formats

«Nous avons le devoir de changer le système politique»

Publié le 12/02/2018, par dans Non classé.

Soufiane Djilali, président du parti Jil Jadid, a appelé, samedi, lors d’une conférence-débat autour de son ouvrage intitulé La société algérienne : choc de la modernité, crise des valeurs et des croyances, au théâtre régional Malek Bouguermouh de Béjaïa (TRB), à « empêcher le processus» engagé par le pouvoir et visant à imposer un 5e mandat présidentiel à l’actuel locataire d’El Mouradia, Abdelaziz Bouteflika.
« Nous avons le devoir de changer ce système et l’aider à s’en aller», a-t-il déclaré. Analysant le comportement des décideurs en prévision des prochaines consultations électorales, l’invité de l’association culturelle Bruits des mots a estimé qu’en cette période sensible, « les dirigeants, qui sont devant une échéance importante, ne savent plus exactement quoi faire. Ils testent la société, tâtent le terrain et multiplient les annonces, car ils n’ont pas de véritables solutions de rechange en dehors du fait d’imposer un 5e mandat».

Soufiane Djilali réitère son appel au mouvement associatif et aux partis politiques « de présenter un candidat de consensus qui acceptera un mandat de transition. Un candidat unique qui aura la mission de revoir les lois de la République et d’œuvrer à la mise en place d’une nouvelle classe politique».

Toutefois, l’orateur pense que dans le cas où le pouvoir renonce à une 5e mandature pour Bouteflika, « un autre scénario est possible». Le conférencier prédit que « le pouvoir optera dans ce cas pour la mise sur la scène de deux ou trois candidats triés dans leurs rangs». Soufiane Djilali écarte le recours de son parti au boycott des élections dans le cas où l’option du 5e mandat venait à se préciser.

« Le boycott des prochaines élections n’est pas une solution, il faudra plutôt occuper le terrain et travailler dans le sens de s’entendre sur un candidat unique pour la présidentielle de 2019». Il dit pouvoir « approuver toute option non porteuse de destruction et capable de créer une dynamique pour le changement du système politique, si son appel ne trouve pas d’écho».
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «Nous avons le devoir de changer le système politique»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair