formats

Mohammed Saïd, commissaire du salon des langues: « L’enseignement des langues doit s’ouvrir sur les autres cultures »

Publié le 04/10/2016, par dans Non classé.

Le premier salon international des langues et des cultures « Maxilangues » commencera demain pour s’achever samedi 8 octobre. A cette occasion, nous avons rencontré Mohammed Saïdi, commissaire du salon qui revient dans un entretien accordé à ElWatan.com sur l’utilité de l’organisation d’un tel événement. Surtout que la version de cette première année du salon vise la diversité linguistique associé au développement personnel.

En quoi est-il aujourd’hui utile d’organiser un tel salon?

Il est toujours utile d’organiser un tel salon. En fait, il répond à des aspirations naturelles des algériens. Il fut un temps au port d’Alger où on parlait une vingtaine de langues. C’est justement pour réhabiliter cette période faste que nous avons organiser notre salon qui va revenir chauqe année. D’autant plus qu’il y a une demande croissante en matière d’apprentissage des langues.

Nos attentes par rapport à ce salon, c’est surtout de pouvoir associer l’apprentissage des langues au développement personnel. Il n’est pas question de faire de la diversité des langues, une adversité entre elles. Quand je parle à quelqu’un dans sa langue, je ne dois pas uniquement le comprendre dans la mienne mais faire un effort de le comprendre dans la sienne. Il faut revoir l’enseigenement des langues en Algérie de manière à ce qu’il se se fasse avec une vision ouverte et généreuse sur toutes les cultures. Le salon c’est aussi une occasion pour poser des questions de fond sur l’enseignement des langues.

Vu les retards accumulés dans l’enseignement des langues et les générations sacrifiées. N’est-il pas quand meme très tard d’organiser un salon sur les langues?

Il n’est jamais tard pour trouver une solution et poser des questions de fond. On pourrait grace à ce salon se diriger vers l’organisation d’un audit où seront conviés l’ensemble des acteurs concernés par l’enseignement des langues comme l’éducation, l’université, la recherche et les laboratoires de langues. Ce salon devra revenir chaque année pour donner l’occasion à tous les acteurs présents à travers Maxilangues,nom donné au salon dont l’organisateur est Maxicom, un espace permanent d’échange à tous les niveaux.

Le pire dans toute la course actuelle aux langues dans notre pays, c’est justement la qualité de l’enseignement. Qu’en dites-vous?

Justement, le salon a pour vocation de poser la question sur la qualité de l’enseignement et aussi les prix pratiqués dans les écoles de langues qui à l’occasion ne répondent pas à tous les budgets. Il y a une conférence demain dédiée à la qualité de l’enseignement des langues, l’occasiond e revenir sur le problème de l’enseignement des langues dans notre pays où à la fin du parcours scolaire, on ne capitalise pas une langue: ni l’arabe, ni le français, ni l’anglais.

Les langues turque, chinoiss, japonaise, italienne, allemande…seront présentes au salon. Est-ce que le tamazight sera présent également?

Oui il sera également question de tamazight lors de ce salon, et dans le programme des conférences, il y a toute une conférence dédiée à cette langue. Meme l’arabe sera présent.

Est-ce que vous pouvez nous dire combien de langues, vous maitrisez?

Je maitrise deux langues, l’arabe et le français. Je me suis fixé comme défi d’apprendre une langue chaque année à commencer par tamazight. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Mohammed Saïd, commissaire du salon des langues: « L’enseignement des langues doit s’ouvrir sur les autres cultures »
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair