formats

Mohamed Boudiaf : Quand Ben Bella s’acharne contre Si Tayeb El Watani

Publié le 30/06/2017, par dans Non classé.

A l’occasion du 25e anniversaire de son assassinat, El Watan Week-end a choisi de revenir sur un épisode peu connu de la vie de Mohamed Boudiaf.
Vendredi 21 juin 1963. Midi. Pont d’Hydra. Un homme filiforme, habillé d’un complet veston, marche à petits pas. Deux individus à la mine patibulaire l’accostent. Bref échange.

L’homme est embarqué dans la Peugeot 404 garée sur cette route. Mohamed Boudiaf vient d’être enlevé par le commando du président Ahmed Ben Bella. Dans son livre Où va l’Algérie, il en donne le signalement : l’un des agents dénommé Mohamed S., quinquagénaire, est un ex-agent zélé de la police des renseignements généraux et de la DST à Alger où il a sévi lors des événements de mai 1945 et de l’arraisonnement de l’avion des Cinq en octobre 1956. Le second agent, « plus replet et aux gestes brusques», est un « militant» « parfaitement imbu de son rôle et pénétré de son importance policière».

Demandant à Boudiaf de se mettre à leur disposition au nom de la SM, ils l’embarquent dans la berline qui démarre en trombe. Itinéraire : la colonne Voirol, chemin Beaurepaire, clinique des Orangers et arrivée dans une villa « fleurie» des environs.

Boudiaf, extrêmement fatigué, est fouillé « des pieds à la tête». Mais aucun des agents ne lui explique les raisons de son arrestation et qui en sont les commanditaires. Il décide alors d’entamer une grève de la faim. « Kidnappé dans le plus grand secret, emmené dans une villa inhabitée sans explication, je ne peux que trouver une allure macabre à toute cette aventure», écrit le « séquestré» dans ce qui devient son journal, qu’il entame le jour même de son interpellation.

Durant quatre jours, Boudiaf, qui a été arrêté une première fois une année plus tôt à M’sila (30 juillet 1962), où il est parti dans sa famille des Ouled Madi, cherche désespérément à « communiquer avec les villas voisines, sans résultat». Il décide alors d’écrire à l' »autorité mystérieuse» qui a ordonné son enlèvement.

Le lundi, il est embarqué en voiture vers le siège de la gendarmerie (actuellement groupement de gendarmerie d’Alger, Bab J’did). Entouré à son arrivée à la caserne par une dizaine de gendarmes, mitraillettes au poing, « un peu curieux, un peu fébriles», il reconnaît leur chef, le colonel Ahmed Bencherif, qui lui dit, pince-sans-rire, que la chambre qui lui est réservée dans cette caserne coloniale vaut mieux que celle de la prison de la Santé où il était détenu.

Compagnons couards

Chez les Boudiaf et les militants du Parti de la révolution socialiste (PRS), créé en septembre 1962, c’est la stupéfaction et la rage. « Le problème, c’est qu’on ne savait pas s’il était vivant ou mort. On pensait qu’il était fini et qu’il allait être exécuté», raconte à El Watan Week-end Nacer Boudiaf, âgé à l’époque de 8 ans. Rencontrant leur père pour la première fois une année seulement auparavant, Nacer et sa fratrie (Kheireddine, Fella et Samia) le voient disparaître à nouveau.

L’oncle Aïssa décide d’aller à la police d’Hydra où les agents « ont nié être au courant de cette affaire». Le frère prend alors l’initiative d’entrer en contact avec certains compagnons de l’ancien coordonnateur du FLN. « Mehri m’a promis d’intercéder en sa faveur auprès de Boumediène. Mais il ne fait rien. Je suis entré en contact avec Bitat. Après un moment d’attente devant sa maison à la rue Bachir Ibrahimi (El Biar), il me reçoit dans le jardin tout en jetant des coups d’œil à droite et à gauche comme s’il y avait des yeux pour le guetter», signale Aïssa dans un entretien à El Khabar hebdo.

Le PRS publie dans l’après-midi de l’arrestation un communiqué. L’alerte a été donnée par Rachid Krim, « le fils spirituel de Boudiaf et son chef de cabinet en 1992», actuellement à Paris. L’arrestation de Boudiaf par le président Ben Bella a marqué le clan. « J’ai un oncle, Moussa, actuellement décédé. Il était le premier ambassadeur de l’Algérie à Genève.

C’est un ancien militant qui s’est retiré après le kidnapping de Boudiaf par les sbires de Ben Bella», témoigne Nacer, amer. Le pouvoir décide de faire évacuer d’Alger l’encombrant opposant. Le 26 juin, Boudiaf, embastillé dans la caserne de la Haute-Casbah, est réveillé à quatre heures du matin pour être emmené à l’aérodrome de Chéraga, où l’hélicoptère prend l’air en direction de Oued Norson. A bord, il est rejoint par d’autres militants, eux aussi arrêtés par les hommes de Ben Bella : Ali Allouache, ancien porte-parole de la wilaya IV, Moussa Kebaïli et Mohand Akli Benyounes, dit Daniel, anciens de la Fédération de France du FLN. Arrivé à Oued Norson, le groupe est embarqué à bord de voitures légères en direction de Sidi Bel Abbès, Saïda, Mecheria, Aïn Safra et Beni Ounif. Complètement éreintés par un voyage de mille kilomètres, Boudiaf et ses compagnons arrivent à Colomb Béchar à la tombée de la nuit.

Tsabit : détenus dans une école désaffectée

« Je suis épuisé après ce long voyage, survenu au sixième jour de ma grève de la faim, je décide d’interrompre mon jeûne, croyant candidement qu’à Colomb Béchar le régime politique va nous être appliqué et que nous pourrons engager une grève dans de meilleures conditions», fait remarquer Boudiaf, qui décide d’écrire une lettre au colonel, commandant de la Région militaire. Le 4 juillet, les séquestrés seront dirigés plus au sud où, leur dit-on, ils seront « plus à l’aise» ! Ils seront transbahutés dans d’énormes camions Berliet vers le camp Colonel Lotfi, à Tsabit, localité située à 65 km au nord de la ville d’Adrar, capitale du Touat. La chambre réservée aux prisonniers dans ce qui fut probablement une école de construction récente est trop exiguë : 5 mètres sur trois. Là, dans la caserne Lotfi, Boudiaf arrive à « dialoguer en imagination» avec le colonel, de son nom d’état civil, Ben Ali Boudghène, mort au combat à Béchar avec des dizaines de ses compagnons.

« Ce héros, nous ne le renierons pas ! Nous n’abandonnons pas la lutte pour que notre peuple soit le seul maître de son destin», écrit Boudiaf dans son journal en date du 8 juillet. Souffrant des Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Mohamed Boudiaf : Quand Ben Bella s’acharne contre Si Tayeb El Watani
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair