formats

Nouria BenghEbrit aux enseignants : «Le malaise que vit l’école n’est pas une fatalité»

Publié le 05/10/2016, par dans Non classé.

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a réitéré, hier, son engagement à œuvrer pour l’amélioration des conditions de travail des enseignants ainsi que la prise en charge de la formation et l’approfondissement du dialogue avec le partenaire social.
« Il nous faut regagner la confiance de la société, en redoublant d’efforts sur au moins trois registres, dans une démarche de mobilisation des ressources et d’intégration des dimensions pédagogiques avec celle de la gouvernance», a-t-elle insisté dans la lettre adressée hier aux enseignants à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’enseignant. La ministre rappelle que l’amélioration de la qualité de l’enseignement est l’une des demandes sociales les plus pressantes et le défi majeur de son département. « La qualité à laquelle nous aspirons exige de chacun de mettre, avant tout, l’intérêt de l’apprenant au-dessus de toute autre considération.

En disant cela, nous n’occultons pas, pour autant, notre part de responsabilité dans l’amélioration des conditions de scolarité et de travail de tous avec le concours des départements ministériels concernés. C’est dans ce contexte que je m’engage pleinement dans l’approfondissement du dialogue et de la concertation avec l’ensemble des partenaires sociaux», a-t-elle souligné. « Le malaise que vit l’école algérienne, aujourd’hui, ajoute la ministre à l’adresse des enseignants, est la résultante de la nécessité de s’adapter et de répondre aux mutations et nouveaux défis imposés par les changements induits à tous les niveaux.»

Pour la ministre, « l’un des indicateurs de ce malaise est la non-satisfaction des parents, des élèves, de la société en général, non seulement du produit de l’école, mais y compris de la façon dont les études se déroulent et les conditions dans lesquelles elles se déroulent». Ce malaise n’est pas une fatalité, selon la ministre. « Nous disons qu’il est possible d’avancer, d’aller vers un enseignement de qualité à la mesure de la société moderne que nous voulons construire», a enchaîné Mme Benghebrit. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Nouria BenghEbrit aux enseignants : «Le malaise que vit l’école n’est pas une fatalité»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair