formats

Nouvelles propositions de Mme Benghebrit

Publié le 10/04/2016, par dans Non classé.

Le ministère de l’Education nationale a reçu hier une délégation des contractuels en vue d’aboutir à un consensus qui mette fin à la grève enclenchée le 27 mars.
A la revendication de l’intégration dans des postes permanents sans condition, le ministère, après consultation des syndicats du secteur et des associations des parents d’élèves, a proposé des solutions en vue du dénouement de cette crise qui risque de perturber le déroulement du troisième trimestre et de compromettre la préparation des examens nationaux.

Plusieurs solutions pouvant constituer une alternative à l’intégration sans concours, impossible à envisager conformément aux statuts régissant la Fonction publique, ont été exposées aux représentants des contractuels.

Selon une source proche du ministère de l’Education nationale, en plus de la bonification des années d’expérience, le ministère garantit le renouvellement des contrats sans condition aux contractuels qui ne réussiraient pas au concours du 30 avril, autrement dit, aucun enseignant contractuel ne perdra son contrat en cas d’échec. La possibilité d’ouvrir les postes libérés suite aux promotions d’enseignants — au grade d’enseignant principal après 10 ans d’expérience et enseignant formateur après 20 ans — aux contractuels est envisageable sur proposition des syndicats du secteur.

Notre source indique qu’il y a une réflexion sur la possibilité de permettre aux contractuels d’accéder à ces milliers de postes qui se libèrent annuellement et qui étaient ouverts, par le passé, au recrutement interne. L’ouverture de ce recrutement aux contractuels permettrait de dégager encore des postes budgétaires, même si les modalités d’accès aux contractuels sans piétiner les textes régissant la Fonction publique ne sont pas encore définies, affirme notre source.

A rappeler dans ce contexte que le concours de recrutement est organisé annuellement pour « combler» les départs à la retraite, réguliers ou anticipés, et couvrir les besoins en enseignants suite à l’ouverture de nouvelles structures. Les postes vacants résultant des mouvements de promotion font l’objet de recrutements internes.

Les contractuels, dont les représentants campent dans des conditions précaires à l’entrée est d’Alger, exposent également des préoccupations liées aux « irrégularités» enregistrées lors des précédents concours. « La ministre s’est engagée à garantir des conditions optimales de transparence. La plus importante est celle liée au fait que ce soit l’Office national des examens et concours qui organise cette édition. Aussi, près de 18 000 inspecteurs surveilleront le déroulement ces épreuves.

Les représentants locaux des syndicats et organisations de parents d’élèves pourraient également assister comme observateurs», signale notre source, ajoutant que « les corrections des copies ne se feront pas dans les wilayas des candidats. L’anonymat de la copie à la correction sera également respectée pour contrecarrer toute tentative d’intervention». Ainsi, la candidature des contractuels sera « triplement privilégiée», estime notre source.

En plus de la bonification des années d’expérience et du maintien du contrat en cas d’échec, les sujets des épreuves porteront sur la pratique quotidienne de l’enseignement et le comportement à adopter vis-à-vis des apprenants ; dans ce sens, « un enseignant ayant déjà exercé aura plus de chances de répondre correctement qu’un nouveau diplômé», assure-t-on au ministère.

Les contractuels rassemblés depuis plusieurs jours à Boudouaou devaient recevoir la visite de représentants du ministère de l’Education nationale dans la soirée d’hier. « Nous allons nous concerter avec nos camarades avant de répondre aux propositions de la tutelle», a déclaré Bachir Saidi, représentant de ce collectif, à sa sortie du ministère de l’Education nationale.

La « crise» des contractuels est accrue par le fait que le département de Mme Benghebrit sera confronté, en cas d’intégration directe des contractuels, à la colère des autres candidats au concours, sachant que le nombre d’inscrits risque d’atteindre le million à la fin du délai, le 14 avril ; il y avait déjà 850 000 candidatures mercredi dernier.

A rappeler que le nombre de postes ouverts est de 28 000 et que les contractuels sont 25 000, alors que les besoins réels sont de 50 000 enseignants. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Nouvelles propositions de Mme Benghebrit
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair