tous les travailleurs qu’ils soient mariés ou non, pères de famille ou célibataires. Cependant, force est de constater que des pratiques se sont installées depuis des décennies au sein des administrations et des entreprises et sont acceptées par tous.

Il s’agit en particulier des facilités accordées aux femmes mariées qui bénéficient, à titre dérogatoire, d’un aménagement plus souple par rapport à leurs collègues leur permettant de quitter les lieux de travail plus tôt que leurs collègues.

– Quels sont les effets sur la productivité, sachant déjà qu’il y a une sorte de synchronisation de l’inactivité pendant ce mois ?

Imputer la baisse du rendement au mois sacré du Ramadhan, alors que la religion musulmane, elle-même, glorifie le travail et ses bienfaits, jusqu’à le considérer comme une partie de la religion, est à mon sens une manière de se cacher derrière de fallacieux arguments pour échapper au respect du travail.

Ce mois ne peut être le motif d’une baisse de rendement au travail, à l’exception de certains postes dont les conditions de pénibilité nécessitent une adaptation du temps de travail ou une organisation particulière. Au contraire, les horaires de travail sont réaménagés en ce mois sacré pour permettre aux travailleurs de rompre le jeûne en famille.

Si pour certains, Ramadhan rime avec repos, paresse, absentéisme, la plupart des cas ne dérogent pas à la règle durant les autres mois de l’année. Il est vrai qu’au début, il est difficile pour certains de s’adapter au nouveau rythme, mais les choses finissent rapidement par rentrer dans l’ordre.

D’un autre côté, il faut le dire c’est aux employeurs d’imposer des d’objectifs spécifiques durant toute l’année et durant le Ramadhan. Des objectifs basés sur des règles Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé On accuse trop le Ramadhan
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair