formats

Nouvelles tentatives de parasitage

Publié le 21/06/2016, par dans Non classé.

La poursuite devant la justice des détenteurs de comptes facebook et autres pages sur les réseaux sociaux de partage de sujets, lors de la session du baccalauréat de mai, n’a pas réussi à mettre fin à la « campagne de déstabilisation» qui cible le déroulement de cet examen.
Depuis le début des épreuves de la deuxième session partielle, des pages promettant des sujets du bac dans les matières concernées pullulent sur la Toile. Des dizaines de pages « likées» (aimées) par plusieurs centaines de milliers de personnes sont devenues l’espace de partage de sujets.

Leurs auteurs prétendent avoir réussi à fuiter les sujets de la session partielle du baccalauréat. Ils ont d’ailleurs partagé des copies comme étant les sujets d’histoire-géographie et de maths, prévus hier pour les filières de gestion-économie et sciences expérimentales.
Sur ces pages facebook, on peut voir clairement le sujet d’histoire-géographie et celui de maths, les mêmes en effet que ceux distribués dans les salles d’examen, sans l’entête de l’onec.

Sur la page facebook, il est indiqué que le partage s’est effectué plusieurs heures avant les épreuves. Mais en réalité, selon les techniciens en informatique, « il est facile de découvrir qu’il s’agit d’un simple montage à la portée de n’importe quelle personne disposant d’un micro-ordinateur ordinaire avec quelques techniques de montage». Le ministère de l’Education nationale confirme en effet avoir détecté plusieurs pages distribuant ce genre d’informations pour faire croire qu’une fuite de sujets a eu lieu, alors qu’il s’agit en réalité de purs montages. « Les spécialistes en informatique mobilisés par le ministère ont en effet identifié plusieurs montages circulant sur les réseaux», indique une source au ministère de l’Education, rappelant les mesures draconiennes accompagnant le dispositif d’organisation du baccalauréat ne « permettant aucune fuite».

Ces informations véhiculées dans le milieu direct des élèves candidats sont loin d’arranger les choses pour ces lycéens contraints de se préparer pour cette session partielle après la fuite des sujets de la session initiale ayant touché plusieurs matières. Les enseignants dénoncent « ces attaques qui ciblent le baccalauréat et les élèves» et appellent « à rendre publics les résultats de l’enquête sur les instigateurs et les commanditaires de la fuite des sujets de la première session, et surtout l’objectif recherché car il est clair qu’ils (les auteurs de la fuite) ne vont pas rester les bras croisés et essayeront de tout faire pour perturber le reste des épreuves».

Les candidats en gestion-économie et sciences expérimentales ont jugé abordables, hier, les sujets d’histoire-géographie pour les premiers et de maths pour les seconds. « Nous craignons le pire avec tout ce bruit autour de nous sur la prétendue fuite», expliquent plusieurs lycéens.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Nouvelles tentatives de parasitage
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair