formats

Messahel forme sa «dream team»

Publié le 16/07/2017, par dans Non classé.

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, s’emploie depuis sa nomination à redonner du mouvement dans son ministère en mettant d’abord un terme à la vacance des postes stratégiques qui n’a que trop duré, notamment la direction générale Europe et Amérique du Nord.
A cet effet, l’ancien ambassadeur d’Espagne, Mohamed Hennache, rappelé en décembre 2015, est enfin nommé directeur général Europe. Un des diplomates chevronnés du palais des Annassers, M Hennache, a connu pendant plus d’une année et demie un « passage à vide», alors qu’il devait être nommé à ce poste au lendemain de sa rentrée de Madrid. Fin connaisseur du vieux continent, l’ambassadeur Hennache hérite ainsi d’une mission stratégique. Autre nomination tout aussi importante, celle qui concerne la Direction Amérique qui est restée également pendant de longs mois sans locataire. Abdelkader Messahel a nommé un autre brillant diplomate en la personne de Abderrahmane Benguerrah. Il faut dire qu’au ministère des Affaires étrangères, beaucoup se demandaient pourquoi deux postes aussi importants restaient vacants. En tout cas, ce n’est pas faute de sérieux candidats. Le ministre a également rappelé Noureddine Ayadi de La Haye, où il occupait le poste d’ambassadeur pour le nommer secrétaire général du ministère.

Un poste-clé de ce ministère régalien. C’est une tour de contrôle. Entre le ministre et son désormais secrétaire général, le courant passe parfaitement bien tant les deux hommes se connaissent, notamment lorsque M. Ayadi était ambassadeur à Bamako au moment des négociations sur l’accord de paix. Noureddine Ayadi avait joué un rôle actif dans les négociations et le rapprochement de vues entre les différentes factions maliennes. Abdelkader Messahel s’est engagé dès sa prise de fonction à remettre de l’ordre, à faire travailler les équipes de son ministère et surtout faire bénéficier son département de l’expérience et de la compétence d’une génération brillante de diplomates.

C’est ainsi qu’il a rappelé aussi un autre diplomate d’envergure, Abdellah Baali. Ancien ambassadeur à Washington où il a su donner du souffle aux relations algéro-américaines, Abdellah Baali fait partie de ceux qui ont redonné à la diplomatie algérienne ses lettres de noblesses. Rappelé des Etats-Unis où il a passé en tout dix-huit ans entre les Nations unies en tant que représentant permanent, puis ambassadeur à Washington, M. Balli est rentré chez lui.

Dans la haute administration du pays, on se demandait comment le ministère a « abandonné» un diplomate de cette envergure alors qu’il est au summum de sa carrière ? quelques jours seulement après sa désignation en tant que ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel a décidé de le ramener « à la maison» en le nommant ambassadeur-conseiller. Avec ces nominations, Abdelkader Messahel a formé sa « dream team» diplomatique. Un renforcement notable de son cabinet. Une exigence tant l’action diplomatique requiert de l’expérience, un encadrement à la hauteur des défis de l’heure. L’implication de la diplomatie algérienne dans le règlement des conflits libyen et malien commande une forte mobilisation des ressources, sachant que c’est la première fois depuis longtemps que le secrétariat d’Etat aux Affaires maghrébines et africaines a été supprimé à la faveur du dernier remaniement gouvernemental. La seule fausse note reste le poste d’ambassadeur à Paris, qui demeure sans occupant depuis sept mois. Il est vrai que ce poste est l’un des plus prisés de la République, et ce ne sont certainement pas les candidats qui manquent.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Messahel forme sa «dream team»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair