formats

Noureddine Bedoui minimise l’ampleur du fléau

Publié le 21/01/2017, par dans Non classé.

Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, minimise l’ampleur du phénomène de la violence en Algérie.
« La situation réelle est loin de l’amplification médiatique et des rumeurs relayées sur les réseaux sociaux», a-t-il répondu, jeudi dernier, à une question orale d’un sénateur portant sur cette problématique. Selon lui, les « quelques incidents enregistrés dans certaines nouvelles cités sont des actes isolés qui ne peuvent être assimilés à un phénomène de violence».

Alors que les médias relèvent, périodiquement, de violentes bagarres entre jeunes dans plusieurs quartiers, particulièrement à Alger où le laxisme a permis à des délinquants de s’approprier des espaces publics, le ministre estime que les quelques actes enregistrés se limitent aux nouvelles cités.

« Le recasement de familles qui vivaient dans des bidonvilles à Alger, dépourvus de toute commodité et foyers de plusieurs fléaux sociaux, dans de nouveaux quartiers a engendré des frictions entre jeunes, que certains délinquants ont exploitées pour s’imposer et accaparer les parkings», dit-il. Selon lui, il s’agit dans certains cas « de vengeance ou de simples altercations qui se transforment en bagarre générale».

« Beaucoup de ces incidents ne sont que de simples altercations qui surviennent dans certains quartiers impliquant des jeunes, des délinquants ou des repris de justice. Ils sont réglés immédiatement grâce à l’intervention des forces de sécurité et le contrôle des quartiers, dans le cadre de la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes», ajoute-t-il. Noureddine Bedoui rappelle, dans la foulée, que « la violence, sous toutes ses formes, est au centre des préoccupations des autorités publiques». « Les violences enregistrées dans les nouvelles cités ont connu une baisse sensible ces dernières années, la plupart des incidents étant sans importance ni incidence sur la vie quotidienne du citoyen», dit-il.

« Les parents ont une responsabilité»

Afin de juguler ce phénomène, M. Bedoui a fait état de « mesures urgentes à caractère coercitif, de sensibilisation et d’anticipation répondant à l’extension urbanistique qui exige le déploiement des éléments de la Gendarmerie nationale et de la sûreté urbaine de proximité et le renforcement des opérations de contrôle dans les quartiers fréquentés par les repris de justice».

« Outre ces mesures, les acteurs ont été impliqués dans la lutte contre la violence à travers la dynamisation des comités de quartier et leur implication dans les activités de mobilisation sociale, dans le dispositif de veille, de protection et d’encouragement des jeunes sur les objectifs communs qui servent l’intérêt public», souligne-t-il. Le ministre de l’Intérieur interpelle, au passage, les parents qui doivent « assumer leurs responsabilités» en matière de protection de leurs enfants. Le code de l’enfance, rappelle-t-il, expose les parents à des sanctions et à des mesures conservatoires en cas de manquement à leurs devoirs.

« Outre les mesures visant à consacrer la force de la loi, la contribution de la société civile et la consécration de la culture du civisme et de la citoyenneté dans la préservation des acquis sont des fondements à même de contribuer à la lutte contre les fléaux sociaux», détaille-t-il. Le gouvernement, enchaîne-t-il, « accorde une importance cruciale à la lutte contre la violence sous toutes ses formes», en précisant que « plusieurs mesures ont été prises et d’autres sont prévues». « Le gouvernement accorde une importance cruciale à la lutte contre la violence dans la société, sous toutes ses formes, à l’instar de la violence dans les stades et la violence routière, à travers plusieurs mesures», conclut-il. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Noureddine Bedoui minimise l’ampleur du fléau
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair